Navigation – Plan du site
III. Comptes-rendus de lecture

Ruth Amossy, Apologie de la polémique, 240 pages. Paris, Presses Universitaires de France, 2013.

Julien Auboussier

Texte intégral

1Le dernier ouvrage de Ruth Amossy est structuré autour d’une hypothèse forte : la polémique constitue une modalité, parmi d’autres, de l’argumentation. Le propos de l’auteur est entièrement orienté vers l’évaluation et la validation de son hypothèse, offrant ainsi aux 240 pages une admirable cohérence. Le livre est constitué de trois parties comprenant chacune deux chapitres.

2La première partie propose un cadrage théorique tout à la fois dense et limpide. L’auteur revient en premier lieu sur la façon dont la polémique a longtemps été évacuée du champ de l’argumentation et de la persuasion rationnelle. Ainsi, chez Chaïm Perelman, la discussion vise le consensus et s’oppose au débat éristique assimilé à une forme inférieure du dialogue. Cette conception fonde la nouvelle rhétorique comme elle structure, dans une autre perspective, l’espace public et l’agir communicationnel de Jürgen Habermas. La démocratie reposerait sur une délibération de citoyens égaux, doués de raison, capables de discuter sans contrainte afin de parvenir à un accord.

3Cette conception largement partagée de l’argumentation est néanmoins contestée par divers travaux qui mettent en cause le lien entre rationalité et accord et, par là même, l’impératif du consensus en démocratie. Ruth Amossy trouve dans la philosophie politique de Chantal Mouffe une critique radicale du consensus comme finalité de la démocratie. Le conflit constitue la condition même d’existence de la démocratie (dans un idéal qui reste délibératif par la capacité à transformer, en démocratie, l’ennemi à éliminer en adversaire contre lequel la lutte est verbale). Ruth Amossy inscrit les travaux de Chantal Mouffe dans le domaine de la rhétorique par la médiation de Pierre-Andrée Taguieff dont elle cite la condamnation d’un « angélisme dialogique contemporain » qui refuse de faire du conflit le fondement de l’interaction politique. L’auteur en appelle donc à une « rhétorique du dissensus » dont elle identifie les rudiments dans L’Art d’avoir toujours raison de Schopenhauer. Plus récent, les travaux de Marcelo Dascal sur les controverses répondent, selon l’auteur, à tel souhait en soulignant la fécondité des échanges polémiques : la confrontation de thèses antagonistes possède une valeur heuristique en ce qu’elle génère de la compréhension.

4À l’issue de cette stimulante et interdisciplinaire tribulation théorique, l’auteur propose de « faire sa juste place à une rhétorique du dissensus c’est-à-dire à une gestion du conflit d’opinion sur le mode du dissentiment et non d’une quête de l’accord » (p. 42). Ce parcours conduit l’auteur à une caractérisation de la polémique en cinq points. Premièrement, la polémique relève d’un débat autour d’une question d’intérêt public (1). Ensuite, elle est une modalité argumentative (2) dont il faut se demander ce qui la distingue de la délibération ordinaire. La polémique est un mode de gestion du conflictuel (3) qui se fonde sur la dichotomisation et qui rend ainsi problématique la quête d’un accord. Cette dichotomisation est associée à une polarisation (4) c’est-à-dire à une division sociale. En effet, il faut, insiste l’auteur, distinguer acteur et actant, distinguer la dichotomisation, abstraite, qui exacerbe les oppositions jusqu’à les rendre inconciliables et la polarisation, sociale, qui effectue des regroupements de participants en camps adverses. Enfin, la polémique se fonde sur la disqualification de l’adversaire (5) dont la forme la plus aboutie est la diabolisation. Par ailleurs, la polémique doit être considérée comme un débat virulent dans lequel la violence verbale et le pathos jouent souvent un rôle non négligeable.

5Une définition opératoire de la polémique ainsi proposée, l’auteur relève, en introduction de sa deuxième partie, la nécessité d’une analyse attentive à la matérialité de la langue. Les « microanalyses » (p.73) proposées mobilisent les outils et les notions chers à l’auteur empruntés à la linguistique de l’énonciation, à l’analyse de discours et aux théories de l’argumentation. La question posée est celle du fonctionnement en discours de la polémique. Comment se manifeste-t-elle, notamment, dans les discours qui circulent dans les médias ? Comment « la dichotomisation, la polarisation et le discrédit jeté sur l’adversaire, éventuellement accompagné de passion et de violence, se traduisent en termes de procédés verbaux et de stratégies argumentatives » (p. 73) ?

6Pour commencer, Ruth Amossy distingue la polémique comme l’ensemble des interactions antagonistes autour d’une question ; le discours polémique, dialogique ; et l’échange polémique, fondamentalement interactionnel et dialogal. Dans le cas du port de la burqua, l’auteur analyse à la fois un article de presse (discours polémique) et une situation de coprésence avec un débat télévisé (échange polémique). L’étude de l’article encourage à interroger la posture et la responsabilité journalistique. En effet, le journaliste orchestre la confrontation polémique et la constitue en événement dramatique en construisant un dialogue à partir de discours circulants dans l’espace public en même temps qu’il participe activement à la polémique en faisant entendre sa propre voix dans la profusion des discours rapportés. Naturellement, le dispositif du débat télévisé modifie largement les modalités langagières de la polémique par le fait, notamment, que chacun est appelé à ajuster constamment le discours à son adversaire. De ces deux exemples, l’auteur tire une conclusion importante : « Sans doute la polémique ne renonce-t-elle pas à persuader ; mais c’est toujours le tiers qu’on tente de faire adhérer à ses vues, et non l’adversaire » (p. 104).

7Le chapitre 4 repose sur une étude de cas relative à « l’exclusion des femmes » en Israël. L’intérêt de l’étude est de montrer comment le passage du fait divers à la polémique se joue dans l’espace médiatique. Son intérêt est aussi de montrer comment la polémique suscite nécessairement des positionnements politiques qui contribuent à la structuration de l’espace politique, en l’occurrence entre, d’une part, laïques et religieux modérés, d’autre part, ultraorthodoxes. Bien qu’il n’y ait pas de véritable dialogue (chacun parlant depuis et dans sa sphère médiatique), bien que les acteurs concernés ne se retrouvent pas dans une quête commune du raisonnable, l’expression du conflit crée, selon l’auteur, du lien social jusque dans la polarisation au sens où les acteurs « traitent des mêmes référents et s’accordent sur le fait qu’il faut en discuter » (p. 139).

8La troisième partie de l’ouvrage interroge le rapport que la passion puis la violence entretiennent avec la polémique. Les analyses proposées se concentrent sur le débat sur les stock-options et les bonus ouvert à la suite de la crise financière. La polémique se situe-t-elle nécessairement du côté de la passion ? La réponse de l’auteur est nuancée : le recours aux sentiments n’est pas constitutif de la polémique mais une spécificité récurrente. L’indignation est sans doute le sentiment le plus souvent mobilisé dans la polémique et participe généralement à sa radicalisation en accentuant les dichotomies, la polarisation et le discrédit jeté sur l’autre. Pour autant, « même dans ses excès, la passion joue un rôle dans la délibération publique en l’ancrant dans des valeurs et des croyances qu’un attachement affectif pousse à défendre jusqu’au bout, et en appelant à une condamnation morale censée modifier un état de chose jugé scandaleux » (p. 173).

9C’est le même regard nuancé que porte Ruth Amossy sur le rapport entre polémique et violence verbale : cette dernière est un auxiliaire de la polémique et non un trait définitoire. L’analyse porte sur les « flammes » dans les conversations numériques. Celles-ci sont souvent perçues comme relevant de comportements verbaux sauvages et libérés de toutes inhibitions. Pour autant, nouveau contre-pied, l’auteur encourage à les considérer comme des routines interactionnelles assimilées et admises dans les communautés virtuelles. Dès lors, à la dangerosité supposée de la violence verbale, l’auteur préfère s’attacher à sa fonction identitaire : la violence dirigée vers un tiers participe à la construction d’une communauté virtuelle de protestation (pouvant aboutir à la mobilisation).

10La lecture de l’ouvrage est stimulante tant cette apologie de la polémique bouscule des oppositions structurantes et largement admises de l’analyse rhétorique et argumentative. Le propos intéressera ceux qui souhaitent un éclairage, par le discours, des dynamiques conflictuelles qui alimentent et soutiennent l’espace public. Si l’idéal délibératif doit rester selon l’auteur l’horizon de nos démocraties pluralistes, la rhétorique du consensus ne peut rendre compte de ce qui fonde aussi la démocratie : selon la formule qui conclut l’ouvrage, « la coexistence dans le dissensus » (p. 228).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Auboussier, « Ruth Amossy, Apologie de la polémique, 240 pages. Paris, Presses Universitaires de France, 2013. », Semen [En ligne], 39 | 2015, mis en ligne le 22 novembre 2015, consulté le 21 février 2017. URL : http://semen.revues.org/10504

Haut de page

Auteur

Julien Auboussier

Université de Franche-Comté, ADCoST-ELLIADD

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page