Navigation – Plan du site
I. Dossier thématique

Quand le Canard Enchaîné médit sans (vraiment) dire

Annabelle Seoane

Texte intégral

1Dans une démarche d’analyse du discours, je m’intéresserai à la façon dont Le Canard Enchaîné, un journal satirique français, adopte une posture de dénonciation en jouant sur la tension entre le dit/le posé et le vouloir dire, entre la politesse de la forme et la violence du fond. Une disjonction sémantico-pragmatique s’opère entre ce qui est montré et les intentions qui recouvrent autant de contenus sous-entendus. Cette critique parfois extrêmement virulente constitue en effet une forme de violence qui, pour diverses raisons (juridiques ou argumentatives), reste volontiers dans le non-dit, ou dans le non-totalement-dit. Le locuteur du Canard utilise cet escamotage du dire d’un point de vue pragmatique pour accomplir un acte de langage tant de dénonciation que de construction d’un ethos impertinent, libre de toute forme d’assujettissement politico-médiatique. Nous explorerons certaines stratégies de disqualification utilisées (notamment les jeux de mots, détournements, figures de l’ironie, du sarcasme, de l’euphémisme, signes de ponctuation, discours rapportés) qui sous-tendent l’activation d’un système d’inférences implicites par le lecteur (Kerbrat-Orecchioni 1986) qui, par son interprétation contribue dès lors à étayer et légitimer cette forme de violence comme ressort argumentatif.

2À partir d’un corpus constitué d’une quarantaine de numéros entre février 2013 et février 2015, nous passerons en revue les différents phénomènes énonciatifs, figuraux, sémiologiques qui se réalisent en tant que formes voilées et revêtent en discours une portée argumentative, notamment dans la titraille, lieu privilégié de cette dialectique du dire, entre le souci de ne pas paraître trop violent et le besoin d’être percutant.

3La première partie s’attachera à étudier quelques procédés en œuvre pour dénoncer par l’humour ; la deuxième, abordera la tension entre dit et non-dit par certains signes infra-énonciatifs de la ponctuation et certains phénomènes de discours rapportés ; et enfin, la dernière partie interrogera les paradoxes de cette forme de discursivité satirique devenue identificatrice du Canard Enchaîné.

4Il s’agira de démontrer que ces procédés reposent sur une stratégie de fonctionnement en décalage et un rapport à l’autre qui table sur la capacité (ré)interprétative du lecteur. Cette stratégie discursive dynamique est soutenue par le cadrage générique du journal, sa singularité discursive, mais surtout par sa scénographie qui déploie la construction d’un ethos de journaliste impertinent, "seul contre tous", dont le propos vise le dévoilement de l’information avec discernement et probité. Dénoncer, médire, revient à stigmatiser certaines personnalités dépeintes comme déviantes et ainsi, en filigrane, à attester l’existence d’une norme dans un espace social, dont le locuteur s’érige en parangon.

1. Dénoncer par l’humour : d’une parole humoristique à un humour en discours

5Partant de la dualité identitaire des sujets locuteur et récepteur, Patrick Charaudeau (2011 : 10) met en avant la dynamique communicationnelle de l’humour comme un phénomène social dont la « composante psycho-sociale […] prime et […] interdit qu’on analyse les faits de langage hors contexte ». Si le discours humoristique résulte d’une mise en scène orientée pragmatiquement selon l’intentionnalité du locuteur, sa compréhension, c’est-à-dire la sélection des sens possibles par le lecteur est le fruit d’une co-construction. À travers la nécessité intrinsèque d’une lecture contextualisée, l’humour apparaît à la fois comme truchement et facteur de co-construction mutuelle : saisir l’acte humoristique requiert une lecture contextualisante.

6Commençons par cerner les procédés en œuvre dans ce (mé)dire par le rire. Charaudeau (ibid.), entre autres, distingue les moyens linguistiques qui jouent sur le seul signifiant ou sur le rapport signifiant-signifié, et les moyens discursifs qui dépendent de l’ensemble du mécanisme d’énonciation. Le Canard Enchaîné opte pour des procédés inscrits dans la matérialité langagière, présents surtout dans les titres, chapeaux et intertitres, et d’autres, insérés dans la matérialité discursive. Cette dichotomie, heuristique, ne fait que révéler des catégories aux frontières parfois poreuses et dont les effets humoristiques dépendent de toute façon de la mise en scène discursive. Il s’agit d’un humour en discours soutenu par une forme de circularité : l’humour, sous ses diverses formes, tire sa force de ses mises en discours spécifiques et, parallèlement, le discours tire ici sa dynamique pragmatique et sa légitimité du ressort humoristique.

7Les jeux de mots, détournements et énoncés parodiques qui procèdent du matériau linguistique tablent sur les dimensions phonique et lexicale du dire. Citons les formes qui agrègent deux valeurs sémantiques distinctes : «Des rafales au Rafale » (18/02/15, p.1) ; celles, paronomases ou calembours, qui associent des termes se ressemblant d’un point de vue phonique mais différant par le sens : « Cassèz les pieds » (30/01/13, p.1), « On ne va pas y Copé » (24/04/13, p.2), « Faisons Vallser le droit social ! » (04/02/15, p.1) ; les défigements de locutions ou d’expressions figées : « Bercy pour le conseil » (11/02/15, p.1), « Debré ou de force » (11/02/15, p.1), « De la Suisse dans les idées » (11/02/15, p.1) ; ou les détournements de slogans publicitaires populaires ou de productions cinématographiques du moment : « Quand c’est trop, c’est Proglio » (11/02/15, p.8), « Cinquante nuances de vert-de-gris » (11/02/15, p.3).

8Ces micro-dispositifs jouent sur les effets d’oralité ainsi que sur la capacité et le plaisir à décrypter du lecteur : à chaque fois, la rupture entre phonique et sémantique ouvre le champ à l’allusion voire à l’insinuation. Le verbal s’appuie sur un savoir censé partagé et renvoie de façon oblique, souvent sarcastique, à un non-dit.

9Ces jeux de mots relèvent d’une forme de violence disqualifiante en prenant un tiers pour cible. Ils visent les personnalités médiatiques, politiques le plus souvent, comme ici Dominique Strauss-Kahn : « La vie sexuelle de DSK étalée au tribunal de Lille/ Une affaire qui restera dans les annales ! » (04/02/15, p.1), « Procès du Carlton : les parties civiles se désistent /DSK enfin dans une bonne passe » (18/02/15, p.1). L’allusion se place sur le registre du sexuel, le locuteur fonde sa stratégie de disqualification sur une logique sarcastique.

10Ces jeux sur le sémantisme des mots soulignent un humour fondé sur les traits de l’insolite et d’un rapprochement incongru de domaines différents, habituellement non associés. Deux niveaux de lecture apparaissent en filigrane créant une disjonction entre dit et non-dit. La compréhension de l’acte humoristique consiste ensuite à repérer ces niveaux et mobiliser son savoir pour accéder au non-totalement-dit. Là réside le ressort allusif : laisser entrevoir une tension que le lecteur devra résoudre.

11Il s’avère ardu de scinder la stratégie de l’humour entre procédés linguistiques et discursifs, tant les deux dimensions s’imbriquent sous l’angle pragmatique. La mise en scène de ces niveaux se fonde naturellement sur une énonciation figurale, souvent complexe, on va le voir.

12Les figures d’énonciation constituent en effet un terrain privilégié pour produire une stratification interprétative pour le locuteur : les différents niveaux de lecture transparaissent particulièrement dans des actes figuraux comme l’ironie qui constitue une fausse adhésion à ce qu’on a énoncé, le sarcasme qui exagère caricaturalement les trais négatifs de la cible ou encore l’euphémisme, une atténuation d’un vouloir dire dans le dire, dont le Canard fait un usage massif. Ces procédés peuvent d’ailleurs se combiner dans l’ambition satirique qui donne sa vectorialité au discours. Ils dissocient la strate de l’explicite et celle de l’implicite et se conçoivent comme une invitation pour le lecteur à déjouer la stratégie en place pour découvrir le rapport entre ce qui est explicite et l’intention cachée, la conflictualité latente.

13Sans entrer dans les subtilités des descriptions de ces opérations qui ont déjà donné lieu à une littérature extrêmement riche, nous passerons en revue leur fonctionnement ad hoc, en nous interrogeant sur leur vocation pragmatique, voire argumentative, dans ce médire.

14Commençons par une rapide mise à plat notionnelle. Si la dimension humoristique module sa force « vers le haut (sarcasme) ou le bas (ironie) » (Chabrol, 2006 : § 3), ironie, sarcasme et euphémisme ont un modus operandi bien spécifique. Reprenons la distinction énoncée par Charaudeau (2006 : 32) :

Sarcasme (ou raillerie) et ironie participent du même processus énonciatif dans lequel apparaît une dissociation entre le Je-locuteur porteur d’un pensé et le Je-énonciateur exprimant un dit. Mais ils se distinguent en ce que dans l’ironie, il a discordance entre le dit et le pensé, différemment polarisés, tandis que dans le sarcasme, pensé et dit sont tous deux polarisés négativement, mais avec une hyperbolisation du négatif exprimée par le dit. Dans l’ironie, le récepteur est mis en position d’avoir à découvrir quelque chose de caché, pas dans le sarcasme. […] Lorsque la cible n’est pas l’interlocuteur, on retrouve l’effet de connivence, l’appel à ce que le destinataire-témoin soit complice du dénigrement, un peu comme dans la figure du commérage. Le sarcasme serait en quelque sorte le contraire de l’euphémisation.

15Ironie et sarcasme seraient donc à considérer comme des manifestations dialogiques reposant sur un dédoublement énonciatif qui met en exergue un écart, une « discordance co(n)textuelle [… ] entre le texte et son contexte, et/ou entre le texte et son cotexte », comme l’analyse Bres (2010 : 701) pour l’ironie. Le locuteur produit un énoncé qui ne reflète pas sa pensée :

L’ironie se construit sur un manque de serrage énonciatif : le jeu en est un ingrédient obligatoire, dont joue le locuteur qui doit faire comme si c’était bien lui l’énonciateur (E1) de l’énoncé ironique, tout en laissant entendre, du fait de la discordance, que de fait il n’est qu’un masque. Derrière ou sous E1, il y a un e1 ; sous les pavés de l’énoncé [E], la plage d’un énoncé [e], risible du fait de son inadéquation.

16Ce masquage du dire correspond à une mise en scène qui tient de la théâtralisation et dont l’effet produit se trouve décuplé par des résurgences sarcastiques. L’article suivant illustre cette intrication de l’ironie et du sarcasme :

Sarko, coucou sur Air Courbit

Pauvre Nicolas Sarkozy… Comme si avoir une dizaine d’affaires judiciaires sur le dos ne lui suffisait pas, voilà que la justice s’acharne sur trois malheureux vols en jet privé qu’il a effectués il y a deux ans. Si on ne peut plus faires d’escapades à Doha, à New York avec sa douce épouse ou à Abu Dhabi afin de prodiguer la bonne parole lors de forums ou de conférences, c’est un monde !

Le seul problème, c’est que ces vols, effectués entre décembre 2012 et février 2013, ont coûté la bagatelle de 330 000 euros, mais pas sortis de la poche de Sarko. Ils ont été payés par la société Lov Group Invest, appartenant à son grand pote Stéphane Courbit.

Or comme vient de le révéler l’AFP (18/2), le parquet de Paris a ouvert, dans le cadre de cette affaire, le 19 décembre, une information judiciaire pour abus de biens sociaux, complicité et recel au préjudice de Lov Group Invest. A vous faire passer l’envie de dépanner un copain en rade sur le tarmac du Bourget…

L’infortuné Sarko, dont le tarif des conférences est estimé à 100 000 euros, n’allait tout de même pas claquer, pour son transport très chic, l’intégralité de ce modeste émolument gagné à la sueur de son échine…

Résultat : pour sa conférence donnée à Abu Dhabi le 2 février, au lendemain du premier tour de la législative partielle dans le Doubs, Sarko est parti sur un simple vol commercial. Dans une simple « bétaillère », comme le vulgum pecus… (25/02/15, p.1).

17La tonalité ironique dominante apparaît d’emblée dans le premier énoncé : « Pauvre Nicolas Sarkozy… » et par des caractérisations adjectivales « trois malheureux vols », « l’infortuné Sarko ». Elle s’appuie sur des énoncés au discours indirect libre (DIL) qui font intervenir le discours censé, sans doute, avoir été celui de l’intéressé (soulignés par nous). Le locuteur-énonciateur du Canard Enchaîné simule l’adhésion à ce discours virtuel mais certains indices laissent entrevoir un décalage. Le point d’exclamation marque le décalage entre l’expressivité de l’énoncé et l’énonciation objectivante de mise dans un journal, sa routine générique, les points de suspension ouvrent la porte à une autre strate interprétative entre le dit et le sous-entendu.

18Toutefois, à cette énonciation ironique vient ici se juxtaposer une critique sarcastique plus explicite, comme la qualification des relations entre les deux sujets dénigrés : « son grand pote Stéphane Courbit. » En outre, le locuteur joue sur des oppositions qui donnent au contenu informatif, une dimension hyperbolique. Ainsi la représentation d’un Sarkozy désargenté (« pauvre », « infortuné », « en rade », « modeste émolument ») contraste âprement avec le tarif des conférences « estimé à 100 000 euros » ou le « transport très chic », et les « vols en jet privé » forment un bloc lexical antithétique à celui du « simple vol commercial » qui devient « une simple "bétaillère", comme le vulgum pecus » au dernier énoncé. Le lecteur bascule d’un discours donné peu ou prou comme discours officiel vers un discours officieux, supposé trahir la vérité des personnages politico-médiatiques incriminés ; en cela le DIL a un rôle déterminant. Le registre de langue y montre en effet des modulations, passant progressivement d’un langage soutenu, pouvant même être associé à un parler bourgeois (« c’est un monde ! »), à un registre bien plus familier (« n’allait tout de même pas claquer »). Ces modulations trahissent un double discours du tiers raillé, N. Sarkozy. Le dédoublement dialogique du locuteur dans (ou par) l’ironie fait alors en quelque sorte écho au double discours, la duplicité pourrait-on dire, de ce tiers, et c’est cet écho que permet la dynamique sarcastique.

19Dans d’autres articles, au contraire, c’est la tonalité sarcastique qui domine et que viennent appuyer certaines anaphores ironiques ; on y retrouve un jeu sur les discours rapportés comme dans l’exemple ci-dessous. Là encore, une opposition surgit entre les discours de surface, de la première strate de lecture et les discours de la deuxième strate, qui eux, requièrent la réinterprétation du lecteur :

Le mur du çon

Franchi en loden cachemire par le nouveau petit-père des peuples, Eric Zemmour, dans les colonnes de son journal pour démunis, "Le Figaro" (7/11), auxquels il explique gravement "Etre le porte-voix des classes populaires est ma plus grande fierté." Pas trop bronzées, quand même, les classes populaires… (12/11/14, p.1)

20Ici, les caractérisations tant du polémiste Eric Zemmour (« nouveau petit-père des peuples »), de sa parole (« auxquels il explique gravement »), que du lectorat du Figaro (« journal pour démunis ») relèvent d’une ironisation qui nous semble servir la visée sarcastique du discours. L’ironie permet au locuteur de souligner d’une part qu’il y a duplicité et d’autre part, qu’il n’est pas dupe. Le sarcasme, lui, dès le calembour du titre, va lui permettre d’opposer un peu caricaturalement deux classes sociales : les « classes populaires » et les classes plus aisées, « trop bronzées », habillées de « loden cachemire » et lectrices du Figaro. L’ironie relève donc la duplicité (et l’écart par rapport à la norme qui s’ensuit), le sarcasme l’explicite et la transpose en vision du monde, en conflictualité. Par cette énonciation sarcastique qui se fonde sur une représentation volontairement manichéenne des classes sociales (et des lecteurs du Figaro ?), on pourrait gloser que le locuteur explique comment le « mur du çon » a été franchi, tout en, finalement, restaurant ce mur. En dénonçant ces comportements médiatico-politiques, il se démarque de ses confrères et parvient à se construire un ethos de discernement et de probité. Il se départit cependant de la posture du journaliste objectif pour se poser comme garant d’un certain ordre social, sans doute, avec un soupçon de marxisme.

21Venons-en à présent au décryptage d’autres procédés figuraux en nous intéressant à l’euphémisme. Il constitue également un « constat de décalage » (Krieg-Planque, 2004 : § 3), s’insère dans la matérialité discursive et infléchit le discours dans sa dimension pragmatico-argumentative. C’est un outil courant dans le discours de presse : il permet de dire sans dire, de dire moins pour laisser entendre plus. Il induit un processus d’atténuation, de voilement, en même temps qu’un traitement d’ordre axiologique de mélioration, sous la forme d’un « traitement détensif » (Bonhomme 2012 : 7). Il se rapproche en cela, on l’a dit, du fonctionnement de l’ironie, loin du sarcasme.

22L’article suivant montre que, en discours, et dans un discours qui plus est à forte dimension pragmatique, les choses se complexifient encore :

Même les bébés votent, au Parti radical » [accroche à la une du journal]

Au Parti radical, une élection farces et attrapes

Cette semaine, on vote en masse, en famille, avec les mémés et les bébés…

Au Parti radical, elle ne s’appelle pas "Cocoe", comme à l’UMP, mais "CPC" pour " Commission permanente de contrôle". Dimanche prochain (22/06), après la proclamation des résultats du vote interne du parti centriste, que se disputent Rama Yade et Laurent Hénard, il n’est pas impossible que cette instance d’arbitrage électoral devienne aussi célèbre que sa grande sœur Cocoe de l’UMP. Tout est prêt pour que ça swingue au centre !

Après les dizaines d’adhésions payées par la même carte bancaire […], le Palmipède vient de mettre le bec sur quelques nouvelles curiosités centristes. Des familles entières, avec papa-maman, papy-mamie, les beaux-fils et les belles-filles, les neveux et les petits cousins ; des groupes de camarades dans une même maison ; des commerces qui accueillent plus de militants que de clients…

Ces paquets de nouveaux adeptes du radicalisme ont un point commun : ils habitent, chaque fois, à la même adresse. Intérêt de la chose : pour voter par Internet, les militants ont reçu, à la veille de l’élection, deux codes par la poste. Avec ces codes en main, une même personne peut donc voter pour dix…A moins que tous ces gens s’aiment au point de se retrouver dans la même maison, autour du même ordinateur, pour voter en communion.

Vous habitez chez vos parents ? […] A Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine), la famille Pinard est au grand complet, avec tous les amis : 28 personnes, Patrice Pinard en tête, qui sont toutes inscrites avec l’adresse électronique et le numéro de téléphone de la permanence du Parti radical. […] "Ce sont des amis que j’ai convaincus d’adhérer, et j’ai donné mon adresse mail", dit benoîtement ce passionné du Parti radical […]" Erreur de saisie informatique" précisent, cette fois, les instances dirigeantes. Deux ans, c’est un bel âge pour voter radical. Heureusement que la CPC avait bien travaillé, c’est déjà ça de prêt pour la conférence de presse de dimanche… (18/06/14, p.1)

23Au niveau segmental, on relève une série de tournures euphémiques ironisantes dont la portée humoristique fonctionne par la bémolisation du dit à des fins ironiques. Elles sont lexicales (« quelques nouvelles curiosités centristes », « redoute d’avance le spectacle », « dans une folle ambiance ») ou discursives (« Ces paquets de nouveaux adeptes du radicalisme ont un point commun : ils habitent, chaque fois, à la même adresse », « A moins que tous ces gens s’aiment au point de se retrouver dans la même maison »).

24Les métacommentaires du locuteur-journaliste produisent tout particulièrement un effet de distanciation, soit par rapport à certains discours rapportés (« dit benoîtement ce passionné »), soit par rapport à la situation décrite elle-même : « il n’est pas impossible que cette instance d’arbitrage électoral devienne aussi célèbre que sa grande sœur Cocoe de l’UMP », « Tout est prêt pour que ça swingue au centre ! », ou la locution adverbiale « par exemple » dans l’énoncé « [la CPC] pourrait encore, par exemple, se pencher sur Langoirand ») qui laisse entendre la multiplicité de cas de figure comme celui cité ici, ou encore l’adverbe « heureusement » du dernier énoncé (« heureusement que la CPC avait bien travaillé, c’est déjà ça de prêt pour la conférence de presse de dimanche… ») qui fonctionne avec les points de suspension et revêt une dimension incontestablement ironique.

25Au niveau suprasegmental, l’accumulation des tournures ironiques euphémisantes, concourt à une lecture sarcastique de l’ensemble. Le texte est tellement émaillé de ces tournures qu’il en devient hyperbolique. Il dépeint une situation burlesque de « vote en masse », d’« élection farces et attrapes ». La multiplication des tournures évoquées conduit le lecteur à s’interroger sur la lecture euphémique ou ironique de ce discours fortement axiologisé qui, finalement, ne s’avère qu’une lecture de surface. Dans l’énoncé « même les bébés votent, au Parti radical », l’accroche de l’article à la une de l’hebdomadaire, l’adverbe marque un renchérissement et sous-tend une scalaire dans le degré de la prédication (Anscombre 2013 : 28-29), orientant l’énoncé vers un haut-degré qui relève du sarcasme. Et l’avant-dernier énoncé (« deux ans, c’est un bel âge pour voter radical ») fait un écho autodialogique à l’énoncé placé en une du journal et au dessin du caricaturiste Cabu figurant sous l’article, dans lequel un homme dit à sa femme « En Corse, on fait voter les morts…au Parti radical, ils rajeunissent le corps électoral ! »

26Ainsi, malgré les nombreuses saillies visant, en surface, à atténuer la virulence du dit, la dynamique globale de l’article est bien celle de la conflictualité et du sarcasme : il est clairement question de la fraude électorale, comme l’esquisse d’ailleurs l’énoncé au centre du texte « avec ces codes en main, une même personne peut donc voter pour dix… » Cet énoncé constitue le pivot informatif et argumentatif du texte, en cela qu’il est l’un des seuls à exprimer sérieusement l’idée du bourrage d’urnes, les autres énoncés jouant sur les procédés humoristiques récurrents : jeux phoniques, détournements et exagérations.

27Répondant à la visée informative, il s’agit donc dévoiler la discordance entre les faits avérés de votes non réglementaires et l’usage légal, éthique (voire moral) des votes démocratiques. A travers l’énonciation figurale, le locuteur met en scène cette tension : il déploie à cet égard un double discours et un dédoublement énonciatif. L’ironie et l’euphémisme, fonctionnant pourtant sur des modes différents du sarcasme, finissent par jouer à l’unisson dans le même élan pragmatique de dénonciation satirique.

  • 1 On entend par dialogisme interlocutif, le fait que « le locuteur s'adresse à un interlocuteur sur l (...)

28Ces figures procèdent d’un rapport à l’autre déterminant car elles tablent sur la capacité (ré)interprétative du lecteur, qui endosse le rôle de co-énonciateur. Leurs effets pragmatiques se trouvent alors renforcés par ce dialogisme interlocutif1 propice à tisser une connivence, fondée sur le partage de valeurs communes et une même jauge de l’acceptabilité sociale.

2. Pointer un dysfonctionnement ou un écart de conduite

29Dans cet esprit, le Canard Enchaîné a un recours à des micro-dispositifs dialogiques qui vont servir d’indices de cette tension entre dit et non-dit lorsque les mots ne la prennent pas en charge. Certains signes infra-énonciatifs de la ponctuation (points de suspension, d’exclamation, d’interrogation, parfois le point), les guillemets, et, plus largement certains phénomènes de discours rapportés, peuvent servir « d’indices pour la perception d’une saillance euphémique » (Bonhomme 2012 : 17). Ces formes permettent de moduler le dire (vers le haut ou vers le bas) en le faisant entrer dans un processus de non congruence. Le lecteur doit alors chercher du contenu au-delà du texte lui-même, et en cela ces indices sont des ouvertures vers un autre espace, celui de l’interdiscours ou celui l’interlocution où la connivence contribue à construire l’ethos de dénonciateur libre du journal.

2.1. Points de suspension

30Commençons par aborder ces phénomènes para-énonciatifs sous l’angle des points de suspension. Loin d’être un épiphénomène, le journal fait un emploi massif de ces marqueurs ; ainsi, dans les huit pages du numéro du 04/02/15, on compte trente-six occurrences sur la centaine d’unités discursives de genres différents (articles, brèves, dessins...), soit un tiers des unités qui comporte des points de suspension. Dans le détail, cinq apparaissent en avant-dernier énoncé/avant-dernier paragraphe, seize en toute fin de discours, quinze en fin de paragraphe mais à l’intérieur du discours. Installés de façon récurrente en fin de séquence discursive et dans des énoncés de clôture, ces points révèlent donc une valeur pragmatique, parfois argumentative même, non négligeable.

31La première valeur serait celle, comme l’a analysé Dahlet (2003 : 90), des points « qui suggèrent un décalage entre deux énoncés par l’effet d’attente qu’ils procurent au discours en caractérisant par avance l’énoncé suivant comme important, insolite ou inattendu. »

32Cette valeur prévaut dans les énoncés qui reposent sur un détournement et met en exergue la scission entre deux segments énonciatifs portés par des énonciateurs différents :

Tirs de kalachnikov avant la venue du Premier ministre à Marseille. Valls : "Ma visite a eu beaucoup… d’impacts !" (11/02/15, p.1).

33Le premier pan de l’énoncé est l’entame d’un énoncé attribué au Premier ministre lors d’une visite officielle à Marseille le 11/02/15 pour annoncer les résultats jugés encourageants de la lutte contre la criminalité dans la ville. Quelques minutes avant cette visite, plusieurs tirs de kalachnikov avaient justement retenti non loin de là ; l’ensemble des médias a mis l’accent sur ce contraste entre une annonce officielle et un incident qui démontrait précisément l’inverse.

34Le deuxième pan de l’énoncé propose une recontextualisation du premier en en soulignant la dimension cocasse, renforcée par l’exclamation. Bien qu’attribué dans le texte à la même source locutive, il n’est donc pas attribuable au politique mais à un énonciateur virtuel, qui n’est autre que le journal lui-même. Mais la fausse attribution à Valls ajoute de l’incongruité à la situation, ce que marquent les points de suspension. Cet effet de décalage, de bifurcation énonciative, est souvent utilisé dans les gros titres de la première page car il permet d’insinuer avec concision et immédiateté tout en tablant sur une mécanique interlocutive de connivence intéressante dans l’espace de la une du journal.

35La seconde valeur pragmatique de ces marqueurs surgit lors de la mise en œuvre d’ « une dynamique interlocutive, en impliquant un dire in absentia qu’il appartient au lecteur de compléter » (Dahlet 2003 : 94). Dans notre corpus, ces points de suspension participent d’une stratégie de bémolisation du dire car ils procèdent justement d’une lecture euphémique de discours axiologisés et dialogisés et en accompagnent alors la mécanique satirique. Les exemples suivants montrent que ces points suggèrent d’avantage que ce qui est énoncé :

Alain Juppé a précisé, au meeting de Bordeaux (Le Monde, 21/11) : « Je ne me laisse pas impressionner, pour ma part, par les mouvements de foule » Pas comme un certain Sarko face aux militants de la Manif pour tous… (26/11/14, p.2)

Le Point (23/11) s’interroge : « Mais qu’est devenu Jean-François Copé ? » Il se détend peut-être dans la piscine de son ami Takieddine… (26/11/14, p.2).

36Dans l’article « Au Parti radical, une élection farces et attrapes » dont il a été question plus haut, les quatre cas de points de suspension insinuent une discordance entre les événements énoncés et, sous-entendu, le bourrage d’urnes ; ils invitent le lecteur à reconstituer le non-dit derrière l’énonciation sarcastique. Pareillement, l’énoncé final « Pas trop bronzées, quand même, les classes populaires…. » dans « Le mur du çon » (12/11/14, p.1) révèle un parti-pris et table sur un consensus interlocutif. A l’ironie s’ajoute une dimension euphémique car l’énoncé sous-entend bien plus que ce qu’il dit. Or, comme l’a souligné Bonhomme (2005 : 245), l’euphémisme fonctionne sous le régime de la « polyphonie convergente », selon laquelle le discours fait écho à une doxa, les points de suspension fonctionnent ainsi sur une recontextualisation du dire, certes, mais aussi et sur la base d’un consensus commun entre le locuteur et le lecteur.

37Fondamentalement co-énonciatifs, ils ouvrent un nouvel espace d’interprétation, en-dehors du texte lui-même, un espace où règne une connivence toute interlocutive qui n’hésite pas à jouer de ce rapport à la norme sociale, éthique ou morale. En permettant ainsi à une partie du contenu informatif de rester dans le non-dit, ils induisent une dimension de mystère ou de tabou et soulignent d’autant mieux cette conflictualité latente.

38Même si, de prime abord, ils peuvent participer d'une stratégie d’adoucissement du dire, le grand nombre de leur occurrence souligne particulièrement cette tension entre le dit et le vouloir dire, entre les faits narrés et les enjeux et incidences cachés qui sont ici, au final, dévoilés. Cette disjonction sémantico-pragmatique qui s’opère entre ce qui est dit et les intentions qui recouvrent autant de contenus sous-entendus procède de que l’on peut appeler un « décrochage énonciatif », essentiellement dialogique.

2.2. Points d’exclamation

39Le décrochage énonciatif peut également être marqué par le point d’exclamation, lui aussi extrêmement utilisé. On le retrouve régulièrement dans les titres, comme renfort à la dynamique satirique : « Faisons Vallser le droit social ! » (04/02/15 p.1), « La vie sexuelle de DSK étalée au tribunal de Lille/ Une affaire qui restera dans les annales ! » (04/02/15, p.1).

40La ponctuation signale ici visuellement, donc explicitement, la non-congruence entre le dit et le dire et renvoie à la posture du locuteur face à ce dit : « Le [!] est en quelque sorte le substitut idéographique de l’expression du superlatif absolu. […] [S]a dimension pragmatique en fait à la fois un modificateur et un translateur de sens : l’opération qu’il effectue porte toujours sur le rapport de l’énonciateur à ce qu’il dit […]. Ce retour de l’énonciation sur elle-même entre en interaction avec le discours in praesentia pour produire un certain dire qui affecte le sujet dans le discours énoncé par le sujet » (Dahlet, 1998 : § 12-13).

41L’intentionnalité du locuteur devient alors un facteur déclenchant pour ces exclamatives. Il s’agit de signifier (dans son sens premier de "mettre en signes") une ambivalence appuyée sur une nouvelle orientation modale de l’énoncé de référence. Plus le contenu énoncé est donné comme incongru et entre dans un acte ironique ou sarcastique, plus le nombre de points d’exclamation tend à se multiplier, comme dans cet extrait :

Bercy pour le conseil

Quelle pitié ! Bercy est démuni, tout nu et tout fragile, pour renégocier les contrats des sociétés d’autoroutes ! Le ministère de l’Economie n’a trouvé personne dans ses maigres effectifs - 145000 fonctionnaires ! - pour remplir cette mission hautement, euh…économique. La Direction du Trésor a donc lancé un appel d’offres, le 2 janvier, pour lui fournir une "assistance" dans "l’analyse et la renégociation" de ces contrats de concession. […] Moralité : pour que les sociétés d’autoroute arrêtent de se gaver sur son dos, l’Etat commencera par gaver un cabinet d’avocats conseil. Futé ! (11/02/15, p.1).

42Cet article, pourtant relativement bref, compte quatre points d’exclamation, dont les trois premiers renforcent la valeur ironique des énoncés tandis que le dernier, final, souligne plutôt le sarcasme. Ils consolident tous la volonté de dénonciation du Canard Enchaîné en articulant cette dualité du ministère de l’Economie (désigné par la métonymie de « Bercy »), entre l’officiel et l’officieux. A partir de cette dualité se construit une autre dualité de la part de la source énonciative, une dualité dialogique, qui pose elle aussi un discours énoncé et un discours en creux. Ce double discours apparaît dès le calembour du titre.

43L’ensemble des micro-dispositifs ponctuationnels vient appuyer ce dédoublement pragmatico-énonciatif, ici les points de suspension qui accompagnent l’onomatopée d’hésitation « euh » (« cette mission hautement, euh…économique »), amorce simulatrice de l’énonciateur cherchant l’adjectif le plus approprié, ou les guillemets (accentués par le gras de la police : « assistance » et « l’analyse et la renégociation ») qui relèvent autant du discours proprement rapporté que d’une mise à distance certaine de la part de l’énonciateur citant. Les exclamations contribuent à marquer cette mise à distance et à lui donner une valeur de suspicion : le positionnement du journal n’est pas simplement dans la distanciation neutre et objectivante comme l’exigerait la déontologie journalistique, il est nettement expressif, le but n’est pas seulement d’informer mais de dénoncer. La dualité de l’énonciateur cité finit par être entendue comme une forme de duplicité par le lecteur ; la dualité de l’énonciateur citant, comme une forme de pugnacité.

2.3. Le point, rupture modale dans les « minimares »

44Cette double dualité, pour ainsi dire, transparaît en particulier dans la rubrique des « minimares », à la page 2 du journal. Cette rubrique comporte une trentaine d’unités et repose sur le cadrage générique de la brève et une scénographie qui lui est devenue caractéristique, en trois temps : (1) un énoncé introducteur du discours rapporté, indiquant la source énonciative et des éléments situationnels, (2) le discours rapporté sous forme de citation, et enfin (3) le métacommentaire du Canard Enchaîné. Plusieurs énonciateurs interagissent au sein de la même configuration textuelle, il se crée alors une tension entre plusieurs discours pris en charge par des sources énonciatives différentes. Chaque segment est séparé typographiquement par un signe de ponctuation récurrent : entre (1) et (2), les deux-points propres au discours cité, entre (2) et (3) un point. C’est ce point qui suscite à présent notre intérêt.

45Les exemples suivants sont tirés du même numéro, du 11/03/15 (p.2) :

[a] « Titre du "JDD" (8/3) : "L’Elysée et Matignon à la manœuvre pour diviser les écologistes". Qui y parviennent pourtant très bien tous seuls. »

[b] « Nicolas Sarkozy tient à le faire savoir (le "Fig-Mag", le 1/3) : " Notre situation économique est particulièrement angoissante. Ne pas le voir est une faute majeure. Voilà le bilan de M. Hollande!" Et dire que les français ont osé le préférer à Sarko ! »

[c] « Le même Sarko s’adresse à un public de militants de l’UMP (AFP, 7/3) : " Vous avez adoré Fillon-Copé ? Je ne vous offrirai pas Juppé-Sarkozy." Comme si le duel n’avait pas déjà commencé… »

[d] « Rachida Dati tacle Manuel Valls (France 5, 8/3) : « Il n’a qu’une obsession, c’est sa personne". Parole d’experte. »

[e] « Diagnostic du « Monde" (7/3) : "Jean-Luc Mélenchon fissure le front de gauche sur le cas du meurtre de Nemtsov." Parce qu’il y aurait un sujet sur lequel il ne le fissure pas ? »

46Ces unités discursives se structurent autour d’un décrochage énonciatif fondé sur une rupture modale : après la citation, le point amorce l’ouverture d’une disjonction modale entre deux discours tenus par des énonciateurs différents. Il sert alors de marqueur pour passer d’un espace à l’autre en articulant les segments entre eux selon le respect du principe de cohérence. Ce décrochage par la citation donne lieu à une « mise en rapport de discours dont l’un créé un espace énonciatif particulier tandis que l’autre est mis à distance et attribué à une autre source de manière univoque ou non » (Rosier 1999 : 125) dont les indices typographiques comme les guillemets ou le gras des caractères témoignent d’emblée.

47Entre (2) et (3) s’opère une modalisation par laquelle l’énonciateur de (3) va infléchir le discours de l’énonciateur de (2) en apportant un nouveau contenu propositionnel. Ainsi, le segment (3) se place dans la continuité référentielle directe de (2), à tel point que, malgré la rupture morpho-syntaxique du point, le contenu phrastique de (2) semble se prolonger en (3) par une subordination (relative comme en [a], conjonctive en [c] ou [e] ou par une coordination [b]). Le point marque alors une modalisation de la rupture énonciative qui repose sur un changement de statut de l'énoncé, pris en charge par une subjectivité différente, dans une dynamique foncièrement dialogique. Qu’il se présente comme un énoncé dépendant syntaxiquement [a-b-c-d], comme un commentaire explicitement interlocutif (l’interrogation de [e], les points de suspension de [c]) ou comme du DIL à forte teneur expressive [b], le segment (3) relève systématiquement du métacommentaire, souvent sarcastique, du locuteur sur les discours tenus par les personnages politiques et rapportés par d’autres journalistes. La coupure par le point met en scène cette altérité et crée une sorte de dénivellement énonciatif entre le dire du Canard et le dire rapporté des autres, implicitement disqualifiés ou moqués.

48La concision de ces brèves alliée à cette forte dimension dialogique devient un ressort communicationnel important de ces discours axiologisés : il s’agit d’être percutant en fonctionnant a minima sur le dit et en ciblant l’attaque a maxima sur le « qui ».

49Si les mécanismes ponctuationnels évoqués constituent des observables qui permettent la « désorientation par rapport à l’énoncé référencié » (Dahlet 1998 : §14), ils s’inscrivent dans une modélisation du dire, qui, en contexte d’énonciation satirique, deviennent des révélateurs sémiotiques d’une certaine orientation pragmatico-énonciative. Ils marquent une ambivalence du dire du locuteur (intradiscursif) autant qu’ils relèvent d’un autre niveau d’ambivalence du dire (social, extradiscursif, celui des autres que le Canard dénonce). Cette ambivalence reflète alors en discours une altérité extradiscursive, éthique ou morale.

50La stratégie discursive du locuteur se fonde sur un dispositif co-énonciatif, dont la dynamique s’articule sur des décrochages énonciatifs qui signalent un espace énonciatif autre. La ponctuation et certains effets de sens figuraux apparaissent alors comme des lieux de cristallisation de ces décrochages pragmatico-énonciatifs dialogiques dans la mesure où ils jouent sur des ressorts dialogiques, interdiscursifs (la mise en œuvre la coprésence de plusieurs énonciateurs au sein du même discours comme dans les détournements d’un énoncé doxique, les citations, les DIL…) et/ou interlocutifs (le jeu sur l’interaction virtuelle du lecteur). Le non-dit apparaît comme devant être inféré par le lecteur, invité à comprendre par lui-même, par l’activation d’un système complexe qui se trouve en dehors de l’énoncé lui-même.

51En fin de compte, par la mise en scène satirique de cette altérité et son caractère constitutif du discours, le lecteur est amené à se caler sur le positionnement du locuteur, et ainsi à prendre part incidemment à cette conflictualité sous-jacente.

3. Paradoxes d’une posture singulière

52Cette forme de discursivité satirique est devenue identificatrice du Canard Enchaîné : la stratégie discursive dynamique déploie la construction d’un ethos dont le propos vise le dévoilement de l’information avec probité. Cette posture de dénonciation n’est pas sans lever certains paradoxes, notamment celui de se fonder sur une normativité morale, sociale, institutionnelle et celui de fonder une communauté discursive.

53L’ethos se développe avec une scénographie appropriée visant l’adhésion du lecteur. Selon Maingueneau (1999 : 85), la scénographie est l’ensemble des stratégies discursives élaborées par le locuteur pour légitimer son discours face au lecteur. Sur la base d’indices textuels et paratextuels, il élabore un ethos spécifique pour se départir de la posture du locuteur anonyme qui s’adresse à une foule d’anonymes. Pour cela, il « doit se conférer une légitimation de son dire : il s’octroie dans le discours une position institutionnelle et marque son rapport à un savoir. En même temps, il manifeste une certaine manière de dire, un mode d’énonciation » (Amossy 2000 : 17), dans notre corpus, la posture d’un journalisme indépendant qui ne craint pas de dénoncer par la raillerie les politiques voire les confrères journalistes.

54Cette prise de position initialement extradiscursive devient discursive par un processus d’« incorporation » (Maingueneau 1999 : 80), facilité par l’identification au personnage du canard portant chapeau canotier et nœud papillon, immédiatement reconnaissable, et que vient renforcer dans le texte l’isotopie du volatile dans la désignation des rubriques (« la mare aux canards », « minimares », « canardages », « conflit de canard » « prise de bec ») ou dans certaines autodésignations : « Le Palmipède vient de mettre le bec sur quelques nouvelles curiosités centristes » (18/06/14). 

55Cet ethos se construit à travers un univers de discours aux singularités langagières prégnantes, une énonciation très figurale, articulée sur du non-totalement-dit. L’humour devient une arme argumentative aussi efficace que polyvalente : il permet de dénoncer et implique que le locuteur s’attribue « une place discursive particulière, celle du collectif politique » (Brugidou 2013 : §23). Cet engagement personnel au nom du collectif se construit par le jeu sur la matérialité langagière ou discursive et par la satire, le locuteur construit une vision décalée, mais normée selon un consensus social, auquel le lecteur est censé adhérer, sans quoi la recontextualisation du dire satirique ne peut s’opérer. En co-construisant les effets de dérision, il pénètre alors dans l’univers de discours du Canard, un « entre-soi » de dénonciation à la conflictualité latente.

56À travers l’affirmation de ses propres schèmes d’appréhension du monde médiatico-politique, le journal s’inscrit dans une volonté de constitution d’un réseau qui sert de point d’appui à la visée informative et qui tient de la « communauté discursive », telle que la définit Bernié (2002 : 77) : « appelée à caractériser les fonctions et les fonctionnements du cadre [discursif] en prenant en compte ses relations avec diverses pratiques sociales externes […] Elle construit un cadre permettant de cerner, de transposer à des fins diverses les conditions sociales d’élaboration des savoirs et d’émergence des savoirs. » Les membres développent un sentiment d’appartenance au groupe, formant un ensemble d’individus soudés à travers des textes par le lien socio-discursif qu’ils maintiennent. C’est cette gestion discursive qui s’avère déterminante car l’ethos du journal devient le socle d’une communauté discursive dont les membres (journalistes et lecteurs) s’autodésignent comme des « canetons ». Par ce jeu interactionnel bâti sur la base de mécanismes dialogiques se crée une connivence établie sur la base de l’assimilation de ces normes communes et avec une vectorialité revendiquée, celle de la dénonciation satirique, par laquelle la stigmatisation passe par des contenus explicites autant qu’implicites.

57Cette connivence conditionne le positionnement du journal et lui permet d’assumer la dynamique informative d’une façon devenue emblématique. Il produit un discours qui répond aux contraintes de son genre, mais qui construit également de nouveaux codes identificateurs et par là-même une communauté discursive. Face à la dichotomie posée par la posture de « seul contre tous », cette communauté s’oppose aux autres, aux tiers absents que le locuteur disqualifie. L’extériorité de ce tiers critiqué est justement le facteur crucial qui met en œuvre des figures discursives où affleure un principe de conflictualité et où la doxa en tant qu’ensemble de valeurs éthiques/morales sert de fondement à la dynamique pragmatique. La dissociation entre cible dénoncée et doxa se rend en particulier visible dans l’ironie mais aussi dans les tournures euphémiques, le sarcasme ou par le ressort d’une ponctuation axiologisée. La dialectique discursive ne s’installe pas tant entre le locuteur et la doxa (quelle est-elle ?) mais entre deux « entre-soi », autrement dit en termes d’extériorité/intériorité à la communauté discursive constituée par ce non-totalement-dit. La doxa comme norme sociale démocratique agirait en somme comme curseur de l’acceptabilité institutionnelle pour le lecteur-citoyen.

4. Conclusion

58Par le biais d’un discours saturés en procédés humoristiques et paratextuels, s’opère la construction d’une posture de dénonciation d’autant plus efficace qu’elle s’appuie sur une interaction dialogique qui rend opératoire la discordance entre texte et co(n)texte par le jeu de l’énonciation. Cette discordance entre le dit et le pensé met finalement l’accent sur le pensé qui apparaît, dans la mesure où il n’est pas dit, comme forcément négatif pour le tiers ciblé et disqualifié. Se met alors en scène une dualité énonciative, dialogisée et polarisée donc, qui se constitue en fait social dans la mesure où elle pose une rupture entre deux conceptions institutionnelles différentes, celle du Canard Enchaîné et celle de la sphère médiatico-politique dénoncée. Plus qu’un simple masquage du dire, cette dualité énonciative devient mise en abyme de la duplicité de ces tiers ciblés : la tension entre le dit/le posé et le vouloir dire, entre la politesse de la forme et la violence du fond fait alors écho à la politesse des mots et à la violence des actes des corrompus. Et là réside le véritable ressort argumentatif du Canard Enchaîné : s’évertuer à transformer le (non)dire en acte libérateur. Le lecteur peut-il y résister ?

__________________________

Résumé : Cet article s’intéresse à la façon dont Le Canard Enchaîné, un journal satirique français, adopte une posture de dénonciation en jouant sur la tension entre le dit et le vouloir dire, entre la politesse de la forme et la violence du fond. A travers différents procédés, cet escamotage du dire permet d’accomplir un acte de langage de dénonciation et de construction d’un ethos impertinent et garant d’une éthique journalistique et sociale.

Mots-clés : Analyse du discours, Pragmatique, Satire, Dénonciation, Ethos

Abstract: This article deals with how Le Canard Enchainé, a satiric french newspaper, adopts a posture of its own by using the tension between what is said and what is meant, between the politeness of the style and the violence of the content. Through different processes, dodging the say allows to accomplish a speech act of denunciation and an impertinent ethos which guarantees an ethics both social and journalistical.

Keywords: Discourse analysis, Pragmactics, Satire, Denunciation, Ethos

Haut de page

Bibliographie

AMOSSY, R., 2010, L’argumentation dans le discours, Paris, Colin.

ANSCOMBRE, J-Cl., 2013, « Les exclamatives : intensification ou haut-degré ? », Langue française, n°177, janvier 2013, p. 23-36.

BONHOMME M. (dir), 2002, Figures du discours et ambiguïté, Semen, n.15, Presses Universitaires Franc-Comtoises.

BRES, J., 2010, « L’ironie, un cocktail dialogique ? », in NEVEU, F., MUNI TOKE V., DURAND, J., KLINGER, T, MONDADA, L., PREVOST, S. (éds.), Discours, pragmatique et interaction, Actes du deuxième Congrès mondial de linguistique française, Paris, Institut de Linguistique Française, 2010, p. 695-709.

BRES, J. et NOWAKOWSKA, A., 2006, Dialogisme : du principe à la matérialité discursive, in COLAS-BLAISE, Marion, KARA, Mohamed, PERRIN Laurent & PETITJEAN, André (éd.), Le sens et ses voix, « Recherches linguistiques » n° 28, Metz, Université de Metz, p.2 1-48.

BRUGIDOU, M., 2013, « L'institutionnalisation de la norme sociale entre stigmatisation et dénonciation », Langage et société, n. 144, février 2013, p. 85-105.

BONHOMME, M., 2005, Pragmatique des figures du discours, Paris, Champion.

CHABROL, Cl., 2006, « Humour et médias », Questions de communication, octobre 2006, p. 7-17.

CHARAUDEAU, P., 1997, Le discours d’information médiatique. La construction du miroir social, Paris, Nathan / Institut national de l’audiovisuel.

CHARAUDEAU, P., 2011, « Des catégories pour l’humour. Précisions, rectifications, compléments », in VIVERO María Dolores (dir.), Humour et crises sociales. Regards croisés France-Espagne, L’Harmattan, Paris, p.9-43.

DAHLET, V., 2003, Ponctuation et énonciation, Paris, Ibis Rouge.

DAHLET, V., 1998, « La ponctuation et les reprises de l’indicible », Linx, n.10, 1998, p. 21-29.

KERBRAT-ORECCHIONI, C., 1986, L’implicite, Paris, Armand-Colin.

KRIEG-PLANQUE, A., 2004, « Souligner l’euphémisme : opération savante ou acte d’engagement ? Analyse du « jugement d’euphémisation » dans le discours politique », Semen 17, 2004, p. 59-81.

MAINGUENEAU, D., 1999, « Ethos, scénographie, incorporation », in AMOSSY, R. (dir.), Images de soi dans le discours, La construction de l’ethos, Paris, Delachaux et Niestlé, p. 75-100.

MAINGUENEAU, D., 2002, « Problèmes d’ethos », Pratiques, n. 113-114, juin 2002, p.55-68.

ROSIER, L., 2008, Le discours rapporté en français, Paris, Ophrys.

Haut de page

Notes

1 On entend par dialogisme interlocutif, le fait que « le locuteur s'adresse à un interlocuteur sur la compréhension-réponse duquel il ne cesse d'anticiper » (Bres et Nowakowska, 2005 : 139).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annabelle Seoane, « Quand le Canard Enchaîné médit sans (vraiment) dire », Semen [En ligne], 40 | 2015, mis en ligne le 17 novembre 2015, consulté le 25 avril 2017. URL : http://semen.revues.org/10423

Haut de page

Auteur

Annabelle Seoane

CLESTHIA (Axe : Sens et discours), Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page