Navigation – Plan du site
I. Dossier thématique

Sémiotique critique du discours hypertextualisé Eléments de méthodologie, à partir de l’analyse d’un livre numérique enrichi

Alexandra Saemmer

Texte intégral

Introduction

1L’hyperlien a mauvaise presse depuis quelque temps – période de désenchantement après un temps où ce signe-outil emblématique de la textualité numérique a été investi d’un grand nombre d’espoirs. Considéré par les théoriciens pionniers de l’Internet (Landow, 1992 ; Bolter, 1991) comme la matérialisation d’une nouvelle figure de « wreader », auteur-lecteur intervenant physiquement dans la matérialité du texte, l’hyperlien était censé libérer l’écriture et la lecture des contraintes séculaires du support papier. Les données du world wide web devaient s’interconnecter, grâce à l’hyperlien, en une sorte de gigantesque bibliothèque universelle accueillant tous les savoirs de l’humanité, capable de générer de nouvelles connaissances (Lévy, 1997).

2Les chercheurs qui se sont intéressés à la réception du discours hypertextualisé ont cependant, dès les années 2000, apporté des nuances critiques aux postulats les plus enthousiastes (Ertzscheid, 2001). Alors que le fonctionnement informatique de l’hyperlien a toujours semblé limpide, sa fonction sémiotique s’est révélée plus complexe et ambigüe, et a généré autant de fascination que de réticences chez les lecteurs : inséré en plein milieu d’un texte, l’hyperlien agit comme une sorte de trou noir aspirant l’attention (et la main) du lecteur, créant des chaînes d’associations fluides ou alors des anacoluthes brutes, inspirant la jouissance d’un geste explorateur ou alors la frénésie d’un clic générateur de dissonance cognitive et d’épuisement. Alors que les pratiques d’écriture hypertextuelles semblent aujourd’hui s’enliser dans des routines, les risques d’aliénation liés au clic se sont renforcés depuis que les industries du web ont découvert le buzz-feed, et cachent derrière le fonctionnement de surface de l’hyperlien des technologies de traçage qui suivent le lecteur comme une ombre.

3L’hyperlien est porteur d’un potentiel marchand dont l’exploitation a eu des répercussions profondes sur les pratiques d’écriture et de réception. Sous le règne des GAFA (acronyme pour désigner les entreprises Google, Apple, Facebook, Amazon dominant le marché du web), l’Internet dans son ensemble est entré dans l’ère du soupçon. Là où les pionniers percevaient un espace de liberté et d’échange démocratique, les critiques de la technique numérique mettent en évidence des réseaux de domination aux finalités économiques (Bouquillon, Miège, Moeglin, 2015). Là où les cyber-enthousiastes voyaient éclore de l’expression libre, du partage de connaissances illimité, voire la formation d’un nouvel espace public, les cyber-sceptiques fustigent l’imposition de cadres hautement contraints pour l’écriture et la lecture (par exemple Jeanneret, Tardy, 2006), révèlent les structures d’exploitation du « digital labour » (Casilli, Cardon, 2015), et le creusage de « distances informationnelles » (Rieder, 2010) par un profilage qui empêche de plus en plus la libre circulation des savoirs. L’hyperlien est considéré comme étant au service des écritures industrielles. Loin de révolutionner les modes d’écriture et de lecture, il induirait une « circulation circulaire de l’information » (Rebillard, 2006, 2011 [en ligne] : n.p., à la suite de Bourdieu), avec comme seul but le référencement des pages d’un site par les moteurs de recherche.

  • 1 « L’algorithme du moteur de recherche ordonne les informations en considérant qu’un site qui reçoit (...)

4En effet, la position dominante de Google sur le marché de l’indexation des données du web a changé les écritures hypertextuelles et leurs représentations. Peu importe si un auteur insère un hyperlien pour préconiser les contenus du texte relié ou pour les fustiger, le moteur de recherche considère le lien comme une recommandation positive d’un point de vue technique (Cardon, 2015)1. Dans le domaine du journalisme en ligne par exemple, un groupe de presse a donc tout à fait intérêt à inciter les auteurs à parsemer leurs textes de liens internes, alors que les liens externes servent les objectifs stratégiques de la concurrence. L’enjeu du référencement se reflète parfois jusque dans les outils d’écriture Content Management System (CMS) qui, également, incitent le journaliste à la pratique de liens autoréférentiels en lui proposant automatiquement des hyperliens vers des pages internes. Faisant jadis appel à un lecteur explorateur avide de découvertes, les pratiques marchandes de l’hyperlien ont provoqué dans certains secteurs un appauvrissement des contenus, et ont fait émerger la figure d’un lecteur désenchanté (Saemmer, 2016) qui n’a même plus envie de cliquer parce qu’il se sait manipulé, exploité et trahi par les traces qu’il laisse à travers chacun de ses gestes en ligne.

5Face aux discours enthousiastes des décennies passées comme face au désenchantement récent, cet article a comme objectif de proposer une approche de sémiotique critique, fondée sur l’interprétation du discours hypertextualisé dans son contexte de conception et de réception. Les filiations théoriques et les particularités méthodologiques de cette approche sont présentées dans une première partie. Dans une seconde partie, la méthodologie est mise en pratique dans l’analyse d’un livre numérique « augmenté » par hyperliens : le catalogue d’exposition numérique Edward Hopper – d’une fenêtre à l’autre édité par la Réunion des musées nationaux en 2011, et accessible exclusivement sur Ipad.

1. Précisions méthodologiques

6L’approche sémiotique que je propose ici est fondée sur une analyse des modélisations des pratiques de lecture par l’artefact culturel en tant que matière à lire, à écrire, à regarder et à manipuler. Ces modélisations incarnent d’une part les représentations, habitudes, motivations, contraintes et aspirations des concepteurs tout en échappant à celles-ci, débordant les intentionnalités par leur matérialité même. D’autre part, ces modélisations sont perçues et interprétées par les lecteurs qui y investissent à leur tour des représentations, attentes et habitudes. Le sémioticien interprétant les modélisations de pratiques est évidemment tout aussi pris dans ses représentations et habitudes que le lecteur « ordinaire ». Contrairement au lecteur « ordinaire » qui remplit un artefact de sens, le sémioticien essaie en revanche aussi « d’expliquer pour quelles raisons structurales le texte peut produire ces interprétations » (Eco, 1992 : 36).

  • 2 Je reprends ici les références et traductions proposées par Pierre Thibaud en 1983 dans son article (...)

7Le concept d’« interprétant » dans la définition de Charles Sanders Pierce permet de cerner avec plus de précision le caractère dynamique et complexe du processus d’interprétation. C. S. Pierce a donné plusieurs définitions de l’interprétant, dont deux me paraissent importantes à retenir ici. En 1895, il écrit : « Un signe représente (stands for) quelque chose par rapport à l’idée qu’il produit ou modifie… Ce qu’il représente s’appelle son objet… et l’idée qu’il fait naître, son interprétant » (vol.1, par.339)2, définissant donc l’interprétant comme l’idée que le signe fait naître. Deux années plus tard, il précise cependant :

[u]n signe, ou representamen est quelque chose qui représente à quelqu’un quelque chose sous quelque rapport (respect) ou à quelque titre (capacity). Il s’adresse à quelqu’un, c’est-à-dire crée dans l’esprit de cette personne un signe équivalent, ou peut être plus développé. Ce signe qu’il crée, je l’appelle l’interprétant du premier. (vol.2, par. 228)

8L’interprétant est donc lui-même un signe, et en crée d’autres par la suite. Les représentations s’emboîtent et s’enchaînent mais, dans ce processus, certaines d’entre elles sont momentanément investies d’une idée de « vérité » : « [e] n définitive, l’interprétant n’est rien d’autre qu’une autre représentation qui reçoit, chemin faisant, le flambeau de la vérité ; et, en tant que représentation, il a de nouveau son interprétant. On le voit bien, c’est une autre série infinie » (vol.1, par. 339). Le concept d’« interprétant final » que C. S. Pierce propose en complément d’un interprétant « immédiat » et d’un interprétant « dynamique » (régissant le processus de la sémiose en acte), ne doit donc pas être compris comme un point final de la sémiose, mais comme une idée de vérité qui, à un moment donné, est considérée comme meilleure que d’autres.

9D’une part, comme le montre Umberto Eco dans Les limites de l’interprétation, cette idée de vérité se forme face aux matérialités de l’artefact culturel, dont sa « cohérence », qui permettent de justifier une interprétation et la distinguent de ce qu’il qualifie de « dérives interprétatives » (1992 : 128-sv.). D’autre part, des idées de vérité peuvent cependant préexister à l’acte de réception d’un artefact précis. L’interprétant peut prendre la forme d’une « habitude », comme le formule C. S. Pierce. Robert Marty actualise et politise cette conception en définissant l’interprétant non pas seulement comme une idée de vérité individuelle lancée dans la confrontation avec un signe, mais aussi comme « une norme sociale ou un habitus collectif déjà-là et la détermination ici et maintenant d’un esprit qui intériorise cette norme ». Le concept d’« interprétant collectif » proposé en outre par Jean-Jacques Boutaud et Eliseo Verón, peut être rapproché de cette définition sociale et politique de l’interprétant : pour les deux auteurs, les interprétants collectifs circonscrivent par exemple « les espaces mentaux de l’imaginaire démocratique : la nation, la famille, les immigrés » et constituent ainsi des sortes de « noyaux d’appartenance » (2007 : 19).

  • 3 Dans son célèbre texte « Rhétorique de l’image », Roland Barthes désigne ainsi les représentations (...)

10La majorité des approches sémiotiques s’appuient aujourd’hui sur l’idée que le processus d’interprétation est fondamentalement dynamique, influencé par les représentations et habitudes du sujet percevant et interprétant (voir par exemple Klinkenberg, 1996 : 384-385) tout autant que par les caractéristiques matérielles des signes qui relancent et bornent le processus d’interprétation. Le postulat que le contexte social de conception et de réception des signes doit être pris en compte pour interpréter un artefact culturel, est donc un lieu commun. Dans la pratique d’analyse, ce postulat a pourtant été plus souvent problématisé que mis en pratique. Le « savoir culturel » (Barthes, 1964)3 du sémioticien-analyste continue à être extrapolé comme point de vue prioritaire donnant accès aux signes et à leur interprétation, même s’il se trouve parfois juxtaposé aux discours des lecteurs qui sont, dans ce cas, censés valider ou invalider les hypothèses de l’interprétation sémiotique.

  • 4 Note de l’éditeur : en raison de sa large diffusion, la graphie francisée du terme anglais focus gr (...)

11La méthodologie dont je dessine ici quelques principaux traits vise au contraire à donner une place prépondérante aux « interprétants collectifs » dans la pratique d’analyse sémiotique. Pendant tout le processus d’interprétation de l’artefact culturel qui sera présenté en détail plus loin, je ferai donc appel aux discours de lecteurs recueillis dans le cadre d’entretiens et de focus groupes4. Leurs représentations individuelles et partagées ayant reçu momentanément le « flambeau de la vérité », elles seront intégrées de la façon la plus systématique possible dans l’interprétation sémiotique de l’artefact. Je m’intéresserai en particulier aux habitudes et normes sociales qui structurent les discours des lecteurs, suivant l’idée que les représentations sont certes en partie relancées par la matérialité des signes présents dans l’artefact, mais que certaines d’entre elles balisent le terrain de la réception en amont, avant et pendant que l’artefact entre dans le champ de vision du récepteur.

  • 5 J’emprunte ici le terme à Yves Jeanneret et son article intitulé « La prétention sémiotique dans la (...)

12Critique, cette méthodologie d’interprétation assume néanmoins deux « prétentions »5 qui la distinguent des études d’usage purement socio-constructivistes. Premièrement, comme je l’ai déjà indiqué plus haut, elle ne recueille pas seulement les discours de lecteurs pour montrer comment ceux-ci interprètent un artefact, mais elle essaie aussi de comprendre pourquoi ils le font. Elle s’intéresse aux raisons textuelles et aux habitudes et normes sociales qui guident conjointement la pratique interprétative des sujets. Par exemple, il sera montré plus loin que la lecture sur support numérique est considérée comme rapide et impatiente par un grand nombre de lecteurs. Cette représentation reçoit le flambeau de la vérité parce qu’elle se fonde sur une norme sociale, qui est inspirée d’une part par les discours d’accompagnement médiatiques et industriels dans un mode accéléré, et qui est d’autre part modélisée par le design des dispositifs de lecture industriels et un certain agencement hypertextuel des contenus. Mytho-critique dans la tradition initiée par Roland Barthes, cette méthodologie tente ainsi d’analyser, comme l’a formulé Umberto Eco :

les connexions secrètes et cachées d’un système culturel donné, les modalités dans lesquelles le travail de production des signes peut respecter ou trahir la complexité de ce réticule sémantique, en le rendant adéquat (ou en le séparant du) travail humain de transformation des états du monde ». (Eco, 1975 : 370)

13La dimension critique se fonde aussi sur le fait que cette approche s’intéresse, dans la mesure du possible circonscrit par les normes sociales et habitudes du sémioticien lui-même, à l’ensemble des modélisations de pratiques proposées par un artefact culturel, et non pas seulement à celles qui sont actualisées dans les pratiques les plus courantes. Il ne s’agit pas ici d’opposer le lecteur « naïf » au lecteur « critique », mais de prendre en compte une caractéristique fondamentale de grand nombre d’artefacts numériques : leur caractère hypertextuel. Il est un fait que, dans un hypertexte, tous les hyperliens ne sont pas activés par tous les lecteurs, et que certains ne le sont même jamais. Essayant de « faire le tour » de l’ensemble des pratiques modélisées, la sémiotique critique repère ce qui est préférentiellement actualisé par une communauté de lecteurs, et ce qui ne l’est pas. Elle essaie de sonder les raisons sociales, politiques, économiques ou idéologiques des usages et des non-usages.

  • 6 Stuart Hall prend dans ses analyses en compte à la fois les « grammaires médiatiques » qui structur (...)

14Concrètement, si elle essaie donc d’identifier l’éventail complet des pratiques modélisées par les matérialités d’un artefact culturel, elle part cependant aussi du postulat que toutes ces modélisations ne sont pas proposées au lecteur à part égale, que l’artefact culturel est au contraire structuré par ce que Stuart Hall6 a appelé des « lectures préférentielles » : des pratiques vers lesquelles les concepteurs essaient de guider le lecteur en respectant un certain nombre de contraintes, techniques, économiques et politiques. Certes, les modélisations de pratiques dans un artefact culturel peuvent donc être interprétées de façon diverse par les récepteurs, mais je nuancerais cette idée d’ouverture extrême avec David Morley en affirmant que « la polysémie du message n’exclut pas qu’il obéisse à une structure » : « Les publics ne voient pas simplement dans un texte ou une image ce qu’ils veulent y voir, dès lors il ne s’agit pas d’une fenêtre ouverte sur le monde, mais d’une construction » (2008 : 159). Les pratiques interprétatives du récepteur sont orientées par les lectures préférentielles matérialisées dans l’artefact, et cela d’autant plus fortement lorsqu’un artefact est issu d’une « industrie culturelle ». Comme le souligne David Morley en utilisant le vocabulaire proposé par Stuart Hall, les capacités de « décodage » du sujet sont, dans ce cas, souvent peu équivalentes à la puissance des structures de pouvoir qui s’y trouvent « encodées » (2008 : 159).

15Le discours hypertextualisé est, quant à lui, littéralement marqué par des tentatives d’imposition de lectures préférentielles. Dans un livre numérique pour Ipad comme celui qui sera analysé plus loin, mais aussi dans la presse en ligne par exemple, l’hyperlien incarne de façon plastique des tentatives de guidage vers des lectures préférentielles. Sans même parler des conséquences à plus long terme de l’activation de certains hyperliens qui peuvent dans leur code cacher des appâts pour traquer nos comportements, l’hyperlien adresse à travers sa matérialité textuelle des propositions de sens hautement préfigurées.

16Comme l’affirment Jean Davallon et Yves Jeanneret, un hyperlien est à la fois la trace d’une interprétation et l’anticipation d’une lecture (2004) : la trace d’une interprétation de la relation entre deux textes par l’auteur qui a posé le lien ; l’anticipation d’une lecture qui sera effectuée par le sujet qui activera le lien. Dans un article datant de 2006, Bertrand Gervais observe que l’hyperlien agit comme un signe déjà interprété en évacuant par sa stabilité technique le rôle de l’interprétant. Cette représentation, certes radicale, pointe avec justesse le caractère contraint de l’hyperlien. Prenons l’exemple d’un article journalistique qui, par hyperlien sur un mot, convoque Wikipédia : reflétant peut-être les pratiques informationnelles du journaliste, cet hyperlien guide surtout le lecteur vers une définition du mot, essayant ainsi de clôturer le champ des interprétations possibles. Si de telles pratiques du lien peuvent éventuellement satisfaire les attentes d’un lecteur qui souhaite réduire son incertitude sur le monde, elles ont également provoqué un sentiment de lassitude, comme le montrent des études que j’ai menées récemment auprès de publics étudiants (Saemmer, 2016).

  • 7 « Le dispositif a donc une fonction de stratégie dominante », affirme Michel Foucault. Il reflète u (...)

17Lorsque l’auteur tente de mettre au défi les attentes informationnelles en diversifiant les pratiques de l’hyperlien, donnant par exemple via hyperlien accès à un point de vue opposé à celui exposé dans le texte initial, le lecteur ne se montre pourtant pas forcément plus intéressé : trop intériorisées sont les normes sociales concernant la fonction « informationnelle » de l’hyperlien, trop prégnantes les habitudes de consommation accélérées du texte numérique. S’y ajoute le fait que les appareils de lecture eux-mêmes, comme la tablette ou le smartphone, sont plus que jamais des « dispositifs » au sens que Michel Foucault7 a donné à ce terme : structurés par des stratégies de domination industrielles qui guident les pratiques d’écriture et de lecture avant même que le récepteur n’accède à un texte précis, ces appareils le confrontent à des interfaces caractérisées par une esthétique de l’immersion et du surgissement, qui est en train de forger à très grande échelle les représentations et habitudes face aux productions numériques.

2. Modélisations de pratiques dans le discours hypertextualisé

2.1. Le livre-application Edward Hopper : D’une fenêtre à l’autre

18Après ces propos introductifs, je propose de mettre en œuvre la méthodologie en interprétant le livre-application Edward Hopper : D’une fenêtre à l’autre. Ce catalogue d’exposition numérique est destiné à la lecture sur Ipad, dispositif qui en amont modélise un certain nombre de pratiques (comme le « touch » effectué directement sur l’écran pour activer un hyperlien), et qui suscite d’emblée des attentes fortes d’une certaine « spectacularisation » des contenus muséaux. L’application Hopper occupe néanmoins un statut particulier, de prototype, parmi les publications numériques de la Réunion des musées nationaux (Rmn). Une subvention du Centre National du Livre a facilité l’expérimentation avec des formes qui n’ont pas toutes pu être stabilisées lorsque, par la suite, la production de catalogues d’exposition numériques a du être standardisée pour des raisons financières.

  • 8 Le projet « Catalogues d’exposition enrichis » a bénéficié d’un soutien du Laboratoire d’excellence (...)
  • 9 Ces focus groupes d’une durée de trois heures chacun se sont déroulés les 12 juin et 8 octobre 2015 (...)

19Le catalogue Hopper faisait partie du corpus d’étude d’un projet de recherche intitulé « Catalogues d’exposition enrichis », que j’ai encadré entre 2012 et 2015 en collaboration avec de nombreux partenaires8. Une méthodologie sémiotique fondée à la fois sur le recueil de discours et l’analyse des matérialités de l’artefact culturel trouve un cadre idéal dans de tels projets collaboratifs. Nolwenn Tréhondart, doctorante fortement impliquée dans le projet, a mené d’une part une trentaine d’entretiens auprès de concepteurs de livres numériques. En coopération avec des chercheurs de la BPI9, deux focus groupes auprès de lecteurs du catalogue numérique Hopper ont également été organisés.

20La sémiotique critique peut recourir aux discours de concepteurs et de récepteurs pour étudier en acte le rôle des interprétants dans la sémiose. Pour des raisons de format, je me concentrerai ici sur les « interprétants collectifs » identifiés à partir des discours de lecteurs confrontés au livre-application, discours que nous avons recueillis lors de deux focus groupes, et analysés avec Nolwenn Tréhondart dans l’objectif d’y déceler des champs lexicaux récurrents. Ces champs lexicaux ont inspiré les catégories d’un vocabulaire critique. Encore pour des raisons de format et de cadrage thématique, je ne présenterai pas une analyse exhaustive du catalogue ou du vocabulaire. Je laisserai notamment de côté les parties animées du catalogue, où le lecteur n’est pas amené à interagir avec des éléments hypertextualisés.

2.2. Figures de la lecture sélective

21Lors des focus groupes, les lecteurs ont été invités à une découverte « guidée » qui a débuté sur la « Une » du livre-application. Nous avons sollicité de premières réactions, puis nous avons proposé, pas à pas, une exploration de quelques pages-écran hyperliées, entrecoupée par des pauses où nous avons de nouveau interrogé les lecteurs sur leurs impressions.

22Au centre de la « Une » (voir Figure 1), en-dessous du titre de l’application et de la signature du commissaire Didier Ottinger, neuf tableaux du peintre Edward Hopper se trouvent réunis sous forme de mosaïque, sans autre « discours d’escorte » (Simon, 2011) textuel. Les lecteurs ont majoritairement interprété cette mosaïque comme une invitation à « piocher », à « sélectionner » dans un « premier aperçu des œuvres » qui offre des « propositions de navigation différentes », le « choix de pouvoir entrer dans l’œuvre selon le point de vue que l’on souhaite ». Si les réactions face à cette unité éditoriale ont souvent été positives (« C’est bien parce qu’on a le choix »), plusieurs lecteurs craignaient néanmoins une certaine fragmentation, et affirmaient préférer « être pris par la main ».

23Les unités que nous avons décidé d’appeler « pro-sélectives », proposent au lecteur une liberté de choix sans lui imposer une hiérarchie préétablie (contrairement au menu-sommaire). Elles sont caractéristiques d’un grand nombre de productions actuelles portées par les industries culturelles du numérique : voir par exemple la partie basse de la « Une » de liberation.fr également structurée en mosaïque (Saemmer, 2016). Associées à des lectures de « picorage », elles s’accordent à la navigation par vignettes proposée par l’interface Ipad elle-même. Surtout quand elles sont peu contextualisées par des « discours d’escorte » (Simon, 2011), elles risquent cependant d’encourager des pratiques de lecture elliptiques et superficielles fréquemment associées à l’hyperlien (Carr, 2008), et favorisent éventuellement une accélération des pratiques mise au profit d’une économie de l’attention (Citton, 2014).

Figure 1 : Capture de la première page-écran de l’application Edward Hopper. D’une fenêtre à l’autre. Le lecteur est invité à sélectionner l’un des neuf tableaux

du peintre pour débuter la lecture du catalogue.

2.3. Figures de la lecture immersive

24Une fois l’un des tableaux sélectionné, la lecture se poursuit par le déroulement d’une séquence animée de plusieurs minutes qui propose une contextualisation du tableau, faisant intervenir des éléments biographiques, des bribes d’histoire culturelle et divers intertextes. La séquence est composée d’éléments iconographiques, d’animations textuelles et d’un commentaire sonore prononcé par une voix masculine. Je ne rentre pas dans les détails de cette unité éditoriale « pro-contemplative », car elle n’offre pas d’éléments hyperliés activables par le lecteur. Je passe donc à la page-écran statique qui clôt la séquence animée : deux ou trois carrés blancs, légèrement transparents, se trouvent superposés à des détails du tableau et invitent à les explorer de plus près.

25Sur le tableau « Noctambules » par exemple, sont ainsi « ciblés » l’homme solitaire et le couple accoudés au bar (voir Figure 2). Face à ces zones interactives, les lecteurs s’attendaient majoritairement à « quelque chose d’immersif » : soit une plongée dans la matérialité de l’œuvre, soit une exploration interactive du bar, soit une « entrée dans la vie des personnages », et dans tous les cas une « coupure avec la réalité » : « Je voudrais voir le devant du monsieur, je voudrais m’y mettre peut-être ». Nous avons appelé « pro-immersifs » ces éléments manipulables, sollicités par un geste interactif qui littéralement « enclenche » la plongée dans l’univers de la fiction, et dont le caractère iconique se trouve mis au profit de l’immersion.

26Les premiers théoriciens de l’hyperfiction avaient mis en doute le potentiel immersif de l’implication du corps dans la lecture hypertextuelle (Bolter, 1991), insistant sur l’anacoluthe que l’hyperlien provoquerait fatalement dans l’enchaînement linéaire du discours. Le lecteur actuel, habitué à une pratique récréative des interfaces numériques, s’attend au contraire à ce que sa capacité d’imaginaire soit mobilisée par la sensorialité des gestes de manipulation qui lui font oublier le dispositif. « Je veux appréhender avec mes sens, pas avec mon cerveau », déclare l’un des participants, me rappelant le constat de Theodor W. Adorno et de Max Horkheimer que « s’amuser signifie toujours : penser à rien » (2015 : 58). Beaucoup de concepteurs d’applications privilégient en effet l’enchantement immersif à l’aridité de l’argumentation.

27Le catalogue Hopper résiste en revanche à la satisfaction de cette norme sociale, suggérant certes des possibilités d’immersion mais ramenant toujours le lecteur vers une lecture préférentiellement savante, fondée sur un discours descriptif ou argumentatif. L’activation de l’hyperlien posé sur le rectangle entourant le couple au bar par exemple, ne permet pas de « toucher » à l’intimité des personnages, mais fait surgir une page-écran qui fournit des explications contextuelles érudites sur la « postérité » de l’œuvre de Hopper. Grande a été alors la déception verbalisée par nos lecteurs : « Quel est le lien entre la postérité et ces deux personnages ? », s’interroge un lecteur, « hyperdécevant », s’exclame un autre, « on s’attend à entrer dans les personnages alors que non ».

Figure 2 : Capture de la page-écran suivant la séquence animée. Deux rectangles blancs et légèrement transparents se sont installés sur des détails du tableau, et peuvent être activés par touch.

2.4. Figures de la lecture totalisante

28Avant d’analyser en détail l’agencement hypertextuel entre les multiples pages-écran qui, dans cette application, proposent une vaste contextualisation savante de l’œuvre de Hopper, il convient de considérer – comme nous l’avons fait dans le cadre des focus groupes – une particularité du catalogue Hopper : la carte de navigation interactive, accessible dès la « Une » par activation d’un petit symbole qui se répète ensuite sur toutes les pages. La carte (Figure 3) propose une vue d’ensemble des pages-écran, représentées sous forme de miniatures, regroupées en étoile à partir de la Une et reliées entre elles par des flèches symbolisant les parcours hypertextuels. Les pages déjà explorées sont grisées, la page active est entourée d’un liséré rouge. Cette carte permet par ailleurs une plongée in medias res dans les contenus : lorsque le lecteur active une miniature, il atterrit immédiatement sur la page-écran correspondante, et peut continuer la lecture en activant des flèches de navigation situées aux extrémités de la page-écran (Figure 4).

  • 10 Jay David Bolter a affirmé en 1991 que l’« espace » d’écriture électronique reflète la façon dont f (...)

29Sont donc modélisées par cette carte d’une part une lecture « sélective », que l’un des lecteurs a décrit par un effet « bibliothèque » : « On commence par telle chose, et après, on cherche tel élément parce que celui-ci nous intéresse plus qu’un autre. Il y a comme un effet bibliothèque d’aller chercher des éléments… », « ça permet de sélectionner » ; et d’autre part une lecture « totalisante » qui propose une vision complète sur le volume des pages et leur agencement. Plus qu’à un sommaire, cette représentation graphique fait penser certains lecteurs à une « carte heuristique » - interprétant final qui rejoint les représentations historiques du web comme mise en abîme du fonctionnement neuronal (Bolter, 1991, 2002)10. D’autres lecteurs en revanche, n’y perçoivent qu’un « labyrinthe ». Si la carte valorise la richesse quantitative de l’application, les ramifications complexes de ce réseau ne donnent en effet aucune indication sur les raisons qui ont motivé la pose des liens entre les pages. Certains lecteurs doutaient par conséquent que cette représentation graphique de parcours constitue une véritable aide à la lecture.

30S’y rajoute un problème de scénarisation, que les lecteurs n’ont pas perçu lors des focus groupes parce qu’ils n’ont pas pu découvrir l’application en situation de lecture privée. Lorsque le lecteur peut activer n’importe quelle page-écran d’un hypertexte à partir d’une carte, la page-écran doit à la fois pouvoir « faire sens » seule, lue en tant qu’unité autonome, et dans son contexte de navigation qui passe par l’activation des hyperliens situées dans le catalogue Hopper à l’extrémité de chaque page-écran. Or, pour ne citer qu’un exemple, la relation entre la page-écran intitulée « Lumière profane » consacrée au mythe de Danaé, et l’œuvre de Hopper s’avère difficile à interpréter lorsque la page est consultée par le seul biais de la carte de navigation : le nom de Hopper n’y est même pas mentionné. Cette relation s’éclaire en revanche lorsque le lecteur découvre cette page par navigation interne, en cohérence avec les pages-écran précédentes et suivantes.

Figure 3 : Capture de carte de navigation de l’application Edward Hopper. D’une fenêtre à l’autre proposant une entrée possible dans les contenus. La carte représente l’ensemble des pages-écran de l’application, qui peuvent être activées par touch.

2.5. Figures de la lecture informationnelle

31La lecture des contenus « dans l’ordre » passe donc par l’activation de flèches en haut et en bas, à gauche et à droite de la page-écran, et par d’autres symboles de navigation situés à l’intérieur de certaines unités éditoriales (voir Figure 4). Dans l’application Hopper, l’activation de la flèche située en haut de la page-écran permet toujours de « remonter » progressivement vers la mosaïque des neuf tableaux centraux, et remplit ainsi la fonction d’un renvoi à la « page précédente ». Les autres flèches pointant vers le bas, la gauche ou la droite proposent toutes sortes d’approfondissements ou de « pas de côté », modélisant des pratiques de lecture diversifiées qui ne se laissent pas déduire de la forme de ces symboles et ne sont expliquées par aucun discours d’escorte.

  • 11 Le Journal du net, < http://www.journaldunet.com/​encyclopedie/​php/​commun/​imprimer_
  • 12 Texte original :« I will argue that hypertext links are defining in nature » (DeWitt, 1999 : 118).
  • 13 Voir les résultats d’enquêtes empiriques présentés dans Saemmer (2015).

32Le lexique du Journaldunet circonscrit comme principale fonction discursive de l’hyperlien « la définition d’un mot reliée à son occurrence »11. De même, Scott Lloyd DeWitt a avancé « Je dirais que les liens hypertextes sont par nature définissants» (1999: 118)12. L’attente que l’hyperlien relie un mot à une définition, une date à un événement, un nom d’auteur à sa biographie, un crime à ses preuves ou à ses témoins, qu’il serve donc avant tout à confirmer, mais en aucun cas à mettre en doute ou à contredire des informations, peut être considérée comme l’un des interprétants les plus couramment mobilisés face au texte numérique13.

33« Je veux un complément d’information, pour compléter la visite », a affirmé l’un des participants à nos focus groupes lorsque nous avons recueilli les attentes vis-à-vis des hyperliens présents à l’intérieur des pages-écran (Figure 4), « je m’attends à des explications sur la technique, la façon de peindre », « sur l’histoire » « la mise en scène », ont renchéri d’autres, « on clique et on nous explique la période », « c’est de la documentation ». La lecture que je propose d’appeler « informationnelle » parce que sa motivation principale semble être la réduction de l’incertitude sur le monde, s’oppose pour nos lecteurs à la « lecture-plaisir » tout en étant valorisée : « J’ai besoin d’informations pour savoir et comprendre, la question de l’information supplémentaire et contextuelle permet d’avoir, non pas du plaisir avec l’œuvre, mais de savoir pourquoi ce tableau est important, et là il y a du sens ». Si des hyperliens « pro-informationnels » sont reconnus comme « pratiques » et « efficaces », ils favorisent cependant une pratique de lecture accélérée : ce qui est seulement confirmé par lien ne sert souvent qu’à rassurer le lecteur sur le fait que l’information existe.

34Dans l’application Hopper, plusieurs hyperliens répondent aux attentes courantes d’avoir accès à des compléments, des illustrations, des contextualisations informationnelles. L’activation d’une flèche courbée incrustée dans le tableau « La Guerre de Sécession » provoque par exemple l’apparition d’une page-écran consacrée au traitement de la guerre de sécession par Hopper. Les petits « + » incrustés sur d’autres tableaux donnent accès à des éléments biographiques du peintre. Le caractère didactique et peu surprenant de certaines relations ainsi établies par hyperlien peut lasser : « au bout de vingt secondes ça me barbe », s’exclame l’un des lecteurs. En dépit de la norme sociale d’une lecture accélérée par hyperlien informationnel, mis en avant par les industries culturelles pour justifier la proposition de textes courts et peu argumentatifs, les lecteurs ne se réjouissent donc pas systématiquement de la satisfaction de cette attente.

Figure 4 : Capture de l’une des pages-écran de l’application. Les flèches situées à l’extrémité de la page-écran et pointant vers le haut, la droite et le bas

sont des hyperliens permettant d’accéder à d’autres pages.

2.6. Figures de la lecture dialogique

35Certains lecteurs ont en effet affirmé leur goût pour la découverte surprenante. Ils se disent prêts à investir du temps pour comprendre les motivations d’un hyperlien : « Je ne veux pas qu’on me mâche le travail ». La possibilité offerte par l’hyperlien de « comparer des œuvres, de les mettre côte à côte », de « faire des parallèles » et des juxtapositions raisonnées, est favorablement accueillie.

36Beaucoup d’hyperliens dans l’application Hopper répondent à ces représentations que j’appelle « dialogiques » (voir Saemmer, 2015). Ils modélisent une lecture comparative des contenus, voire un déplacement de focus. Une page-écran est ainsi consacrée aux « Phares dans l’œuvre de Hopper » et illustrée par un album feuilletable de tableaux de phares réalisés par le peintre. Si le lecteur active la flèche pointant vers le bas à l’extrémité de la page-écran, le phare de Haute-Terre lui est présenté en photo. Le lecteur est invité à comparer l’original à la peinture. La page-écran reliée à la flèche pointant vers le bas, à partir de la page intitulée « Les lumières de la ville », propose une page consacrée aux « Ténèbres de la ville », juxtaposant ainsi des points de vue opposés. L’activation du carré interactif posé sur la coque de bateau dans le tableau « Ground Swell » fait apparaître une page-écran intitulée « Le 19e siècle en France et aux États-Unis », et propose un élargissement de focus vers la « Grande histoire ».

37Ces hyperliens font appel à un lecteur patient, prêt à effectuer les mises en perspective nécessaires pour comprendre l’argumentation portée par l’hypertexte – un lecteur qui, selon certains discours d’accompagnement, n’existe pas sur support numérique mais que l’application Hopper ose modéliser, et même de façon préférentielle : les hyperliens « pro-dialogiques » sont en effet plus fréquents que les hyperliens « pro-informationnels ».

2.7. Figures de la lecture déviative

38Le jeu avec l’incertitude de la suite est l’une des caractéristiques fortes du discours hypertextualisé. Susanna Pajares Tosca appelle « suggestifs » les hyperliens qui mettent au défi les attentes du lecteur, et qui privilégient ainsi la découverte insolite à l’information « efficace » (Pajares Tosca, 2000). Selon Emily Golson, ce genre de liens peuvent « rompre avec des schémas de pensée familiers » (1999 : 158), à condition que le lecteur mette en œuvre les processus de médiation nécessaires pour les interpréter. Dans l’application Hopper, certains hyperliens vont jusqu’à modéliser de véritables « pas de côté », proposant des associations que j’appelle « déviatives » (Saemmer, 2015).

39Dans le tableau « Morning sun » de Hopper, l’activation du rectangle incrusté sur la fenêtre donne par exemple accès à une page-écran intitulée « Héliotropes ». L’hyperlien modélise une mise en relation métaphorique entre la femme assise devant la fenêtre ouverte et les tournesols. Certains lecteurs dans nos focus groupes ont accueilli positivement les hyperliens pro-déviatifs, affirmant : « on veut se perdre ainsi ! », « j’ai un grand plaisir en ne comprenant rien ». D’autres en revanche se sont exclamés : « c’est perturbant et frustrant », « ça me dépasse », « ça n’a rien à voir », « c’est trop difficile ». Alors que les uns soulignent donc leur plaisir de la découverte, d’autres verbalisent paradoxalement une impression de domination : « Je n’ai aucune liberté, je suis projeté ailleurs, j’ai pris un chemin que je n’ai pas choisi ».

40Il faut rappeler que la situation de lecture en focus groupe était particulière, car les lecteurs n’avaient pas la possibilité de s’engager dans une lecture concentrée des contenus. Les lecteurs spontanément réticents aux « déviations » modélisées par certains hyperliens auraient-ils été prêts à les accueillir positivement dans un cadré de lecture privée ? Beaucoup d’industries culturelles produisant pour tablette et smartphone préfèrent ne pas prendre le risque, et modélisent préférentiellement des lectures accélérées, spectaculaires, peu tournées vers l’argumentation complexe, le débat d’idées ou l’association métaphorique.

41Lors de l’échange qui s’est engagé dans l’un des focus groupes face au potentiel déviatif de certains liens, la question du « typage » des hyperliens a été posée. Des indices graphiques ou « discours d’escorte d’incitation » (comme Justine Simon appelle les info-bulles qui apparaissent sur certains sites Internet lorsque le lecteur frôle un hyperlien avec le curseur), aideraient-ils à préparer le terrain aux découvertes déconcertantes ? L’idée a divisé la communauté de lecteurs : si les uns ont affirmé qu’il s’agirait là d’une aide précieuse (« On aimerait des flèches indiquant les thématiques qu’on va trouver »), d’autres pensent qu’un typage visuel réduirait l’effet de surprise qu’ils recherchent dans un hypertexte.

3. Champs de cohérence et de tension, en conclusion

42L’objectif principal de la démarche de sémiotique critique, mise en œuvre ici à partir du catalogue d’exposition enrichi Edward Hopper. D’une fenêtre à l’autre, est d’étudier à la fois comment la matérialité de l’artefact modélise les pratiques de réception, et comment les interprétants agissent lors de l’actualisation de ces modélisations sur le terrain des pratiques sociales. Dans le domaine des cultural studies notamment, des méthodologies socio-sémiotiques ont été expérimentées (Brundsdon, Morley, 1999), mais l’étude sémiotique de l’artefact a généralement été séparée de l’étude des processus de conception et de réception. La méthodologie proposée ici fait au contraire intervenir les discours des récepteurs à toutes les étapes de l’analyse. La dimension critique de cette approche repose d’une part sur l’étude des enjeux qui motivent la matérialisation de certaines représentations, habitudes et normes sociales dans l’artefact culturel, et d’autre part sur l’analyse des normes sociales et habitus collectifs qui guident les pratiques des lecteurs face à ces modélisations de pratiques.

43L’un des allants-de-soi le plus fréquemment associés à l’hyperlien consiste à affirmer que celui-ci sert avant tout à fournir des définitions, des informations complémentaires. La représentation de la lecture numérique comme fatalement rapide et superficielle est mobilisée pour justifier des pratiques d’écriture exclusivement délimitantes de l’hyperlien. Les industries culturelles du numérique s’emparent des normes sociales pour proposer des textes courts et facilement navigables – conséquence qui arrange bien évidemment les affaires du marketing éditorial, motivé par le buzz-feed et le traçage comportemental. Or, notre étude a montré qu’une matérialisation systématique de ces normes dans l’artefact culturel déçoit et épuise certains lecteurs. Ceux-ci ont certes majoritairement verbalisé des attentes informationnelles vis-à-vis des hyperliens dans le catalogue Hopper, mais ils se disaient ouverts à des découvertes plus surprenantes, quittes à passer plus de temps pour comprendre la structure argumentative ainsi modélisée.

44Le catalogue Hopper prend le risque d’expérimenter avec des hyperliens pro-dialogiques, voire pro-déviatifs. Certains lecteurs se sont déclarés ravis, alors que d’autres sont restés perplexes devant des associations hypertextuelles dont la logique ne se dévoilait pas immédiatement. La divergence des points de vue a illustré que d’une part, les pratiques de lecture numérique ne sont pas aussi uniformes que certaines industries du contenu voudraient le faire croire. D’autre part, le fait que le catalogue Hopper ose modéliser de façon préférentielle des pratiques intensives et réflexives prouve que des îlots de résistance aux injonctions marchandes se forment parfois au sein même des productions issues des industries culturelles.

45Si une partie des lecteurs dans les focus groupes s’est dit prête à effectuer des pratiques de lecture réflexives pour comprendre la relation hypertextuelle entre les pages-écran de l’application, tous se rejoignent autour de l’attente d’une modélisation de lectures immersives. Le livre numérique, de surcroît lorsqu’il est proposé pour Ipad, est associé à des esthétiques spectaculaires, de plongée et de surgissement, actionnées par des gestes de manipulation qui sont censés renforcer la sensation d’immersion. Le lecteur s’attend à pousser des portes lorsqu’il clique sur une image, il s’attend à réveiller à la vie des personnages lorsqu’il les « touche » - attentes qui sont peu satisfaites par les pratiques modélisées dans le catalogue Hopper. On pourrait s’en réjouir, louer l’audace des concepteurs de résister à la spectacularisation des contenus. On condamnerait pourtant ainsi en bloc des approches sensibles du texte que le discours numérique peut modéliser grâce à sa manipulabilité – approches qui pourraient faire émerger d’autres formes de compréhension. Penser l’implication du corps dans le texte numérique sans tomber dans les pièges des industries du divertissement est un défi encore rarement relevé de façon convaincante. Le catalogue Hopper se caractérise en tout cas par une frilosité vis-à-vis de l’immersion qui a été sanctionnée par nos lecteurs.

46Il est difficile d’écrire pour l’hypertexte, et il est difficile de lire un texte avec des hyperliens. Plus les hyperliens mettent au défi les attentes courantes, plus certains lecteurs risquent de se sentir perdus. Le sentiment de perte de repères ne vient pourtant pas toujours d’un manque de curiosité de la part du lecteur, mais parfois – comme le montrent certaines parties du catalogue Hopper – aussi d’un manque de cohérence logique et argumentative dans la scénarisation hypertextuelle elle-même, ainsi que d’un manque de « discours d’escorte » textuels et visuels qui faciliteraient l’orientation. Cinquante ans après les premières expérimentations avec l’hyperlien, il serait donc temps de déployer enfin le potentiel discursif de l’hyperlien dans toutes ses dimensions, argumentatives, immersives et narratives, et de ne pas abandonner ce terrain aux exploitations purement marchandes.

L’hyperlien a mauvaise presse depuis quelque temps – période de désenchantement après un temps où ce signe-outil emblématique de la textualité numérique a été investi d’un grand nombre d’espoirs. Face aux discours enthousiastes des décennies passées comme face au désenchantement récent, cet article a comme objectif de proposer une sémiotique critique fondée sur l’analyse précise des caractéristiques textuelles et formelles du discours hypertextualisé, dans son contexte de conception et de réception. Les filiations théoriques et les particularités méthodologiques de cette approche sont présentées dans une première partie. Dans une deuxième partie, la méthodologie sera mise en pratique dans l’analyse d’un livre numérique « augmenté » par hyperliens : le catalogue d’exposition numérique Edward Hopper – d’une fenêtre à l’autre, édité par la Réunion des musées nationaux en 2011 et accessible exclusivement sur Ipad.

Sémiotique ; Sociologie ; Approche critique ; Livre augmenté ; Hyperlien

The hyperlink is much criticized of late – period of disenchantment, following a time when a lot of hope and expectations has been projected on this emblematic sign and tool of digital textuality. In response to the enthusiastic statements about hypertextuality in the past, but also in response to the recent claims of disenchantment, this article aims to present a critical semiotic approach, based on the precise analysis of textual and formal characteristics of hypertextualized speech in its context of conception and reception. The theoretical and methodological affiliations mobilized in this approach are presented in the first part. In the second part, the methodology is put into practice through the analysis of a digital book "augmented" by hyperlinks: the digital exhibition catalogue « Edward Hopper – from one window to another », edited by the Réunion des musées nationaux in 2011 and available exclusively on iPad.

Semiotics ; Sociology ; Critical approach ; Augmented book ; Hyperlink

Haut de page

Bibliographie

Adorno, T. W., Horkheimer, M., (2015), Kulturindustrie, trad. Eliane Kaufholz. Paris : Aléa.

Barthes, R., (1957), Mythologies. Paris : Éditions du Seuil.

— , (1964), « Rhétorique de l'image », Communications, 4, 40-51.

Bolter, J. D., (1991), Writing Space: The Computer in the History of Literacy. Hillsdale : Lawrence Erlbaum.

Bouquillon, Ph., Miège, B., Moeglin, P., (2015), « Industries du contenu et industries de la communication. Contribution à une déconstruction de la notion de créativité », Les Enjeux de l'Information et de la Communication, 16(3B), 17-26. Consulté le vendredi 22 avril 2016 , URL : < http://lesenjeux.u-grenoble3.fr/2015-supplementB/01-Bouquillon-Miege-Moeglin/index.html >.

Bourdieu, P., (1979), La distinction. Critique sociale du jugement. Paris : Éditions de Minuit.

Boutaud, J.-J., Verón, E., (2007), Sémiotique ouverte. Paris : Hermès.

Cardon, D., (2015), A quoi rêvent les algorithmes. Nos vies à l’heure des big data. Paris : Éditions du Seuil.

Carr, N., (2008), « Is Google making us stupid ? », The Atlantic, July/August. Consulté le vendredi 22 avril 2016, URL : < http://www.theatlantic.com/

magazine/archive/2008/07/is-google-making-us- stupid/6868/ >.

Casilli, A., Cardon, D. , (2015), Qu’est-ce que le Digital Labor ?. Paris : INA.

Citton, Y., (éd.), (2014), L’économie de l’attention. Nouvel horizon du capitalisme. Paris : La Découverte.

Davallon J., Jeanneret, Y., (2004), « La fausse évidence du lien hypertexte », Communication et langages, 140, 43-54.

DeWitt, S. L., (1999), « Defining Links ». In DeWitt, S. L. et Strasma, K., (éds.), Contexts, Intertexts and Hypertexts. Cresskill : Hampton Press, 117-154.

Eco, U., (1975), Trattato di semiotica generale. Milan : Bompiani. Traduction par Andrea Castellani, « Un apport sémiotique aux approches critiques de la communication. Notes sémio-rhétoriques sur le discours environnementaliste et sur la critique on-line du green-washing ». In Heller, T., Huet, R., Vidaillet, B., (éds.), (2013), Communication et organisation : perspectives critiques. Lille : Presses du Septentrion, 205-214.

Eco, U., (1992), Les limites de l’interprétation, Paris, Grasset, 1992.

Ertzscheid, O., (2001), Le Lieu, le Lien, le Livre. Les enjeux cognitifs et stylistiques de l’organisation hypertextuelle. Thèse de doctorat soutenue à l’Université Toulouse 2.

Foucault, M., (1994), Dits et écrits III, 1976-1979. Paris : Gallimard.

Gervais, B., (2006), « Richard Powers et les technologies de la représentation. Des vices littéraires et de quelques frontières », Alliage, 57-58, 226-237.

Golson, E., (1999), « Cognition, Meaning, and Creativity : On Reading Student Hypertexts ». In DeWitt, S. L. et Strasma, K., (éds.), Contexts, Intertexts and Hypertexts. Cresskill : Hampton Press, 155-176.

Hall, S., (2008), « Codage/décodage ». In Glevarec, H., Maigret É., et Macé, É., (éds.), Cultural Studies. Anthologie. Paris : Armand Colin, 25-40.

Jeanneret, Y., (2007), « La prétention sémiotique dans la communication », Semen [en ligne], 23. Consulté le 3 mars 2016, URL : < http://semen.revues

.org/8496 >.

Klinkenberg, J.-M., (1996), Précis de sémiotique générale. Bruxelles : De Boeck Université.

Lévy, P., (1997), Cyberculture. Paris : Odile Jacob.

Marty R., « Qu'est-ce qu'un interprétant ? », < http://perso.numericable.fr/robert.

marty/semiotique/s039.htm > (consulté le 13 juin 2016).

Morley, D., (2008), « La réception des travaux sur la réception. Retour sur Le public de Nationwide », In Glevarec, H., Maigret É., et Macé, É., (éds.), Cultural Studies. Anthologie. Paris : Armand Colin, 154-170.

Morley, D., Brundsdon, Ch., (1999), The Nationwide Television Studies. Londres-New York: Routledge.

Pajares Tosca, S., (2000), « A Pragmatic of Links », JoDI [en ligne], 1(6), < http://jodi.ecs.soton.ac.uk/Articles/v02/i03/Pajares >.

Pierce, Ch. S., (1931-1958), Collected papers of C. S. Pierce, vol. 1-6, Hartshorne, C., et Weiss, P.,(éds.), vol. 7-8, Burks, A.W. (éds.), Cambridge.

Rebillard, F., (2006), « Du traitement de l’information à son retraitement », Réseaux, 137, 29-68.

— , (2011), « Modèles socioéconomiques du journalisme en ligne et possibilités d'une information diversifiée », Supplément, Journalisme et questions sociétales au prisme des industries culturelles, Les Enjeux de l'Information et de la Communication, 12(3), 81-95.

Rieder, B., (2010), « Pratiques informationnelles et analyse des traces numériques : de la représentation à l’intervention », Études de communication [En ligne], 35, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 22 avril 2016. URL : < http://edc.revues.org/2249 >.

Saemmer, A., (2015), Rhétorique du texte numérique. Lyon : Presses de l’Enssib.

— , (2016 à paraître), « Pour une sémiotique critique des artefacts culturels ». In Biglari, A., et Roelens, N., (éds.), La sémiotique et son autre, Paris : Kimé.

Simon, J., (2011), « Analyse des liens hypertextes sur le site Mediapart dans l’affaire Woerth/Bettencourt/Mediapart ». In Saleh, I., MASSOU, L., LELEU-MERVIEL, S., JEANNERET, Y., BOUHAI, N. et MORELLI, P., (dir.), H2PTM 2011, Hypermédias et pratiques numériques. Paris : Hermès-Lavoisier, 153-164.

Tardy, C., Jeanneret, Y., (2006), « Profondeurs de l’urgent : PowerPoint, entre immédiateté et mémoire », Communication et organisation [En ligne], 29, consulté le vendredi 22 avril 2016 , URL : < http://communicationorganisa

tion.revues.org/3399 >.

Thibaud, P., (1983), « La notion piercéenne d’interprétant », Dialectica 37(1), 3-33.

Zinna, A., (2002), « L’invention de l’hypertexte », documents de travail, Università di Urbino. Consulté le vendredi 22 avril 2016, URL : < http://semiotica.uniurb.it/wp-content/uploads/2013/09/318-F.pdf >.

Haut de page

Notes

1 « L’algorithme du moteur de recherche ordonne les informations en considérant qu’un site qui reçoit d’un autre un lien reçoit en même temps un témoignage de reconnaissance qui lui donne de l’autorité » (Cardon, 2015 : 24).

2 Je reprends ici les références et traductions proposées par Pierre Thibaud en 1983 dans son article « La notion piercéenne d’interprétant », Dialectica 37, 1, 3-33.

3 Dans son célèbre texte « Rhétorique de l’image », Roland Barthes désigne ainsi les représentations qui interviennent lors de l’interprétation d’une image. En revanche, même s’il propose une problématisation de leur rôle, l’auteur ne mobilise ensuite que son propre savoir culturel pour interpréter la publicité Panzani.

4 Note de l’éditeur : en raison de sa large diffusion, la graphie francisée du terme anglais focus group(s) est ici utilisée bien qu’elle ne soit pas attestée dans les dictionnaires de référence.

5 J’emprunte ici le terme à Yves Jeanneret et son article intitulé « La prétention sémiotique dans la communication », publié en 2007.

6 Stuart Hall prend dans ses analyses en compte à la fois les « grammaires médiatiques » qui structurent un texte, et les représentations qui guident les récepteurs vers des pratiques plus ou moins concordantes avec ces grammaires : « Dans un moment déterminé, la structure emploie un code et génère un message, à un autre moment déterminé, le message par l’intermédiaire de ses décodages, débouche sur la structure des pratiques sociales » (Hall, 2008 : 27).

7 « Le dispositif a donc une fonction de stratégie dominante », affirme Michel Foucault. Il reflète un rapport de forces qui modélise les pratiques. Ce rapport repose cependant aussi sur des « bornes de savoir » qui en naissent : « C’est ça le dispositif : des stratégies de rapports de forces supportant des types de savoir, et supportés par eux » (1994 : 299-300).

8 Le projet « Catalogues d’exposition enrichis » a bénéficié d’un soutien du Laboratoire d’excellence Arts-H2H et a réuni les laboratoires CEMTI et Paragraphe de l’Université Paris 8, la BPI, la Rmn, l’Ensad et le laboratoire ELICO de l’Université de Lyon. Livre à paraître aux éditions Hermann fin 2016 (éd. Alexandra Saemmer et Nolwenn Tréhondart).

9 Ces focus groupes d’une durée de trois heures chacun se sont déroulés les 12 juin et 8 octobre 2015. Chaque séance a réuni une dizaine de participants, visiteurs d’exposition assidus, sélectionnés aussi pour leur familiarité avec les dispositifs de lecture numérique. Deux axes principaux formaient le dispositif d’enquête mis en place par Muriel Amar, Agnès Camus et Nolwenn Tréhondart : le rapport aux pratiques d’exposition au regard des supports de lecture numérique ; la présentation de quelques parcours possibles dans le catalogue Hopper et le recueil des interprétations en situation de réception.

10 Jay David Bolter a affirmé en 1991 que l’« espace » d’écriture électronique reflète la façon dont fonctionne l’esprit en rendant visibles les connexions entre idées. « L’hypertexte reconduit la pensée à une organisation en réseau plus proche de la capacité associative qui caractérise l’organisation de la pensée », a de même écrit Zinna (2002 : 3). L’association entre hypertexte et réseau neuronal était très répandue dans les années 1990-2000.

11 Le Journal du net, < http://www.journaldunet.com/encyclopedie/php/commun/imprimer_

definition.php?f_id_definition=460 > (consulté le 26 mars 2012).

12 Texte original :« I will argue that hypertext links are defining in nature » (DeWitt, 1999 : 118).

13 Voir les résultats d’enquêtes empiriques présentés dans Saemmer (2015).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Saemmer, « Sémiotique critique du discours hypertextualisé Eléments de méthodologie, à partir de l’analyse d’un livre numérique enrichi », Semen [En ligne], 42 | 2017, mis en ligne le 28 août 2017, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://semen.revues.org/10632

Haut de page

Auteur

Alexandra Saemmer

Université Paris 8 / Laboratoire CEMTI

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page