Navigation – Plan du site
III. Comptes-rendus de lecture

Alain Rabatel, Michèle Monte, Maria das Graças Soares Rodrigues (éds.), 2015, Comment les médias parlent des émotions. L’affaire Nafissatou Diallo contre Dominique Strauss-Kahn, Limoges, Lambert-Lucas, 332 pages.

Marion Bendinelli

Texte intégral

  • 1  On notera à ce sujet un parti pris différent chez certains contributeurs : tandis qu’A. Oprea cons (...)

1L’affaire Nafissatou Diallo contre Dominique Strauss-Kahn (dorénavant affaire ND vs DSK), qui s’est déroulée aux printemps et été 2011, « est un des rares cas d’accusation de viol ayant eu un retentissement mondial » (4è de couverture)1. Raison en est l’identité des deux protagonistes : elle, femme de chambre guinéenne immigrée aux États-Unis d’Amérique ; lui, directeur du Fonds Monétaire International (FMI) et ancien ministre français de l’économie. Par ce qu’ils sont, représentent et inspirent, ND et DSK cristallisent autour d’eux l’attention des journalistes et des commentateurs ; une partie importante des débats dépasse cependant le simple récit des évènements et le portrait des protagonistes. En effet, l’affaire a donné lieu à des échanges, parfois animés, autour du traitement médiatique des affaires de viol, des relations hommes/femmes, du rapport vie privée/publique en politique, du respect de la présomption d’innocence, autour également des systèmes judiciaires étatsuniens et français ou des représentations socio-culturelles circulant en Europe et dans le monde (cultures latine, germanique, anglo-saxonne, latino-américaine, africaine). Dans cette affaire, les émotions sont tout à la fois au cœur des débats et mises en débat, qu’elles soient attribuées à ND et DSK, à leurs entourages familial et amical, aux communautés (sociales, professionnelles, sexuelles, culturelles) auxquelles ils appartiennent ou aux opinions publiques. Elles sont pour M.I. Spagna « les véritables protagonistes de l’affaire, (…) les seules capables de conduire ce procès médiatique où la défense est représentée par la compassion et l’accusation par l’indignation » (p .248). L’ouvrage propose donc de considérer les réactions médiatiques à l’affaire du point de vue des émotions qu’elle et ses acteurs ont suscitées, avec le postulat fort qu’elles sont à la fois révélatrices « des mentalités et des blocages des sociétés [relativement] à la question des rapports entre les sexes [en lien] avec celle de la richesse, des privilèges, du pouvoir, de la couleur de peau » (p. 7) et constitutives de l’action politique.

  • 2 Danon-Boileau L., « Affect, éprouvé, émotion, sentiment : notations terminologiques », 1999, Revue (...)
  • 3 À Micheli (2010), l’émotion sémiotisée, les modes de sémiotisation (émotion dite, montrée ou étayée (...)

2Les contributeurs-rices adoptent une définition large de la notion d’émotion incluant « les sentiments et les affects » (p. 16), distinction travaillée notamment en psychologie et psychanalyse2 mais perçue ici comme non pertinente. L’ouvrage, s’il ne propose pas de réflexion théorique sur ces notions, se présente comme un ensemble de cas pratiques, « une mise à l’épreuve de l’analyse de corpus » (p. 18) d’outils développés ailleurs3 et utilisés dans le cas présent pour comprendre le fonctionnement des médias, leurs pratiques et les problématiques qui les traversent – ou en renouveler la compréhension. Ce n’est donc pas tant la notion (les émotions) qui est interrogée que sa sémiotisation (au sens de Raphael Micheli « réalisation au moyen de signes ») et l’exploitation de ses manifestations par l’instance médiatique.

3L’ouvrage comprend 330 pages. Il s’ouvre sur une rapide chronologie de l’affaire (du 13/05/2011 au 10/12/12). Vient ensuite une introduction de 25 pages permettant aux coordinateur-rices de (i) recontextualiser l’affaire au sein des enjeux juridiques, politiques, culturels et sociétaux participant de sa construction ; (ii) présenter les questions que le choix du prisme émotionnel soulève (liens entre émotions, interaction, énonciation, argumentation, éthique). S’ensuivent 16 contributions réparties en trois parties équilibrées. Chaque partie propose un angle et une problématique différents : la première interroge le lien entre émotions et identités sociales ; la deuxième se compose plus spécifiquement d’analyses de corpus (français ou francophones (Suisse, Guinée)) permettant de saisir les manifestations sémio-linguistiques des émotions et leur richesse ; la troisième privilégie la perspective multiculturelle à travers des études de corpus contrastifs (français, roumains, italiens) ou en langue étrangère (espagnols, portugais, brésiliens).

4Dans la première partie, la question des identités psychosociales est centrale : comment se forment-elles ? Les médias ont-ils le pouvoir de les (re)façonner ? Quels univers de discours et schémas interprétatifs mobilisent-elles ? Pour répondre à ces interrogations, un ensemble hétéroclite théorique et méthodologique est convoqué. Cohabitent ainsi (i) des approches disciplinaires distinctes : sciences de l’information et de la communication, linguistique, sémiotique, psychologie sociale, sociologie ; (ii) des méthodologies diverses : approche narrative, analyse sémiotique, analyse linguistique, analyse textuelle, analyse de discours, analyse de contenu, questionnaire ; (iii) des supports textuels différents : articles de presse écrite envisagés du point de vue de leur contenu et/ou de leur mise en page générale (place dans le journal, taille et typographie), photographies, fiction télévisée. Loin de l’hétérogénéité redoutée, c’est un panorama d’approches complémentaires qui est proposé dans le but de rendre compte de la complexité de la sémiotisation des émotions ainsi que des normes socio-culturelles sous-tendant, dans la presse, la mise en récit d’un évènement (causes, preuves), la figuration de ses protagonistes (victime vs coupable) et des communautés constituées autour d’eux (endogroupe vs exogroupe).

5La première partie s’ouvre sur les contributions de Patrick Charaudeau et d’Ida Hekmat portant sur les imaginaires et schématisations « cour[an]t sous les récits [qui les] réactivent en leur donnant forme [et en offrant] un lieu de représentation de la vérité » (p. 47). Deux imaginaires issus des univers mythologique et biblique semblent dominer le traitement de l’affaire : celui de la toute puissance et celui de La Chute, réunis dans le schème de l’hybris, qui « plus qu’une figure de l’excès, est ici une figure de l’isolement, de la coupure des lieux et des lois humains » (p. 64). Les corpus de presse écrite, respectivement française et allemande, sont envisagés du point de vue de la sémiotisation par le texte et/ou le paratexte de l’ascension, de la perte dans les hauteurs et de la chute - mythes du péché originel et d’Icare. On appréciera également de P. Charaudeau sa réflexion éclairante sur le cadrage de « l’évènement DSK » (p. 40), ramené tantôt à une affaire (criminelle) donnant lieu à interprétations, vérités et doutes, tantôt à un cas (pathologique) ne pouvant se satisfaire d’explications rationnelles (pp. 41-46).

  • 4 Cf. Visées d’information et de captation (Charaudeau 1997) rappelées dans les contributions 11 d’Al (...)

6La contribution d’Annette Burguet et Pascal Wagner-Egger, ancrée en psychologie sociale, montre que l’identité sociale (au fondement de la définition des endogroupes et exogroupes) et les relations intergroupales orientent l’interprétation que l’on donne aux évènements, et en particulier l’évaluation (en termes d’utilité vs nocivité) du sentiment de menace qu’ils peuvent générer. Ces éléments, issus des théories de l’identité sociale, de l’auto-catégorisation et des émotions intergroupes, offrent un fondement psychologique et cognitif aux analyses énonciatives sous-tendant l’analyse des stratégies discursives employées par les médias pour dramatiser l’information, capter le lectorat4, restaurer ou ternir l’image de protagonistes, susciter une expérience tout à la fois individuelle et collective des émotions (cf. Villez). Ce cadre théorique complète également les analyses sémiotiques des images en faisant de ces supports visuels, outre un support documentaire et attractif, un support d’identification groupale. Cette grille de lecture vaut pour les fictions télévisuelles dont Barbara Villez analyse minutieusement, pour l’épisode de la série Law and Order. Special Victim’s Unit (« New-York Unité Spéciale ») directement inspiré de l’affaire ND vs DSK, les mécanismes d’évocation émotionnelle via des registres tantôt proches, tantôt distincts, de ceux utilisés par la presse pour son étude.

7La contribution de Laurence Kaufmann et Fabienne Malbois traite des réactions ayant suivi la publication du roman Belle et Bête directement inspiré de la relation amoureuse de son auteure, Marcela Iacub, avec DSK, entre janvier et août 2012.Ses auteures étudient « la figuration de soi et la mise en forme de l’émotion dans l’espace public » (ibid.), en particulier de l’indignation qui « revêt la forme d’un arc affectif, pragmatiquement et sémiotiquement organisé, [allant] des émotions indexées sur le corps, tel le dégoût, l’horreur et la tristesse, à des émotions plus abstraites et aisément universalisables, telle l’indignation » (p. 102). Cette contribution fait une place non négligeable aux questions de corporalité et de communauté d’appartenance et d’expérience, tissant ainsi des liens avec et entre les articles de B. Villez d’une part, et de A. Burguet et P. Wagner-Egger d’autre part puisqu’il y est question de défense de soi et/ou de l’endogroupe. Cela nécessite de retravailler les éthos préalables par trans-figuration, dé-singularisation, re-figuration, auto-figuration au moyen d’émotions dites : par exemple, DSK, l’« homme-cochon » dépeint par M. Iacub, devient un protecteur de l’information et de la culture ainsi qu’un bon père de famille, affirmant et/ou affichant dégoût physique pour le roman et dégoût moral à l’égard des procédés mercantile et malhonnête de ses éditeurs et des journaux, horreur et plus largement révolte à l’encontre de ses détracteurs.

8Le parti pris théorique et méthodologique des deuxième et troisième parties se montre plus homogène en faisant le choix de « s’appu[yer] sur les sciences du langage et [de] s’inscri[re] plus largement dans le champ de l’analyse du discours » (p. 15), en particulier française mais également anglo-saxonne (cf. contribution d’Alain Rabatel) ; l’objectif est de faire parler des textes relevant de différents canaux (écrit, oral, dessin) et genres : articles d’information (reportages, comptes-rendus), articles de commentaire (éditoriaux, chroniques, tribunes), manifeste et pétition, entretiens télévisés, dessins de presse, posts de blogs, commentaires d’internautes.

9La deuxième partie privilégie la diversité des supports textuels pour saisir la richesse des lieux de sémiotisation des émotions. Cette partie présente un intérêt certain pour ses analyses linguistiques fines des phénomènes lexicaux (verbes, substantifs et adjectifs référentiels ou non, adverbes, interjections), syntaxiques (phrases nominales, structures clivées), prosodiques (pauses), énonciatifs (focalisation, temps verbaux, représentation du dire) et discursifs (choix des arguments, cadrages), ainsi que des figures rhétoriques (analogie, métonymie, chiasme, polyptote…) employés pour dire, rendre compte et/ou réfuter les émotions qui se dégagent des textes étudiés : surprise, indignation, compassion, honte, peur, injustice, solidarité, colère, désarroi, moquerie. Ces phénomènes linguistiques sont le matériel sur lequel se fonde l’analyse du discours pour étudier la communication émotive i.e., intentionnelle (vs émotionnelle), seul objet qui lui soit accessible. Ce postulat est discuté par la contribution de Fabrice Hirsch, François Perea, Agnès Steuckardt et Bertrand Vérine à partir de l’analyse sur corpus des pauses que les auteurs considèrent comme « l’une des marques possibles du discours d’émotion – en interaction (…) avec les éléments verbaux qu’elles scandent » (p. 178). Les pauses peuvent mettre en valeur « un mot portant un sème d’émotion (…), signal[er] une difficulté à nommer, [participer d’]une montée en puissance du registre affectif (…), affich[er] la profondeur de la repentance » (pp. 192-3). L’entretien de DSK avec Claire Chazal le 18 septembre 2011 analysé ici participe clairement d’une tentative de restauration de l’image faisant partiellement de l’évènement un cas de communication émotionnelle à laquelle l’analyse du discours parvient finalement accéder.

  • 5 Leur constat trouve un écho avec la contribution de Patrick Charaudeau dans ce même volume : « (…) (...)

10Les réactions médiatiques analysées dans la deuxième partie sont largement polyphoniques, donnant à entendre la voix des protagonistes, de leur entourage (qui, chronologiquement, est la première voix médiatisée) et des commentateurs (journalistes, militant-e-s féministes, citoyen-ne-s). Cette polyphonie permet à Michèle Monte, Alain Rabatel, Émilie Devriendt5 de noter, en creux, l’absence criante d’une part de la perspective de ND – « il y a un énorme décalage quantitatif entre ce que les journaux peuvent dire à propos de DSK et ce qu’ils savent de la femme de chambre » (Monte, p.129) –, d’autre part des personnes victimes de viol, des militant-e-s féministes, des personnels psycho-médicaux, ou de toute parole réfléchissant aux rapports de domination homme/femme pouvant « expliquer la soumission d’une femme de condition modeste aux désirs d’un homme puissant » (p. 133). Place est alors faite dans l’ouvrage à ces contre-discours. A. Rabatel s’attaque ainsi au manifeste et à la pétition lancée par deux militantes féministes Sandrine Goldschmidt et Muriel Salmona, « met[tant] en cause les stéréotypes, et (…) interroge[ant] le fonctionnement de la justice et nos cadres mentaux » (p. 145). L’objectif n’est pas tant une caractérisation du genre – même si l’article y contribue – que l’analyse des ressorts linguistiques, rhétorico-discursifs permettant de faire valoir une autre voix, celle de citoyennes indignées qui ont à cœur de montrer qu’une autre grille de lecture de l’affaire existe, et que cette affaire est un cas emblématique de la complexité des relations hommes/femmes. C’est cette grille qui est prise en charge par les internautes guinnéen-ne-s ou issu-e-s d’un autre pays d’Afrique francophone, et qui, associée à une stratégie de défense communautaire (construite autour de l’origine de ND ou de sa position d’opprimée), leur permet de remettre en cause, voire de renverser, le point de vue des dominants. Cette étude d’É. Devriendt sur les désignations de ND montre que plus qu’une « victime guinéenne », représentation rappelant sa communauté d’origine, ND est une « victime », rappelant ainsi « le point des vues des oppriméˑes en général » (p. 176). I. Desailly donne une place à des points de vue critiques sur la société française et sur les réactions de son personnel médiatico-politique, peu relayés dans la presse écrite ; elle montre dans son analyse des dessins de presse et caricatures associés à l’affaire que leur mise en scène énonciative (triptyque entre le narrateur, le/s personnage/s et le lecteur-tiers), associée aux transgressions qu’ils autorisent (violation des normes morales, discours parodique) permettent de contester la crédibilité/validité des trois arguments avancés pour expliquer l’affaire ND vs DSK : la pathologie de DSK, son « manque de clairvoyance et de prudence dans ses actes » (p. 200), la théorie du complot. Plus largement, son corpus dénonce la naïveté des Français attendant des excuses et la sur-médiatisation dont l’affaire a bénéficié.

11La troisième partie, tout en s’intéressant aux différentes réalisations sémio-linguistiques des émotions, plonge le lecteur dans des espaces médiatiques multi-culturels : publications de quotidiens roumains (Alina Opréa), italiens (Maria Immacolata Spagna), espagnols (Nieves Ibeas Vuelta, Antonio Gaspar, Beatriz Abillá Arnáiz), portugais et brésiliens (Rosalice Pinto, Maria Aldina Marques ; Maria das Graças Soares Rodrigues, Luis Passeggi) ainsi que, pour le Brésil, blogs populaires (Ana Lúcia Tinoco Cabral, Sueli Cristina Marquesi, Isabel Roboredo Seara). Cette partie est l’occasion de mettre en évidence combien la perception de l’affaire ND vs DSK et sa mise en récit et en mots diffèrent « en fonction du contexte et du système de savoirs, croyances, valeurs, etc. de la communauté ‘destinataire’ » (p. 224).

12Dans les médias français, l’expression de la prudence et de la mesure domine. Il en va autrement à l’étranger. Ainsi, la presse roumaine dépeint DSK comme un antihéros moderne, une figure antipathique, et ne cache pas sa désapprobation à l’égard du mode de vie du personnel politique, du « laxisme et [de] la condescendance de la presse française » (p. 220). La presse italienne témoigne davantage de positionnements idéologiques que culturels, se focalisant essentiellement sur DSK, suscitant tantôt un mouvement d’empathie (victime du système judiciaire), tantôt un mouvement d’indignation « prétexte à régler des contentieux avec la France ou avec la gauche » (p. 248). Ces deux orientations transparaissent davantage encore dans les titres de presse espagnole, portugaise et brésilienne où les cadrages choisis pour l’affaire et ses protagonistes se justifient au regard des diverses situations que connaissent ces pays sur les plans politique (élections municipales et législatives en Espagne) et économique (rejet du FMI et de sa cure d’austérité au Portugal et au Brésil, inquiétude à l’égard de sa future direction en Espagne). L’affaire y est enfin l’occasion de dénoncer, en Espagne, le comportement des socialistes (alors au gouvernement), de la gauche voire des français, forgeant par ce biais un élan patriotique national ; au Portugal et au Brésil, de poser des liens entre crime et pouvoir, et de dénoncer l’inconduite des élites.

  • 6  Indignation des journalistes (Charaudeau ; Hekmat ; Devriendt), de l’opinion publique (Charaudeau  (...)
  • 7 Le premier entretien télévisé de ND est donné à la chaîne ABC le 24 juillet 2011, quatre jours avan (...)

13Au terme de la lecture, on retiendra de l’ouvrage que le traitement émotionnel de l’affaire a vu dominer la médiatisation et la sémiotisation de l’indignation6, une « émotion démocratique » (p. 113) car collective, définie comme une « réaction émotionnelle à l’insupportable ou a l’intolérable » (p. 103, note 15) en son sens générique, « la réaction intellectuelle et abstraite à un mal immérité » (ibid.) en son sens étroit. Du point de vue de l’analyse des genres journalistiques, les émotions apparaissent comme un marqueur de caractérisation probant, permettant d’opposer les articles d’information – reposant sur un discours empathique où le lecteur est amené à être au plus près de l’évènement « en lui faisant en quelque sorte palper l’émotion des journalistes témoins » (p. 129) – aux articles de commentaire qui privilégient une mise à distance des émotions, l’adoption d’une « analyse rationnelle » (p. 135), le recours à l’ironie et à la comparaison. Toutefois, ces différences génériques tendent à s’effacer devant les divergences idéologiques des titres de presse, voire des circonstances socio-politico-économiques que les pays traversent. Plus généralement enfin, l’ouvrage dresse le constat des limites du travail des journalistes et des chercheur-e-s. Les premiers, sous couvert de n’être « ni policiers ni juges, confrontés à la position dominante et à l’aura d’un des protagonistes » (p. 145), ont limité leurs investigations à ce(lui) qui était visible – DSK7 ; les seconds, et en particulier les linguistes, sont tenté-e-s « d’invoquer une démarche descriptive ‘neutre’ » (p. 143). L’ouvrage invite les journalistes à se montrer plus sensibles à l’utilisation argumentative des émotions et plus à même « d’embrasser la complexité du réel » (p. 24) en multipliant les points de vue et attend des chercheur-e-s qu’ils-elles assument une « prise en compte rationalisée et objectivée de l[eur] subjectivité » (p. 143).

Haut de page

Bibliographie

CHARAUDEAU, Patrick, 1997, Le discours d’information médiatique. La construction du miroir social, Nathan : Paris.

MICHELI, Raphaël, 2010, L'émotion argumentée. L'abolition de la peine de mort dans le débat parlementaire français. Humanités. Paris : Le Cerf.

PLANTIN, Christian, 2011, Les bonnes raisons des émotions. Principes et méthode pour l’étude du discours émotionné, Peter Lang : Bern

RABATEL, Alain, 2012, « Les relations locuteur/énonciateur au prisme de la notion de voix », Arts et savoirs 2, pp. 1-18.

KOREN, Roslyne, 2004, « Argumentation, enjeux et pratique de l’‘engagement neutre’ : le cas de l’écriture de presse », Semen 17, « Argumentation et prise de position. Pratiques discursives », Amossy, Ruth & Roselyne Koren (éds).

Haut de page

Notes

1  On notera à ce sujet un parti pris différent chez certains contributeurs : tandis qu’A. Oprea considère que la sur-médiatisation a transformé l’affaire en « suractualité » et supprimé ainsi « la possibilité de [la] recevoir avec esprit et critique » (p. 224), N.I. Vuelta, A.G. Galan et B.A. Arnáiz estime que « [l]a répétition et la place accordée dans le journal contribue à nourrir le récit et à l’introduire dans la mémoire du sujet lecteur » (p. 257).

2 Danon-Boileau L., « Affect, éprouvé, émotion, sentiment : notations terminologiques », 1999, Revue française de psychanalyse, 9-12 ; voir également les manuels des éditions De Boeck Supérieur.

3 À Micheli (2010), l’émotion sémiotisée, les modes de sémiotisation (émotion dite, montrée ou étayée), les modes d’attribution (auto vs hétéro-attribution) ; à Plantin (2011), la distinction entre communication émotive et émotionnelle ; à Rabatel (2012), le point de vue, les locuteurs-énonciateurs L-E et l-e ; à Koren (2004), la remise en cause de la neutralité journalistique.

4 Cf. Visées d’information et de captation (Charaudeau 1997) rappelées dans les contributions 11 d’Alina Oprea et 13 de Nieves Ibeas Vuelta, Antonio Gaspar Galan et Beatriz Abillà Arnàiz. Pour A. Oprea, dans l’affaire ND vs DSK, « la primauté est accordée à la visée de captation et à l’enjeu de séduction tandis que la visée d’information et l’enjeu de crédibilité sont relégués au second plan » (p. 224).

5 Leur constat trouve un écho avec la contribution de Patrick Charaudeau dans ce même volume : « (…) à traiter l’évènement comme un cas pathologique, on désidéologise le débat en empêchant d’y voir un problème social des rapports entre hommes et femmes (…). À traiter l’évènement comme une affaire sociopolitique, on le renvoie à [la] question [qui est] celle du pouvoir que les puissants exercent sur les plus faibles, ce qui, paradoxalement, efface (…) la question plus spécifique du rapport homme - femme sous le jour de la domination masculine » (p. 52 - nous soulignons).

6  Indignation des journalistes (Charaudeau ; Hekmat ; Devriendt), de l’opinion publique (Charaudeau ; Desailly ; Spagna ; Vuelta, Galan & Arnáiz ; Pinto & Marques), du personnel / sympathisant-e-s politiques français, en particulier de gauche (Burguet & Wagner-Egger), des militantes féministes (Rabatel), de communautés (Devriendt), de DSK (Kaufmann & Malbois).

7 Le premier entretien télévisé de ND est donné à la chaîne ABC le 24 juillet 2011, quatre jours avant sa première conférence de presse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Bendinelli, « Alain Rabatel, Michèle Monte, Maria das Graças Soares Rodrigues (éds.), 2015, Comment les médias parlent des émotions. L’affaire Nafissatou Diallo contre Dominique Strauss-Kahn, Limoges, Lambert-Lucas, 332 pages. », Semen [En ligne], 40 | 2015, mis en ligne le 17 novembre 2015, consulté le 27 mai 2017. URL : http://semen.revues.org/10444

Haut de page

Auteur

Marion Bendinelli

ELLIADD EA 4661, Université de Franche-Comté

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page