Navigation – Plan du site
III. Comptes-rendus de lecture

Jean-Michel Adam (dir.) (2015), Faire texte. Frontières textuelles et opérations de textualisation, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

Alain Rabatel

Texte intégral

1Cet ouvrage, fruit d’un colloque qui s’est tenu en avril 2013, est dédié à la mémoire de Jean-Blaise Grize. C’est un bel hommage professionnel et un émouvant témoignage d’amitié envers ce monument de rigueur, de clarté, de profondeur et d’humanisme que fut cet enseignant et ce chercheur connu et reconnu de l’université de Neuchâtel. Par les temps qui courent, ces manifestations concrètes d’hommage font chaud au cœur. Mais, bien évidemment, ce livre vaut surtout pour la richesse des analyses qu’il offre au lecteur.

2Dans un court avant-propos, le directeur scientifique de l’ouvrage, J.-M. Adam, met en garde contre l’idée que ce livre serait le manifeste d’une école lausannoise de linguistique du texte et du discours : certes, les auteurs ont enseigné ou travaillé sous la direction de J.-M. Adam ou M. Burger, mais d’aucuns ont été formés dans d’autres universités. De plus, le livre n’a rien d’un manifeste, genre dont, il y a un certain temps déjà, M. Burger donna une étude stimulante. Enfin, l’ouvrage s’adjoint in fine les contributions de J.-M. Viprey et de M.-A. Paveau, qui reviennent de leurs points de vue théoriques sur l’ensemble des contributions du volume. Donc, pas d’école lausannoise, mais des travaux de chercheurs suisses ou travaillant en Suisse (Adam, Philippe), profondément irrigués par la figure tutélaire (la modestie de son auteur dût-elle en souffrir) de Jean-Michel Adam, qui offrent une belle vitrine à une linguistique textuelle enfin reconnue au sein de la linguistique française et/ou francophone.

  • 1 Cette question est également abordée par J.-M. Viprey.
  • 2 D’autant plus que le prix de l’ouvrage est très raisonnable, vu son volume !

3L’« Introduction aux problèmes du texte », (p. 11-33) signée par J.-M. Adam, s’ouvre sur une mise au point consacrée à la posture épistémologique souhaitable pour penser un objet complexe, la textualité, en s’appuyant sur des points de vue (qui sont autant de « profession de foi ») de Saussure et de Bally, invitant à traiter modulairement le complexe, et ce, d’autant plus que cette complexité est multiforme, avec les concaténations de structures, l’intrication de données intellectuelles et affectives (individuelles et sociales), de normes et de variations, nécessitant de dégager des dominantes, des gradients. Tout cela récuse les approches linguistiques à l’aune d’un seul prisme ainsi que les tentations de l’isolationnisme disciplinaire, ce dont témoigne a contrario l’articulation des problématiques textuelles et discursives. Et tout cela aboutit aussi à ce que les auteurs fassent leur une linguistique qui, dans la foulée de Benveniste, « pense par problème(s) ». Ainsi, Adam situe son projet en congruence avec la translinguistique des textes et des œuvres de Benveniste. Il rejette la thèse d’une homologie entre la phrase et le texte, considérant que les relations syntaxiques n’ont qu’une portée limitée, et que d’autres types de relations entrent en compte dès qu’on s’ouvre à la période, au transphrastique. Aussi fixe-t-il à la linguistique textuelle l’objectif de rendre compte des types de connexion entre des segments textuels plus ou moins autonomes et de plus ou moins grande ampleur. L’introduction aborde encore deux autres problèmes : si la question de faire texte se pose aussi à l’oral, c’est néanmoins dans des conditions différentes qu’à l’écrit (en fonction de la distinction entre discours monogéré ou polygéré, co-présence situationnelle du locuteur, du destinataire et du référent ou non…), question qui fait l’objet du chapitre 6. Le dernier problème abordé concerne ce qu’Adam nomme l’« attention philologique au faire texte », qui nous rappelle combien le texte, loin d’être un donné immédiat, est un construit dont l’histoire offre des variations saisissantes, comme l’ont montré l’établissement des Fables de La Fontaine, des Contes de Perrault ou encore de l’Appel du 18 juin1 (sur lesquels l’auteur a publié, seul ou en collaboration, de multiples travaux) ainsi que les états des textes des chapitres 3 et 5, que les Presses universitaires de Franche-Comté mettent très généreusement à disposition du lecteur, ce dont elles doivent être remerciées2, sans compter l’établissement/transcription du débat en annexe du chapitre 6.

  • 3 J.-M. Adam mentionne les séquences descriptives, narratives, argumentatives, explicatives mais pas (...)

4L’ambition du volume, dans chacune de ses contributions, écrite à deux voix, et discutée par le collectif, n’est pas de dire ce qu’est un texte (question dont Philippe souligne qu’elle ne peut guère que renvoyer à des imaginaires), mais ce qui fait texte. Compte tenu de l’importance programmatique du premier chapitre, « Continuité et textualité », co-rédigé par Gilles Philippe et Jean-Michel Adam on lui consacrera une attention toute particulière. G. Philippe revient d’un point de vue diachronique sur ce que faire texte a pu signifier pour la prose littéraire à partir du critère de la continuité stylistique ou compositionnelle, textuelle, vers 1850, 1900 et 1950 (on pense aux diverses conceptions du style coulant du XVIIe et XVIIIe siècles, à la continuité chez Flaubert, Proust, Valéry, ou à ceux qui relèvent d’un paradigme anti-continuiste, à l’instar de Stendhal, voire du Gracq d’Un balcon en forêt, à travers notamment des ruptures de point de vue (p. 43)). Pour sa part, J.-M. Adam propose une théorisation des facteurs de textualité à partir de ses choix théoriques (l’analyse textuelle des discours), en s’intéressant d’abord à la « fabrique du continu, entre répétitions et progression », assurant, par-delà la discontinuité des segmentations, la continuité des opérations de liage. C’est précisément autour de cette question stratégique du liage que l’analyse se déploie en s’attachant aux liages micro-textuels (pp. 58-63), macro-textuels (pp. 67-74) en passant par l’étape (l’étage) intermédiaire des liages méso-textuels (pp. 63-67). Ici la théorisation est très dense, il est difficile d’en rendre totalement compte, on ne peut qu’inciter vivement le lecteur à y aller voir par lui-même. Cependant, pour donner une idée de la richesse du travail, on évoquera la diversité des liages micro-textuels de bas niveau, avec des liages au plan du signifié (anaphores et problèmes de coréférence, isotopies et collocations), du signifiant (phonique ou graphique), des liages par connexion (via des organisateurs textuels), par implicitation (ellipses, sous-entendus, présupposés), des liages énonciatifs, ou encore des liages via des actes de discours. Les liages méso-textuels relèvent du sémantique et du macro-syntaxique et concernent l’empaquetage des énoncés, au plan de la texture périodique et de la structure séquentielle3. Quant aux liages macro-textuels, ils rendent compte de la problématique du plan de texte, avec la structuration compositionnelle (séquences englobantes, facultatives, homogènes ou hétérogènes, conventionnelles ou innovantes). Ils prennent aussi en considération la structuration non linéaire, de nature plus sémantique, au plan réticulaire, comme au plan des macro-actes de discours ou des macro-structures sémantiques. L’ensemble de ces niveaux et de leurs marques est très précieux, même si, comme toujours dans ce genre de schématisation complexe, se posent des questions de découpage, de chevauchement, d’autant que certains phénomènes sémantiques, énonciatifs, se retrouvent à des niveaux différents. Tout cela mériterait de plus amples discussions, qui excèdent le cadre de ce compte-rendu, mais n’amoindrit pas le caractère stimulant de cette contribution, toujours appuyée sur des exemples précis. J.-M. Adam termine l’exposé de sa théorisation en revenant sur la notion de généricité en soulignant combien la question gagne à être abordée en ne négligeant pas ces formes de textualisation, sous-estimées par un Foucault, en son temps, ce qui permet de mesurer l’avancée des réflexions actuelles.

5Le très intéressant chapitre 2, « Quelques enjeux d’une théorie de l’argumentation », rédigé par Thierry Herman et Raphaël Micheli, aborde la question de la textualité à partir de l’argumentation, dans une tribune libre écrite par un astro-physicien. Les auteurs distinguent diverses conceptions de l’argumentation, selon leur rapport à la « matérialité langagière » et posent l’intérêt, selon leurs conceptions de l’argumentation, de la saisie d’un niveau périodique micro-textuel, d’un niveau méso-textuel, avec ses cellules argumentatives, et d’un niveau macro-textuel avec son plan de texte. L’analyse de cas est passionnante, montrant combien l’interprétation dépend de la mise en avant de paramètres cognitifs ou formels, et surtout combien ces paramètres sont intriqués (voir notamment pp. 95ss). On le mesure en prenant en compte le fait que l’article en question relève à la fois d’un article d’opinion et d’un article de controverse scientifique s’élevant contre le traitement médiatique prématuré d’une découverte qui n’est pas encore totalement reçue par la communauté des savants.

6Dans le chapitre 3, « Faire problème au texte : les "Lettres du Voyant" de Rimbaud », Vincent Capt et Vincent Verselle analysent un autre genre argumentatif, l’épître-manifeste, à partir des deux lettres de Rimbaud à Izambard et Demeny (avec des variations – généralement oubliées – autour des formules célèbres, « Je est un autre », et « se faire voyant »). Ils montrent que si le texte est certes une unité communicative de rang supérieur (Bronckart 1996), il peut néanmoins être inséré dans des échanges. D’où le caractère problématique de ces documents, qui mêlent épistolaire, poésies, manifeste poétique. Cependant, les auteurs soulignent que cette hétérogénéité est emblématique du projet novateur de Rimbaud, qu’ils exemplifient, au sens goodmanien du terme. D’où le fait que ces textes soient des « lettres-performances », ce régime performanciel étant un facteur de la cohérence du discours – même si la performance concerne davantage l’action même que le texte lui-même, qui est un véritable espace en tension.

7Le chapitre 4, « Cohérence référentielle et frontières de texte », co-rédigé par Jean-Daniel Gollut et Joël Zufferey, revient sur la frontière des textes qui appartiennent à des cycles romanesques, comme c’est le cas avec les ouvrages du cycle des Trois Mousquetaires, de la Comédie humaine, des Hommes de bonne volonté ou de Fantômas. Chacun de ces exemples remet en cause la thèse des « interruptions remarquables de la communication » de la textualité selon Weinrich, dans la mesure où la continuité référentielle – notamment à travers l’analyse minutieuse des introït des personnages récurrents –, surmonte la rupture de la fin d’un livre, un peu comme la lecture de poèmes ou de récits courts « peut s’émanciper des frontières de textes et faire recueil, malgré la discontinuité manifeste et l’autonomie des nouvelles, contes ou poèmes ».

8Dans le chapitre 5, « les brouillons font-ils texte ? », Rudolf Mahrer et Valentine Nicollier-Saraillon tentent de répondre à cette question à partir de l’analyse des plans de Ramuz. Plutôt que de considérer ces plans comme des avant-textes, les auteurs s’appuient sur la dimension instructionnelle et programmatique de ces écrits (« des écrits de préparation, non en préparation »), en discutant l’hypothèse performative généralisée d’Almuth Grésillon (2002), manifestant, une fois de plus, l’intérêt des approches génétiques pour penser la question du « faire texte », surtout lorsqu’elle se confronte, comme c’est ici le cas, à l’analyse minutieuse des marques (phrases averbales, infinitives, percontatives autonomes, phrases en que plus subjonctif), sans compter la prise en compte de bien d’autres phénomènes linguistiques et cognitifs (ratures, questions, hypothèses, évaluation, etc.). En conclusion, les auteurs proposent de substantiels éléments d’analyse textuelle des écrits de préparation.

9On a souvent reproché au paradigme de la textualité comme aux chercheurs qui s’en réclament de privilégier l’écrit et de négliger l’oral. Outre que le fait que l’on travaille sur l’écrit ne signifie pas nécessairement qu’on sous-estime l’oral, que la question théorique de la textualité fasse sens dans les deux cas, comme on l’a rappelé plus haut, des approches de la textualité ont pu confronter leurs modèles à des discours écrits ou oraux : qu’on pense aux travaux à partir des modélisations de Roulet. C’est également (et heureusement) le cas dans cet ouvrage, avec Marcel Burger et Jérôme Jacquin. Ces derniers traitent dans le chapitre 6, de « La textualisation de l’oral », à partir d’un débat. Ils se proposent, à la différence des approches traditionnelles de la textualité à l’écrit, qui internalisent les jugements de complétude, de les externaliser. Ils analysent ainsi des formes de la cogestion de la complétude, et, ce faisant, ils appréhendent la textualisation comme une co-production, sous sa dimension processuelle. Les auteurs soulignent que les analyses conversationnelles et les analyses interactives des discours sous-estiment le traitement des suites d’énoncés du point de vue de la textualité, en se focalisant sur des suites d’actes, alors que leur complétude pose la question du texte et de son interprétation, qui est aussi au cœur de la production des textes oraux, à travers de multiples négociations.

10Enfin, les deux dernières livraisons permettent à deux chercheurs invités de conclure et d’ouvrir sur des problématiques qui leur tiennent à cœur, la question de la dimension réticulaire des textes et de leur traitement informatisé pour Jean-Marie Viprey, et celle des écritures numériques pour Marie-Anne Paveau. J.-M. Viprey procède à une relecture de l’ouvrage, en revenant sur les relations texte, discours et énoncé, puis texte, discours et écriture, sur la variation des textualisations, ainsi que sur un certain nombre de questions épistémologiques touchant à la linéarité, à la modularité et à la séquentialité ou à la façon dont la numérisation des textes interroge la notion de textualité, à l’aune de la numérisation des grands corpus. Enfin, M.-A. Paveau offre au lecteur un exposé très riche des nouvelles formes de textualité numérique. Son texte, intitulé « En navigant en écrivant. Réflexions sur les textualités numériques », montre la diversité des modes de textualisation, à partir de quatre entrées (délinéarisation, matérialité, non-texte, numérique) et plusieurs sous-entrées (couleur, écologie, fragmentation, inachèvement, numérisé, numérique, numériqué, read-write, redocumentation, texte numérique). Le choix de l’ordre alphabétique est bienvenu, et, en un certain sens, il exemplifie magistralement un mode d’écriture et de textualité inédit, entre imprimé et numérique.

11Au total, l’ouvrage tient pleinement ses promesses. D’abord parce qu’il repose sur des propositions riches et qu’il les confronte, dans la plupart des chapitres, à des cas concrets dont les différents auteurs proposent des analyses de grande qualité, en appui sur l’articulation des dimensions linguistiques, cognitives, pragmatiques, actionnelles, qui sont sollicitées pour aborder de front la question linguistique des modes de textualisation et celle, pragmatique, des effets, dans le cadre d’une interprétation, d’une herméneutique. Ensuite parce que ces analyses ont des incidences théoriques substantielles, comme on le voit dans chacune des conclusions des chapitres. Enfin, parce que l’ouvrage ne se limite pas à des contributions juxtaposées : à maintes reprises les auteurs discutent la place de tel ou tel critère, dans l’optique de la textualisation, comme c’est notamment le cas à propos de la discussion des marqueurs de cohésion proposée par Capt et Verselle, pp. 127-128, la façon dont ils se disent proches de l’analyse de Gollut et Zufferey et l’exposé de leurs différends avec Mahrer et Nicollier-Saraillon. S’il est des livres inutiles, assurément ce n’est pas le cas de cet ouvrage, auquel il faut souhaiter un large public et dont il ne fait pas de doute qu’il figurera en bonne place dans maints travaux et maintes bibliographies !

Haut de page

Notes

1 Cette question est également abordée par J.-M. Viprey.

2 D’autant plus que le prix de l’ouvrage est très raisonnable, vu son volume !

3 J.-M. Adam mentionne les séquences descriptives, narratives, argumentatives, explicatives mais pas la séquence injonctive-instructionnelle et il maintient la séquence dialogale, ce qui a été discuté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Rabatel, « Jean-Michel Adam (dir.) (2015), Faire texte. Frontières textuelles et opérations de textualisation, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté. », Semen [En ligne], 40 | 2015, mis en ligne le 17 novembre 2015, consulté le 26 avril 2017. URL : http://semen.revues.org/10443

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page