Navigation – Plan du site
III. Comptes-rendus de lecture

Leo Spitzer, Traque des mots étrangers, haine des peuples étrangers. Polémique contre le nettoyage de la langue. Traducteur : Briu Jean-Jacques. Responsable scientifique et présentation : Steuckardt Agnès. Préface : François Jacques, 100 pages. Limoges, Lambert Lucas, (1818) 2013.

Sonia Branca-Rosoff

Texte intégral

  • 1  En France, les polémiques contre les mots étrangers remontent au moins à la théorisation du frança (...)

1Le 20e siècle a été le siècle des nationalismes et les linguistes ont été souvent enrôlés dans des guerres linguistiques où sont identifiées langue et nation. On comprend que l’emprunt ait suscité des débats ; de fait, dans toute l’Europe, la plupart des spécialistes des langues nationales ont guerroyé contre les mots étrangers, les mots « étranges » qui dérangent l’ordre fantasmé de la langue1.

2Le nationalisme linguistique s’est répandu d’autant plus facilement en Allemagne qu’il correspondait à l’idéologie romantique – prolongée par les écrits de Herder, Schlegel, Humboldt. Voyant dans le peuple (au sens ethnique) la source de la nation, les grammairiens allemands enfermaient la langue dans les frontières de la germanité et dénonçaient le cosmopolitisme de l’élite. Le militantisme de l’Association générale de la langue allemande (Allgemeiner Deutscher Sprachverein) fondée en 1885, et de sa revue Zeitschrift des Allgemeiner Deutschen Sprachvereins s’était encore accru avec la défaite de 1918 et les puristes s’activaient pour nettoyer l’allemand des mots ennemis venus du français ou de l’anglais.

3Rares sont ceux qui, comme le jeune Léo Spitzer (1887-1960), surtout connu en France comme un des fondateurs de la stylistique, avaient vu le lien entre le nettoyage linguistique et le nettoyage ethnique qui s’annonçait dès les années 20. En 1918, dans un pamphlet rageur, impertinent et souvent drôle, Spitzer (qui dut s'exiler d’Autriche au début des années 30 en raison de ses origines juives) s’en prenait aux idées chauvines et démontait un à un les arguments de germanisation du vocabulaire de l’Association. Son texte est accessible en français grâce au travail du traducteur Jean-Jacques Bru et grâce à la présentation d’Agnès Steuckardt qui restitue le contexte de ce brûlot.

4Spitzer donne beaucoup d’exemples des contradictions et approximations de ses adversaires. Un premier argument est sociolinguistique : les puristes refusent les mots qui ont gardé leur prononciation d’origine. Spitzer montre que le sentiment de ce qui est étranger est un problème complexe. Ainsi, les Autrichiens ont adopté sauce pour sa valeur expressive, son o long « s'étirant comme une pâte à strudel » ; (p. 49) Sauce bien acclimaté à Vienne y paraît moins étranger que le terme allemand Tunke proposé par l’Association. Il en ressort une image des langues comme un phénomène plus composite que ne l’imaginent les tenants « du » système.

5Un deuxième problème constitue une critique des rêves de bi-univocité : Spitzer examine avec attention l’absence de correspondance entre le mot emprunté et le remplaçant suggéré. Il faut plusieurs mots allemands pour remplacer les dénominations intéressant, intéresser car en allemand, il n’existe pas de mots qui en regroupent toutes les nuances. Or c’est le caractère couvrant qui fait l’intérêt de ces termes (p. 52).

  • 2  Sur le rôle de l’expressivité et de l’émotion dans les changements de sens, voir aussi Hülzer-Vogt (...)

6Un troisième argument souligne l’importance de l’affect2 dans l’histoire des langues (et nous rappelle que ce chercheur est d’abord un stylisticien). Pour être recevable, la solution de remplacement devrait partager la valeur affective de l’emprunt. Or, par exemple, coiffeur a « quelque chose de plus noble, de plus prétentieux que le vieux mot Friseur » (p. 56). D’autres fois, au contraire, le mot étranger exprime des réalités rabaissées comme dans le cas de l’italien al pari qui signifiait « au prix d’achat » et est réinterprété comme « sans valeur, mauvais ». (p. 64-65). […] « On ne peut pas faire disparaître ce ressort qui pousse l'homme à accepter des mots étrangers : l'affect. Les mots hérités sont effectivement ressentis comme trop ternes parce qu'ils sont usés par la tradition et l'usage et ne veulent plus tenir debout » (p. 59).

7Enfin, Spitzer reproche aux nationalistes de pêcher par ignorance et de ne pas reconnaître les calques et plus généralement tout ce qui montre que les cultures européennes vivent d’échanges. Même si l’on remplaçait Kadett, Lieutnant et General par des mots allemands, la conception de la hiérarchie militaire « n’en resterait pas moins un emprunt au français ».

8À cheval sur la modernité de l’idée structuraliste du système et sur l’imaginaire archaïque de la pureté nationale, les puristes qui se défient de l’emprunt sont toujours parmi nous. L’excellente présentation d’A. Steuckardt permet de mesurer l’actualité des réponses d’un de leur plus éloquent adversaire. Elle permet aussi de mesurer la cohérence d’une philologie qui s’est développée aux marges du structuralisme dominant. Pour Saussure, « le mot emprunté ne compte plus comme tel, dès qu’il est étudié au sein du système (CLG, p. 42 et ici même, Steuckardt, p. 12). Spitzer, lui, ne sépare pas les mots et notre vision du monde, nos désirs, et nos émotions ; il ne les envisage pas indépendamment de leurs contextes d’usage. L’« orientation culturelle » (p. 12) de celui qu’on réduit trop vite à la stylistique n’est pas sans annoncer la sociolinguistique et l’analyse du discours.

Haut de page

Notes

1  En France, les polémiques contre les mots étrangers remontent au moins à la théorisation du français comme langue d’Etat avec par exemple les protestations humanistes contre l’influence italienne.

2  Sur le rôle de l’expressivité et de l’émotion dans les changements de sens, voir aussi Hülzer-Vogt : « Réflexions sémantiques d’un romaniste : Léo Spitzer 1887-1960 » Histoire, épistémologie, langage, 1993, Volume 15, Numéro 5-1, 131-151.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sonia Branca-Rosoff, « Leo Spitzer, Traque des mots étrangers, haine des peuples étrangers. Polémique contre le nettoyage de la langue. Traducteur : Briu Jean-Jacques. Responsable scientifique et présentation : Steuckardt Agnès. Préface : François Jacques, 100 pages. Limoges, Lambert Lucas, (1818) 2013. », Semen [En ligne], 39 | 2015, mis en ligne le 22 novembre 2015, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://semen.revues.org/10501

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page