Navigation – Plan du site
II. Varia

De la qualité du français à la bataille contre l’anglais : une étude comparative des discours sur la défense du français dans la presse écrite québécoise et française

Gaëlle Planchenault

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 <http://www.ledevoir.com/​documents/​pdf/​mediakitfr.pdf> [consulté le 17 février 2014].

1S’ils présentent des différences fondamentales sur le plan de leur histoire ou de leur place dans les sociétés française et québécoise, les quotidiens Le Monde et Le Devoir ont néanmoins des points communs, en particulier le profil de leur lectorat (lecteurs instruits, « ouverts, curieux, épicuriens, actifs, déterminés »1, catégories socio-professionnelles favorisées) et le normativisme linguistique de leur ligne éditoriale. D’une part, le quotidien français, souvent caractérisé par la modération de ses positions, demeure également prudent quant à ses choix linguistiques (d’autant plus évident lorsqu’ on le compare à d’autres journaux tel Libération). D’autre part, Le Devoir publie régulièrement les propos d’experts de la langue (professeurs, linguistes, écrivains) dont le souci annoncé est la défense du français (c’est le cas par exemple des « exogénistes », parfois présentés comme la droite linguistique du Québec), ainsi que les billets de journalistes qui expriment des sentiments somme toute conservateurs vis à vis de la langue.

2Notre étude comparative des discours de défense du français est étayée par l’analyse de quarante-sept articles publiés dans Le Devoir et Le Monde depuis les dernières années du vingtième siècle jusqu’à nos jours. Ces articles ne sont pas des chroniques linguistiques mais, traitant de faits de société ou d’événements liés à la politique linguistique, ils ont en commun d’évaluer l’état de santé du français parlé par les Québécois et les Français. Il s’agit pour le Québec d’articles qui se préoccupent de la qualité de la langue (suite aux publications des rapports Jacques Maurais en 1999 – La Qualité de la langue : un Projet de société – et Larose en 2001), de la norme linguistique nationale, ou encore de la qualité du français enseigné dans les écoles québécoises ou parlé à la maison par les immigrants – un thème récurrent dans la presse québécoise. En France, les articles sélectionnés traitent du français parlé dans les banlieues des grandes villes françaises et de la menace du « tout-anglais », lors de la parution des livres de Claude Hagège ou au moment de la polémique qui a accompagné l’annonce du projet de loi Fioraso.

3Notre travail s’appuie sur la théorie de l’analyse critique de discours développée, entre autres, par Fairclough (1995) qui voit le discours comme une pratique sociale et, sous l’influence de Foucault, l’analyse de discours comme la mise en lumière des événements discursifs dans leur historicité mais aussi vis à vis de leur responsabilité dans le maintien ou la reformulation d’un genre. Sont alors considérées la perpétuation de pratiques textuelles dans un contexte donné (ici la presse écrite) et les récurrences d’archétypes narratifs et de formes discursives. Dans un premier temps, nous nous intéressons donc à deux figures médiatiques d’expertise de la langue, devenues têtes de proues de vraies croisades : les linguistes Lionel Meney et Claude Hagège. Nous passons ensuite à une analyse des topoï et formules dans les quotidiens québécois et français avant, finalement, de mettre en lumière la construction historique des imaginaires langagiers et les héritages idéologiques sur la défense de la langue au Québec et en France.

2. Les acteurs de la défense de la langue dans les médias

  • 2 « [U]n modèle linguistique transnational, celui du français standard international tel qu’il est pa (...)

4La presse se plait à avoir recours aux experts qui « fourni[ssent] au discours journalistique une caution de légitimité scientifique » (Tavernier 2012 : 20). Parmi ceux-ci, et au centre de ce que nous analysons comme de véritables performances médiatiques, il y a des acteurs qui sont mis en scène dans des exercices journalistiques : journalistes, écrivains, spécialistes des questions de langue (linguistes, lexicographes, etc.), ou politiciens. Tantôt auteurs des articles, tantôt y intervenant par le biais d’entretiens ou de citations, ils participent au maintien d’une pratique discursive dédiée à la défense de la langue française. Les articles de notre corpus font intervenir deux linguistes qui sont devenus des autorités en la matière : ils sont connus du grand public, en particulier pour leurs positions engagées, parfois virulentes, vis à vis de ce qu’ils voient comme une nécessaire défense du français. Pour Meney, dont l’ouvrage Main basse sur la langue (2010) a suscité la polémique au Canada, il s’agit de défendre l’utilisation d’un « français standard international »2 tout en décriant la qualité d’un français standard québécois qui a été, selon lui, « imposé » par les « endogénistes » (partisans d’une norme nationale). Du côté de l’Hexagone, Hagège, comme il l’annonce dans la quatrième de couverture de son dernier ouvrage, appelle à protéger le français de l’impérialisme de l’anglais (2012) :

Ce livre est un plaidoyer contre la pensée unique. Ce livre est un appel à la résistance. [...] La langue anglaise domine le monde et sert aujourd’hui de support à cette pensée unique. Mais le français est bien vivant. Et nombreux sont ceux, de par le monde, qui en mesurent l’apport au combat de l’homme pour la liberté de l’esprit. (Hagège 2012)

  • 3 Dans son introduction de l’entretien fait avec Meney pour le Le Devoir en 2010, le journaliste préc (...)
  • 4 Ainsi dans les propos de Louise Beaudoin, ministre responsable de l’application de la Charte de la (...)

5La grande visibilité de ces linguistes dans les médias ne se limite pas à la sortie de leurs livres : journaux, radios et chaines de télévisions sollicitent également leur expertise au sujet de l’actualité linguistique. Ainsi, lors de la polémique suscitée par le projet de loi Fioraso et alors qu’il avait soumis son appel au journal Le Monde (« Refusons le sabordage du français », avril 2013), Hagège fut l’invité de quatre émissions de télévision diffusées à heure de grande écoute. Si pour le Petit Robert, l’expert est la « personne choisie pour ses connaissances techniques et chargée de faire, en vue de la solution d’un procès, des examens, constatations ou appréciations de fait », on pourra s’interroger sur les raisons pour lesquelles ces mandarins médiatiques seraient plus à même (que d’autres linguistes ou acteurs de la politique linguistique par exemple) de juger de l’état de santé du français au Québec, en France ou dans le reste du monde. En effet, au delà de l’engagement militant et de la volonté de témoigner auprès du grand public, nous verrons que chacune de leur intervention privilégie un ton polémique, voire alarmiste, qui fait leur particularité et donne à leur parole une valeur indéniable sur le marché médiatique. Selon Paveau et Rosier (2008 : 52), ce type de discours puriste est « esthétique et idéologique », et verse parfois dans le discours sentimental (où il est question d’aimer sa langue, de la chérir). Par ailleurs, on argumentera que la mise en scène médiatique des linguistes use d’un genre discursif, un cadre (frame –Goffman 1974), dans lequel ces discours sont à interpréter. Ainsi les médias se plaisent-ils à les mettre en scène tantôt comme des chevaliers3, tantôt comme des hérauts. Les linguistes deviennent les héros d’une fable qu’on se plait à jouer dans divers espaces discursifs, telle cette revue mordante du livre de Meney intitulée « L’histoire du noble Meney, chevalier de la langue » (Desforges 2010). Gardant à l’esprit cette mise en scène médiatique, une application de ces rôles discursifs au schéma actantiel de Greimas (1966) permet de préciser le profil des actants, ainsi que le motif de la quête du linguiste. « Cause sacrée » selon l’éditorial du Monde du 11 mai 2013, cette dernière est de protéger ce trésor qu’est la langue française (une image souvent reprise dans les textes –Bentolila, in Le Monde, 2007). À la lecture des articles de notre corpus, il apparait que les rôles d’opposants sont tenus par ceux qui, par simple paresse4 ou par vice, mettent la langue en danger : les médias eux-mêmes, les professeurs, les élites, voire la population dans son ensemble. Toutefois, le spectre absolu, celui qui reste à l’origine de bien des maux, c’est bien entendu l’anglais tout puissant, qui corrompt et qui engloutit. Quant au destinateur (Greimas 1966), on pourra se demander qui aura chargé ces linguistes de leur noble mission. Si comme Petit (2000 : #7) l’explique, « l’expert agit sur requête », il semble que ces linguistes se sentent investis d’un devoir dont le destinataire serait la Nation, voire la Francophonie. En relation aux références héroïques, notons qu’Hagège se plait lui aussi à user de références mythiques :

Allez-vous protéger enfin vos tympans contre les sirènes des universitaires liés par des conventions avec des établissements anglophones, et qui n’ont pas encore compris que c’est en utilisant le français qu’ils accroîtront le prestige de leurs travaux, et non en mordant le sol devant l’anglais ? (Hagège 2013 – Le Monde)

  • 5 Le linguiste qui en 1987 dénonçait dans l’émission Apostrophes l’attitude « conservatrice, rétrogra (...)
  • 6 On se limitera à ces deux phrases maintes fois citées : « la façon de parler de la plus saine parti (...)

6Ces références aux mythes grecs ne sont pas une exclusivité française puisque Le Devoir a comparé la défense de la langue au Québec à un ‘combat de titans’ (Boileau 2001). Si le ton de ces discours est volontiers alarmiste, c’est pourtant celui que le linguiste français déplorait autrefois de la part de ceux qu’il appelait des « cassandres à Cocarde » (Hagège 1987 : 105) et qui, selon lui, maniaient ton de passion et de conflit tout en se faisant un « devoir sacré de "défendre" [le français] » (idem). Il expliquait alors : « Si on en croit les propos alarmistes que le purisme reprend périodiquement avec persévérance, ce qui, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, n’était qu’anglomanie, a fait place à une invasion généralisée » (1987 : 24). Pourtant, une vingtaine d’années plus tard, il déplore à son tour la domination de l’anglais et les « masses françaises abreuvées de sous-culture américaine »5 (Le Monde, 2013). Les propos sont prophétiques : Hagège condamne une « pulsion d’auto-destruction » ou un « projet suicidaire » (idem), tandis que Meney prédit une « anglicisation complète » (Le Devoir, 2005). Ce genre qui manie l’alarme et l’hyperbole n’est pas le propre des linguistes. L’Académicien Jean-Marie Rouart déplore : « Quant à la langue française, elle est dans une situation effroyable » (Le Monde, 2013). Au Québec, les articles du Devoir adopte un ton d’une intensité égale pour évoquer un « français sacrifié » (1997) ou « un cancer généralisé en nos terres » (1998). Si le mot « cancer » est excessif, il ne choquera que peu le lecteur tant il est habitué à ces métaphores. Hagège utilise lui aussi ce même terme lorsqu’il dénonce « un projet de loi porteur du cancer » (Le Monde, 2013). Remarquons que ces formules s’inscrivent dans une tradition discursive : celle des discours sur la santé de la langue. Ainsi, si Philipon de la Madelaine s’interrogeait en 1802 en ces termes : « Que ne dirait-il [M. de Voltaire] pas aujourd’hui, s’il voyait nos livres nouveaux, hérissés de termes impropres, de locutions vicieuses, de constructions barbares qui, depuis six à douze années, infectent notre langue ? » (in Ayres-Bennett 1994), c’est que d’autres avaient défini la langue française et ses locuteurs en termes de salubrité ou de bonne constitution6. Par ailleurs, notons après Woolard (1998: 17) : « an equation of change [...] with decay also pervades judgements about the status of languages. Language mixing, codeswitching, and creolization thus make speech varieties particularly vulnerable to folk and prescriptivist evaluation. » Nous revenons sur cette relation entre créolisation et corruption dans la partie suivante de notre étude.

3. Figures discursives du discours de défense du français

7Les quarante-sept articles analysés dans cette étude comparative (26 pour Le Devoir et 21 pour Le Monde – liste en annexe) traitent de l’état de santé de la langue française, de sa qualité ou de son rayonnement, en dénonçant les menaces auxquelles elle fait face. Dans ces articles, l’expression d’une inquiétude vis à vis du français passe par des thèmes communs et des arguments-types (topoi) que nous regroupons ici sous le terme de maux – ceux dont la langue souffre.

3.1. Topoï

  • 7 Une étude récente (Walsh 2014) montre ainsi que les Québécois sont plus sensibles au purisme extern (...)

8Remarquons d’emblée que ces termes dénoncent aussi bien des symptômes et des idéologies (-ismes) que des processus (-tions). Derrière ceux-ci, l’anglais est souvent désigné comme la cause des plaies qui affectent le français (corruption, bilinguisation, acadianisation, assimilation ou mondialisation). Nous passons rapidement sur les anglicismes et autres emprunts à l’anglais qui, comme Bouchard (2011 : 88) l’indique, « [p]rès de deux siècle après les premiers commentaires de M. Bibaud, [...] sont toujours perçus comme la principale menace contre la qualité du français québécois »7, pour nous intéresser à un axe temporel de l’imaginaire du français au Canada : les archaïsmes et les néologismes.

Tableau 1 – Les maux

Tableau 1 – Les maux
  • 8 L’auteur y dénonçait « l’envahissement des néologismes anglo-saxons dans les écrits, les conversati (...)
  • 9 « Le plaidoyer d’Alain Rey pour un français ni pur ni soumis » (Le Monde, 2007).
  • 10 « [C]es créations contribuent-elles à enrichir un trésor linguistique disponible pour tous ? Non ! (...)

9Si ces termes ont occupé une place de choix dans les chroniques linguistiques (Bouchard 2002), ils sont relativement peu présents dans notre corpus où ils ne sont pas désignés comme tels mais plutôt par le biais d’exemples emblématiques. Le quotidien français ne mentionne pas d’archaïsmes linguistiques et lorsqu’il fait référence aux néologismes, ce n’est que peu souvent pour s’inquiéter de l’état de santé du français. Le journal retranscrit ainsi les propos d’un lexicologue qui estime que l’entrée de néologismes dans le dictionnaire n’est pas choquante et que « des mots comme "texter" et "itinérance" sont bien construits et font référence à des pratiques ou des réalités désormais entrées dans l’usage quotidien » (Pruvost, in Le Monde, 2013). À l’exception d’une chronique d’abonné publiée en 20098, il faut revenir treize ans en arrière pour trouver un article dont le ton alarmiste confondait néologisme et anglicisme : « Sous les assauts de la globalisation et du vocabulaire anglais-américain des nouvelles technologies, une autre façon de parler et d’écrire émerge, où se dissout la langue de Molière » (Le Monde, 2000). Il est vrai qu’au cours de la dernière décennie, le quotidien français a accueilli dans ses colonnes des positions antagonistes défendues par des figures emblématiques telles que le lexicographe Alain Rey9 et le linguiste Alain Bentolila. Mais notons que si, pour ce dernier, les innovations lexicales sont dans le cas des parlers de banlieue10 la cause d’une « fracture linguistique », elles ne sont pas une menace pour la langue française elle-même.

  • 11 Notons que le chroniqueur s’est fait une spécialité de vilipender la qualité du français des chante (...)

10Parmi les autres maux dont souffrirait, selon certains articles du Devoir, la langue française au Québec, on relève les termes de « créolisation » et d’« acadianisation ». Ces derniers sont utilisés par Christian Rioux dans son billet mordant, et désormais notoire, sur le groupe acadien de rap électro, Radio Radio où il dénonce la « sous-langue d’êtres handicapés en voie d’assimilation » (2012)11. Cet article provoqua la colère d’un collègue, professeur de Sciences Politiques et originaire d’Acadie, dont la réponse, publiée dans Le Devoir, reprochait au journaliste un rapprochement simpliste et injurieux : « pour M. Rioux, l’Acadie devient synonyme d’anglicisation, de dévitalisation, de bilinguisme, de Canadien bilingue, de culture anglo-américaine » (Léger 2012). Précisons que le billet de Rioux (2012) ne faisait toutefois pas mention de « bilinguisme » car « [p]our les francophones, le bilinguisme est surtout perçu comme la reconnaissance du français » (Vallée 2013), mais de bilinguisation : terme péjoratif qui désigne l’imposition de la pratique bilingue, c’est-à-dire celle de l’anglais (voir ainsi deux articles du Devoir : « Bilinguisation de l'UQAM - Un précédent dangereux » publié en 2009 et « Langue de travail - Bilinguisation forcée » en 2012). Par ailleurs, la conséquence désignée de cette bilinguisation est la créolisation, résultant, pour ces journalistes, de la dégradation de la langue française par l’anglais.

  • 12 On pense à la glottophagie décrite par Calvet en 1974.

11À travers la définition de deux formes d’atteinte à la langue (une qui agit, tel un virus, à l’intérieur même du tissu linguistique et, l’autre, de l’extérieur), se dessinent deux métaphores des dangers qui menacent le français : la contamination et le phagocytage. Les discours de contamination s’inscrivent d’une part dans la tradition des Remarqueurs (pour qui il est nécessaire de protéger la pureté originelle d’une norme créée par des artistes – Ayres-Bennett 1994), mais relèvent également d’une idéologie du standard qui conçoit la langue comme une entité homogène (Lippi-Green 1997). Signalons qu’au Québec, cette idéologie du standard connut un tournant décisif dans les années soixante : époque marquée par la Querelle du Joual et durant laquelle le débat entre les défenseurs d’une variété nationale et ceux qui voyaient dans le français québécois une langue corrompue prenait son essor. Cette polémique perdure, en particulier dans la querelle qui oppose les endogénistes aux exogénistes. Ainsi, pour Lamontagne (2011), « [a]u Québec, la promotion d’une norme québécoise est l’ennemi intérieur du français que ne veulent pas voir ses plus ardents défenseurs, aux yeux rivés sur l’anglais, volontiers donneurs de leçons à une France par eux jugée trop anglophile. Elle n’est pas affirmation de soi mais repli sur soi, ghetto volontaire. » Face aux dangers de l’intérieur, il y a l’ennemi extérieur qui incarne le danger de phagocytage : c’est l’« océan anglophone » (Meney 2010) qui menace d’engloutir, de digérer12, bref d’assimiler les Francophones du Canada. En France, si le temps où toute atteinte à la langue était perçue comme une violence, voire un viol (« tradition de défense et de préservation de la virginité du français » –Hagège 1987), semble révolu et même si la menace de contamination reste évoquée de manière récurrente, le danger, tel qu’il est défini dans les articles de notre corpus, vient surtout de l’extérieur, des États-Unis en particulier. Par ailleurs, la langue elle-même est moins menacée que son rayonnement (paradoxe inavoué qui consisterait à remplacer un impérialisme par un autre). Quant aux anglicismes, s’ils sont souvent pointés du doigt dans les chroniques linguistiques de Pourquery (« Juste un mot ») et dans les billets de Solé (« Mots violentés », 2000), ou soulignés avec réprobation par les journalistes, ils ne font plus que rarement l’objet d’un article.

12En creux de ces discours sur les maux, émergent des discours sur les soins. De nombreux articles du Devoir insistent sur la nécessité d’enseigner ou d’apprendre un meilleur français, de se corriger ou de préférer une norme internationale, bref sur la valorisation de la qualité du français (la formule est citée à maintes reprise, nous y reviendrons dans la section suivante). Selon Bouchard (2002), il existerait au Québec une obsession vis à vis de la qualité de la langue : « [p]erçu comme une identité névralgique de l’identité collective, le français au Québec suscite toutes les polémiques ». On pourrait croire hâtivement que ces préoccupations d’ordre linguistique ne sont pas aussi obsessionnelles en France. Pourtant, comme le témoigne cet abonné dans les chroniques du Monde, « [l]a langue française est l’objet de débats récurrents sur sa santé et son avenir. [...] Des voix s’élèvent ainsi régulièrement pour défendre notre langue – tant dans sa qualité propre que pour sa place dans le monde – et pour vouloir la sauver de dangers pourtant pas forcément bien identifiés » (Boisdet 2010). Ce discours sur la défense d’un français en danger (de division ou de corruption) n’est pas neuf (Moïse 2006). Dans notre corpus du Monde, il apparait que la langue ne pourra être sauvée qu’au terme d’un combat (Bentolila 2007), d’une guerre (Hagège 2013) ou d’une bataille (éditorial du 11 mai 2013). Face aux menaces d’uniformité que décrit le quotidien français (le « tout-à-l’anglais » en 2009 ou encore le « globish » en 2013), les experts de la langue appellent ainsi à la protection de la diversité ou, selon le néologisme de l’Académicien Michel Serre, à la préservation de la « logodiversité » (Le Monde, 2014).

3.2. Les formules

13Krieg-Planque (2009 : 7) définit les formules comme un « ensemble de formulations qui, du fait de leur emploi à un moment donné, cristallisent des enjeux politiques et sociaux que ces expressions contribuent dans le même temps à construire ». Ainsi, dans Le Monde, la formule « défense du français » est accompagnée d’un vocabulaire martial : « combat », « guerre », « bataille », etc. Ce qui est tantôt affirmé comme une responsabilité de la France vis à vis de la Francophonie (Hagège 2010, 2013) devient croisade, soulignant ainsi le « rapport très particulier des Français face à leur langue nationale qu’on leur a appris à vénérer, rapport qui n’est pas sans conséquence sur le reste de la Francophonie » (Bouchard 2011 : 164). Dans Le Devoir, le concept de qualité ponctue les discours de défense du français par le biais des formules « qualité de la langue », « français de qualité » ou « qualité du français ». Ces variations sur la formule sont extrêmement présentes dans les articles de notre corpus (avec jusqu’à 14 occurrences dans un éditorial écrit en 1999). Cajolet-Laganière, Martel et Langlois (2001 : 47) notent : « [a]u Québec, quand on parle de qualité de la langue, c’est pour en déplorer l’absence ». Pourtant, pour Laur (2002 : 149) :

La notion de « qualité » n’a de sens en linguistique que par rapport à une norme, laquelle est linguistiquement arbitraire, mais socialement motivée. C’est dans la perception de cette norme que l’essence d’une qualité linguistique réside... Plus un parler s’écarte de la norme, moins on lui accorde le sceau de la « qualité » (Laur 2002 : 149).

  • 13 Francard (1993) explique : « Les francophones conscients de l’écart qui sépare leurs pratiques lang (...)

14Bouchard (2002, 2011) explique que cette perception aiguë d’un écart par rapport à une norme légitime est liée au sentiment d’insécurité linguistique13 qui s’est développé au Canada au dix-huitième et au dix-neuvième siècle, époque durant laquelle on désignait la langue locale comme « méchante » (Bouchard 2011) ou malade, contaminée par des « locutions vicieuses » (Maguire 1841), et plus particulièrement à la légitimité perdue du français dans l’espace des soixante années qui suivirent la révolution française (Bouchard 2011). Alors que certains admettent qu’on n’a jamais si bien parlé français au Québec (Forest cité dans Le Devoir en 1998, Meney in Le Devoir 2010), et que d’autres affirment que le français n’est ni « en danger » (Taylor, Le Devoir 1999), ni « en péril » (Micone, Le Devoir 1999), ce sentiment d’insécurité perdure. L’écrivain Claude Jasmin (2011) explique : « [I]l y a des raisons précises qui font que nous parlons mal encore. Longtemps "colons colonisés" par les conquérants anglais ». Ainsi déplore-t-il « ce dialecte de "pauvres", ce misérable français vernaculaire. Nos parents un peu instruits éprouvaient une sorte de honte après avoir ri » (Jasmin 2011). Ce sentiment de honte mentionné à plusieurs reprises évoque la névrose diglossique dont Lafont (2005) rappelle que « [l]e signe premier et universel [...] est l'intériorisation par la honte de l’interdiction officielle. » Attardons-nous ainsi un instant sur les types de diglossie en place au Québec et en France. Historiquement, le Québec a d’abord connu une diglossie français-anglais. Selon Meney (2011), il faut ajouter à celle-ci l’« endoglossie » (la diglossie français vernaculaire québécois-français international) qui lui fait déclarer au Devoir : « Nous ne sommes pas en situation de diglossie mais de... triglossie » (2010). Quel qu’en soit le type, tout à chacun s’entend sur le fait diglossique au Québec. En France, on ne parle généralement pas de diglossie du français. Si dans un article du Monde (2013), un député UMP s’exclamait : « Quel est donc ce peuple qui a honte de sa propre langue ? », l’insécurité en France est moins linguistique que culturelle (sentiment qui s’est par ailleurs traduit par une politique protectionniste : loi Toubon, quotas, exception culturelle française, etc.). Et pourtant, on argumentera qu’il s’agit bien d’un imaginaire diglossique qui est mis en scène dans plusieurs des articles du Monde que nous avons étudiés. Ceux-ci dépeignent ainsi l’invasion de la culture anglo-américaine dont le résultat serait un comportement de « pays colonisé dont la langue ne peut plus tout dire » (Serres, cité dans l’éditorial du Monde du 11 mai 2013). Est ainsi prédit un avenir dystopique dans lequel prendrait place une diglossie à l’échelle internationale (la mondialisation de l’anglo-américain). Ainsi, suite au projet de réforme Fioraso, a été dessiné le portrait d’une diglossie académique dont la variété haute, reconnue par les universitaires, serait l’anglais (désormais utilisé pour l’enseignement et la recherche), alors que le français ne serait plus utilisé que localement (dans les tâches quotidiennes et administratives). Si le fait diglossique a été un sujet d’étude important dans le cas des minorités linguistiques (voir Lafont 1984 pour l’occitan, Thiers 1987 pour le corse), il semble aujourd’hui qu’il n’en soit pas moins réel dans la peinture médiatique d’une dystopie diglossique qui mènerait inexorablement à la disparition du français.

4. Conclusion

15À travers une comparaison des discours de défense du français au Québec et en France s’appuyant sur une analyse des topoï et formules utilisés dans deux quotidiens nationaux, cet article a mis au jour des formes différentes d’insécurité (linguistique pour le Québec et culturelle pour la France) et d’imaginaires diglossiques. Si cette étude a majoritairement souligné les différences dans ces discours, ce qui nous frappe aujourd’hui encore est ce qu’ils ont de commun : en particulier l’annonce d’un appauvrissement de la pensée qui serait liée à la perte culturelle dans la mixité et à la dissolution dans une culture mondiale dominante – celle de l’anglo-américain. Il demeure néanmoins que le ‘conflit’ n’est pas perçu avec la même intensité en fonction de l’imaginaire territorial de la communauté linguistique et alors que les frontières sont tour à tour envisagées en termes infranationales (le Québec, province du Canada) ou, en contexte de globalisation, supranationales (la France est alors tantôt pensée en fonction de son positionnement au sein de l’Europe ou de la Francophonie). En conséquence, les discours de résistance et de reconquête (Boyer 2008) ne trouvent pas les mêmes scènes ni les mêmes réceptions. Si les linguistes ont été mis en scène comme les héros d’une croisade, ils sont aussi parfois dépeints tels des Don Quichotte en prise à des problèmes d’un autre âge (voir ainsi l’éditorial du Monde décrivant la polémique Fioraso comme une querelle entre anciens et modernes). Ainsi, entre des pôles libéral et interventionniste (Boyer 2008), dans un constant tiraillement entre forces centrifuges et centripètes, existent-ils des discours antagonistes, et entre autres, face au discours des alarmistes, ceux – tout autant idéologiques et dont les formules et topoi restent à analyser – d’une ouverture à la diversité et au changement.

  • 14 Ces articles ont été sélectionnés suite à une recherche par mots-clés sur les sites des journaux ai (...)

16Corpus14

__________________________

Résumé : Cet article propose une analyse des discours sur la défense du français dans un corpus d’une quarantaine d’articles du Devoir et du Monde, sélectionnés sur une période d’environ 15 ans (1998-2014). Si les inquiétudes médiatiques sur la langue ont pu s’exprimer de manière similaire des deux côtés de l’Atlantique, cette étude fait émerger des lignes de divergence importantes. En particulier, une analyse du topos de la maladie (dont l’agent de contamination ou de corruption est tour à tour désigné comme venant de l’intérieur et de l’extérieur) et des formules (Krieg-Planque 2009) permet de situer les idéologies langagières exprimées dans les médias par ceux qui s’y présentent en tant qu’experts de la langue (linguistes, mais aussi journalistes et politiciens) dans des imaginaires diglossiques opposés.

Mots-clés: Média, Presse écrite, Québec, France, Idéologies linguistiques, Défense du français

Abstract: In this article, media discourses of protection and promotion of the French language are analysed in a corpus of forty-seven articles published in Le Devoir and Le Monde in a timeframe of over 15 years (1998-2014). Whereas the French and Quebecois newspapers have expressed very similar concerns, this study brings to light important differences. In particular, an analysis of the topos of disease (whose agent of contamination and corruption is at turn designated as coming from the inside or the outside) and 'formules' (Krieg-Planque, 2009) will allow us to situate language ideologies which are formulated in the media by individuals who present themselves as language experts (linguists, as well as journalists and politicians) in opposite conceptions of diglossia.

Keywords: French, media, Quebec, France, Language ideologie

Haut de page

Bibliographie

AYRES-BENNETT, W., 1994, « Les ailes du temps et la plume du ``remarqueur`` : la tradition puriste au XIXe siècle », Romantisme, 86, 33-46.

BOUCHARD, C., 2002, La langue et le nombril. Québec : FIDES.

BOUCHARD, C., 2011, Méchante langue : La légitimité linguistique du français parlé au Québec. Presses de l’Université de Montréal.

BOYER, H., 2008, Langue et Identité : Sur le nationalisme linguistique. Limoges : Lambert-Lucas.

CAJOLET-LAGANIÈRE, H., et MARTEL, L., 1993, « Entre le complexe d’infériorité linguistique et le désir d’affirmation des Québécois et Québécoises ». Cahiers de l’Institut de Linguistique de Louvain. Actes du colloque, 1, 169-185.

CALVET, L.-J., 1974, Linguistique et Colonialisme. Paris : Payot.

CALVET, L.-J., 1998, Pour une écologie des langues du monde. Paris : Plon.

DESFORGES, L., 2010, « Les habits neufs de la droite linguistique », Correspondance, 16 (1), disponible sur

<http://correspo.ccdmd.qc.ca/Corr16-1/Habits.html> [Page consultée le 17 février 2014].

FAIRCLOUGH, N., 1995, Critical Discourse Analysis. Harlow, England : Longman.

FELTIN-PALAS, M., 2012, « Claude Hagège : "Imposer sa langue, c'est imposer sa pensée" », L'Express.

FRANCARD, M., (1993, « L’insécurité linguistique dans les communautés francophones périphériques ». Cahiers de l’Institut de Linguistique de Louvain. Actes du colloque, volume 1.

GESLIN, A., 2014, « Lionel Meney, Main basse sur la langue. Idéologie et interventionnisme linguistique au Québec », Mots. Les langages du politique, 99, disponible sur <http://mots.revues.org/20787 > [Page consultée le 17 février 2014]

GOFFMAN, E., 1974, Frame analysis: An essay on the organization of experience. London: Harper and Row.

GREIMAS, A. J., 1966, Sémantique structurale : recherche et méthode. Paris : Larousse.

HAGÈGE, C., 1987, Le français et les siècles. Paris : Editions Odile Jacob.

HAGÈGE, C., 2006, Combat pour le français : Au nom de la diversité des langues et des cultures. Paris : Editions Odile Jacob.

HAGÈGE, C., 2012, Contre la pensée unique. Paris : Editions Odile Jacob.

JASMIN, C., 2011, « Ma machine gronde dans les virages ! », Argument, 13 (2), <http://www.revueargument.ca/article/2011-03-01/536-ma-machine-gronde-dans-les-virages.html> [Page consultée le 17 février 2014].

HELLER, M., 2011, « La francophonie et ses contradictions: multiples positions, multiples intérêts », Sociolinguistic Studies, 5.3, 423–439.

KRIEG-PLANQUE, A., 2009, La notion de « formule » en analyse du discours. Cadre théorique et méthodologique. Besançon : Presses Universitaires de Franche-Comté.

LAFONT, R., 1984, « Pour retrousser la diglossie », Lengas, 15, Montpellier, E.R.A. 966, Université Paul Valéry, 5-36.

LAFONT, R., 2005, Vingt lettres sur l'histoire à ces cons de français et ces couillons d'occitans. Valence d’Albigeois : Vent Terral.

LAMONTAGNE., M.-A, 2011, « Sur un certain rêve ». Argument 13 (2), <http://www.revueargument.ca/article/2011-03-01/534-sur-un-certain-reve.html?MagazineArgument=bd11b4ea2d2011c681a9ea248a570e27> [Page consultée le 17 février 2014].

MENEY, L., 2010, Main basse sur la langue : idéologie et interventionnisme linguistique au Québec. Montréal : Éditions Liber.

MENEY, L., 2011, « Pour une théorie explicative globale du marché linguistique québécois. » Argument, 13 (2), disponible sur :

<http://www.revueargument.ca/article/2011-03-01/538-pour-une-theorie-explicative-globale-du-marche-linguistique-quebecois.html>[Page consultée le 17 février 2014].

MOÏSE, C., 2006, « Protecting French: the view from France ». In A. Duchêne et M. Heller (dir.), Discourses of endangerment: ideology and interest in the defense of languages. London : Continuum, 216–241.

PAVEAU, M.-A., et ROSIER, L., 2008, La langue française : Passions et Polémiques. Paris : Vuibert.

TAVERNIER, A., 2012, « Une lecture rhétorique de l’expertise : La construction de l’éthos du sociologue dans les médias ». In I. Léglise et N. Garric (dir.), Discours d’experts et d’expertise. Bern, Berlin, Bruxelles : Peter Lang, 21–46.

THIERS, J., 1987, « Idéologie diglossique et production de sens », Peuples mediterranéens, 38-39, Paris.

VALLÉE, P., 2013, « Du bilinguisme au multiculturalisme - Selon qu’on est anglophone ou francophone : Un sondage évalue la perception qu’ont les Canadiens de leur identité », Le Devoir, 12 octobre 2013.

WALSH, O., 2014, « ‘Les anglicismes polluent la langue française’. Purist attitudes in France and Quebec », Journal of French Language Studies, First View (août 2014), 1–27.

Haut de page

Notes

1 <http://www.ledevoir.com/documents/pdf/mediakitfr.pdf> [consulté le 17 février 2014].

2 « [U]n modèle linguistique transnational, celui du français standard international tel qu’il est parlé et écrit par les locuteurs francophones instruits quel que soit leur rattachement géographique » (Geslin 2014). Cette défense d’une norme exogène au Québec est le fruit d’une « longue tradition [...] qui veut qu’il n’y ait qu’une seule langue légitime, celle qui est décrite et prônée par les grammaires et dictionnaires publiés en France » (Bouchard 2011 : 161).

3 Dans son introduction de l’entretien fait avec Meney pour le Le Devoir en 2010, le journaliste précise : « Dans un essai qui pourrait faire date, le linguiste pourfend les "apparatchiks" du "français standard d’ici" » [nous soulignons].

4 Ainsi dans les propos de Louise Beaudoin, ministre responsable de l’application de la Charte de la langue française : « Je le sais et je le déplore : collectivement, on parle mal au Québec. Il y a une paresse des médias, une paresse de société en fait. » (Le Devoir, 1998).

5 Le linguiste qui en 1987 dénonçait dans l’émission Apostrophes l’attitude « conservatrice, rétrograde même » des puristes, était ainsi interrogé en ces termes par un journaliste de L’Express : « Ne craignez-vous pas d'être taxé de ringardise, voire de pétainisme ? » (Feltin-Palas 2012).

6 On se limitera à ces deux phrases maintes fois citées : « la façon de parler de la plus saine partie de la cour » (Vaugelas, Remarques sur la langue francoise, 1647) et « La syntaxe française est incorruptible » (Discours de Rivarol, 1784).

7 Une étude récente (Walsh 2014) montre ainsi que les Québécois sont plus sensibles au purisme externe et donc moins tolérants aux anglicismes que les Français.

8 L’auteur y dénonçait « l’envahissement des néologismes anglo-saxons dans les écrits, les conversations, les médias ou le commerce » (Descoubes 2009).

9 « Le plaidoyer d’Alain Rey pour un français ni pur ni soumis » (Le Monde, 2007).

10 « [C]es créations contribuent-elles à enrichir un trésor linguistique disponible pour tous ? Non ! Cette vision idyllique est celle des faiseurs de dictionnaires à la mode » (Bentolila, in Le Monde, 2007).

11 Notons que le chroniqueur s’est fait une spécialité de vilipender la qualité du français des chanteurs franco-canadiens : la chanteuse acadienne Lisa LeBlanc (Le Devoir, 2013) ou plus récemment le groupe de rap montréalais Dead Obies à qui il reproche un « engouement suicidaire pour l’anglais » (Le Devoir, 2014).

12 On pense à la glottophagie décrite par Calvet en 1974.

13 Francard (1993) explique : « Les francophones conscients de l’écart qui sépare leurs pratiques langagières du modèle reconnu comme légitime vivent dans un état d’insécurité linguistique, particulièrement perceptible dans les communautés périphériques par rapport à l’Hexagone. » Les trois critères d’insécurité (formelle, statutaire et identitaire) proposés par Calvet (1998) permettent de tenir compte de la dynamique des rapports de pouvoir et de légitimité entre les variétés de langues et expliquent les phénomènes d’« auto-dépréciation » (Cajolet-Laganière et Martel 1993) ou « auto-dénigrement » (Boyer 2008).

14 Ces articles ont été sélectionnés suite à une recherche par mots-clés sur les sites des journaux ainsi que sur des sites d’archives de ces journaux (qualité + français ou langue française ; rayonnement + français ; menace + français ; anglicisme + français ; néologisme + français).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Les maux
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/10452/img-1.png
Fichier image/png, 10k
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/10452/img-2.png
Fichier image/png, 65k
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/10452/img-3.png
Fichier image/png, 45k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaëlle Planchenault, « De la qualité du français à la bataille contre l’anglais : une étude comparative des discours sur la défense du français dans la presse écrite québécoise et française », Semen [En ligne], 40 | 2015, mis en ligne le 19 novembre 2015, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://semen.revues.org/10452

Haut de page

Auteur

Gaëlle Planchenault

Simon Fraser University (Vancouver)

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page