Navigation – Plan du site
II. Varia

Construction du corps féminin dans la presse magazine Rose et Causette, entre fleur et fusil

Pascale Delormas

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple le numéro 149 de la revue Langage et société, « Ethos discursif », 2014.

1Des publications récentes à propos de l’ethos discursif manifestent le foisonnement de questions que soulève cette notion1 et pour tenter d’en faire émerger les caractéristiques une typologie à travers des analyses en contexte reste à construire. L’observation de l’ethos féminin constitue un observatoire privilégié étant donné la forte présence des stéréotypes sur lesquels s’appuient les magazines féminins engagés dans la défense de la cause des femmes.

2Sur le plan méthodologique, nous tentons l’exploration de trois dimensions de l’ethos, catégorielle, expérientielle et idéologique (Maingueneau, 2014 : 32-33), dans deux magazines féminins que nous avons choisi de comparer, Rose et Causette. Ce sont de bons candidats à une analyse contrastée de la représentation du féminin du fait des configurations iconotextuelles qu’ils présentent et du registre combatif qu’ils adoptent. Après une description contrastée de l’image de la femme promue, nous verrons que l’un comme l’autre prétend opposer une contre-offensive à la domination masculine par la monstration de l’expérience partagée. La dernière partie de cette étude sera consacrée au phénomène d’identification qu’ils engendrent en relation avec les valeurs radicalement différentes dont ils sont porteurs.

3Le corpus analysé est hétérogène ; constitué d’énoncés plurisémiotiques fondés sur des dispositifs énonciatifs divers, il rassemble des iconotextes polyphoniques (pages de couverture), des énoncés monologaux de locuteurs en situation de crise (éditoriaux), des propos rapportés et des scènes réalistes, révélateurs des stéréotypes en circulation.

1. Des ethè contrastés : Rose ou la douleur versus Causette sur la barricade

4Édité à 200.000 exemplaires, Rose est un magazine semestriel. Très documenté, il aborde la question sanitaire du cancer du sein sur un plan pratique et psychologique. Soutenu par les pouvoirs publics (il est distribué gratuitement dans les centres de soin), il se donne pour objectif de « réconcilier avec la vie les femmes malades du cancer en leur offrant une foule de conseils » et, en riposte à l’ostracisme dont elles sont victimes, il affirme sa vocation à aider à la réhabilitation de leur image, dégradée par la représentation négative de la maladie. Causette est un journal militant mais le terrain est explicitement celui de la lutte idéologique, contre les valeurs traditionnellement attachées au genre féminin, menée avec les armes de l’humour et de la provocation.

5L’ethos des magazines que nous avons sélectionnés ne peut pas être envisagé indépendamment de l’analyse de l’iconographie de la couverture et de celle des éditoriaux. Tous deux sont en effet les lieux privilégiés de la signature auctoriale.

  • 2 Cf. Montandon (1990 : 9) : « Le genre de l’iconotexte génère des processus de lectures plurielles [ (...)

6La page de couverture s’impose au premier regard et oriente massivement l’interprétation. Le caractère hétérogène de l’iconotexte qui la constitue est censé véhiculer une signification cohérente2. Le titre du magazine, les énoncés détachés qui annoncent les articles que l’on y trouve comme la photographie plein cadre choisie sont autant de signaux qui assument une fonction phatique et contribuent à construire l’identité de la revue. Les éditoriaux constituent le second lieu majeur d’identification des revues et confirment le message diffusé par la couverture.

1.1. Un ethos discursif ambigu

7Rose ne se distingue pas du magazine féminin standard, fondé sur les stéréotypes de la féminité. La couleur et le prénom comme le visage d’une femme souriante, discrète et réservée, souvent maquillée, auquel le titre de Rose est associé renvoient à la douceur et à la tendresse.

8Les thèmes abordés réfèrent également aux attributs, aux comportements et aux pratiques attachés par convention au féminin : soins du corps, vêtements, cuisine, conseils de santé et informations d’ordre juridique ou administratif.

Image 1 : Rose n° 1, 2011; Rose n° 3, 2012 ; Rose n° 2, 2012.

9L’éditorial du premier numéro confirme la connotation du titre tout en en tempérant la portée : « Rose est la couleur de la féminité. Mais ne vous y trompez pas, d’abord, dans Rose il y a ‘Ose’ ». En effet, l’ethos de Rose est complexe : s’il donne à voir un être solidaire et combatif, il renvoie également à une figure conventionnelle de la femme de milieu aisé, occupée à organiser vacances au soleil, soucieuse de la mode, attentive à l’alimentation. L’extrait suivant en donne une idée.

Ça y est, le numéro 6 est parti. On vivait avec lui depuis des semaines, on le reprenait, on le bousculait, à tâtons parfois, comme d’habitude avec Rose. Cette fois encore, nous avons tracé sa route à l’estime, nous en remettant à notre/votre seule boussole du moment: quelles envies pour l’été? La réponse n’a pas tardé : couleurs, douceur(s), repos. »

  • 3 Rose n° 6, p. 9.

Ce numéro s’affiche donc ensoleillé et gourmand. Il fait la part belle aux vacances tranquilles mais riches, à quelques pas de chez vous. Il donne à voir une mode métisse et éclatante et une autre toute bleue, plus calme. Surtout, Rose 6 vous met à table. Chez vous, facile, avec des glaces maison à tomber. Mais, moins attendu, à l’hôpital, où vous découvrirez que la gastronomie est parfois admise en long séjour. […] Enfin, Rose vous transporte à Fès, au Maroc, dans une chaleureuse "Maison de vie" qui accueille les patients en traitement. Preuve qu’ailleurs, et pas forcément dans les pays les plus prospères, on se mobilise aussi pour les malades… […] C’est aussi un mot d’ordre de 164 pages : que, partout, les malades soient écoutés, entendus, respectés. À vos côtés, nous y veillons.3 (Nous soulignons)

  • 4 Rappelons la distinction des pragmaticiens entre montrer et dire. Pour Récanati (1981 : 47), Il y a (...)
  • 5 Cf. le sourire des femmes comme « adoucisseur rituel » (Goffman, 1988 : 43).

10L’ethos discursif est apparemment gai et frivole et il est soutenu par la convergence de l’ethos dit et de l’ethos montré4. Mais il s’agit d’une construction de façade : si le ton n’en paraît pas affecté, si tous les clichés de la légèreté sont là, ils n’en sont pas moins suspects; les thèmes favoris de la presse féminine sont revus à l’aune des préoccupations liées au cancer comme le montrent les références constantes à la maladie, prises dans le tissu des énoncés. Les termes d’« hôpital », de « patients en traitement », de « chimio », de « malades » reviennent sans cesse et les accroches dénoncent la dégradation physique (« Chic les dessous s’adaptent », « Chouchouter sa peau pendant la chimio », « Bronzer sans soleil », « le sexe à l’épreuve du cancer » « les cheveux et nous »), l’urgence (« je veux un bel été » et « l’été intense ») étant donné le vieillissement prématuré (« avoir 20 ans en oncologie »), le délitement de l’insertion sociale (« Quand la maladie précarise », « Annoncer la maladie à ses proches ») et la remise en cause de la vie amoureuse (« ces hommes qui nous trouvent désirables »). Les images participent du même dispositif énonciatif et renvoient au défaut et au manque qu’il s’agirait de compenser : les attributs habituels de la séduction féminine (la tête enturbannée, le maquillage ostentatoire, le sourire5) peuvent être lus comme autant de signaux destinés à forcer le destin à travers l’expression de l’immuabilité d’un quotidien que rien n’aurait altéré.

1.2. Un ethos provocateur

11L’ethos discursif de Causette est très différent. La stratégie éditoriale est fondée sur la divergence entre ethos dit et ethos montré. Les questions politiques ou psychologiques sont centrales mais l’information est traitée sur un mode humoristique.

12Si la couverture de Causette met aussi en scène des postures « féminines », c’est pour les parodier selon un ethos féminin inversé. Le nom de « Causette » est une référence ironique, par dérivation du verbe « causer », au bavardage, mode d’expression verbale affecté communément aux femmes, et à « Cosette », l’héroïne des Misérables, dont il faudrait combattre l’aliénation.

Image 2. Causette n°18, novembre 2011; Causette n°7, mars 2010 ; 

Causette n°13, mars 2011

  • 6 Ou encore : « Qui a le droit d’avoir un enfant ? / Algérie, le printemps mou dure /  Le retour du d (...)

13Le sous-titre « plus féminine du cerveau que du capiton » a des allures de slogan contre l’aliénation qui impose les dictats de la beauté. Les accroches sont provocatrices (« Élisez votre quiche d’or »), les jeux de mots fréquents tournent autour du sexe (« Pénis, une longueur d’avance ? ») mais les problématiques abordées sont toujours politiques ou sociétales et en rapport avec des questions qui concernent des problématiques liées au genre féminin (« Alerte à Maliburqa », « Maternage proximal », « Viols au Rwanda »)6.

14Les femmes photographiées sont virulentes, bras en l’air, armées de mégaphone, de couteaux scies ; elles ont la bouche systématiquement ouverte (« la gueule ouverte »); l’élue Miss France porte sa couronne de travers, son maquillage dégouline. Toutes ces attitudes sont habituellement dénoncées comme peu élégantes, contraires au bon goût et à la discrétion bourgeoise.

15L’usage des moyens rhétoriques obliques que sont l’ironie et la métaphore ne suppose pas que soient éludées les questions de fond. Ainsi, dans l’extrait qui suit, la métaphore longuement filée problématise-t-elle massivement la question des relations mère/fille.

« J’ai parfois l’impression d’être née de mère inconnue »

Elle est pourtant là, à côté de moi. Peut-être est-ce à cause d’un problème de sons. En psychoacoustique, on appelle ça l’effet « cocktail party ». L’ambiance sonore nous enveloppe et, pourtant, on ne comprend rien à ce qu’il se dit, alors que l’on distingue très bien les paroles de notre voisin de buffet. Mais si l’on décide de regarder la personne qui nous fait face, trois mètres plus loin, on pourra alors comprendre ce qu’il raconte. Face à l’orchestre, je peux choisir d’entendre l’instrument que je veux, simplement en le fixant. Ma mère a toujours été dans l’orchestre, mais je ne faisais que la voir, je ne la regardais jamais vraiment. De la différence entre entendre et écouter. Réellement poser les yeux sur sa mère, voilà de quoi s’occuper pour quelques années. La connais-je seulement ? Qui est-elle pour moi ? Rien de plus terrifiant pour une mère que le jugement porté sur elle par son propre enfant… (Causette n° 18, Éditorial)

16On voit que les deux magazines jouent sur un effet de distorsion. Dans le cas de Rose comme dans celui de Causette, le propos est soutenu par un ethos discursif paradoxal : l’ethos de Rose est frivole en dépit de la maladie, l’ethos de Causette est caractérisé par un humour ravageur malgré la gravité des problématiques évoquées. Ces distorsions ne correspondent cependant pas nécessairement au clivage entre ethos dit et ethos montré, dont Causette fournit une illustration. Alors que l’ethos de Rose, traversé de part en part par l’angoisse, participe d’une scénographie tragique, celui de Causette émerge d’une scénographie dramatique aux effets burlesques.

2. Une communauté discursive soudée

17Une communauté discursive naît du sentiment d’appartenance liée à l’expérience partagée. Les situations de crise sont favorables au regroupement solidaire et la monstration de l’émotion qu’elles suscitent est un paramètre fort de sa configuration. Ainsi, Rose et Causette scellent une communauté à travers la dénonciation des faits sociaux dont la femme est victime, en faisant appel à la résistance collective pour désigner et condamner l’adversaire. Un argument fort est celui du témoignage. Il est marqué par le rappel constant des symptômes de la souffrance éprouvée par les individus (maladie ici, structure sociale là) et par la convocation des manifestations de l’indifférence d’autrui.

2.1. Une crise fédératrice

  • 7 Cf. Maingueneau (2002 : 261) : « la population des producteurs et celle des récepteurs […] coïncide (...)
  • 8 On rencontre de nombreux énoncés détachés de type exclamatif ou injonctif comme « Mieux vivre penda (...)
  • 9 Cf. Maingueneau (1999) à propos de l’incorporation comme phénomène lié à « la communauté imaginaire (...)

18Prenant acte du défaut des pouvoirs publics en matière de lutte contre les stéréotypes attachés au cancer du sein, Rose occupe une véritable niche éditoriale. Ce discours « fermé »7 au plus haut degré renvoie à un contexte situationnel fortement contraint puisque les journalistes comme les lectrices se définissent par un trait commun, celui d’être touchées par la même maladie. La représentation collective du cancer, l’adresse fondée sur l’empathie et la performativité des énoncés8 jouent un rôle cathartique auprès de lectrices en situation de détresse et les constituent, de fait, en communauté. Par un processus d’identification puissant9 – lié au fait que le pronostic vital est engagé – l’impact de la voix du locuteur impliqué, porte-parole d’un groupe privé d’énonciation, affaibli, vulnérable, s’en trouve décuplé.

19La virulence de Causette s’explique, elle, par la volonté d’instaurer une situation de crise pour faire naître la conscience des inégalités liées au genre. À travers l’interpellation provocatrice du lecteur, par un appel tonitruant à la révolte active plutôt qu’à la résistance passive, le lecteur est sommé de participer à la critique sociétale proposée – l’usage de métaphores textuelles et iconiques étant un moyen de l’impliquer dans l’interprétation des discours qui l’environnent.

2.2. La maîtrise du discours rapporté comme moyen de combat

  • 10 Les paroles rapportées sont très nombreuses et explicitement désignées comme telles par des guillem (...)

20L’évidence du témoignage s’impose à travers les verbatims (Marnette, 2003)10, lesquels constituent le terreau de la critique en vue d’engager les victimes à la résistance. Ainsi, dans le but d’en dénoncer la banalité et de faire apparaître l’absurdité, la cruauté et l’injustice des stéréotypes genrés, Rose comme Causette recourent massivement aux propos rapportés de « l’autre » (qu’il s’agisse d’hommes ou de femmes).

21Dans Rose, les paroles rapportées de soignants ou de proches des femmes malades témoignent de la violence des propos qui leur sont adressés. Outre la compassion que leur accumulation suscite, leur mise en scène sous la forme de florilèges manifeste une maîtrise langagière effective (Butler, 2004). Intervenant en aval de l’évènement énonciatif par la sélection, la désignation générique et l’organisation de la page, le florilège constitue un moyen efficace d’en contrôler le cours. Nous postulons que cette modalité de catégorisation de paroles rapportées peut être considérée comme un indice de sur-énonciation. Rappelons que la sur-énonciation est définie par Rabatel (2005) comme la coconstruction inégale d’un point de vue surplombant de L1/E1 [locuteur/énonciateur premier] qui reformule un point de vue en paraissant dire la même chose tout en modifiant à son profit le domaine de pertinence du contenu ou son orientation argumentative. La reproduction d’une double page consacrée au « Bêtisier » et des extraits de discours rapportés en fournissent de bons exemples.

Image 3. Rose n° 1, p. 82-83

« La première chose que m’a dite mon mari lorsqu’il a appris que j’avais un cancer infiltrant, ça a été : « Merde, notre dossier de prêt pour la maison secondaire ne va jamais passer ! ». Sur le moment, je n’ai rien dit, mais dès que je suis sortie de la chimio, je l’ai quitté ». (Isabelle, chef d’entreprise à Paris)

« T’as le cancer, du coup tes problèmes de poids, c’est fini, tu vas en perdre des kilos grâce à la chimio ! » (Une collègue de Mathilde, professeur des écoles à Villeurbanne)

  • 11 Ces trois énoncés sont extraits de Rose n° 1, p. 82-83.

« Ma cousine était comme vous, elle a eu un cancer du sein métastasé au cerveau ; elle est morte en quatre moi, la pauvre. » (La femme de ménage de Sylvie, avocate à Paris) 11

« Dans votre cas, y'a pas de bonne solution, ni de solution miracle... A quoi ça sert qu'on vous enlève le sein si dans six mois vous n'êtes plus la ? » (le chirurgien à Raphaëlle, atteinte d’un cancer du sein métastasé.)

  • 12 Ces deux énoncés sont extrais de Rose n° 6, p. 84-85.

« Oh ! Ben ça va ! Ça aurait pu être pire ! Vous avez seulement eu une chimio, estimez-vous heureuse ! Vous avez encore vos deux seins !… » (un médecin de la sécurité sociale, en auscultant Buffy.).12

22La lecture tabulaire que permet le montage typographique induit une posture de lecture surplombante ; l’expression, « Le bêtisier du cancer », marquée axiologiquement, renvoie à un point de vue disqualifiant ; la mention des catégories socio-professionnelles des énonciateurs cités est censée témoigner de l’unanimité du rejet (la bêtise ne connaitrait pas de frontières).

23Une seconde série d’énoncés iconotextuels illustrant le procédé de sur-énonciation institue en catégorie le marqueur de narrativité, « Le jour où ».

Image 4 : Rose n° 1, p. 18-25

« LE JOUR OÙ J’AI APPRIS QUE J’AVAIS UN CANCER »

Le jour où la terre a tremblé, c’est lorsque le médecin m’a annoncé que la biopsie était positive. Positive ? Ça sonnait bien, non ? Mais à sa mine défaite, j’ai compris que j’avais un cancer. Je me suis tournée vers mon mari et je lui ai pris la main. J’ai pensé à nos quatre enfants qui attendaient à la maison ; à ma sœur, à mon frère et surtout à mon papa. Mon pauvre papa… Maman nous avait quittés trois semaines plus tôt, emportée par un cancer, la quatrième. Aujourd’hui, après un an de traitement, je sus officiellement en rémission ». Mais moi, je sais que j’ai gagné. (HEIDI, 37 ANS)

« LE JOUR OÙ J’AI SU QUE J’ATTENDAIS UN ENFANT » […]

« LE JOUR OÙ MAMAN A DIT QU’ELLE ÉTAIT GUÉRIE » […]

  • 13 Rose n° 1, p. 18-25.

24Détacher de son contexte par la typographie et par la mise en série l’expression « le jour où », c’est insister sur la violence du choc subi lors de la communication des faits. Une telle intervention sur l’aspectualité suppose un point de vue dans le déroulement narratif d’un parcours biographique : elle a pour effet d’introduire une nouvelle temporalité, l’instant est figé dans la durée, entre un avant et un après qui demeurent implicites, trop connus. Plus encore que la dimension sanitaire, c’est l’évènement de l’annonce qui est mis en avant à travers des discours rapportés seconds prononcés par des énonciateurs tiers présent-absent (« j’ai appris que… », « a dit que … », « le médecin m’a annoncé »…13).

3. Idéologie et construction des identités sexuées

25Si Causette tente de façon explicite un « déverrouillage identitaire » (Pahud, 2009), lié à l’« inversion des rôles et [la] récupération des discours féministes dans des formes ‘transgressives’ », Rose relève du « verrouillage identitaire », lié, lui, à trois phénomènes, la naturalisation, la généralisation et la normalisation. Les deux exemples qui suivent en fournissent l’illustration.

  • 14 Causette n° 12, janvier 2011, p. 32.
  • 15 Rose n° 1, p. 8-9.

26Causette manifeste contre la permanence de l’ordre établi, clame sa colère et cherche à décoder le monde pour en saisir le sens caché et amener ainsi à l’autonomie de penser et à la liberté d’agir. On l’a vu, la déconstruction caustique prévaut : sarcasmes à propos des rôles affectés aux femmes, adoption de postures machistes, grimaces indifférentes aux codes de la beauté et stigmatisation de l’idéologie libérale constituent les arguments de la revendication politique. Ainsi, ici on simule l’enthousiasme à travers la citation fictive « Chic une augmentation de 6,50 Euros, à moi les soldes !14 » quand le numéro de lancement de Rose organise, lui, un tirage au sort dont l’enjeu est de gagner un carré Hermès – le foulard dissimulant la perte des cheveux15.

27Rose est du côté de la restauration des valeurs, d’une identité féminine à préserver ou à reconstruire selon une conception traditionnelle de la femme. Le magazine prône les valeurs d’un ordre patriarcal, jugé salutaire ; consolation et protection sont offertes au prix de la soumission aux structures sociales traditionnelles. Si Rose fait état de la dépendance des femmes, ce n’est pas pour s’y opposer mais pour convoquer, comme autant d’instances secourables, la famille, le personnel médical ou encore les grands groupes de l’économie du luxe. Ainsi, les remerciements aux sponsors qui figurent au début du premier numéro signalent l’évidence de son affiliation.

Image 5 : Rose n° 1, p. 4.

28Selon un principe de captation fréquent, Rose récupère des discours féministes et introduit une certaine confusion générique lorsqu’elle publie dans sa première édition, alors qu’elle n’a pas la moindre ambition d’analyse politique, un « manifeste des 343 cancéreuses » directement inspiré de celui des ‘343 salopes’ lancé en 1971 par Simone de Beauvoir sur l'avortement. Il s’agit là de concilier deux engagements incompatibles, la référence explicite à l’égérie de la cause des femmes constituant un contresens.

Conclusion

29L’analyse contrastée des deux magazines, Rose et Causette, que tout semble opposer, nous a permis de questionner la mise en scène du féminin qui les caractérise. Outre que les représentations stéréotypées étaie avec efficacité le positionnement idéologique des medias en général, il s’avère que la revendication d’y recourir s’appuie sur une conception essentialiste de la femme, l’ordre du discours et les catégories de pensée ne permettant sans doute pas de s’y soustraire facilement lorsque sa propre vie est en jeu.

Cette étude s’attache à montrer comment la presse magazine participe au renforcement des stéréotypes attachés au genre lorsque les individus sont confrontés à une situation de crise occasionnée par la maladie. L’analyse des iconotextes et des discours rapportés dans le magazine Rose, dont on compare les choix énonciatifs à ceux de Causette, permet de questionner la mise en scène du féminin envisagée comme caractéristique du positionnement idéologique des media.

Discours rapporté ; Presse féminine ; Sur-énonciation ; Stéréotype ; Verrouillage identitaire.

That analysis aims to show how the press magazine participates in the strengthening of gender stereotypes when the individuals are confronted with a crisis situation caused by a disease. The analysis of iconotexts and reported speeches in the woman's magazine Rose, whose enunciative choices we compare to those of Causette, allows to question the representation of the female gender which is characteristic of the ideological positioning in the media.

Gendered identity ; Reported speech ; Stereotypes ; Superenunciation ; Woman’s magazine.

Haut de page

Bibliographie

Blandin, C., (2011), « La famille, valeur de droite ? », Semen, 30, 71-86.

Butler, J., (2004), Le pouvoir des mots. Politique du performatif. Paris : Éditions Amsterdam. Traduit de l’anglais par Charlotte Nordmann, 1997, Excitable Speech. New York-Londres : Routledge.

Maingueneau, D., (2002), article « Fermé/ouvert ». In Charaudeau, P., Maingueneau, D., Dictionnaire d’analyse du discours. Paris : Éditions du Seuil, 261-262.

— , (2014), « Retour critique sur l'ethos », Langage et société, 149, 31-48.

Marnette, S., (2003), « Stratégies du discours rapporté et genres de discours dans la presse contemporaine », Estudios de Lengua y Literatura francesas, 14, 127-148.

Montandon, A., (dir.), (1990), Iconotextes, C.R.C.D. Paris : Ophrys.

Pahud, S., (2009), Variations publicitaires sur le genre. Une analyse linguistique des représentations publicitaires du féminin et du masculin. Lausanne-/Lugano-Zurich : Arttesia.

Rabatel, A., (2005), « Les postures énonciatives dans la co-construction dialogique des points de vue: co-énonciation, sur-énonciation, sous-énonciation ». In Bres, J., Haillet, P. P., Mellet, S., Nølke, H., et Rosier, L., (éds.), Dialogisme, polyphonie: approches linguistiques. Bruxelles : Duculot, 95-110.

Récanati, F., (1981), Les énoncés performatifs. Paris : Minuit.

Références du corpus

Revue Rose : < http://www.comebackgraphic.com/flipbook/rosemagazine/index >.

Revue Causette : < http://www.causette.fr/le-mag/ >.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple le numéro 149 de la revue Langage et société, « Ethos discursif », 2014.

2 Cf. Montandon (1990 : 9) : « Le genre de l’iconotexte génère des processus de lectures plurielles [...]. Le va-et-vient entre les deux systèmes sémiologiques provoque transfert et glissement d’un mode de lecture sur l’autre, avec des mécanismes de transfert multiples, des glissements plus ou moins conscients, plus ou moins voulus, plus ou moins aléatoires dans l’effort d’accommodation de l’œil et de l’esprit à deux réalités à la fois semblables et hétérogènes qui peuvent souligner l’identité des composantes, ou la dissemblance des moyens d’expression, ou l’unité invisible régissant les deux ensembles ou l’irréductibilité d’une différence, etc. Mais cette opposition n’en est pas véritablement une, car ce qui est en jeu c’est bien une absence, une béance entre le texte et l’image, béance qui est moteur même des effets iconotextuels ».

3 Rose n° 6, p. 9.

4 Rappelons la distinction des pragmaticiens entre montrer et dire. Pour Récanati (1981 : 47), Il y a d’une part « la communication d’un contenu », d’autre part « la communication du fait de sa communication sur un certain mode ». L’ethos montré ne fait pas l’objet du discours : il est perçu , il se montre dans l’acte d’énonciation, alors que l’ethos dit porte sur l’être du monde, hors de l’énonciation (Ducrot, 1984 : 201).

5 Cf. le sourire des femmes comme « adoucisseur rituel » (Goffman, 1988 : 43).

6 Ou encore : « Qui a le droit d’avoir un enfant ? / Algérie, le printemps mou dure /  Le retour du devoir conjugal / Qui veut le retour des femmes au foyer / Sages-femmes, faut pas pousser / Voyage en graisse ».

7 Cf. Maingueneau (2002 : 261) : « la population des producteurs et celle des récepteurs […] coïncident totalement qualitativement et quantitativement ».

8 On rencontre de nombreux énoncés détachés de type exclamatif ou injonctif comme « Mieux vivre pendant le cancer ».

9 Cf. Maingueneau (1999) à propos de l’incorporation comme phénomène lié à « la communauté imaginaire de ceux qui adhèrent au même discours ». Le phénomène est d’autant plus patent ici que la corporalité est centrale.

10 Les paroles rapportées sont très nombreuses et explicitement désignées comme telles par des guillemets, qu’il faut voir ici comme marqueurs d’authenticité.

11 Ces trois énoncés sont extraits de Rose n° 1, p. 82-83.

12 Ces deux énoncés sont extrais de Rose n° 6, p. 84-85.

13 Rose n° 1, p. 18-25.

14 Causette n° 12, janvier 2011, p. 32.

15 Rose n° 1, p. 8-9.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Delormas, « Construction du corps féminin dans la presse magazine Rose et Causette, entre fleur et fusil », Semen [En ligne], 42 | 2017, mis en ligne le 28 août 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://semen.revues.org/10642

Haut de page

Auteur

Pascale Delormas

Université Paris Est  / Céditec, UPEC

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page