Navigation – Plan du site
I. Dossier thématique

Présentation

Julien Auboussier

Texte intégral

  • 1 Notamment : Schepens, P., (dir.), 2006, « Catégories pour l’analyse du discours politique », Semen (...)

1Depuis plusieurs années déjà, la revue Semen renouvelle ses objets d’étude en proposant régulièrement d’importantes contributions, notamment à l’analyse des discours politiques et médiatiques, qui n’hésitent pas à jouer le jeu de l’échange et du débat interdisciplinaire1. Aussi les sciences du langage y rencontrent-elles aujourd’hui de manière récurrente d’autres disciplines comme les sciences de la communication, la sociologie ou les sciences politiques. Souvent l’analyse de discours, la sémiologie aussi, servent de passerelles à ce stimulant dialogue. À ce titre, interrogeant les découpages disciplinaires, Ruth Amossy note qu’

il est naturel que les interférences et les chevauchements entre les disciplines se multiplient –les tenants de l’AD et de l’argumentation faisant sans cesse incursion dans les domaines dans lesquels sont prélevées leurs exemples, les spécialistes des autres disciplines tendant de plus en plus fréquemment à se situer dans le cadre de l’AD et de l’argumentation pour explorer leur corpus et répondre aux questions qu’il suscite dans leur domaine propre. (Amossy 2008 [en ligne])

2Dans ce numéro, la paire notionnelle discours/contre-discours (dorénavant D/CD) a été soumise à l’évaluation et à l’examen de neuf auteurs issus des sciences du langage ou des sciences de la communication. Tous adoptent, à des degrés variables, une perspective réflexive au sens où la catégorie CD est évaluée au prisme de sa valeur heuristique et de ses possibles applications méthodologiques dans l’appréhension de l’espace public contemporain. En soumettant à l’évaluation le CD comme catégorie d’analyse, nous nous préparions à assumer la diversité des ancrages disciplinaires, des approches et des méthodologies mobilisées. Clairement, les contributions ne visent donc pas à établir une position homogène mais, plutôt, à encourager les échanges.

3Pour autant, le dossier profite d’une vraie cohérence tant les différents textes posent, chacun à leur manière, la question de la conflictualité et de la gestion du conflit dans l’espace public. La notion d’espace public est fondamentale (et terriblement problématique : voir ici la contribution d’Antonin Serpereau) pour qui souhaite penser le conflit en démocratie. À ce titre, le dernier ouvrage de Ruth Amossy (2014), dans sa première partie, offre un parcours théorique à la fois dense et limpide sur la réhabilitation du conflit dans les sciences sociales. La philosophie politique de Chantal Mouffe y tient une place capitale : le conflit, et non le consensus, assure la vitalité de l’espace public et s’impose comme le fondement de la démocratie (Mouffe 2000). Dans le dossier que nous présentons, la question du rapport D/CD s’inscrit dans une réflexion relative au fonctionnement discursif de l’espace public. Celui-ci est alors à considérer

comme lieu d’exercice de la parole publique, comme lieu de production et de circulation sociale du sens et comme lieu de débats relatifs à la mise en discours du social (Delforce 2010 : 58-59)

4Sans surprise, le dossier rend compte de deux modes d’appréhension du CD : une approche dans le cadre théorique de l’argumentation, une autre dans le cadre, plus large, d’une théorie de la discursivité sociale. La première semble répondre à une attention prioritairement concentrée sur le fonctionnement de la langue et du discours (sciences du langage), la seconde à une attention prioritairement tournée vers la compréhension d’une question de société ou d’un problème public (sciences de la communication notamment). À ce titre, les perspectives adoptées dans les différentes contributions sont tributaires de l’inscription disciplinaire des auteurs et, plus précisément, de la proximité qu’ils entretiennent avec les études argumentatives.

5La première perspective est clairement liée à l’effort définitoire du couple D/CD offert par les spécialistes de l’argumentation. À ce titre, Jérôme Jacquin, Marianne Doury (et al.) ou encore Alain Rabatel rappellent naturellement dans leur texte l’approche fondatrice forgée par Christian Plantin : l’argumentation se fonde sur la confrontation d’un discours et d’un contre-discours autour d’une même question (Plantin 1996 : 21) et sur une situation d’interaction entre un Proposant, un Opposant et un Tiers qu’il s’agit de convaincre (Plantin 2005 : 63–64). Ces trois actants ne sont pas à confondre avec les acteurs engagés dans l’échange argumentatif ; et un acteur peut occuper successivement les trois rôles actanciels. Adoptant une approche discursive, Raphaël Micheli précise par ailleurs que l’argumentation ne se réduit pas à la seule volonté de produire un effet sur l’allocutaire. L’argumentation répond avant tout à une visée de justification et à une visée de positionnement :

Lorsqu’on argumente, on vise certes à justifier un point de vue mais cette visée justificatoire s’accompagne d’une visée de positionnement du discours par rapport à un autre discours […] que l’on désignera par l’étiquette de contre-discours pour bien marquer sa fonction structurante dans l’argumentation (Micheli 2012 [en ligne])

6Au niveau des échanges langagiers, dans une perspective interactionnelle, la nature contre-discursive est ainsi largement dépendante du contexte immédiat de l’interaction (ou, dans des contextes monologuaux, à une dynamique, interne au texte, de représentation du discours autre). Dans une même séquence argumentative, l’identification du D et du CD est donc relative à la répartition, contextualisée et mouvante, des statuts actanciels.

7La seconde perspective conduit donc à une autre approche de la paire D/CD et s’inscrit dans une volonté de compréhension du discours social (Angenot 1989, 2006, 2008) et/ou de la discursivité sociale (Delforce, Noyer 1999, Delforce 2010, Noyer 2010). En adoptant l’idée, issue du dialogisme bakhtinien, d’une interaction à la fois discursive et sociale généralisée, la question ici posée est celle de la capacité de la paire D/CD à déborder le cadre d’une linguistique énonciative et des études argumentatives pour être appliquée à l’analyse de l’espace public et, plus largement, à l’étude de l’agonistique sociale.

8Ces travaux peuvent faire écho aux travaux de topographie du discours social (Faye 1972 puis Angenot). La dialectique D/CD ne se déploie alors plus dans le cadre d’une scène d’énonciation c’est-à-dire dans l’ici et maintenant de l’interaction mais dans le temps long de la configuration dynamique des discours sociaux. Nous retrouvons la métaphore spatiale qui structure le discours social chez Marc Angenot : au centre, un discours dominant, hégémonique et centrifuge, à la périphérie, l’hétéronomie des CD (1989, 17-19 ; 2006, 82-85). Et, dans cette articulation centre-périphérie, l’hégémonie régule l’acceptabilité, hiérarchise les thèmes et les rhétoriques et ouvre ainsi un espace contraint de débats et de dissensions. Autre historien des idées, Richard Terdiman (1985) adopte une approche similaire en posant que les CD tentent de définir « un espace discursif autre, qui contestent l’hégémonie du dominant » avant de rappeler l’intimité conflictuelle qui associe les deux puis d’interroger la capacité du CD à s’émanciper du discours dominant.

9Dans une approche communicationnelle, les discours sociaux, disponibles dans un état de l’espace public, apparaissent comme des ressources à la mise en ordre du monde et peuvent être appréhendés à la fois comme processus et comme résultat (Delforce, Noyer 1999 : 24-25). Ils sont des sortes de briques cognitives, ressources pour la sémiosis, qui jouissent d’une relative autonomie mais que le dynamisme et la plasticité interdisent d’appréhender sous une logique trop structuraliste. Le discours social est un système dans lequel l’interaction renvoie aux rapports que les discours sociaux spécifiques entretiennent dans une société donnée à un moment donné. Par là même, il rend compte directement des conflits et des compromis entre acteurs sociaux dans l’espace public. Les discours sociaux spécifiques peuvent s’inscrire dans les dominantes discursives du discours social ou, au contraire, en contester la domination notamment quand ils sont issus de publics périphériques, les « contre-publics subalternes » définis comme « des arènes discursives parallèles dans lesquelles les membres des groupes sociaux subordonnés élaborent et diffusent des contre-discours, ce qui leur permet de développer leur propre interprétation de leurs identités, de leurs intérêts et de leurs besoins » (Fraser 2001). Dès lors, le travail sur la discursivité sociale peut consister en une identification des discours sociaux disponibles dans l’espace public autour d’une question et en une évaluation de leur acceptabilité sociale respective. Cette approche conduit aussi, à l’image de Rachele Raus, à des travaux sur la manière dont les contre-discours militants parviennent à peser sur un espace discursif institutionnel. Logiquement, ces approches peuvent contribuer aux recherches relatives aux mobilisations collectives, aux controverses (voir ici le texte de Guillaume Carbou) ou à la configuration des problèmes publics (voir ici le texte de Lise Jacquez) tant le discours s’y impose comme une variable active des dynamiques sociales :

[L]a constitution des acteurs collectif est indissociable de leur inscription dans des rapports d’interaction et d’interlocution, dans des épreuves de force et de sens, qui sont pré-articulés et retranscrits en langage (Cefaï 1996 : 50)

10Ainsi, dans la conception discursive de l’espace public, le risque de voir disparaître, dans les analyses, les acteurs et l’agir sous les discours existerait uniquement si l’on oubliait que tout discours est intervention : la lutte des discours peut donc être considérée comme une forme socialement construite de la lutte des acteurs (Delforce, Noyer 1999).

11Les deux premiers textes du dossier s’attachent à la paire D/CD dans le contexte des dispositifs institués de débats. La question posée par les auteurs est celle de la conflictualité et de la gestion du conflit dans des espaces contraints par l’idéal délibératif et la recherche du compromis rationnel.

12Jérôme Jacquin propose une approche du contre-discours pleinement ancrée dans le champ de l’analyse de l’argumentation, en l’occurrence de la contre-argumentation. L’auteur poursuit là un travail sur la dimension linguistique de la désignation contre-argumentative attentif et à la polyphonie et à la représentation du discours autre. Les situations de co-présence étudiées ici relèvent d’« interactions publiques » inscrites au sein de dispositifs d’échanges de type débat ou conférence/discussion organisés par des associations étudiantes et relatives à des questions sociopolitiques contemporaines. L’auteur trouve dans ces dispositifs un terrain idéal pour poursuivre sa réflexion et pour proposer une analyse de la complexité sémiotique par lequel un locuteur, porteur du contre-discours, désigne le discours auquel il s’oppose. L’argumentation est étudiée dans une perspective interactionniste et discursive qui dépasse le seul niveau linguistique pour prendre en compte l’articulation entre les ressources verbales et multi-modales mobilisées par les intervenants de cette situation spécifique de communication. Un autre intérêt de l’article est la manière dont l’auteur articule l’espace de l’intersubjectivité (entre des interlocuteurs en désaccord) et l’espace public (incarné ici dans une arène instituée de débats) au sens où le pointage contre-argumentatif inscrit comme tiers à la fois l’animateur et le public.

13Marianne Doury, Mathieu Quet et Assimakis Tseronis s’attachent, eux aussi, à des dispositifs participatifs : la conférence de citoyens organisée par la région Ile-de-France en 2006-2007 puis le débat public national organisé par la Commission Particulière du Débat Public en 2009-2010, tous deux relatifs à la question des nanotechnologies. Après avoir relevé la faible diversité des registres critiques susceptibles d’être mobilisés (toxicologique, éthique, économique et démocratique), les auteurs interrogent la possibilité de tenir un discours critique dans des dispositifs institutionnalisés de débats qui visent le compromis voire le consensus. Le texte montre parfaitement les rapports intrinsèques qui associent les dispositifs de débat et les contre-discours qui peuvent s’y déployer et la façon dont les premiers prennent en charge et façonnent les seconds. Situé à la croisée des analyses argumentatives et communicationnelles, le texte est aussi une contribution importante à la réflexion, souvent issue des sciences politiques, relative aux dispositifs de participation citoyenne (Richard-Ferroudji 2011, Blondiaux 2008, Revel et al. 2007, Callon 2003).

14Les contextes monologaux propres aux dispositifs de participation laissent ensuite place à une analyse de discours du manifeste « Pour des universités à la hauteur de leurs missions » finement menée par Alain Rabatel. Le manifeste comme genre discursif, dont l’auteur étudie les caractéristiques formelles, semble relever du CD puisqu’il se présente (question de l’ethos) comme un discours d’opposition à un discours dominant (ou, du moins, perçu comme tel). Dans le cadre du manifeste étudié, la dimension dialogique du texte s’inscrit dans une opposition mesurée à l’ordre discursif contesté. Pour autant, le CD apparaît bien comme la proposition d’une alternative discursive au monde tel qu’il est, comme une tentative de subversion du monde tel qu’il va. Ce que montre parfaitement Alain Rabatel est que le CD est aussi, dans le manifeste, une ressource identitaire et, par là même, un encouragement à la mobilisation et à l’action. L’intérêt de l’article tient enfin à sa dimension réflexive et à l’effort d’évaluation du CD comme catégorie d’analyse. L’auteur interroge ainsi la place du Tiers dans l’articulation D/CD et, ce faisant, s’interroge sur les risques que cette paire conceptuelle fait courir à l’analyste : l’adoption d’une représentation dichotomique des conflits qui débouche sur une conception non dialectique de la gestion du conflit en démocratie.

15Au regard de leur inscription dans le champ des sciences de la communication, il n’est guère étonnant de voir les deux auteurs suivants adopter une autre perspective. Guillaume Carbou puis Lise Jacquez identifient les répertoires de discours disponibles autour d’une controverse : le nucléaire à la suite de la catastrophe de Fukushima pour le premier, le statut des sans-papiers pour la seconde.

16Guillaume Carbou adopte une perspective originale en situant son travail dans le champ des sciences de la culture. Dès lors, l’analyse argumentative vise, selon l’auteur, à l’identification de topoï qui, structurés en zones de regroupement, constituent autant de « micro-univers relativement cohérents » et, finalement, de véritables « modes d’appréhension du monde ». La perspective présentée est mobilisée pour traiter des commentaires d’internautes rédigés à chaud sur des sites d’information d’actualité à la suite de la catastrophe de Fukushima en mars 2011. Dès lors, il s’agit de dresser une topographie du discours social à même de rendre compte des zones topiques (stables sans être figées) puis des modes d’appréhension du monde qui se déploient autour d’un événement – Fukushima – et d’une controverse – le nucléaire. L’auteur propose de dépasser l’hétérogénéité apparente et sauvage des interventions d’internautes en décelant sous la cacophonie des commentaires des dominantes à la fois discursives et cognitives. La conflictualité dans l’espace public, selon l’auteur, ne repose pas forcément sur des désaccords situés mais sur des « images du monde concurrentes » et éventuellement inconciliables. Le propos de l’auteur n’est pas sans rappeler le travail de Marc Angenot sur « les dialogues de sourds », étude que l’analyste canadien concluait justement en plaidant pour « la fusion nécessaire de la rhétorique, de l’analyse de discours, de l’histoire des idées et des secteurs des sciences sociales qui touchent aux discours et aux croyances » (Angenot 2008 : 417).

17Quant à Lise Jacquez, elle dresse, autour d’une controverse –le statut des sans-papiers-, une typologie des contre-discours et des registres critiques de dénonciation publique. Nous retrouvons, comme avec Guillaume Carbou, la même volonté de travailler à partir d’une lecture effective des textes dans la situation historique où ils apparaissent, dépassant ainsi la seule modélisation des régularités discursives. L’auteur s’attache ainsi à l’acceptabilité sociale des contre-discours militants et, par là même, aux frontières du dicible et de l’indicible qui contribuent à la structuration de l’espace public. Pour ce faire, Lise Jacquez insiste sur la nécessité d’« une connaissance approfondie du contexte sociohistorique du débat, qui comprend les institutions, les lois en vigueur, les principes politiques au fondement des politiques publiques, les acteurs du débat ». C’est bel et bien la prise en compte du « contexte élargi » (Wodak 2009) qui encourage à ne pas essentialiser les contre-discours : la nature contre-discursive d’une prise de parole ne s’évalue qu’en contexte. À partir d’un corpus de 2602 articles publiés dans Libération, Le Monde, Le Parisien et Le Figaro (auquel s’ajoute un corpus secondaire de productions discursives militantes et associatives), l’auteur identifie trois registres de dénonciation publique dont elle interroge les enjeux, notamment, de reconnaissance (Honneth 2000) et de visibilité (Voirol 2005), et dont elle évalue ensuite l’acceptabilité sociale à travers leur reprise dans l’espace médiatique. C’est que, en effet, le panel des discours sociaux dont use une société pour se raconter à travers ses médias renseigne sur l’état du discours social et de l’espace public, sur les lignes de fracture et de convergence qui les caractérisent.

18Ces deux textes illustrent aussi le rapport qui s’instaure entre controverse publique et événement rappelant ainsi la dimension événementielle de l’espace public (Barthélémy 1992 ; Quéré 1995). La catastrophe dans le texte de Guillaume Carbou, le fait-divers dans celui de Lise Jacquez, comme ruptures dans l’ordre des choses, constituent des opportunités événementielles pour l’activation, l’hybridation ou la transformation des discours sociaux qui alimentent le débat public. Autre intérêt de ces deux textes : ils montrent que le CD ne doit pas forcément être réduit au dédoublement réactionnaire du discours contesté mais qu’il apparaît comme une proposition pour dire et représenter le monde différemment.

19Rachele Raus s’attache ensuite aux modalités par lesquelles des CD militants finissent par peser sur le champ discursif des institutions européennes. La contribution, attentive aux phénomènes d’inter- et de co-discusivité, illustre la capacité de la dialectique D/CD à dépasser le statu quo et à produire de la nouveauté (certes dans une dynamique hégémonique). Pour commencer, l’auteur rappelle les principales caractéristiques des discours institutionnels : effacement de la conflictualité, lissage énonciatif et dépolitisation. Ensuite, Rachele Raus propose d’étudier les phénomènes de « codiscours » (entendu comme relation entre discours institués) qui régissent l’inscription des contre-discours (issus d’ATTAC et du Lobby européen des femmes) dans la co-construction du discours final du Parlement européen. La démarche est audacieuse : il s’agit de révéler l’interdiscours, en l’occurrence les traces des CD militants, au sein d’un discours qui souhaite, au contraire, effacer les traces de l’hétérogénéité énonciative. Le contre-discours repose, selon l’auteur, « sur le positionnement discursif d’une instance énonciative spécifique qui pose son dit de façon décalée par rapport à un discours ressenti comme ayant un degré de légitimité majeure ». Ce décalage est illustré, dans le discours d’ATTAC par exemple, par une mise à distance du discours institutionnel européen et des gloses métadiscursives qui participent à la polémicité des prises de paroles. À partir de trois études de cas, Rachele Raus interroge donc les modalités codiscursives de remaniement des contre-discours à l’œuvre dans le discours du Parlement européen en insistant sur deux mécanismes : le silenciement et le détournement du dit. L’auteur insiste : le discours du Parlement européen réagit bel et bien aux contre-discours et, ce faisant, ces derniers participent à la co-construction du premier.

20Dernier article du dossier, la contribution d’Antonin Serpereau dépasse la traditionnelle revue de littérature pour une mise en perspective stimulante des travaux d’Antonio Gramsci, de Cornelius Castoriadis et de Nancy Fraser. L’auteur mobilise ces auteurs, et d’autres, afin d’interroger le champ d’action des médias dits alternatifs et leur capacité à s’émanciper des médias dominants (« les plus accessibles, les plus diffusés, les plus consommés »). Antonio Gramsci fait de la signification et du sens l’enjeu fondamental du politique. Pour autant, note Antonin Serpereau, l’apport de Gramsci et sa théorisation de l’hégémonie ne va pas sans poser de nombreuses difficultés à l’analyste. C’est pourquoi l’auteur propose de prolonger la pensée de Gramsci par la philosophie de Cornelius Castoriadis dont les travaux jouissent depuis quelques années d’une nouvelle visibilité en sciences de la communication (notamment Charaudeau 2005) :

En amont du monopole de la violence légitime, il y a le monopole de la parole légitime ; et celui-ci est à son tour ordonné par le monopole de la signification. (Castoriadis 2000 : 150)

21Pour autant, insiste Antonin Serpereau, ce pouvoir n’est pas détenu : il y a intériorisation par les individus d’un ordre des choses. Pour rendre compte de ce phénomène, l’auteur encourage à relire les concepts de sociétés et d’imaginaires institués forgés par Castoriadis. Les médias dits alternatifs poseraient en fait la question de l’autonomie vis-à-vis des imaginaires institués et, par là même, la question du potentiel libérateur et émancipateur des médias alternatifs. Les CD, c’est-à-dire ici issus des contre-publics périphériques (selon la terminologie de Nancy Fraser), s’opposeraient moins à des médias dominants qu’à des médias institués.

Haut de page

Bibliographie

AMOSSY, R., (2014), Apologie de la polémique. Paris : PUF.

DELFORCE, B., & NOYER J., (1999), « Pour une approche interdisciplinaire des phénomènes de médiatisation : constructivisme et discursivité sociale », Études de communication, 22, 13-37.

DELFORCE, B., (2010), « Discursivité sociale/discours sociaux : penser les enjeux sociaux de l’information ». In DELFORCE, B., et al., Figures sociales des discours. Le « discours social » en perspectives. Lille : Edition du Conseil Scientifique de l’Université Charles-de-Gaulle, 23-42.

ANGENOT, M., (2008), Dialogues de sourds. Traité de rhétorique antilogique. Paris : Mille et une nuits.

ANGENOT, M., (1989), « Hégémonie, dissidence et contre-discours. Réflexions sur les périphéries du discours social en 1889 », Études littéraires, 2, 11-24.

ANGENOT, M., (2006), « Théorie du discours social », COnTEXTES, 1 [En ligne]. Consulté le 3 janvier 2015 : < contextes.revues.org/51 >.

BARTHELEMY, M., (1992), « Événement et espace public : l’affaire Carpentras », Quaderni, 18, 125-140

BLONDIAUX, L., (2008), Le nouvel esprit de la démocratie. Actualité de la démocratie participative. Paris : Seuil.

CALLON, M., (2003), « Quel espace pour la démocratie technique ? ». In CEFAÏ, D., & PASQUIER, D., (éds.), Les sens du public. Publics politiques, publics médiatiques. Paris : PUF, 197-221.

CEFAÏ, D., (1996), « La construction des problèmes publics. Définitions de situations dans des arènes publiques », Réseaux, 75, 43-66.

CHARAUDEAU, P., (2009), Le discours politique. Les masques du pouvoir. Paris : Vuibert.

FAYE, J-.P., (1972), Langages totalitaires. Paris : Hermann.

FRASER, N., (2001), « Repenser la sphère publique : une contribution à la critique de la démocratie telle qu’elle existe vraiment », Hermès, 31, 109-142.

HONNETH, A., (2000), La Lutte pour la reconnaissance. Paris : Cerf.

MICHELI, R., (2012), « Les visées de l’argumentation et leurs corrélats langagiers : une approche discursive », Argumentations et Analyse du Discours, 9 [en ligne]. Consulté le 12 décembre 2014 : < aad.revues.org/1406?lang=en#tocto2n1 >.

MOUFFE, C., (2000), The Democratic Paradox. London-New-York : Verso.

PLANTIN, C., (2005), L’argumentation : histoire, théories et perspectives. Paris, PUF.

— (1996), « Le trilogue argumentatif. Présentation de modèle, analyse de cas », Langue française, 112, 9-30.

QUERE, L., (1995), « L’espace public comme forme et comme événement ». In Isaac, J., (éds.), Prendre place. Espaces publics et culture dramatique. Paris : Recherches, 93-110.

REVEL, M., BLONDIAUX, L., BLATRIX, C., FOURNIAU, J.-M., HERIARD-DUBREUIL, B., & LEFBVRE, R., (éds.), (2007), Le débat public : Une expérience française de démocratie participative. Paris : La Découverte.

TERDIMAN, R., (1985), Discourse/Counter-discourse: The Theory and Practice of Symbolic Resistance in Nineteenth Century France. London : Cornell UP.

VOIROL, O., (2005), « Les luttes pour la visibilité. Esquisse d'une problématique », Réseaux, 129-130, 89-121.

WODAK, R., (2009), « Pragmatique et CDA : un exemple d’une analyse à la croisée des disciplines », Semen, 27, 96-125.

Haut de page

Notes

1 Notamment : Schepens, P., (dir.), 2006, « Catégories pour l’analyse du discours politique », Semen 21 ; Rabatel, A., & Chauvin-Vileno, A., (dir.), « Énonciation et responsabilité dans les médias », Semen 22 ; Petitclerc, A., & Schepens, P., (dir), 2009, « Critical Discourse Analysis I. Les notions de contexte et d’acteurs sociaux », Semen 27 ; Lambert, C., & Schepens, P., (dir.), 2011, « Les langages de l’idéologie. Etudes pluridisciplinaires », Semen 30.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Auboussier, « Présentation », Semen [En ligne], 39 | 2015, mis en ligne le 19 novembre 2015, consulté le 30 mars 2017. URL : http://semen.revues.org/10463

Haut de page

Auteur

Julien Auboussier

Université de Franche-Comté / ADCoST-ELLIADD

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page