Navigation – Plan du site
I. Dossier thématique

Discours hypertextualisé et fragment : regards sur la lecture

Caroline Angé

Dédicace

Avoir du sens, avoir un sens.

(Jacques Geninasca, 1979)1

Le langage est un labyrinthe de chemins. Tu arrives par un côté, et tu t’y reconnais ; tu arrives au même endroit par un autre côté – et tu ne t’y reconnais plus. (Wittgenstein, 1961 : 203)

C’est ce nouveau paradigme de la connaissance que l’hypertexte cherche à instrumentaliser, c’est cette complexité qu’il tente d’apprivoiser. Qu’il soit fictionnel ou documentaire, source de connaissance ou générateur d’imaginaire, l’hypertexte est ainsi devenu la figure incontournable de notre modernité.

(Clément, 2000 : 57)

Texte intégral

1. Introduction

  • 2 Le corpus traité s’attachera notamment à des manuscrits littéraires.
  • 3  URL : < http://www.hypernietzsche.org/ >, < http://manuscrits-de-stendhal.org/ >, < http://dossiers-flaubert.ish-lyon.cnrs.fr >.

1L’hypermédiatisation des contenus et leurs numérisations ont porté à son paroxysme la pratique communicationnelle de l’hypertexte (Angé, 2015a). Depuis l’imaginaire du texte infini jusqu’à nos textes d’écran, la généralisation des pratiques sociales de conception, de production et de circulation du texte a rendu crucial le développement des recherches sur les pratiques d’écriture et de lecture hypertextuelles. Les enjeux communicationnels, cognitifs et sociaux de la présence des liens hypertextes désormais banalisés par les objets connectés ne résolvent pourtant nullement la question de la construction du sens lorsqu’« un discours augmenté par la présence d’un lien » (Simon, 2015 : 4), renvoie à un autre discours. C’est cette question que nous entendons examiner à l’aune des développements récents de corpus numérique par la notion de « fragment » et du lien éclairant que celui-ci entretient avec l’hypertexte en nous appuyant sur une recherche menée depuis une dizaine d’années sur des manuscrits de fragments hypertextualisés. Il s’agira dans le présent article de proposer une approche communicationnelle de l’objet inscrivant dans une histoire littéraire2 le regard porté sur la forme fragment et la manière dont son hypertextualisation peut répondre à un contrat de lecture singulier entre mise en lien et suspension d’un sens toujours reporté. La question de l’édition de fragments dans des projets éditoriaux numériques (hyperNietzsche, manuscrits de Stendhal, manuscrits de Flaubert)3 rencontre des résonances plus anciennes avec la manière dont un morceau de texte et sa mise en scène globale peut influencer aussi bien un parcours de lecture que son interprétation par le lecteur. Nous faisons l’hypothèse que ces nouveaux objets éditoriaux numériques replacés dans une histoire culturelle et littéraire longue, analysés d’un point de vue sémio-discursif réinterrogent le discours dans sa logique interdiscursive et qu’ils en montrent une dynamique pertinente pour qualifier les enjeux contemporains. C’est là que nous situerons notre axe de réflexion du texte à l’hypertexte et la prégnance des problématiques pérennes qui articule l’ordre du livre au monde numérique. Le discours hypertextualisé est construction, porteur d’un ordre de sens en devenir et d’un ordonnancement du réel supposé faire sens pour le lecteur dans un processus de réinterprétation permanente.

2Sur le plan épistémologique, scruter l’hypertexte non pas tant strictement du point de vue des objets numériques qui le donnent à voir (tweets, blogs, forums, etc.) ou à un niveau méta – de l’hyperlien – mais à partir d’une problématique antérieure qu’il pose, celle de la construction du sens pour le lecteur, permet de replacer l’objet « hypertexte » dans une historicité profonde. C’est le point de vue adopté par l’ouvrage sous notre direction « les objets hypertextuels » (Angé, 2015b) que de plaider pour ce déplacement vers une antériorité historique de la problématique et de sa réactualisation numérique, d’envisager l’écriture d’une histoire technique et sociale « d’un système à la fois matériel et intellectuel » (Clément, 1995) pour en saisir le renouvellement et les altérations. Il en va de cette mise en perspective comme de celle d’une unité qui rassemblerait des travaux antérieurs sur l’hypertexte (Angé, 2005, 2008, 2011, 2013 et 2015b) et qui viendrait présentement poser la question interminable du sens dans l’opérativité du discours.

3Le discours hypertextualisé au gré des objets diversifiés qui le portent, témoigne de cette complexité non pas tant dans les nouvelles pratiques d’écriture-lecture que dans la manière dont ces pratiques entrent en résonance avec des modalités d’interaction des textes. Ce déplacement se situe à rebours de l’analyse contemporaine des objets numériques, s’il s’agit de s’en tenir à observer leurs fonctionnements socio-discursifs au sens strict sur le support numérique. Nous privilégierons ici une approche « archéologique » non pas tant de la technologie intellectuelle mais d’une transversalité dont elle est porteuse dans l’entrejeu des discontinuités et des enchaînements, l’interrogation « sur le sens du sens » pour le lecteur. En quoi les modes de manifestations de nos pratiques quotidiennes d’écriture et de lecture numérique marquent-ils le retour d’une même question ? La délinéarisation de nos pratiques n’est-elle pas une simple résurgence des modalités intrinsèques de la « sémiose » préalable à toute constitution d’un sens (Balpe, 2000) qui ré-organise une trajectoire et un processus mettant en évidence des relations reconfigurées en permanence ? Dès lors, « le discours hypertextuel » n’est-il pas avant toute chose un processus de symbolisation structurelle de la coopérativité lectorielle dans les virtualités qu’il recèle ? L’approche par le fragment dans le processus d’avènement du sens – un concept pertinent, entre autres, pour aborder la question du texte d’écran – renvoie la question de l’hypertexte à celle de la lecture, c’est là l’hypothèse principale du présent article que nous allons développer ci-après. Le fragment est entendu ici comme une unité discursive qui a une autonomie par rapport à la linéarité de l’écriture et de la lecture mais dont l’autonomie n’est pas incompatible avec la totalité du texte.

4Pour traiter de la problématique de renouvellement des pratiques d’écriture et de lecture, il nous apparaît pertinent de publier ici les résultats d’une construction théorique élaboré dans le cadre de notre recherche doctorale (Angé, 2005) éclairant le processus de construction du sens de l’énonciation hypertextuelle à partir de l’analyse du fragment. Nous considérons mais le fragment non pas tant comme « écriture » que comme forme textuelle proposant un régime de sens singulier dans le dispositif de lecture qu’il instaure et « une stratégie de l’objet » éclairant les enjeux de la relation énonciative numérique. En effet, le contrat de lecture proposé par le fragment induit un transfert d’autorité vers le lecteur dans lequel le dispositif textuel requiert sa collaboration dès lors qu’il vient suppléer le lien absent entre les morceaux de textes.

5Dans ce sens, nous proposerons un parcours du texte à l’hypertexte montrant au travers d’un discours hypertextualisé, une pragmatique de l’acte de lecture puis la manière dont ce même discours appareillant la lecture de fragments donne à voir les potentialités critiques d’un corpus de textes fragmentaires. Enfin, nous questionnerons ce nouveau régime d’établissement du sens à partir d’une critique du fragment dans le contexte numérique des textes reliés.

6Dans un article récent, Simon (2015) définit la notion de « discours hypertextualisé » comme discours augmenté par la présence d’un lien hypertexte, renvoyant vers un autre discours en mettant l’accent sur la dimension de tissage et la perspective dialogique qu’il pose. Nous proposons ici une mise en abyme singulière de cette dimension dialogique « hors-écran » en envisageant le discours hypertextualisé dans le cadre de l’écriture fragmentaire à partir d’un dispositif expérimental (un hypertexte papier) issu de l’imprimé pour centrer notre attention sur l’acte de lecture induit par un texte de fragments. Il ne s’agira pas ici de produire une analogie entre « le fragment » de l’imprimé et « le lien hypertexte » qui supposerait une comparabilité entre le dispositif technique et le procès de son interprétation. La perspective est toute autre et propose une approche se situant uniquement au niveau de la dynamique herméneutique de la lecture en faveur d’une conception lectoriale du sens dans laquelle le fragment se voit acquérir un statut opératoire. Nous revisiterons ainsi la notion de discours hypertextualisé en instrumentant le fragment comme vecteur de démonstration de l’ambivalence du lien produit par la lecture d’un texte fragmentaire entre suspension et projection. Après des prémisses théoriques sur l’herméneutique du fragment, nous verrons en quoi celui ci produit une pragmatique de l’acte de lecture au travers d’une œuvre fragmentaire transformée en discours hypertextuel par son interprétant. Ce dernier est ainsi observé comme acte de lecture toujours unique, singulier dans le report du sens et ouvre sur une dynamique lectoriale plus créative.

7En premier lieu, comme forme sémiotique, l’écriture fragmentaire est une forme détachée d’une autre à laquelle elle renvoie dont l’unité discursive n’est pas incompatible avec l’unité du livre. Celle-ci a ses lettres de noblesse dans l’histoire littéraire et philosophique. Elle est souvent considérée du point de vue du processus d’écriture dans la saisie significative de ses traits soit comme inachevée en raison de la mort de l’auteur, accidentelle soit comme intentionnelle comme production de l’esprit ou choix délibéré d’un auteur. Les philosophies présocratiques sont connues sous cette forme comme les écrits d’Héraclite d’Éphèse qui ont subsisté au hasard de la transmission alors que les romantiques, entre autres, en feront un choix délibéré comme matière à penser.

8Notre prisme n’est pas du côté du processus d’écriture mais se situe plutôt dans la postulation communicationnelle du fragment : ses modalités sémio-discursives déploient une caractéristique commune, celle d’une situation de réception qui attribue au lecteur une fonction de recherche et d’élaboration d’une adéquation qui fasse sens d’un fragment à l’autre. Notre analyse d’un corpus de discours littéraires a déjà montré la manière dont la forme convoque de manière sensible le lecteur dans l’interaction qu’il produit (Angé, 2005). Des fragments d’Héraclite aux Fragments d’un discours amoureux de Barthes, ce dont l’exposition discontinue témoigne, c’est d’une implication du lecteur par laquelle l’objet « fragment » déploie une stratégie énonciative inscrivant sémiotiquement le lecteur dans les interstices des textes déliés. « C’est un (faire) pouvoir faire : tourné résolument vers l’action à laquelle il dispose, le fragment a valeur d’équipement pour ce qu’il instrumente […] il figure davantage comme valeur d’usage dans le programme narratif de base. » (Quéré, 1992 : 78) Celui-ci phénoménologiquement considéré comme un objet discontinu invite le lecteur à prendre part à l’acte d’interprétation l’engageant dans un « programme du faire » comme principe de communication. Henri Quéré dans ses approches du fragment esquisse un carré sémiotique du fragment qui en donne à voir quelques catégories contrastées.

Figure 1. Paradigmes et classes d’objets du procès du fragment. (Quéré, 1992 : 76)

9Ce faisant, les parcours syntaxiques s’orientent alternativement d’un état à l’autre entre « isolats » et « éléments » tout en étant considérés comme un entredeux, en projection entre destinateur et destinataire. « L’isolat », selon la conception de H. Quéré convoquée ici, réfère au fragment séparé tel un débris, alors que « l’élément » renvoie à un élément séparable comme une partie intégrante pouvant être rattaché. En déployant sémiotiquement le procès du fragment dans son contrat sémiotique, nous en percevons l’enjeu, à savoir « une compétentialisation » performative du lecteur, « un ne pas pouvoir ne pas faire » qui déplace l’attention « du bout de ficelle » vers un bout de programme, de scénario dont le sens réside dans une discursivité produite par le lecteur. Nous avons observé cette production d’un « discours hypertextualisé » à partir de la réécriture de textes de fragments en en proposant une hypertextualisation papier ou numérique – au sens d’une mise en lien dans l’acte de lecture produisant une écriture – par des commentateurs (Angé, 2005) d’auteurs fragmentistes (Bennington, 1993 ; Bartolucci, 1998). Ces initiatives témoignent bien de la performativité intrinsèque du discours hypertextualisé dans la construction du sens par le lecteur. C’est notamment le sens de l’initiative d’une maquette d’édition hypertextuelle du Tractatus de Ludwig Wittgenstein par Enrico Bartolucci qui, en 1994, à partir d’une démonstration du caractère hypertextuel de cette œuvre fragmentaire, a tenté d’en rendre explicite la structure arborescente en s’appuyant sur le système de numérotation de l’œuvre.

10L’idée était de proposer une lecture « en liens » de l’œuvre « plus appropriée » que la lecture de l’édition papier afin que le lecteur puisse visualiser les liens logiques favorisant des échos entre les questions abordées par le philosophe. Par cette hypertextualisation d’un discours philosophique, celui-ci produit une lecture pragmatique de l’œuvre comme « discours hypertextualisé ».

11S’il est communément admis de distinguer deux périodes dans la philosophie de L. Wittgenstein, le Tractatus Logico-Philosophicus incarne une première philosophie se présentant sous la forme de recueil d’aphorismes. C’est une réflexion sur le langage et les conditions auxquelles il peut représenter le monde dans laquelle le philosophe expose des allusions ou remarques péremptoires raisonnant à partir de prémisses pour en montrer le caractère limité. Comme le soulignent certains commentateurs (Chauviré, Sackur, 2003 ; Quilliot, 1995), l’œuvre dans sa forme n’est pas accompagnée du mode didactique habituel en dépit de sa technicité. Il est question d’une méthode philosophique qui met en cause le discours continu dans la résolution des problèmes qu’elle pose, d’une présentation non-académique et fragmentaire quoique non sans ordre. Outre les enjeux sémantiques de sa philosophie que nous n’aborderons pas ici, la pensée est loin d’être dépourvue d’unité et d’ordonnancement mais poursuit des déplacements incessants. Comme le souligne le concepteur de la maquette d’édition réalisée en 1994,

la philosophie du Tractatus a un point d’arrivée bien défini : tous les problèmes philosophiques sont définitivement résolus, et tout problème qui ne trouve pas une solution dans le Tractatus n’est pas un vrai problème, mais une proposition dépourvue de sens ». (Bartolucci, 1998 : 36)

12Ainsi, à l’agencement du texte en aphorismes répond la construction « d’un discours hypertextualisé » modélisé par ce lecteur de L. Wittgenstein. Cette mise en liens se traduit par la modélisation d’un hypertexte à partir du système de numérotation des propositions logiques qui elle-même repose sur un principe récursif hiérarchique dont la synthèse ci-dessous trace les grandes lignes :

–  Créer une représentation graphique de l’arborescence de l’ouvrage à partir d’un graphe dans lequel chaque nœud est numéroté et associé à une proposition.

–  La proposition sélectionnée peut être lue en cliquant sur le nœud numéroté.

–  Les 520 propositions sont agencées dans une structure hiérarchique avec une profondeur maximale de six niveaux.

–  L’arborescence est découpée arbitrairement, en un certain nombre d’écrans entre lesquels le lecteur peut naviguer.

Figure 2. Éléments du cahier des charges de l’édition hypertextuelle du Tractatus.

13Dès lors, la singularité de l’acte de lecture se manifeste précisément dans la nature de l’interprétation mise en place : examiner les frontières du sens en rendant explicite la structure arborescente du Tractatus définie par le système de numérotation. Ce discours hypertextualisé produit d’une lecture de fragments postule un lecteur coopérant, « un Lecteur modèle capable d’accomplir les opérations coopératives qu’il [Wittgenstein] propose […] » (Eco, 1985 : 77). Ce premier point donne à comprendre que la lecture dans le contexte d’un discours hypertextualisé reviendrait à rendre apparent une structure qui ne l’est pas, telle une pragmatique de l’acte de lecture. L’exemple qui suit témoigne de l’idée selon laquelle, l’écriture fragmentaire est un biais pertinent pour penser « le discours hypertextualisé » et ses enjeux en termes de construction du sens laissé à l’appréciation du lecteur dans l’élaboration des liens dialogiques interlocutifs. Ce premier point qui interprète l’hypertexte comme une structure reliée, déconstruite et recomposée par le lecteur n’est pas anachronique en ce qu’il considère « le discours hypertextualisé » hors écran. Celui-ci permet de mettre l’accent sur le lien hypertextuel comme suppléant à ce qui était, dans l’ordre du livre, laissé à l’appréciation du lecteur, à savoir l’élaboration des liens dans un entredeux à mi-chemin entre le fragment et la linéarité.

14Cette approche de la création du sens par le lecteur nous oriente vers la problématique de l’édition de fragments, qui historiquement éclaire les enjeux liés au support et plus précisément à la question du « discours hypertextualisé » dans l’hypertexte documentaire. Le fragment, cette unité discursive autonome par rapport à la linéarité de l’écriture et de la lecture mais dont l’autonomie n’est pas incompatible avec l’unité du livre, donne à voir la chaîne d’opérations techniques et intellectuelles qui préside à la mise en texte. En effet, l’histoire de l’édition de textes fragmentaires s’accompagne de controverses éditoriales qui tiennent à l’ordonnancement des fragments. L’édition numérique interroge à nouveaux frais ce débat ancien par la réalisation d’interfaces hypertextuelles et de nouveaux objets éditoriaux. Tout porte à croire que l’hypertexte, comme technologie intellectuelle et énonciative qui rompt avec la linéarité du discours, soit le dispositif idéal pour accueillir les textes fragmentaires. Cette idéologie de la convergence masque les enjeux sémiotiques qu’il convient de saisir par l’analyse de la singularité des objets numériques dans leurs circulations sociales. Comme l’indique Alexandra Saemmer en introduction de son ouvrage Rhétorique du texte numérique, les oppositions classiques entre lecture papier et numérique simplifient parfois les pratiques en confrontant une lecture « impatiente, rapide et forcément superficielle » à « une réflexion critique et de l’intériorité » au risque de déconsidérer les dispositifs, « les éléments partagés entre texte et lecteurs », les « intentions et motivations individuelles » (Saemmer, 2015 : 12-13). La problématique éditoriale des corpus d’œuvres de fragments que nous reprenons ici (Angé, 2013) s’inscrit dans cette visée de cerner les pratiques de « lecture modélisées par le texte numérique » et « anticipées par le texte lui-même » (Saemmer, 2015 : 12-13) qui déploient des stratégies en lien avec les contenus à parcourir. Dans ce sens, placer notre questionnement dans un corpus de fragments donnés à lire et à manipuler, comme le sont les hypertextes éditoriaux, pose la complexité des processus herméneutiques qui président à la construction du sens. Nous faisons l’hypothèse que ce type de dispositif rend compte de la dynamique du rapprochement entre un discours (celui de l’auteur des projets éditoriaux concernés : Nietzsche, Flaubert, Pascal, Barthes, etc.) et des discours hors-écran (commentaires, critiques, annotations, lectures) et concentre l’enjeu communicationnel du texte numérique : la prise en compte de la complexité dans le supplément de sens offert au lecteur de ces fragments. Ces objets que nous présenterons ci-après traduisent bien cette idée d’une intelligibilité outillée dans laquelle la lecture ne peut se faire « on le sait désormais, sans faire appel aux autres textes auxquels il est relié de diverses manières, conscientes ou inconscientes, explicites ou implicites, dont l’ensemble constitue son intertexte. » (Clément, 2000 : 47). Face aux hypertextes consacrés à l’œuvre d’un auteur, nous trouvons souvent deux cas de figure : des œuvres aphoristiques (une écriture en fragment intentionnelle c’est-à-dire voulue par l’auteur) ou des fragments épars non publiés en l’état en raison de la difficulté à les structurer en un objet éditorial par la diversité des formes ou leur inachèvement (Pascal, Stendhal, Flaubert). En effet, le premier des obstacles fondamentaux tient à la disparité des modes de fragmentation qui interdit de les mettre sur le même plan nécessitant « une énonciation éditoriale » (Souchier, 2007) adaptée au contexte de production de l’œuvre. La présentation en fragments constitue à elle seule une éditorialisation textuelle spécifique, puisqu’elle est loin d’avoir une fonction contingente et qu’elle acquiert une valeur sémantique en elle-même. À cet égard, la présentation d’un texte fragmentaire, du fac-similé au manuscrit à la mise en texte, s’accompagne de controverses éditoriales qui tiennent à la manière dont les fragments sont donnés à lire.

15Cet enjeu se résume dans la critique qu’adresse Henri-Jean Martin (2004) aux spécialistes de Montaigne : « Doit-on produire le texte de Montaigne tel qu’il a été originairement publié ou doit-on l’éditer tel que les modernes ont pris l’habitude de le faire ? ». La même controverse a été soulevée par l’édition Mesnard (1995) des Pensées de Pascal admettant la réalité du classement en liasse, tout en soulignant la tension entre la nécessité de l’ordre fragmentaire qui ne cesse de s’imposer, et l’ordre à établir relevant de l’éditeur qui fixe lui-même les principes à suivre. Les choix éditoriaux de mise en page des fragments font débat dès lors que la réorganisation matérielle du texte est susceptible de modifier la structure du texte donné à lire et partant ses lectures. La tension entre un ordre de fait pertinent et l’absence d’un ordre de droit se pose à l’édition imprimée dans l’ordonnancement nécessaire des fragments. Que se passe-t-il alors lorsqu’on constitue par un dispositif éditorial numérique, « un discours hypertextualisé » reliant par la navigation un ensemble de textes (une œuvre et ses commentaires, des fragments issus de différents corpus d’un auteur donné) ? Et lorsqu’on crée des procédures de mise en visibilité de ces corpus et des outils d’appropriations ?

  • 4 URL : < http://www.dossiers-flaubert.fr/​ >.

16Replacer la problématique du « discours hypertextualisé » dans les hypertextes littéraires de corpus de fragments met l’accent sur les conditions de productions d’un tel discours qui résident dans l’explicitation de son contexte et de son fonctionnement réel en « accroissant son intelligibilité par la restitution de l’environnement qui a présidé à sa création » (Clément, 2000 : 49). La mise en contexte sémiotique de fragments (traductions, notes, commentaires) produit une écriture de la lecture sans toutefois parvenir à une signification orientée qui toujours appartient au lecteur. Si le lien hypertexte n’existe pas hors de son intégration dans un contexte éditorial, le lien entre des corpus de fragments produit une dimension sémantique supplémentaire qui donne au discours hypertextualisé sa complexité et par là une « esthétique du sens » non pas tant sa fixation que sa nécessaire poursuite. Le cas de l’édition électronique des Dossiers de Bouvard et Pécuchet4 (2012) est exemplaire à ce titre des caractéristiques du discours hypertextualisé d’un hypertexte littéraire en ce qu’il est constitué autant d’un contenu hétérogène au caractère fragmentaire (portions de textes, zones dessinées sur les images de fac-similé du manuscrit, coupures, extraits, citations) que des outils présidant à la lecture du contenu à savoir le paratexte – encodage, arborescence, répartition par sections – qui encadre le manuscrit de Flaubert. Ce que soulignent les chercheurs de ce projet dont Stéphanie Dord-Crouslé, c’est que le dispositif de lecture proposé au lecteur fonctionne comme un kaléidoscope qui permet le surgissement de configurations particulières en fonction des changements de paramètres affectés aux fragments textuels par le lecteur lui-même (Dord-Crouslé, 2011). L’hypertexte littéraire se voit « renouvelé en ce que c’est l’édition du texte lui-même qui se trouve être le résultat d’un processus de configuration hypertextuelle dont le lecteur est invité à se saisir » (Ibid. : 124). Plus encore, « grâce aux liens qu’il active, le visiteur est amené à choisir […] la forme qu’il va donner à l’œuvre » (Ibid.). Sur le plan éditorial, le fragment numérique est un élément détaché de son contexte qui produit une mise en abîme de la propre fragmentation des écrits du projet flaubertien de Bouvard et Pécuchet. L’enjeu porte donc moins sur les liens à élaborer, liés à l’inachèvement d’une œuvre qui aurait dû être le résultat figé de la mobilité de ses fragments dans le temps de la genèse, que sur la compétence cognitive liée à la lecture numérique qui situe la construction du sens dans la mobilisation des contextes de réception liée à l’interface. Là se situe l’apport de l’édition électronique dans la richesse des interprétations, indispensable à la forme fragment que met en valeur le projet d’édition des dossiers documentaires de Bouvard et Pécuchet. La fidélité au manuscrit enrichie de l’intégralité des informations structurelles et conjoncturelles renforce l’appareillage critique et, plus encore, son appréhension supposée par le lecteur (Angé, 2013). Ce même enjeu se posait déjà dans un des hypertextes éditoriaux pionniers en matière d’édition électronique de manuscrits à savoir l’hyperNietzsche (2000) qui déjà mettait en place « une rhétorique hypertextuelle » (Clément, 2004) ou une « rhétorique du texte numérique » (Saemmer, 2015) donnant les clés de sa propre discursivité. Ce que nous avions qualifié « d’usages prescrits » (Angé, 2008 : 76) par l’interface et le biais des fonctionnalités de l’écriture consistait en la modélisation de signes passeurs s’appuyant sur l’imaginaire livresque du chercheur tels que la plume, l’encrier, une page de manuscrit, mettant des parcours narratifs possibles dans l’interface et répondant aux horizons d’attente des lecteurs. L’intérêt de la notion « discours hypertextualisé » dans ce contexte précis n’est pas tant de résoudre la question de la publication d’un texte fragmentaire qui laisserait au lecteur le dernier mot sur l’ordre ou l’absence d’ordre supposé des fragments. Il tient plutôt au potentiel « sens critique » du lecteur outillé par ce type d’interface qui renvoie l’hypertexte à ce qu’il est un dispositif de lecture orientée « dans une perspective fonctionnelle et documentaire » (Vandendorpe, 2015 : 33) dans le contexte précis d’un usage supposé de ces objets éditoriaux. Reprenons ici une précédente conclusion pour conclure sur ce point :

« [l]a pertinence du dispositif et des outils dépend de sa capacité à convoquer les compétences encyclopédiques, cognitives, nécessaire à l’acte de donner du sens et à la capacité à mobiliser des contextes et plus encore, à intégrer dans des interfaces de lecture des outils qui personnalisent et personnifient de plus en plus les relations aux utilisateurs de « contenus ». (Angé, 2013 [en ligne])

17Ainsi, le discours hypertextualisé dans le cas de nouveaux objets éditoriaux témoigne d’une possible lecture dialogique, celle d’une œuvre et de ses interprétants, présupposé à toute lecture réflexive, comme condition nécessaire mais pas forcément suffisante. L’hypertexte en reliant des fragments de natures différentes apporte des connaissances sur une œuvre par la mobilisation de formes médiatiques différentes mais « reste fondamentalement une collection de fragments fixes interconnectés » prise dans l’oscillation entre « une consultation ludique » et « un public érudit » dont les pratiques restent à étudier (Leleu-Merviel, 2015).

4. Discours hypertextualisé et lecteur : monstration de la sémiose ou quête vaine du sens ?

18Comment faire sens ? Comment la mise en abîme du fragment dans d’autres formes textuelles produit-elle un contexte de réception intelligible pour le lecteur et à quelles conditions ?

  • 5 Le projet SELFIES qui s’est déroulé à la Maison de l’image et à l’université Grenoble Alpes est une (...)

19Ce dernier temps nous conduit à considérer – le fragment entendu au sens d’une forme donnée à voir et à manipuler – phénoménologiquement comme « découpe » ou « isolat » puis « projection » dans ses manifestations sémiotiques (figure 1). Il convient de le ressaisir dans ce trajet ou parcours qui, du surgissement à l’écran à sa manipulation scripto-visuelle, conduit le sens aux limites de sa manifestation discursive, figurative et spatialement configurée. C’est dans ce cadre précis que nous questionnerons le processus de construction du sens pour le lecteur du discours hypertextualisé à partir de ce focal de la forme fragment. Nous avions fait l’hypothèse dans notre recherche doctorale (Angé, 2005) que le fragment concentre en lui les enjeux des pratiques de lecture-écriture hypertextuelle à venir comme résultat de la recomposition numérique du signe et de la forme et partant, qu’il était nécessaire d’en étudier les modalités sémiotiques. À l’époque, les pratiques d’écritures participatives et les objets numériques n’en étaient qu’à leurs prémisses notamment quant au design des interfaces et à leurs capacités à gérer les outils de commande des textes. Dans ce sens, nous n’avions pu que confronter nos intuitions théoriques à un corpus d’œuvres hypertextuelles trop mince à l’époque, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui avec le développement des formes brèves à l’écran (tweets, blogs, fragments, etc.). Nous en étions restée à des considérations sur la morphologie des formes éditoriales travaillant l’écriture et la construction des textes. Depuis, nos résultats montrent que ce sont davantage les conditions matérielles de mises en texte qui produisent une fragmentation à l’écran par l’extraction des données qu’une référence au modèle originaire du genre qu’il convient bien de distinguer. D’autres études telles Jeanne-Perrier (2006), Souchier, Candel (2012) ont bien montré en quoi la standardisation des écritures ont à voir avec des « petites formes » qui « déterminent autant qu’elles sont déterminées » (Candel, Souchier, 2012 : 23). Travaillant sur les petites formes des sites de tourisme, Étienne Candel et Emmanuël Souchier ont jeté les bases d’une grammaire des énoncés éditoriaux non pas tant pour leurs contenus que pour leurs compositions éditoriales et leurs définitions d’un contexte d’énonciation. Leurs analyses de la forme éditoriale du texte de voyage les conduisent à appréhender les petites formes comme des objets spécifiques au même titre que l’architexte ou le signe-passeur comme moyen d’un renouvellement de l’analyse. Les auteurs soulignent aussi bien leurs usages répétés qui les stabilisent et « les rend repérables comme des entités effectives des pratiques d’écritures numériques » (Ibid : 32), que leurs compositions éditoriales « des syntagmes isolables à l’écran, des unités – de dimensions spécifiques (de petites tailles, inférieure à la page, inférieure « au texte ») participant à la logique du cadre et à la contextualisation des éléments textuels donnés à lire » (Ibid). Reconnaissant la portée opératoire et problématisante de ces modalités d’écritures, ces analyses invitent à considérer l’émergence de ces pratiques d’écritures en relativisant leurs apports sémantiques par leurs caractéristiques fonctionnelles. Nos études non « des petites formes » mais des « formes brèves » sur le web rejoignent ce point de vue en qualifiant le fragment comme écriture de l’attention au sens de l’interpellation par le format instrumenté comme outil de circulation. En effet, si les tweets usent parfois des traits d’esprit ou de condensation de la pensée propre à la pensée fragmentaire, c’est le plus souvent à des fins médiatiques de mise en circulation des contenus et de la promotion personnelle de leurs auteurs qui nécessitent d’être lus et relayés pour « exister » sur le média numérique. Le résultat de cette filiation – ressemblant à l’écriture fragmentaire – n’en demeure pas moins un art de plaire en 140 caractères soumis à la pression médiatique, éloignant la forme fragment de sa valeur et de sa profondeur initiale, forme détournée de sa substance textuelle et formatée. Les blogs intimes comme nous l’avons montré (Angé, 2009) dans un corpus d’écriture du moi peuvent revendiquer par leurs formes une énonciation du fragment traduisant des états de conscience ou exprimant des pensées du moment. Mais, « [d]es épigraphes, des titres de posts tels « fragment premier, naissance de la conscience » (Angé, 2010 [en ligne]) et « des extrait de textes poétiques encadrent le propos » (Ibid.) voir s’y substitue dans un souci de convocation de l’autre, le destinataire-lecteur. Dès lors, « les fragments sont tissés et mis en abyme dans d’autres formes textuelles » (Ibid.). C’est sur ce dernier point que notre réflexion vient nourrir la thématique de cette revue sur « le discours hypertextualisé », à savoir ce que ce tissage et cette mise en contexte des fragments dans d’autres formes textuelles transforment de nos pratiques de lecture « supposées ». Nous illustrerons ci-après notre réflexion par deux exemples de webdocumentaire issus d’un corpus récent s’inscrivant dans une recherche en cours sur la création numérique qui témoignent d’un usage du fragment à des fins de coopérativité lectorielle dans le processus de sémiose. L’un des exemples analysés provient d’une recherche que nous avons coordonnée et dont il convient de restituer quelques éléments pour la compréhension du lecteur. Dans le cadre de la Maison de la création – structure de recherche-expérimentation de l’Université Grenoble Alpes, associant des pratiques et des processus de création interdisciplinaires – a été mené un projet de recherche « sur les formes sociales de création numérique » intitulé SELFIES5. Il s’agissait de mener conjointement une démarche de recherche soustendue par des questionnements théoriques sur l’écriture de l’intime et son expressivité numérique, à un processus de création d’une forme sociale : l’autoportrait. Il importe de resituer le contexte de production qui a présidé à la réalisation du webdocumentaire : rendre compte d’un processus de création en le donnant à voir et à manipuler, donner la parole aux expérimentateurs du projet en temps réel par une mise en miroir de l’artiste et des sujets photographiés, produire une forme réflexive développant « une épistémologie de la création » confrontant les discours des chercheurs, de l’artiste et des acteurs en présence. Le travail d’écriture scénaristique de ce webdocumentaire, dont un des objectifs résidait dans la confrontation du processus artistique au point de vue des sujets acteurs de la performance artistique pour produire de la réflexivité, nécessitait la mise en place d’une contextualisation forte pour orienter le lecteur dans le dispositif numérique. La narration proposée à l’interacteur s’est orientée vers « un récit hypertextuel » proposant une lecture non-linéaire de fragments reliés par des liens (vidéos, photos, énoncés brefs illustrant les vidéos) permettant à chaque lecteur de suivre un parcours différent tout en réinjectant de la linéarité par une écriture arborescente structurant l’agencement des données via le menu.

Figure 3. Page d’accueil du webdocumentaire « autoportraits »

Figure 3. Page d’accueil du webdocumentaire « autoportraits »

Figure 4. Fragments du webdocumentaire autoportrait. Propos de Cristina Nuñez.

20L’écriture du webdocumentaire ci-dessus consiste à mettre en regard un fragment (extrait d’un propos tenu par l’artiste ou les sujets ayant participé à l’œuvre) et une vidéo que l’utilisateur peut visionner à tout moment. Le fragment est envisagé ici comme « un découpage » puisqu’il est issu du prélèvement d’une parole venant illustrer des documents visuels ou audiovisuels. Dès lors, le régime sémiotique propre à ce dispositif combine une fragmentation du contenu à une forme textuelle fragment visant à interpeller le lecteur sur un contenu à des fins herméneutiques. Nous retrouvons une mise en abyme similaire dans un webdocumentaire s’appuyant sur un procédé associant l’écoute au geste par une interface hypertextuelle reposant sur le fragment comme « outil de combinaison du texte » pour produire un sens. Ce site également issu d’un projet de la Maison de la création rendant compte d’un programme de recherche intitulé REFLEX (Réflexion sur le film comme lieu d’expérience) témoigne également de l’usage du fragment dans l’espace de l’écran comme élément de contexte de lecture visant à produire par la combinaison des éléments d’informations « un discours hypertextualisé » propice à la construction du sens par le lecteur.

Figure 5. Capture écran de l’interface audio-visuelle du site REFLEX.

21Ces dispositifs interrogent le fragment comme unité discursive autonome et pas seulement dans sa fonction d’hyperlien. L’usage du fragment dans ces deux exemples qui incitent à la réflexion par la forme n’échappe pas pour autant à la question du sens pour le lecteur qui oscille entre la lecture de ces fragments et d’autres éléments (instants sonores, citations, images) mis en relation pour faire émerger un point de vue ou à défaut un parcours dans les hyperdocuments proposés.

22Revenons à notre question initiale et à la fonction opératoire du fragment pour saisir les enjeux du « discours hypertextualisé » pour le lecteur. Nous pouvons y voir la monstration des modalités intrinsèques de la « sémiose » préalable à toute constitution d’un sens (Balpe, 2000) qui ré-organise une trajectoire et un processus mettant en évidence des relations reconfigurées. Plus encore, ce processus n’échappe pas au risque de la quête du sens dans lequel la navigation vise à faire sens pour le lecteur. Chaque lien hypertexte se positionne au croisement de plusieurs chemins et leur signification est corrélative du chemin que le lecteur a suivi pour arriver jusqu’à lui. Cette dimension topologique, spatiale, du discours hypertextualisé qui arraisonne le fragment à sa dimension opératoire plus que sémantique comme écriture de l’attention, pose le risque de la perte de sens dans sa visée phénoménologique. Appliquer le fragment dans la discursivité énonciative de l’hypertexte rend compte du risque de la suspension, de l’errance dans la quête du sens pour le lecteur. Sa limite est ce qui fait sa force, un indice privatif orientant vers « un pouvoir agir » mais aussi une tension dans la répétition de sa dimension fonctionnelle comme outil de gestion du texte d’écran. La récursivité de cet usage du fragment dans le contexte numérique donne à voir les limites du paradigme communicationnel de l’hypertexte (Angé, 2015) qui fait prévaloir la dimension relationnelle entre le contenu et le lecteur sur la construction du sens par celui-ci.

6. Conclusion

23Par l’analyse qui précède, nous avons examiné la question de la construction du sens lorsqu’un discours augmenté par la présence d’un lien, renvoie à un autre discours en nous appuyant sur la synthèse de plusieurs recherches attestant du caractère opératoire du « fragment » pour penser les enjeux communicationnels des objets hypertextuels. Si la complexité des régimes sémiotiques à l’œuvre dans les pratiques d’écriture et de lecture sur écran n’est plus à dire, la replacer dans le cadre du fragment, de son existence modale éclaire le procès de construction du sens pour le lecteur. Nous avons procédé en trois temps distincts qui postulent trois manières d’envisager la mobilisation de ce concept afin de mieux comprendre les contextes de production, de réception et d’intelligibilité du texte d’écran. Après des considérations théoriques sur le fragment, nous avons vu en quoi celui-ci produit une pragmatique de l’acte de lecture au travers d’une œuvre fragmentaire transformée en discours hypertextuel par son interprétant. Ce premier temps ouvre sur une dynamique lectoriale plus créative. Puis, l’investigation dans les hypertextes littéraires de corpus fragmentaires a tracé la figure d’un lecteur « du sens critique » et des compétences que cela requiert dans la mise en visibilité des liens donnés à lire et à manipuler dans ces nouveaux objets éditoriaux. Enfin, les mutations affectées à l’écriture fragmentaire dans les écrits d’écran qui tiennent moins à une identité formelle axée sur un contenu qu’à une standardisation de celles-ci à des fins d’interpellation du lecteur, nous ont menée vers les limites du « discours hypertextualisé » dans le cas où la relation prend le pas sur la forme. Ce focal par le fragment est une des manières possibles de penser nos évolutions contemporaines en mettant l’accent sur le lien entre tissages des matériaux pouvant faire ressortir le sens sans nullement le garantir.

Cet article examine les transformations du contrat de lecture tant au niveau des parcours de lecture que de l’interprétation en rapprochant la question du discours hypertextualisé de corpus de fragments (des hypertextes littéraires à des webdocumentaires). À partir d’une perspective diachronique qui va d’une modélisation hypertextuelle aux corpus éditoriaux d’hypertextes littéraires, la dimension suppléante du lien hypertextuel est mise en avant autant que la quête du sens dans laquelle il engage le lecteur. C’est à une critique du paradigme communicationnel de l’hypertexte que nous introduit ce regard sur le discours hypertextualisé.

Hypertexte ; Fragment; Discours hypertextuel ; Lecture ; Littérature

This article argue for criticize the paradigm of communication about the Hypertext. Reading in digital context, in “Hypertextualised discourse” offers a new reading pacts between exploration and disorientation, technological possibilities and tension for their reader’s. The enriched digital hypertext in a new Literacy object and interactive Documentaries with the presence of a hypertext link modifies the place and meaning produced by the reader. Sentences of fragments introduces a reflexion about experience of meaning in digital environment.

Hypertext ; Fragment ; Hypertextualised discourse ; Reading ; Creative writing

Haut de page

Bibliographie

Angé, C., (2005) « La question du sens : écrire et lire le fragment. Du texte à l’hypertexte », Thèse de Doctorat, MSH Paris nord-Paris 13.

— , (2008), « Approche des problématiques du texte d’écran : la création du sens et le lecteur. », Recherche et Travaux, 72, 71-80.

— , (2010), « Blog, fragment et altérité », Itinéraires, 2, 141-146. URL : < http://itineraires.revues.org/2050 >, consulté le 1er octobre 2016.

— , (dir.), (2011), « Empreintes de l’hypertexte », Les Cahiers du numérique, 7, Cachan : Lavoisier.

— , (2013), « Éditions de fragments et numérique : les enjeux d’une mise en forme », Revue Flaubert, 13, [en ligne]. URL : < http://flaubert.univ-rouen.fr/revue/article.php?id=147 >, consulté le 15 octobre 2016.

— , (2015a) « Pour une approche critique du paradigme communicationnel de l’hypertexte ». In SALEH, I., CARAYOL, V., LELEU-MERVIEL, S., MASSOU, L., ROXIN, I., SOULAGES, F., WRONA, A., ZACKLAD, M. et BOUHAÏ, N., (dir.), H2PTM 2015, Le numérique à l’ère de l’Internet des objets, de l’hypertexte à l’hyper-objet, Londres : ISTE, 50-56.

— , (2015b), Les objets hypertextuels. Pratiques et usages hypermédiatiques, Londres : ISTE Editions.

Balpe, J., (2000), Contextes de l’art numérique. Paris : Hermès.

Bartolucci, E., (1998), « Technologie de l’hypertexte et philosophie hypertextuelle », Le Philosophoire, 4.

Bennington, G., Derrida, J., (1993), Derridabase, Chicago-Londres : The University of Chicago press.

Chauviré, C., (1989), Wittgenstein. Paris : Éditions Du Seuil.

Clément, J., (1995), « Du texte à l’hypertexte: vers une épistémologie de la discursivité hypertextuelle ». In BALPE, J.-P., , LELU A., SALEH I., (coord.), Hypertextes et hypermédias: Réalisations, Outils, Méthodes [en ligne]. URL : < http://hypermedia.univ-paris8.fr/jean/articles/discursivite.htm >, consulté le 01 juin 2016.

clÉment, J., (2000), « Hypertexte et complexité », Études françaises, 36(2), 39-57. URL : < http://www.boson2x.org/article.php >, consulté le 1er octobre 2016.

Dord-Crouslé, S., Morlock-Gerstenkorn, E., et Tournoy, R., (2011), « Nouveaux objets éditoriaux. Le site d’édition des dossiers documentaires de Bouvard et Pécuchet (Flaubert) », Les Cahiers du numérique, 7, 123-144.

Eco, U., (1985), L’œuvre ouverte. Paris : Éditions du Seuil.

Jeanne-Perrier, V., (2006), « Des outils d’écriture aux pouvoirs exorbitants ? », Réseaux, 137, 97-131.

LeleuMerviel, S., (2015), « Cinquante ans d’hypertexte, du livre fragmenté à l’humain traçant-tracé hyperdocumenté ». In ANGÉ, C., Les objets hypertextuels. Pratiques et usages hypermédiatiques, Londres : ISTE Editions, 53-76.

Quéré, L., (1992), Intermittences du sens : études sémiotiques. Paris : PUF.

Saemmer, A., (2015), Rhétorique du texte numérique : figures de la lecture, anticipations de pratiques. Villeurbanne : Presse de l’Enssib.

Simon, J., (2015), « Le discours hypertextualisé : une notion essentielle pour l’analyse du web ». In SALEH, I., CARAYOL, V., LELEU-MERVIEL, S., MASSOU, L., ROXIN, I., SOULAGES, F., WRONA, A., ZACKLAD, M. et BOUHAÏ, N., (dir.), H2PTM 2015, Le numérique à l’ère de l’Internet des objets, de l’hypertexte à l’hyper-objet, Londres : ISTE, 3-20.

Souchier, E., (2007), « Formes et pouvoirs de l’énonciation éditoriale », Communication et Langages, 154, 23-38.

Souchier, E, JEANNE-PERRIER, V., Candel, E., (2012), « Petites formes, grands desseins : d’une grammaire des énoncés éditoriaux à la standardisation des écritures ». In DAVALLON, J., (dir.), L’économie des écritures sur le web, volume 1 : Traces d’usage dans un corpus de sites de tourisme, Paris : Hermès-Lavoisier, 165-201.

Vandendorpe, C., (2015), « L’hypertexte vers un nouveau rapport à la lecture et au monde ». In ANGÉ, C., Les objets hypertextuels. Pratiques et usages hypermédiatiques, Londres : ISTE Editions, 29-51.

Wittgenstein, L., (1961), Tractatus logico-philosophicus suivi des Investigations philosophiques. Paris : Gallimard.

Haut de page

Notes

2 Le corpus traité s’attachera notamment à des manuscrits littéraires.

3  URL : < http://www.hypernietzsche.org/ >, < http://manuscrits-de-stendhal.org/ >, < http://dossiers-flaubert.ish-lyon.cnrs.fr >.

4 URL : < http://www.dossiers-flaubert.fr/ >.

5 Le projet SELFIES qui s’est déroulé à la Maison de l’image et à l’université Grenoble Alpes est une expérimentation pédagogique associant des chercheurs, une artiste (Cristina Nunez) et des étudiants proposant une performance visuelle de photographies produites dans le cadre d’un atelier « mur de portraits » visant à réaliser un objet d’étude commun, une œuvre collective pensée en termes d’action de créations.

1 Titre d’une Communication au Premier Congrès de l’Association Internationale de Sémiotique, Milan, 1979 (Quéré 1992 : 163).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://semen.revues.org/docannexe/image/10628/img-1.png
Fichier image/png, 24k
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/10628/img-2.png
Fichier image/png, 318k
Titre Figure 3. Page d’accueil du webdocumentaire « autoportraits »
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/10628/img-3.png
Fichier image/png, 40k
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/10628/img-4.png
Fichier image/png, 40k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Angé, « Discours hypertextualisé et fragment : regards sur la lecture », Semen [En ligne], 42 | 2017, mis en ligne le 28 août 2017, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://semen.revues.org/10628

Haut de page

Auteur

Caroline Angé

MCF Université Grenoble Alpes / GRESEC

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page