Navigation – Plan du site
I. Dossier thématique

L’affaire Maclean’s entre critique légitime, bashing et violence détournée : le rôle du ressentiment dans l’interprétation d’un discours controversé

Geneviève Bernard Barbeau

Texte intégral

  • 1 Bien qu’il se présente comme un magazine d’affaires publiques, et non comme relevant de la presse d (...)

1À l’automne 2010, le magazine canadien Maclean’s, reconnu pour ses controverses1, a publié un dossier intitulé « Quebec : The most corrupt province in Canada » dans lequel le débat constitutionnel (sur la place du Québec au sein du Canada) est présenté comme le principal facteur expliquant la corruption dans la province. Le dossier a provoqué un tollé et a entraîné des discussions houleuses. Certains individus l’ont applaudi alors que d’autres l’ont qualifié de Québec bashing, une forme de dénigrement répété, voire systématique, du Québec et des Québécois, à plus forte raison des francophones et des souverainistes (Bernard Barbeau 2015). Bien que portant initialement sur la corruption, le débat s’est rapidement élargi et des considérations autres, mais touchant toujours la question québécoise, ont été abordées, conférant aux échanges une dimension identitaire forte qui a conduit à leur intensification, tant sur le plan du contenu que de la forme.

2Mais outre une argumentation fallacieuse de la part des auteurs (arguments ne prouvant pas la thèse, syllogismes et aphorismes tendancieux, etc.) et l’emploi de quelques éléments lexicaux dépréciatifs à l’endroit du Québec (bête noire province, débat constitutionnel qualifié d’irritant et de contraire aux débats idéologiques normaux et sains, etc.), le discours du Maclean’s n’est ni des plus virulents ni constitué majoritairement d’actes discursifs typiques du discours de confrontation (Vincent et al. 2008) ou de la violence verbale (Moïse et al. 2008). On peut alors s’interroger sur ce qui a amené certaines personnes à l’associer au bashing, alors que d’autres y ont vu un discours tout à fait légitime, et sur ce qui a causé des réactions aussi fortes. Postulant qu’il existe des tensions plus importantes que celles qui transparaissent du discours source, nous nous intéressons à ce qui constitue le fondement du conflit entre Québécois et Canadiens, qui prend la forme d’événements si importants sur le plan mémoriel qu’ils sont constamment remis en discours. C’est le poids de cette mémoire, et plus particulièrement du ressentiment qui en découle et qui joue un rôle dans l’interprétation du bashing, qui est au cœur de notre propos.

1. Problématique et considérations méthodologiques

3L’analyse porte sur le rappel d’événements du passé qui alimentent les tensions entre les groupes et qui ne concernent pas directement les accusations de corruption faites par le Maclean’s. Nous souhaitons montrer que les discours entourant cette affaire font état de dissensions qui vont bien au-delà de cette question, que ces tensions sont fortement ancrées dans la société canadienne et qu’elles sont (re)mises en discours dès lors que les relations entre Québécois et Canadiens sont abordées. Ce faisant, nous cherchons à identifier les éléments constitutifs de la mémoire collective en contexte canadien, ce qui permettra de mieux comprendre le recours à des événements du passé à des fins argumentatives et dans une optique de positionnement idéologique, et de mieux évaluer ce sur quoi reposent les réactions exacerbées constitutives de l’affaire Maclean’s.

4Les discours analysés proviennent d’un corpus constitué de réactions citoyennes publiées en ligne (commentaires à la suite d’articles de journaux au Québec et ailleurs au Canada, forums de discussion et blogues) dans les dix jours suivant la parution du dossier Maclean’s. De ce corpus, nous avons retenu les 491 commentaires dans lesquels les individus tiennent des propos tantôt contre le Québec, tantôt contre le Canada et qui comprennent au moins une référence à un événement du passé. Les événements rappelés sont divisés en deux thématiques : la question politique et la question linguistique.

2. Le rappel d’événements dans les réactions à l’affaire Maclean’s

2.1. Les discours anti-Québec

5Parmi les faits du passé à teneur politique, le débat constitutionnel et les événements qui s’y rattachent – principalement les référendums de 1980 et de 1995 sur la souveraineté du Québec – sont ceux qui sont le plus rappelé dans les discours contre le Québec. Ils sont utilisés comme arguments pour accuser autrui de vouloir briser l’unité nationale, d’agir de façon égoïste et de faire preuve d’intolérance et d’étroitesse d’esprit, voire de racisme et de xénophobie.

6En ce qui a trait à la question linguistique, c’est surtout la situation qui prévaut au Québec, avec un accent sur celle des anglophones, qui est mise de l’avant. Le rapport de force entre les groupes est abordé au regard de la politique linguistique de la province (communément appelée loi 101), qui fait du français la langue officielle de la province et qui est présentée comme entraînant des conséquences négatives pour la communauté anglophone, qui serait minorisée. Est aussi évoqué, bien que dans une moindre mesure, l’impact négatif de la législation linguistique sur les francophones, qui seraient contraints à se replier sur eux-mêmes et à refuser le bilinguisme, se coupant du reste du pays, voire du monde. Ces rappels servent à illustrer ce qui est présenté comme des inégalités entre les groupes dont serait en grande partie responsable la politique linguistique québécoise. Le bilinguisme canadien fait également l’objet de discussions, et ce, à deux fins : le critiquer, en soulignant qu’il est inutile et coûteux, ou montrer que l’unilinguisme au Québec va à son encontre.

2.2. Les discours anti-Canada

7À l’instar des discours contre le Québec, ceux contre le Canada, lorsqu’ils concernent la politique, sont principalement construits autour des référendums sur la souveraineté. La plupart servent à accuser autrui de colonialisme et d’assimilation, et de refuser la différence et l’émancipation d’un groupe.

8La question linguistique est mobilisée à certains moments, bien qu’elle soit moins présente que dans les discours contre le Québec. Il est surtout question de la situation défavorable des Québécois francophones, principalement avant l’adoption de la politique linguistique actuelle. Est également abordé l’éventuel renversement de la situation qui prévaut dans la province et qui pourrait mener au recul du français. En ce qui a trait à la situation linguistique au Canada, il est question du non-respect du bilinguisme et de la difficulté de vivre en français à l’extérieur du Québec, qui expliquerait la perte de vitesse de cette langue à l’échelle du pays.

9Enfin, et il s’agit d’un élément caractéristique des discours ciblant le Canada, le rappel de propos dénigrants émis par autrui est fréquent et appuie l’idée selon laquelle les discours contre le Québec sont nombreux et que le dossier Maclean’s en constitue une illustration. Cela n’est pas étonnant considérant que lorsqu’un discours « contre » est prononcé, ce n’est pas uniquement celui-ci qui a un impact dans la société, mais bien tous les autres discours de même nature que les individus ont en mémoire. C’est pourquoi, lorsque les participants au débat qualifient le dossier Maclean’s de Québec bashing, la question des discours répétés contre le Québec est très fréquemment mise de l’avant. Le bashing est caractérisé par les discours préalables qui le sous-tendent et qui circulent dans la communauté, de sorte qu’un discours qualifié de bashing porte en lui les traces de ces discours péjoratifs antérieurs.

3. Une rancœur fondée sur le ressentiment

10Les faits rappelés sont sensiblement les mêmes dans les discours contre le Québec et contre le Canada. Ainsi, si chaque groupe a une mémoire qui lui est propre, elle est néanmoins constituée en partie d’événements partagés par autrui, bien que le regard porté sur ceux-ci diffère. Au-delà des événements mêmes, c’est la construction qui en est faite et le positionnement idéologique qui en découle qui opposent les groupes. Une forme de ressentiment, qu’Ansart (2002 : 1) définit comme « la réitération persistante d’un mal, d’un malaise dont la cause profonde, dépassant l’individu ou le groupe, renvoie à des logiques de domination», sert de moteur à leurs relations : chacun fait montre de rancœur envers son opposant, rancœur qui est au centre de la mémoire collective et qui se manifeste par le rappel constant du passé. Ce ressentiment n’est pas le fait d’un seul groupe : tant les discours contre le Québec que contre le Canada en contiennent des traces, et la proportion d’événements rappelés ne diffère pas de façon suffisante pour que l’on puisse considérer qu’il s’agit d’un trait typique à un groupe particulier.

11Cette conclusion s’oppose à celle de nombreux auteurs, pour qui le ressentiment est caractéristique d’un groupe en raison de sa position par rapport à celui auquel il s’oppose. Le ressentiment serait alors le fait des groupes dominés ou minoritaires, ce que soutient Angenot (1997 : 12-13), qui l’associe principalement à

toute idéologie qui paraît raisonner comme suit : je suis enchaîné, pauvre, impuissant, ignorant, servile, vaincu – et c’est ma gloire, c’est ce qui me permet de me rendre immédiatement supérieur, dans ma chimère éthique, aux riches, aux puissants, aux talentueux, aux victorieux.

12Au contraire, nous avançons que le ressentiment ne peut ni ne doit être associé à un groupe donné en fonction de sa position ou du capital symbolique qu’il possède ou qui lui est attribué, mais qu’il s’agit plutôt d’un phénomène typique de l’affrontement entre les groupes partageant un passé commun qu’ils interprètent différemment. Cette tension entre deux interprétations irréconciliables de l’histoire entraîne du ressentiment de part et d’autre, résultat d’une co-construction provenant de l’interaction entre les groupes et de la confrontation de leur mémoire respective.

13Une distinction s’opère toutefois entre les motivations derrière ce ressentiment, et les événements rappelés semblent l’être pour des raisons différentes : soit leur souvenir est réellement douloureux (le discours des individus laisse alors entrevoir cette douleur, parfois de façon vive), soit c’est plutôt de la lassitude qui se fait sentir. Le ressentiment prend alors deux formes : l’une où les faits du passé sont considérés comme s’étant produits aux dépens d’un groupe et comme étant encore aujourd’hui sources de blessure, voire de traumatisme, et l’autre où le rappel d’événements antérieurs sert tantôt à faire état d’un certain agacement, d’une fatigue et d’une lassitude, tantôt à présenter ce qui est considéré comme une source de désagrément. L’exemple 1, où l’auteur met de l’avant ce qu’il estime être une forme de non-respect des Québécois francophones s’inscrivant directement dans une relation dominant/dominé, illustre le premier type de ressentiment, le « ressentiment-douleur », alors que l’exemple 2, où l’auteur fait montre de fatigue par rapport aux revendications politiques québécoises, témoigne plutôt du second type, le « ressentiment-lassitude ».

(1)

Depuis la conquête, on se fait rabaisser, on nous écrase, on essaie de nous effacer de la map, on bafoue notre langue, on nous traite de racistes et on nous humilie. Comment est-ce qu’on peut en arriver à des manifestations d’amour pour nous garder dans le pays et en même temps entendre que la loi 101 est digne de Hitler ? Et comment est-ce qu’on peut en tant que peuple accepter de rester dans ces conditions ? On va finir par disparaitre et ça sera notre faute. (jemesouviens, forum Canoë)

(2)

I’m getting tired of Quebec continually holding this threat of separation over the rest of the country. It’s been going on for over 30 years. Just get it done and get on with it ! Calisse. It’s like a 35 year-old that has been talking about “going it alone” since they were 15, but are still living in their parents’ basement, afraid to give up their weekly allowance. Pathetic.

SOLUTION : The other 9 provinces and 3 territories should hold a referendum to decide it they want Quebec to be a part of Canada anymore. Canada will decide. When the results are in, Quebec will get its discharge papers; it can then can pack up and GET OUT !

Have fun in the real world with your massive debt, high taxes and fear of the English language. You’ll do real well. Bonne chance ! (pizzaghetti, éditorial Maclean’s)

14Tant les individus qui tiennent un discours contre le Québec que ceux qui tiennent un discours contre le Canada font montre, tour à tour, de « ressentiment-douleur » et de « ressentiment-lassitude ». Néanmoins, ce dernier est plus présent dans les discours contre le Québec et se manifeste par des propos faisant état d’une fatigue à l’endroit des revendications linguistiques, politiques et identitaires des Québécois francophones, souvent perçues comme superflues compte tenu des acquis du groupe – position majoritaire dans la province et caractère officiel de la langue française – et qui, partant, constituent une source d’agacement, certes, mais d’un agacement exacerbé qui en vient à motiver la rancœur et la frustration. C’est donc davantage le type de ressentiment et les motivations qui le sous-tendent que le phénomène même qui permettent de distinguer les groupes, bien que chacun soit habité, à des degrés divers, par la douleur et la lassitude.

4. Du ressentiment au bashing : vers une forme de violence détournée ?

15La réception du dossier Maclean’s a été influencée par le ressentiment, qui a contribué à l’élargissement du débat. C’est là que réside la force de l’affrontement : dès lors que les individus s’éloignent de la thématique de la corruption pour aborder des sujets plus divisifs au plan social, les tensions qui existent entre eux émergent de façon plus marquée. Leur ressentiment les amène à resituer les propos initiaux dans le temps et à les réinterpréter au regard de blessures ou de fatigues historiques.

16On comprend alors pourquoi, bien qu’en apparence peu agressif même s’il se veut certainement provocateur, le dossier Maclean’s a suscité une telle controverse et a entraîné sont lot de réactions fortes, parfois violentes : si des accusations de corruption sont certes susceptibles de diviser la population, c’est plutôt le réseau d’associations qui se crée entre elles et d’autres événements s’étant produits aux dépens de chaque groupe (ou perçus comme tels) qui contribue à raviver les tensions. Le ressentiment occupe donc une place indiscutable dans la construction de l’affrontement social et c’est de là que proviennent les accusations de Québec bashing et le refus de considérer le discours source comme une simple critique. Et de la même façon, les réactions exacerbées qui suivent – les discours anti-Maclean’s initiaux dont certains se transforment en discours anti-Canada et les discours anti-Québec, chacun participant à ce mouvement de balancier constitué de discours « contre » bien plus virulents que le discours source – ont pour point de départ un conflit historique entre les groupes.

17En essayant de se positionner comme le groupe qui a le plus souffert ou qui est le plus lésé par les gestes d’autrui, tant les anti-Québécois que les anti-Canadiens s’inscrivent dans une dynamique historique conflictuelle de négociation identitaire. Cela résulte d’une impression d’absence de légitimité conférée à son propre groupe et se traduit de diverses façons allant du discours en apparence poli aux formes léchées à une superposition d’attaques faites à autrui en passant par l’énonciation tantôt de regrets du passé, tantôt de critiques du présent.

18L’interprétation de la forme particulière de dénigrement qu’est le Québec bashing – et les réactions qu’elle suscite – n’est donc pas uniquement fondée sur un ensemble circonscrit d’actes discursifs précis. Nous pouvons même affirmer qu’en eux-mêmes, les actes de discours caractéristiques de la violence verbale, bien qu’ils jouent assurément un rôle dans l’interprétation du bashing, n’y occupent pas une place centrale. Ce type de dénigrement s’inscrit plutôt dans un contexte sociohistorique complexe qui s’articule autour du ressentiment et de la circulation de nombreux discours « contre ». C’est précisément là que réside le lien entre bashing et violence détournée : les attaques les plus virulentes proviennent de la confrontation – voire de la négation – de la place et du rôle de chacun et par la remise en discours d’une multitude d’événements passés auxquels semblent ne pas pouvoir échapper les individus. En ce sens, le ressentiment joue le rôle de moteur aux relations entre les groupes et est au cœur du conflit identitaire qui les oppose.

__________________________

Résumé : Dans son édition du 4 octobre 2010, le magazine canadien Maclean’s a publié un dossier intitulé « Quebec : The most corrupt province in Canada », suscitant un tollé et entraînant des discussions houleuses dans l’espace public. Certains individus l’ont applaudi et d’autres, au contraire, l’ont qualifié de Québec bashing, une forme de dénigrement répété du Québec et des Québécois. Considérant que, en apparence du moins, le discours à l’origine de la controverse n’est pas des plus virulents, on peut s’interroger sur ce qui a amené certains à l’associer à une forme de dénigrement, voire de violence verbale. Une des raisons semble être liée au ressentiment qui anime les groupes qui s’affrontent. Cet article est consacré spécifiquement au lien entre le ressentiment, le bashing et la réception du dossier Maclean’s.

Mots-clés : Ressentiment, Bashing, Dénigrement, Média, Québec

Abstract: On October 4th2010, the Canadian news magazine Maclean’s published an issue about corruption in Quebec (“Quebec : The most corrupt province”), which caused controversy in the public space. While some people supported the writers, others argued that they were participating in Quebec bashing, a form of denigration of Quebec and Quebecers. Since the Maclean’s issue is not the most virulent discourse against Quebec, we can wonder why some people have considered it a form of denigration or verbal violence. An important resentment between groups appears to be the cause. This article focuses on the link between resentment, bashing and Maclean’s article’s reception.

Keywords: Resentment, Bashing, Denigration, Media, Quebec

Haut de page

Bibliographie

ANGENOT, M., 1997, Les idéologies du ressentiment, Montréal, XYZ éditeur.

ANSART, P., 2002, « Présentation », dans Pierre Ansart (dir.), Le ressentiment, Bruxelles, Bruylant, p. 1-8.


BERNARD BARBEAU, G., 2015, Québec bashing. Analyse du discours entourant l’affaire Maclean’s, Montréal, Éditions Nota bene.

MOÏSE, Cl., N. Auger, B. Fracchiolla et Ch. Schultz-Romain (dir.), 2008, La violence verbale. Espaces politiques et médiatiques, Paris, L’Harmattan.

VINCENT, D., M. LAFOREST et O. TURBIDE, 2008, « Pour un modèle d’analyse fonctionnel du discours d’opposition : le cas de la trash radio », dans Cl. MOÏSE, N. AUGER, B. FRACCHIOLLA et Ch. SCHULTZ-ROMAIN (dir.), La violence verbale. Espaces politiques et médiatiques, Paris, L’Harmattan, p. 81-108.

Haut de page

Notes

1 Bien qu’il se présente comme un magazine d’affaires publiques, et non comme relevant de la presse d’humeur, le Maclean’s possède un certain caractère polémique et plusieurs de ses numéros, jugés tantôt sensationnalistes tantôt discriminatoires ou diffamatoires, ont été au cœur de scandales. Mentionnons un article intitulé « Too Asian : Some frosh don’t want to study at an Asian university » (2010), qui questionnait l’impact de la supposée surreprésentation des étudiants asiatiques dans les universités canadiennes sur les résultats scolaires des autres étudiants, de même qu’un dossier intitulé « The future belongs to Islam » (2009), qualifié d’islamophobe par plusieurs. Refusant de présenter leurs excuses, les auteurs ont mis de l’avant le caractère polémique du Maclean’s pour justifier leurs propos, arguant qu’ils souhaitaient susciter le débat et qu’ils ne cherchaient pas l’unanimité. Cette position à mi-chemin entre information et opinion peut conduire à un brouillage des pistes quant à la lecture qui doit être faite du magazine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Geneviève Bernard Barbeau, « L’affaire Maclean’s entre critique légitime, bashing et violence détournée : le rôle du ressentiment dans l’interprétation d’un discours controversé », Semen [En ligne], 40 | 2015, mis en ligne le 17 novembre 2015, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://semen.revues.org/10427

Haut de page

Auteur

Geneviève Bernard Barbeau

Université du Québec à Trois-Rivières

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page