Navigation – Plan du site
I. Dossier thématique

De la difficulté de défendre les sans-papiers dans l’espace public français : typologie et analyse des contre-discours militants (2006-2010)

Lise Jacquez

Texte intégral

1. Introduction

  • 1  À partir de 2005 comme ministre de l’Intérieur, puis en tant que Président de la République à part (...)
  • 2  Entre 2003 et 2011, on assiste à une augmentation significative des éloignements : on passe ainsi (...)
  • 3  On pense notamment à la très forte mobilisation du Réseau Éducation sans frontières (collectif com (...)
  • 4  La Cimade est une association ancienne (créée en 1940), qui s’engage après la guerre dans l’assist (...)
  • 5  Groupement d’information et de soutien aux travailleurs immigrés, créé en 1972 par des juristes et (...)

1Entre 2007 et 2012, sous le mandat présidentiel de Nicolas Sarkozy, la lutte contre l’immigration irrégulière, qui inclut les expulsions d’étrangers démunis d’autorisation de séjour, constitue un axe important de la politique d’immigration du gouvernement français1. Des quotas d’expulsion sont fixés chaque année et les possibilités d’accès au séjour régulier se réduisent. Le nombre d’étrangers expulsés chaque année augmente rapidement2 et les interpellations se multiplient. Ces mesures répressives ont suscité de nombreuses réactions et mobilisations3 dans la société française, relançant ainsi le débat sur la situation des sans-papiers en France. Les associations historiques de défense des étrangers comme la Cimade4 et le Gisti5 sont en première ligne de ces mobilisations. Mais l’on trouve également de nouveaux acteurs militants, comme le Réseau éducation sans frontières, créé en 2004 et issu du milieu scolaire pour défendre les enfants et les jeunes majeurs sans titre de séjour et scolarisés en France. À partir de 2007, la création controversée d’un ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Co-développement va renforcer ces critiques. De nombreux élus locaux et nationaux, le Parti communiste et les Verts, l’Église catholique protestent ponctuellement. Les médias français, en particulier la presse quotidienne, se saisissent également du sujet et se font le relai des nombreuses polémiques qui surgissent. Dans les cinq quotidiens que nous avons analysés pour notre recherche doctorale, nous avons ainsi recensé 2602 articles consacrés aux expulsions entre 2006 et 2010 : 904 dans L’Humanité, 733 dans Libération, 362 articles dans Le Monde, 315 dans Le Parisien (pour son édition nationale) et 288 dans Le Figaro.

2À cette période, un vif débat s’installe donc dans l’espace médiatique à propos de la répression dont les sans-papiers font l’objet. Dans cet article, nous proposons de dresser une typologie des principaux registres de dénonciation des expulsions et de défense des sans-papiers proposés par les acteurs militants (principalement associatifs) et parfois repris dans les discours médiatiques entre 2006 et 2010. Il s’agit à la fois d’analyser les enjeux sociopolitiques portés par chacun de ces registres, de discuter de leur (in)capacité à faire évoluer les cadres du débat sur l’immigration, et, enfin, de mesurer leur acceptabilité sociale à travers leur reprise dans l’espace médiatique, par les différents titres de presse que nous analysons.

2. Précisions théoriques et méthodologiques

2.1. Défendre les sans-papiers dans l’espace public : enjeux et difficultés

  • 6 Le champ militant autour des sans-papiers est principalement composé d’acteurs associatifs et milit (...)
  • 7  Sur la construction d’un consensus politique entre la droite et la gauche de gouvernement autour d (...)

3Avant d’étudier les différents registres protestataires, il est utile d’insister sur les enjeux et les difficultés de l’accès à l’espace médiatique pour les sans-papiers et leurs défenseurs. Commençons par rappeler que le rapport de force entre l’État et les associations et collectifs de sans-papiers est très inégal, ces derniers ne disposant généralement pas des moyens de pression et de persuasion suffisants pour peser sur l’orientation de la politique gouvernementale de manière autonome6. Dans ce contexte, le recours à la dénonciation publique via les médias peut constituer un moyen de mobiliser l’opinion publique et de peser ainsi sur le gouvernement pour que ce dernier accepte d’entrer dans une négociation. Cependant, défendre les sans-papiers et protester contre les expulsions dans les médias, s’avère une opération difficile en raison du contexte politique et social dans lequel s’inscrit le débat. Guillaume Garcia souligne ainsi que, depuis les années 1970, dans les grands partis politiques comme dans le débat public, l’immigration irrégulière est construite « comme un problème pour la France et les Français » (Garcia 2013 : 130). Les politiques successives des gouvernements de droite comme de gauche s’inscrivent ainsi dans une perspective sécuritaire, visant à limiter et à contrôler les flux migratoires vers la France et à lutter contre la présence d’étrangers en situation irrégulière en France7. Plus fondamentalement, Johanna Siméant rappelle que demander une égalité de droits entre nationaux et étrangers en situation irrégulière, c’est aussi :

remettre en cause ce qui est au fondement même de la puissance de l’État : le monopole de la désignation des statuts nationaux. (Siméant 1998 : 159)

4En effet, dans le système des États-nations, la discrimination entre étrangers et nationaux est structurelle et fondatrice, ce qui permet à Zigmunt Bauman d’affirmer que cette inégalité est « invulnérable face au dissentiment et à la contestation » (Bauman 2005 : 313). Lorsqu’elle intervient dans l’espace public, la parole militante vient donc s’inscrire dans le cadre existant du débat sur les flux migratoires, une doxa, qu’elle tente d’infléchir mais qu’il est très difficile de renverser :

Le locuteur qui s’engage dans un échange pour mettre en avant son point de vue est pris dans un espace doxique qui détermine la situation de discours dans laquelle il argumente, modelant sa parole jusqu’au cœur de son intentionnalité et de sa programmation. (Amossy 2012 : 119)

5Par conséquent, comme nous le verrons plus bas, il s’avère délicat pour les défenseurs des droits des sans-papiers de mobiliser des registres de justification suffisamment solides et légitimes pour revendiquer publiquement le principe d’un droit au séjour pour les sans-papiers et ainsi s’opposer efficacement à la logique étatique (Garcia 2013 : 151).

2.2. Présentation du corpus et de la méthode d’analyse des discours

  • 8  Le corpus a été collecté sur les bases de données Factiva et Europresse. Une recherche dans les ar (...)
  • 9  L’enjeu était de voir s’il existait de fortes dissensions entre les positions des différents journ (...)

6Pour mener notre analyse, nous nous appuyons d’abord sur le travail empirique mené durant notre thèse et portant sur un vaste corpus de presse composé des articles publiés sur les expulsions de sans-papiers par cinq quotidiens français (Le Monde, Libération, L’Humanité, Le Parisien et Le Figaro) entre 2006 et 20108. Le choix d’étudier spécifiquement les discours autour des expulsions se justifie par la forte visibilité de cette question à cette période, les diverses polémiques autour de cas d’expulsion constituant autant d’opportunités événementielles pour relancer le débat sur les sans-papiers. La période observée (2006-2010) a été, quant à elle, déterminée empiriquement après une observation de l’évolution du volume d’articles de presse publiés dans les années 2000 (le nombre d’articles augmente fortement à partir de 2006 et reste très élevé jusqu’en 2010). Par ailleurs, notre analyse s’inscrit dans une analyse comparatiste des discours9, ce qui implique la sélection de journaux aux positionnements éditoriaux et politiques diversifiés. Enfin, bien que focalisée sur la presse, notre analyse des discours n’est pas médiacentriste, car nous inscrivons les discours médiatiques dans leur contexte social et politique d’énonciation. Après avoir identifié et analysé l’identité et les positionnements des autres acteurs principaux de la controverse (le Gouvernement et le champ militant), nous avons analysé un certain nombre de leurs discours dans les années 2000 : pétitions, tribunes, ouvrages pour les discours militants, discours parlementaires, interviews et tribunes pour les discours gouvernementaux. L’objectif d’un tel recueil de textes aux statuts, auteurs et lieux de publication divers est d’obtenir une vision la plus large et la plus globale possible des discours sociaux existants sur les sans-papiers sur la période étudiée, de leurs interactions et de leurs oppositions. En effet, comme le souligne Marc Angenot :

seule une perception globale du système socio-discursif, de ses équilibres et de ses failles, permettra d’argumenter pour identifier une vraie ou une fausse hétérologie. (Angenot 1989 : 23)

7L’auteur précise encore que le caractère hétéronome d’un discours ne correspond ni à « un trait formel » ni à « une sorte de valeur transhistorique », mais est, au contraire :

un fait historique et « impur » qui se produit dans l’affrontement et sous des contraintes qui le rendent fondamentalement ambigu et balbutiant. (Ibid. : 23)

8Le caractère plus ou moins hétéronome des différents registres militants contre les expulsions de sans-papiers, se mesure donc empiriquement et en contexte, notamment en évaluant l’autonomie de ces registres vis-à-vis de la dominante discursive et idéologique qu’ils contestent et en observant leur circulation dans l’espace social ainsi que les transformations qu’ils subissent via leur médiatisation.

  • 10 Principalement la mobilisation du RESF en 2006, plusieurs arrestations en 2007, les révoltes en rét (...)
  • 11 Soit quatre cadrages ou registres dont trois sont étudiés ici : le cadrage sécuritaire (position du (...)
  • 12 Sur ce point voir notamment les travaux de Guillaume Garcia (2013 : 120), Erik Neveu (1999) et Dani (...)

9Concernant maintenant la méthodologie d’analyse des discours, nous avons d’abord mené une analyse quantitative à l’aide du logiciel Modalisa. Cette étape nous a notamment permis de repérer de nombreux « pics discursifs » tout au long de la période10. Le nombre élevé d’articles dénombrés (2602 pour 5 quotidiens) est en lui-même un indicateur de la forte polémicité de la question des expulsions à cette période, même si cette polémicité est d’abord entretenue par les quotidiens les plus opposés à la politique gouvernementale (Libération et L’Humanité ayant publié près de 65% de l’ensemble des articles du corpus). Pour finir, les analyses qualitatives menées sur les Unes des journaux, les éditoriaux et deux événements (mobilisation du RESF et incendies dans les centres de rétention), se basent sur le repérage, dans les discours de presse, des principales formes de problématisation, ou cadrages, de la question des sans-papiers circulant dans l’espace public français. Nous avons préalablement défini ces cadrages11, en nous basant sur les composantes d’un discours de type « problème public » (figures, diagnostic du problème, imputation de responsabilité, solutions, registres normatifs de justification)12. Ces composantes deviennent ensuite des indicateurs, des « observables en discours », lors de l’analyse de notre corpus de presse.

3. Typologie et analyse des registres de dénonciation des expulsions des sans-papiers dans les années 2000

10Lors de notre recherche, nous avons identifié trois registres principaux de défense des sans-papiers, ou contre-discours militants, dans les années 2000. Nous les analysons en commençant par celui qui nous apparait comme le plus contestataire de l’ordre politique et social établi : le discours sur l’ouverture des frontières et le droit à la mobilité. Nous étudions ensuite les discours les plus présents dans l’espace médiatique : le recours au « respect des valeurs républicaines » comme argument contre les expulsions et le principe d’un droit au séjour sur la base de l’intégration sociale des étrangers sans-papiers.

3.1. Ouverture des frontières et droit à la mobilité

  • 13 Les mobilisations de sans-papiers de 1996 et 1997 constituent un des épisodes les plus importants h (...)

11En France, le discours sur l’ouverture des frontières comme alternative aux politiques sécuritaires date de la fin des années 1990. À cette période, la forte mobilisation des sans-papiers13 ouvre en effet un débat public sur la question de l’accès au séjour des sans-papiers et de la gestion des flux migratoires. Alors que le gouvernement socialiste nouvellement arrivé au pouvoir en juin 1997, prépare un nouveau texte de loi sur l’immigration, le Gisti publie, le 10 juillet 1997, avec d’autres associations de défense des droits des étrangers, une lettre ouverte à Lionel Jospin intitulée Tout bien réfléchi, la liberté de circulation. Les auteurs de cette longue lettre (6 pages) mettent en cause la politique de fermeture des frontières et de maîtrise des flux migratoires, qu’ils décrivent comme une réponse politique particulièrement inadaptée et insatisfaisante par rapport aux enjeux posés par les migrations internationales :

En faisant comme si elle pouvait décider de son propre chef l’abolition des mouvements migratoires dans un contexte économique, social, culturel et politique qui les favorise, la fermeture des frontières neutralise tous les facteurs qui contribueraient spontanément à l’autorégulation des flux. (Gisti 1997)

  • 14 Site internet du Gisti, « Lettre ouverte à Lionel Jospin », en ligne. Consulté le 2 décembre 2014 : (...)
  • 15 Tribune de onze intellectuels, « Sortir l’immigration de l’arène démagogique », 7 octobre 1997, pub (...)

12La lettre ne recevra pas de réponse directe du gouvernement, mais le ministre de l’Intérieur Jean-Pierre Chevènement qualifiera les militants critiquant la nouvelle loi d’« irresponsables », et affirmera mener une politique « généreuse mais ferme ». Commentant la réaction du ministre sur son site internet, le Gisti écrit : « le gouvernement a […] suggéré ici et là que nous étions des ultra-libéraux, des ultra-gauchistes, des ultra-rêveurs. Tout et l'inverse de tout »14. Des intellectuels, dont Alain Finkielkraut et Pierre-André Taguieff, stigmatiseront aussi les défenseurs de la liberté de circulation, en les accusant d’« angélisme » : « […] jusqu'à nouvel ordre, les États-Nations existent, les frontières persistent, l'État de droit demeure. Les angéliques vivent dans ce monde et pensent dans un autre, sans le savoir »15.

13Par ces accusations, les adversaires des partisans de la liberté de circulation reprochent en fait à ces derniers de tenir un discours utopique, c'est-à-dire suivant une des définitions proposées par Paul Ricœur, un discours qui s’illustre souvent par :

l’absence de toute réflexion de caractère pratique et politique, sur les appuis que l’utopie peut trouver dans le réel existant, dans ses institutions et dans tout ce que j’appelle le croyable disponible d’une époque. (Ricœur 1984 : 61)

14Le discours sur l’ouverture des frontières est décrit comme extrême et irresponsable, ou encore, pour reprendre les termes de M. Angenot,

strictement impensable vue de l’hégémonie, ne provoquant, même chez les « progressistes », qu’une sorte d’ébahissement exaspéré. (Angenot 1989 : 19)

  • 16 C’est le cas de la lettre ouverte que nous avons citée qui couvre 6 pages. Dans la plupart des cas, (...)

15La position des partisans de la liberté de circulation apparait en effet particulièrement radicale d’un point de vue politique. D’abord, parce qu’elle met directement en question le pouvoir qu’ont les États-nations de décider, en toute souveraineté, de ceux qu’ils incluent ou excluent du droit à rester sur leur territoire. Ensuite, cette position opère un renversement de perspective sur les flux migratoires en cessant de les envisager comme une menace pour les pays occidentaux et en les considérant comme un phénomène normal, incompressible et, pour de nombreux aspects, positif. Les défenseurs de la liberté de circulation sont conscients des difficultés à rendre audible et légitime leur discours, et la longueur16 qui caractérise généralement leurs plaidoyers dans les années 1990 comme dans les années 2000, attestent de l’important travail rhétorique et argumentatif qu’ils entreprennent pour légitimer leur position. Ce travail passe par la déconstruction de la problématisation dominante des migrations, et par une réflexion complexe pour imaginer un système politique et juridique ad hoc susceptible de garantir des droits pour les migrants. Ainsi, dans les années 2000, on trouve de nombreux ouvrages théoriques et rapports d’expertise publiés sur ces thèmes par des organisations onusiennes (Unesco, Programme des Nations-Unies pour le Développement ou PNUD…), des chercheurs et des associations. Les auteurs tentent notamment de mettre à distance l’image « d’utopistes » qui leur est accolée, en retournant l’accusation contre les politiques migratoires sécuritaires et en se plaçant du côté du « réalisme », comme dans l’introduction d’un rapport collectif de chercheurs publié en 2008 et intitulé Pour un autre regard sur les migrations :

Ouverture ne signifie pas ici absence de contrôle mais volonté de réguler positivement des flux aujourd’hui captés par des opérateurs privés et soustraits aux contrôles de la puissance publique. Les modalités de gouvernance avancées ici s’efforcent de rendre visible et d’accompagner ce mouvement, non de le réglementer, ne serait-ce que par souci de réalisme. (Badie, Devin, Brauman et al. 2008 : 6)

16Malgré ces précautions argumentatives, les partisans d’une politique migratoire alternative restent peu audibles dans le débat public entre 2006 et 2010. L’analyse de notre corpus de presse et, en particulier des éditoriaux, montre que les journaux, à l’exception de L’Humanité, ne parviennent pas à s’affranchir de la perspective sécuritaire en matière de gestion des flux migratoires. Cette incapacité est particulièrement visible dans Libération et Le Monde, soit deux titres engagés contre la politique chiffrée d’éloignement. À plusieurs reprises, l’on trouve ainsi des formules de concession telles que celles-ci : « Il ne s’agit pas de déclarer tout de go que les frontières ont disparu […] ) » (Libération, 11 août 2007), « Certes, personne ne suggère d’ouvrir les frontières à tous les flux migratoires » (Libération, 24 juin 2008), « Certes, la lutte contre l’immigration clandestine et illégale est nécessaire, surtout si elle s’accompagne d’une action résolue contre les trafiquants de main-d’œuvre qui sont de véritables marchands d’esclaves » (Le Monde, 8 avril 2008), « Pas d’angélisme facile : aucun gouvernement responsable ne peut rester sans rien faire devant le flux de l’immigration illégale » (Le Monde, 24 juin 2008).

17C’est plus généralement toute la réflexion sur les droits des migrants et la manière de les garantir dans une politique globale qui est absente des discours de presse à cette période. Plusieurs raisons peuvent être avancées pour expliquer cette absence. D’abord, l’opération consistant à inscrire le débat sur l’immigration dans un nouveau cadre de problématisation est très complexe et peut se révéler trop ambitieuse pour les militants lorsqu’il s’agit pour eux de prendre la parole publiquement dans les médias. En effet, le recadrage préalable systématique des termes du débat constituerait une opération coûteuse en temps et complexe en raisonnement qui ne s’accorde pas avec les modalités d’une prise de parole médiatique (brièveté et clarté du message, réaction « à chaud » sur l’événement). De plus, il faut noter que, dans les années 2000, le discours sur la liberté de circulation est porté par un nombre restreint d’acteurs (en France, principalement le Gisti et certains chercheurs) qui ne sont pas nécessairement les plus visibles sur le terrain et qui ne disposent pas d’une légitimité institutionnelle ou politique susceptible de constituer leur discours en parole d’autorité. Pour ces raisons, ce registre de dénonciation n’est pas le plus mobilisé par les militants entre 2006 et 2010, ni celui qui est le mieux repris et le plus diffusé dans les médias. Ce sont des registres moins perturbateurs de l’ordre du discours établi et du sens commun, comme le discours sur le « respect des valeurs républicaines » ou le discours sur l’« intégration » qui seront privilégiés, c'est-à-dire des cadrages qui cantonnent le problème à un enjeu de politique intérieure et, souvent, à un problème moral et identitaire.

3.2. Le recours au « respect des valeurs républicaines », contre-argument contre la répression des sans-papiers

  • 17  Voir notamment les rapports annuels de la Cimade sur les centres et locaux de rétention administra (...)

18Les quotas d’expulsions de sans-papiers ont engendré un débat public très vif, qui portait principalement sur les limites et les justifications de la violence étatique contre les étrangers dans une société démocratique comme la France. Une association comme la Cimade a ainsi dénoncé dès 2003, dans ses rapports d’observation et ses communiqués, « l’industrialisation » de la rétention ainsi qu’une « politique du chiffre absurde »17. Tous les journaux étudiés, à l’exception du Figaro, se sont joints aux critiques associatives. Entre 2006 et 2010, Libération publie, par exemple, plusieurs éditoriaux et Unes fortement dénonciateurs de la politique du gouvernement. On y trouve des titres et des phrases telles que : « Arrêtez la chasse aux familles ! » (Une du 11 août 2007), « Déshonneur », « Honte » (titres des éditoriaux du 30 octobre et du 18 décembre 2008). Les éditorialistes du journal fustigent une répression qui contrevient aux principes démocratiques et républicains. Le 11 août 2007, Laurent Joffrin condamne les arrestations à domicile en déclarant : « cette pratique [les arrestations à domicile] ne fait pas honneur à la démocratie française », et il ajoute : « la France que nous voyons aujourd’hui n’est plus tout à fait, sur ce plan-là, celle que nous aimons ». On retrouve des critiques similaires dans L’Humanité qui dénonce, par exemple, « la détresse infligée aux sans-papiers vivant sur notre sol » comme un « affront aux principes fondamentaux d’une République comme la nôtre » (éditorial du 22 avril 2006). Les prises de position du Monde sont moins nombreuses et se concentrent sur l’année 2008, mais les fondements de la critique sont similaires, comme lorsque le journal réagit à la mort d’un sans-papiers malien s’étant noyé en tentant de fuir la police : « Au pays des droits de l’homme, il est révoltant de voir un homme se jeter à l’eau simplement pour échapper à la police » (éditorial du 8 avril 2008).

19La force et le caractère explicite des condamnations prononcées par ces journaux sont remarquables, au sens où ils témoignent de la rupture – relative – du consensus politique et médiatique sur la lutte contre l’immigration irrégulière, qu’a provoquée la mise en place des quotas d’expulsions. La rupture du consensus apparait causée par la perception de ces quotas comme une mesure uniquement basée sur une logique de performance et de communication gouvernementale. Les journaux (sauf Le Figaro) comme les associations dénoncent alors la disproportion entre l’objectif gouvernemental et les conséquences humaines de sa mise en œuvre sur les sans-papiers. Dans cette perspective, la polémique ne résulte pas forcément d’une prise de position de fond sur les lois régissant le droit au séjour, mais découle plus directement du refus d’une violence étatique trop explicite à l’encontre des étrangers. Les opposants aux expulsions font ainsi ressurgir le spectre d’un État autoritaire et policier bafouant les droits fondamentaux des étrangers. Ainsi, les allusions au régime de Vichy, aux années 1930 et à la résistance ont été fréquentes de la part de différents défenseurs des sans-papiers et dans L’Humanité. La polémique se charge ainsi d’enjeux identitaires puisqu’il s’agit de réaffirmer avec force ces valeurs (respect des droits de l’homme, tradition d’hospitalité, refus de la xénophobie, refus de la violence policière et des contrôles au faciès, etc.). Certains discours médiatiques endossent alors une fonction d’intégration, au sens où l’entend Ricœur, et qui renvoie à la constitution et à la consolidation de l’identité d’un groupe. Pour le philosophe, l’identité d’un groupe est, en effet, d’abord une identité narrative et le groupe ne peut acquérir une consistance et une permanence que « grâce à l’image stable et durable qu’il se donne de lui-même » (Ricœur 1984 : 58).

20Une société s’identifie ainsi à des événements (ici la Résistance et le sort réservé aux étrangers dans les années 1930 et aux Juifs pendant la guerre) auxquels est conférée une valeur inaugurale, et la fonction de l’idéologie est alors de réactualiser ces événements au moyen « d’interprétations qui ne cessent de [les] remodeler après coup […] » (Ibid. : 59). Ces réactualisations peuvent prendre la forme solennelle de commémorations, mais il nous semble que certains récits médiatiques sur les expulsions exercent la même fonction. Il apparait également que ce sont ces enjeux identitaires et symboliques de la polémique qui ont pu capter si amplement l’attention des médias. La polémique nourrit en effet une forme de communication spectaculaire où l’on retrouve des procédés visant à susciter l’émotion (photos d’enfants sans-papiers, titres dénonciateurs) et qui permet aux journalistes de produire du consensus social en se faisant les défenseurs de valeurs communes.

21Mais si ce type de discours basé sur une dénonciation morale et une prise de position symbolique forte, rencontre un succès important dans les médias, il n’est pas exempt de faiblesses. En effet, il se caractérise souvent par un pathos, une emphase de la part du locuteur. Ces éléments sont, par exemple, très présents dans la pétition du RESF de 2006, intitulée Nous les prenons sous notre protection :

Le 30 juin 2006, le sursis accordé aux élèves sans-papiers et à leurs parents tombera. Des milliers d’enfants, de jeunes et leurs familles risquent l’expulsion de masse, verront leur avenir et leur vie même anéantis. Nous ne laisserons pas commettre ces infamies en notre nom. (RESF 2006)

22Or, si ce discours peut apparaitre comme un « langage d’action juste et persuasif » (Angenot 1989 : 21) pour les militants et pour une partie des médias et de la population française, il provoque également l’agacement et la condamnation des autres commentateurs qui y voient avant tout du « mauvais pathos » et des « clichés extravagants » (Ibid. : 21). Par exemple, en 2006, Laurent Greilsamer du Monde dénonce dans un éditorial :

le feuilleton des bons et des méchants. À gauche, les gentils, les partisans de la régularisation […] à droite, les sans-cœur, les égoïstes qui ne veulent rien entendre, rien comprendre, rien donner, rien offrir, et qui piaffent à l’idée de se livrer à « une chasse à l’enfant » - expression estampillée RESF. (Le Monde, éditorial du 11 juillet 2006)

23À propos de l’esthétique et de la rhétorique des contre-discours, Angenot souligne justement les abus de langage et les « hyperboles polémiques » qui, souvent, les caractérisent. Il les explique par l’illégitimité de ces contre-discours privés d’« assises doxiques » et qui tentent de bricoler leurs propres cadres cognitifs et moyens de persuasion :

nous appelons effet d’hégémonie ce qui rend toujours insatisfaisants, inadéquats, problématiques, un peu ridicules aussi, les langages des périphéries […]. (Angenot 1989 : 22)

24Dans cette perspective, le caractère hyperbolique de certains discours militants contre les expulsions attesterait, encore une fois, de la difficulté de défendre les sans-papiers dans l’espace public.

3.3. L’argument de l’intégration sociale comme fondement d’un droit au séjour

  • 18  C’est avec cet argument de l’intégration que le Gouvernement justifiera sa décision de publier une (...)

25Troisième et dernier registre de défense des sans-papiers que nous aborderons ici, l’argument de l’intégration sociale comme fondement d’un droit au séjour est une pièce centrale dans les discours militants des années 2000. Comparé aux deux premiers registres, il se caractérise principalement par sa propension à être utilisé par différents acteurs et au service de positionnements politiques très variés voire opposés. Il est fortement mobilisé par le RESF à partir de 2006. Le réseau fonde une bonne partie de son argumentaire sur l’intégration des familles sans-papiers, symbolisée par la scolarité de leurs enfants en France. Précisons d’emblée que l’argument de l’intégration se caractérise par son ambiguïté. Du côté des militants, critiquer l’exclusion juridique des sans-papiers au regard de leur intégration sociale et scolaire permet de soutenir l’idée qu’il existe, à côté de l’ordre juridique, d’autres sphères de reconnaissance des étrangers et d’autres institutions ou espaces (l’école, le quartier, la commune) producteurs de citoyenneté que l’État et l’espace national. En ce sens, cet argument permet de contester, souvent assez efficacement18, le pouvoir de l’État en matière d’attribution des statuts juridiques. Il nourrit également un processus de reconnaissance sociale en produisant et donnant à voir des figures valorisantes des sans-papiers. Ce processus permet ensuite aux militants et aux sans-papiers eux-mêmes de revendiquer (plus) efficacement de nouveaux critères de régularisation.

  • 19  En combinant des critères pouvant être qualifiés d’« objectifs » (durée de présence en France, sco (...)

26La question qui se pose, néanmoins, est de savoir dans quelle mesure ce mode de défense est susceptible de dépasser la logique de « l’immigration choisie », promue par le gouvernement à partir de 2006, pour donner lieu à de nouvelles catégories d’ayants droit au séjour. En effet, telle qu’elle est le plus souvent présentée dans la presse et dans le discours gouvernemental, l’intégration apparait comme une qualité que les sans-papiers doivent pouvoir démontrer et qui est liée à leur mérite individuel, plutôt que comme une catégorie juridique basée sur des critères intangibles et applicables à tous. En 2006, tous les journaux sans exception ont ainsi illustré leurs reportages sur la mobilisation du RESF par des cas de familles présentées comme particulièrement « intégrées » et « méritantes ». De même, les citoyens mobilisés contre les expulsions qui sont médiatisés sont rarement des militants de longue date au profit de personnes appartenant à l’entourage proche ou au voisinage des sans-papiers. Les récits médiatiques laissent ainsi entrevoir une difficulté – ou une réticence – à monter en généralité et à prendre des positions de principe en matière de régularisation. Or, en faisant le choix de traiter la situation des sans-papiers par le prisme de situations individuelles particulièrement éloquentes, les journaux contribuent aussi à donner une consistance et une légitimité à la gestion « au cas par cas » de cette question privilégiée par le Gouvernement. L’argument de l’intégration est d’ailleurs aisément repris par le Gouvernement, qui le transformera en instrument au service d’une gestion arbitraire des revendications19.

  • 20 Sur ces questions voir par exemple Boubeker & Battegay (1993), Macé & Peralva (2002), ou encore Tis (...)

27On peut en conclure que l’argument de l’intégration reste globalement dans les limites du discours hégémonique, ce qu’atteste sa présence dans les discours de tous les journaux étudiés, malgré leurs positionnements politiques parfois opposés. À ce propos, on rappellera finalement que la question de l’intégration des immigrés et de leurs descendants a été constituée en problème politique et en objet de débat public depuis une trentaine d’années, notamment en rapport avec le « problème des banlieues » et les controverses sur la laïcité20. Envisager la situation des sans-papiers comme une question d’intégration plutôt que comme une question de droit revient donc aussi à l’inscrire dans une trame d’intelligibilité et de compréhension des problèmes sociaux particulièrement prégnante dans le débat public français.

4. Conclusion

28En conclusion, étudier la polémique autour des expulsions à travers le prisme de la notion de « contre-discours » s’avère particulièrement efficace pour repérer les frontières du dicible et de l’indicible en matière de défense des sans-papiers, telles qu’elles s’actualisent entre 2006 et 2010. De prime abord, apparait une difficulté à se saisir de cette notion car le contre-discours ne se définit pas a priori, il ne possède pas de consistance discursive en soi. Les « contre-discours » n’existent et ne peuvent s’identifier qu’en contexte. Cette identification nous parait d’abord devoir passer par une connaissance approfondie du contexte sociohistorique du débat, qui comprend les institutions, les lois en vigueur, les principes politiques au fondement des politiques publiques, les discours des principaux acteurs du débat, etc. Ce premier niveau d’analyse permet de construire des hypothèses sur les difficultés d’ordre politique et symbolique spécifiques posées par la défense de différentes causes.

29Dans un second temps, une étude empirique des discours en circulation dans l’espace public apparait indispensable pour vérifier ou infirmer ces hypothèses, c'est-à-dire pour mesurer concrètement le degré d’acceptabilité ou, au contraire, de rejet provoqué par les contre-discours identifiés. Pour cela, diverses méthodes d’analyse du discours peuvent être utilement mobilisées. Une analyse structuraliste consistant à repérer l’existence ou l’absence des différentes étapes d’un discours de type « problème public » (reconnaissance d’un problème, identification d’un coupable ou d’un responsable, formulation de revendications) peut s’avérer utile. Ainsi, dans le débat sur les sans-papiers, on remarque que souvent les dénonciations ne s’accompagnent pas de revendications précises ou d’un programme de résolution. Les discours les plus audibles sont en effet souvent « défensifs », c'est-à-dire qu’ils pointent les conséquences du durcissement de la loi sur les droits et la vie des étrangers, s’inscrivant ainsi en réaction à un contexte politique plutôt que dans une logique de proposition. Cette invisibilité des propositions alternatives en matière de politique migratoire atteste alors du verrouillage du débat autour d’un consensus sécuritaire qui reste difficile à subvertir. Par ailleurs, l’analyse comparée de titres de presse aux positionnements politiques contrastés constitue une condition indispensable pour mesurer le caractère plus ou moins consensuel ou subversif des différents contre-discours : on a ainsi pu remarquer que le discours sur l’ouverture des frontières et le droit à la mobilité reste cantonné dans les marges du discours social (ouvrages militants et d’experts, quelques tribunes de presse), alors que le discours sur l’intégration traverse tous les discours médiatiques.

30Enfin, les différents indicateurs proposés par Marc Angenot (caractère hyperbolique et langue de bois des discours dominés, réaction des récepteurs de ces discours) constituent d’autres pistes possibles d’analyse.

__________________________

Résumé : Entre 2006 et 2010, la politique d’éloignement des étrangers en situation irrégulière en France, caractérisée par la mise en place de quotas annuels d’expulsion, a suscité de nombreuses polémiques dans l’espace public français. Dans cet article, nous dressons une typologie des principaux registres de dénonciation des expulsions et de défense des sans-papiers proposés par les acteurs militants (principalement associatifs). Il s’agit à la fois d’analyser les enjeux sociopolitiques portés par chacun de ces registres, de discuter de leur (in)capacité à faire évoluer les cadres du débat sur l’immigration, et, enfin, de mesurer leur acceptabilité sociale à travers leur reprise dans l’espace médiatique, et plus précisément dans cinq titres de la presse quotidienne nationale : Le Monde, Libération, Le Figaro, L’Humanité et Le Parisien (édition nationale).

Mots-clés : sans-papiers ; expulsions ; polémiques ; contre-discours ; presse

Abstract : Between 2006 and 2010, removal policies for irregular migrants in France, based on yearly deportation targets, have fostered numerous polemics and controversies in the French public sphere. This article proposes a typology for the main registers used in the denunciation of deportations, and in activist defences of undocumented migrants (in particular migrants rights associations). This article offers a threefold investigation of these registers: it analyses the socio-political issues they carry and it discusses their (in)ability to shape and change the way debates on immigration are framed. Finally, it evaluates the social acceptability of these registers by measuring their repetition in the medias, in particular in five French national daily newspapers: Le Monde, Libération, Le Figaro, L'Humanité and the national edition of Le Parisien.

Keywords : sans-papiers ; deportations ; polemics ; counter-discourse ; news-press

Haut de page

Bibliographie

Amossy, R., (2012), L’argumentation dans le discours. Paris : Colin.

Angenot, M., (1989), « Hégémonie, dissidence et contre-discours. Réflexions sur les périphéries du discours social en 1889 », Études littéraires, 22(2), 11-24.

Badie, B., DEVIN, G., BRAUMAN, R., DECAUX, E., & WIHTOL DE WENDEN, C., (2008), Pour un autre regard sur les migrations. Construire une gouvernance mondiale. Paris : La Découverte.

Battegay, A., & Boubeker, A., (1993), Les images publiques de l’immigration. Paris : L’Harmattan.

Bauman, Z., (2005), La société assiégée. Trad. de l’anglais par Christophe Rosson, Rodez : Le Rouergue/Chambon.

Bonnafous, S., (1991), L’immigration prise aux mots. Paris : Kimé.

Carvalho, J., & Geddes, A., (2012), « La politique d’immigration sous Sarkozy ». In De Maillard, J., & Surel, Y., (dir), Les politiques publiques sous Sarkozy. Paris : Presses de Science Po, 279-298.

Céfaï, D., (1996), « La construction des problèmes publics. Définitions de situations dans des arènes publics », Réseaux, 75, 43-66.

Delforce, B., & Noyer, J., (1999), « Pour une approche interdisciplinaire des phénomènes de médiatisation : constructivisme et discursivité sociale », Études de communication, 22, 13-39.

Garcia, G., (2013), La cause des « sans ». Sans-papiers, sans-logis, sans-emploi à l’épreuve des médias. Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

Macé, E., & Peralva, A., (2002), Médias et violences urbaines. Paris : La Documentation française.

Neveu, E., (1999), « L’approche constructiviste des problèmes publics », Études de communication, 22, 41-58.

Ricœur, P., (1984), « L’idéologie et l’utopie : deux expressions de l’imaginaire social », Les cahiers du christianisme social, 2, 53-64.

Siméant, J., (1998), La cause des sans-papiers. Paris : Presses de Science Po.

Tissot, S., (2007), L’État et les quartiers. Genèse d’une catégorie d’action publique. Paris : Seuil.

Viet, V., (1998), La France immigrée. Construction d’une politique 1914-1997. Pari : Fayard.

Weil, P., (2005) [1991], La France et ses étrangers. L’aventure d’une politique publique de l’immigration, 1938-1991. Nouvelle édition refondue, Paris : Gallimard.

Haut de page

Notes

1  À partir de 2005 comme ministre de l’Intérieur, puis en tant que Président de la République à partir de 2007, Nicolas Sarkozy place la maîtrise des flux migratoires au centre de son projet politique. Il se prononce pour une politique sélective, valorisant l’immigration de travail qualifiée de « choisie », et pour un contrôle plus restrictif des demandeurs d’asile et des candidats au regroupement familial (immigration dite « subie »). Plusieurs lois restreignant les possibilités de séjour en France sont votées et des objectifs chiffrés sont fixés en matière de reconduites à la frontière dès 2003 (Carvalho & Geddes 2012 : 280).

2  Entre 2003 et 2011, on assiste à une augmentation significative des éloignements : on passe ainsi de 10 067 reconduites en 2002, à 11 692 en 2003, 23 831 en 2006, 29 796 en 2008 et 32 912 en 2011. Chiffres tirés du rapport au Parlement, « Les chiffres de la politique d’immigration et d’intégration, année 2011 », décembre 2012. Consulté le 30 janvier 2015 :

< http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/134000159/0000.pdf >.

3  On pense notamment à la très forte mobilisation du Réseau Éducation sans frontières (collectif composé d’enseignants et de parents d’élèves) en 2006, contre les expulsions de familles sans-papiers. Parmi les autres mobilisations de la période, on trouve également les protestations contre des arrestations de sans-papiers en 2007 (par exemple, cas de l’école Rampal en mars 2007, cas d’une migrante chinoise décédée après sa défenestration lors d’un contrôle de police à son domicile), les révoltes et les incendies dans les centres de rétention en 2008, ou encore la polémique contre le renvoi dans leur pays d’exilés afghans en 2009.

4  La Cimade est une association ancienne (créée en 1940), qui s’engage après la guerre dans l’assistance (sociale, humanitaire, juridique) aux étrangers. Depuis 1984, elle est chargée par le Gouvernement d’une mission d’aide à l’exercice des droits des étrangers dans les centres de rétention. Elle revendique également une mission de témoignage de la situation des étrangers en France.

5  Groupement d’information et de soutien aux travailleurs immigrés, créé en 1972 par des juristes et des militants et, depuis, spécialisé dans l’expertise et la défense juridique et politique des droits des étrangers.

6 Le champ militant autour des sans-papiers est principalement composé d’acteurs associatifs et militants dont les ressources politiques sont limitées : leurs relais politiques sont restreints et intermittents (soutien ponctuel des écologistes, d’élus communistes ou socialistes) et leurs moyens d’action se situent le plus souvent dans la sphère juridique (contentieux au tribunal, accompagnement juridique des migrants, expertise).

7  Sur la construction d’un consensus politique entre la droite et la gauche de gouvernement autour du « problème de l’immigration » et de la lutte contre les « clandestins » à partir de la fin des années 1970, nous renvoyons aux travaux de Patrick Weil (1991), Vincent Viet (1998) et Simone Bonnafous (1991).

8  Le corpus a été collecté sur les bases de données Factiva et Europresse. Une recherche dans les archives papier de la bibliothèque municipale de Marseille a permis ensuite de constituer des sous-corpus autour d’événements précis (mobilisation du RESF en 2006, révoltes dans les centres de rétention, …), qui ont été analysés de manière qualitative (avec la mise en page et les images).

9  L’enjeu était de voir s’il existait de fortes dissensions entre les positions des différents journaux sur la question des expulsions, ou si à l’inverse, on pouvait trouver des points de consensus. Nous avons ainsi choisi un titre de presse populaire avec Le Parisien, deux journaux historiquement engagés dans la cause des sans-papiers pour Libération et l’Humanité¸ un quotidien dit « de référence » et plutôt de centre gauche avec Le Monde, et un titre à la ligne politique proche de celle du Gouvernement pour Le Figaro.

10 Principalement la mobilisation du RESF en 2006, plusieurs arrestations en 2007, les révoltes en rétention en 2008, les expulsions d’Afghans en 2009 et les expulsions de Roms en 2010.

11 Soit quatre cadrages ou registres dont trois sont étudiés ici : le cadrage sécuritaire (position du Gouvernement), le registre de l’intégration, le discours sur l’ouverture des frontières et le discours dénonçant l’atteinte que porte la politique d’immigration aux valeurs républicaines.

12 Sur ce point voir notamment les travaux de Guillaume Garcia (2013 : 120), Erik Neveu (1999) et Daniel Céfaï (1999).

13 Les mobilisations de sans-papiers de 1996 et 1997 constituent un des épisodes les plus importants historiquement de la « cause » des sans-papiers (Voir Siméant 1998).

14 Site internet du Gisti, « Lettre ouverte à Lionel Jospin », en ligne. Consulté le 2 décembre 2014 : < http://www.gisti.org/doc/actions/1997/jospin.html (page) >.

15 Tribune de onze intellectuels, « Sortir l’immigration de l’arène démagogique », 7 octobre 1997, publiée dans Libération.

16 C’est le cas de la lettre ouverte que nous avons citée qui couvre 6 pages. Dans la plupart des cas, ce discours semble mal s’accommoder des pétitions ou autres tribunes courtes. Il se déploie plutôt dans des ouvrages et des revues militantes ou académiques.

17  Voir notamment les rapports annuels de la Cimade sur les centres et locaux de rétention administrative, éditions 2006, 2007 et 2008.

18  C’est avec cet argument de l’intégration que le Gouvernement justifiera sa décision de publier une circulaire permettant de régulariser un certain nombre de familles sans-papiers en 2006.

19  En combinant des critères pouvant être qualifiés d’« objectifs » (durée de présence en France, scolarisation effective, résidence en France des enfants avant l’âge de 13 ans), et trois autres critères plus flous, laissant une marge de manœuvre très importante aux préfectures (contribution effective des parents à l’entretien et à l’éducation des enfants, absence de lien de cet enfant avec le pays dont il a la nationalité et réelle volonté d’intégration des familles). Au terme du processus de régularisation, environ 7000 familles seront régularisées sur 30 000 demandes.

20 Sur ces questions voir par exemple Boubeker & Battegay (1993), Macé & Peralva (2002), ou encore Tissot (2007).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lise Jacquez, « De la difficulté de défendre les sans-papiers dans l’espace public français : typologie et analyse des contre-discours militants (2006-2010) », Semen [En ligne], 39 | 2015, mis en ligne le 22 novembre 2015, consulté le 27 mai 2017. URL : http://semen.revues.org/10482

Haut de page

Auteur

Lise Jacquez

Institut d'études politiques de Lyon / ELICO

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page