Navigation – Plan du site
I. Dossier thématique

La polirudesse affective : la familiarité feinte dans l’infotainment comique

Marie Reetz

Texte intégral

1Qu’il soit reporter ou interviewer, insolent ou affectueux enjoué, Cyrille Eldin réussit sur Canal+ à interagir avec les politiques français récalcitrants. L’analyse du style particulier d’Eldin me donnera l’occasion de proposer la stratégie interactionnelle de familiarité feinte qui se comprend comme une polirudesse affective. Cette notion sera considérée dans le cadre des théories de la politesse (Kerbrat-Orecchioni 2010; Fracchiolla 2008; Culpeper 1996), du face work (Brown et Levinson 1987) et de la familiarité (Kerbrat-Orecchioni 1992), de l’affect (du pathos) (Amossy 2012) et de l’ironie (Kerbrat-Orecchioni 2013).

  • 1 Avant, il existe davantage des émissions, telles que les Guignols de l’info sur Canal+, qui se moqu (...)

2La télévision française connaît depuis le milieu des années 1990 le format de l’émission humoristique polémique où l’on confronte directement1 un présentateur « comique » et sa cible, le/la politique invité/e (Lochard 2006 : 66). Une des premières émissions de ce type est le Vrai Journal sur Canal+ (1996-2006).

  • 2 C’est notamment dans les termes d’adresse que se précise le style de fausse familiarité du Vrai Jou (...)

3Les deux principales caractéristiques du Vrai Journal seraient le « jeu de familiarité feinte2 » et le « le caractère pseudo-provoquant des questions » posées (Lochard 2006 : 69). Il est intéressant de voir que l’on peut trouver des formes analogues chez Cyrille Eldin. Je considère la familiarité feinte chez Eldin comme une forme d’échange qui se rapproche aussi bien de la notion de polirudesse (Kerbrat-Orecchioni 2010 : 46) que de la violence détournée (Moïse 2012 : 2).

4Le corpus sur lequel se base l’analyse comprend 36 épisodes de Eldin Reporter, soit l’année entière du 2 mars 2014 au 1er mars 2015 et 18 épisodes de Face à Eldin, soit la totalité diffusée jusqu’au 27 février 2015 (à partir du 29 août 2014).

1. L’infotainment comique

  • 3 Le genre médiatique d’infotainment relie l’information au divertissement (Dictionary of Mass Commun (...)

5Dans les deux émissions d’Eldin, globalement deux visées se croisent : une visée informative, voire investigative et une visée humoristique (Lochard 2006 : 69). On y tente de faire rire le destinataire-spectateur tout en le renseignant sur l’actualité. C’est ce qu’on peut appeler l’infotainment3 comique.

6Reportage insolite, Eldin reporter est un segment du Supplément, magazine hebdomadaire diffusé sur la chaîne de télévision Canal+. Eldin y (pour)suit les femmes et hommes politiques français afin de leur arracher au vol quelque mot ou prise de position à propos de sujets d’actualité souvent épineux. Eldin reporter se rend sur les lieux d’un congrès de parti, d’un vote de loi, etc. Venant du spectre politique entier, les interlocuteurs d’Eldin sont députés, sénateurs, ministres, militants, parfois même le président de la République. Au cours d’un seul segment qui dure sept minutes, deux ou trois événements sont présentés avec, chaque fois, des échanges de durée, ton et contenu très variés.

7Le segment Face à Eldin fait partie de l’émission Petit Journal également sur Canal+. Chacune de ces « interviews décalées » est un montage d’une durée de cinq minutes résumant les différents moments d’une journée (ou de plusieurs heures) que Eldin interviewer passe avec son interlocuteur politique. En dehors des repas partagés, l’animateur s’efforce de déséquilibrer ses interlocuteurs en les mettant dans des situations inattendues. Ainsi les accompagne-t-il à la piscine, faire du fitness et des baignades, etc.

8Dans Face à Eldin, l’invité, en toute connaissance de cause, accepte par sa seule participation de « jouer » son rôle dans la mise en scène humoristique. Par opposition, le cadre participatif du segment Eldin reporter reste plus difficile à cerner. Mal à l’aise face à ces interviews impromptues et moqueuses, les interlocuteurs politiques réagissent de différentes manières aux remarques et questions d’Eldin. Alors que dans les premiers épisodes ils refusent souvent toute interaction avec le reporteur, plus tard ils entrent de plus en plus volontairement en échange avec lui. C’est sans doute lié, entre autres, à la cote de popularité d’Eldin. Par ailleurs, devenus familiers avec le format spécifique de l’émission et le style rhétorique de son animateur, les politiques semblent juger Eldin au bout du compte inoffensif.

  • 4 Ce qui n’est pas sans rappeler le cas du « innuendo », statut participatif où « a speaker, ostensib (...)
  • 5 Les échanges ici sont comparables au genre débat politique dans le sens où le perlocutoire, donc l’ (...)

9L’objectif premier aussi bien des interviews que des reportages consiste alors pour leur animateur Cyrille Eldin à provoquer le rire et l’intérêt du téléspectateur, tiers participant virtuel et véritable destinataire ratifié4 tant de ses blagues que de ses révélations. Pour cela, il tend des pièges rhétoriques à ses interlocuteurs et les ridiculise s’il le peut. Les politiques s’adressent à travers leurs propos et leurs actes à ce même public, avec un méta-message particulier (‘Votez pour moi !’) visant leur électorat5 potentiel. C’est pour eux, en effet, l’occasion de soigner leur image publique et d’atteindre de nouveaux segments de la population.

2. La familiarité feinte chez Cyrille Eldin

10Dans ses reportages et interviews, Cyrille Eldin adopte un style affectueux et familier. Très séducteur, il fait des compliments, des blagues, des jeux de mots et n’hésite pas à faire la bise, serrer la main ou prendre dans les bras un homme politique. Eldin est ironique lorsqu’il se gère ainsi. Tout le monde sait qu’il l’est. Malgré cela, il réussit à être toléré dans les cercles du pouvoir et à se faire aimer par le public. En effet, cette stratégie de familiarité feinte lui permet de se glisser assez dans l’intimité des hommes et femmes politiques pour leur poser des questions délicates et faire des remarques polémiques.

2.1. La familiarité feinte – un aperçu

11Considérons les extraits suivants. D’abord, entre Eldin (CE) en tant que reporter et Marine Le Pen (MLP) puis Nicolas Sarkozy (NS). Ensuite, entre Eldin en tant qu’interviewer et Christian Estrosi (ChE), le maire de Nice.

  • 6 Les conventions de transcription utilisées sont celles du groupe ICOR, UMR 5191 – CNRS/ University (...)

12Dans les extraits (1) à (3), on trouve des marqueurs de familiarité (familiaritèmes) verbaux (« faites-moi confiance », « il vous va très bien, ce petit tailleur rose ») et non verbaux (contact physique). Mais il suffit d’attendre la suite de ces dialogues pour saisir l’intention véritable d’Eldin. Le caractère ironique de ses compliments se révèle et son attitude polémique sous-jacente devient apparente, dès lors que Cyrille Eldin lance des piques aux politiques (« ne me dites pas que vous êtes devenue socialiste » ; « il y a deux ans tous les Français vous détestaient » ; « vous reviendrez pas sur le mariage pour tous »).

  • 7 Kerbrat-Orecchioni (2010 : 45) signale la parenté entre ironie et polirudesse.

13C’est dans la mesure où la familiarité est feinte ou ironique que l’on peut parler d’une agression tropique7. La familiarité feinte devient agression tropique (Agha 1997 : 463) lorsqu’elle est utilisée à des fins polémiques. Notion synonyme, la polirudesse désigne des « énoncés qui en apparence sont des FFA (donc des énoncés « polis ») mais sous lesquels se dissimule un FTA [donc une menace ou agression] » (Kerbrat-Orecchioni 2010 : 46). Cet article propose de considérer la familiarité feinte dans la rhétorique d’Eldin comme une stratégie de polirudesse affective.

  • 8 Un politème serait un trait sémantique attaché à un énoncé qui est poli « en langue », donc dans (p (...)
  • 9 Cf. le modèle interactionnel du « jeu des faces » (face work) (Goffman 1981 ; Brown et Levinson 198 (...)

14La polirudesse affective marque le style rhétorique d’Eldin. Elle réunit notamment des phénomènes de politesse, de familiarité, et d’affect. On y observe des formes qui peuvent être considérées aussi bien comme des marqueurs de politesse (politèmes)8 en ce qu’elles augmentent les faces positives et négatives9 des interactants, des familiaritèmes en ce qu’elles indiquent une proximité relationnelle et des pathèmes en ce qu’elles créent de l’affect positif, en vue de convaincre l’allocutaire. Ces trois aspects sont enchevêtrés. Je montre leur intrication aussi bien en théorie qu’à partir d’exemples tirés d’épisodes de Eldin reporter et de Face à Eldin.

15Considérons, dans un premier temps, le rapport d’avec l’affect.

2.2. L’affect

16La familiarité se présente comme une politesse à tonalité affective, caractérisée entre autres par le ton familier ou le contact physique. Chez Eldin, les actes flatteurs, face flattering acts (FFA) ont un caractère affectif décidé. De même pour les adoucisseurs grâce auxquels Eldin atténue les actes menaçants pour la face de l’autre, face threatening act (FTA).

17Je fais l’hypothèse que c’est justement son lien avec l’affect qui fait de la familiarité une stratégie particulièrement efficace. Le rapport entre familiarité et affect peut être dit performatif. La familiarité amène l’affect et l’affect amène la familiarité. L’émotion qu’exprime le locuteur peut parfois susciter une émotion analogue chez l’interlocuteur, même si bien sûr « l’effet de contagion [...] ne peut être garanti » (Amossy 2012 : 195). Le terme d’adresse affectif par exemple qu’Eldin emploie en parlant à une députée (« ma poule ») serait à la fois l’expression de l’affection et ce qui peut en engendrer davantage.

  • 10 Avec le logos et l’ethos, l’une des trois « preuves » dans la Rhétorique d’Aristote.
  • 11 Plus petite unité rhétorique relevant de la preuve par pathos, les pathèmes sont « des éléments cen (...)

18Si l’on admet une charge affective pour les formes de familiarité, il n’est pas difficile de voir que leur usage rhétorique plonge le discours dans le pathos10. En effet, le locuteur tentera de convaincre son interlocuteur grâce aux émotions qu’il arrive à susciter chez lui. Les gestes fraternisants et personnels d’Eldin ont souvent cette qualité pathémique11. Les familiaritèmes et pathèmes dans le discours d’Eldin provoqueraient ensemble une émotion positive chez le/la politique qui jouera en faveur d’Eldin. La flatterie, la sympathie, le rire et les gestes amicaux augmentent la face positive et l’attitude positive de l’autre.

19L’affect, s’il s’en mêle, peut amplifier la familiarité. L’effet pathémique puise sa force dans le fait que c’est territoire intime qui est en cause. La proximité est ressentie comme d’autant plus proche et la révérence comme plus sincère. Le revers de cette logique : l’affect amplifie également l’impolitesse. Lorsque les actes flatteurs sont ressentis comme inappropriés, insincères ou déplacés, leur effet intrusif est également d’autant plus fort pour l’interlocuteur. La force de l’affect se confirme surtout dans des constellations où la familiarité, la politesse ou l’impolitesse sont ironiques, donc doubles. L’acte de surface touche ou émeut l’interlocuteur, même s’il comprend le sens second et véritable. Même si Eldin est souvent ironique lorsqu’il sourit, fait des accolades ou utilise des termes d’affection, ses gestes font une impression positive et améliorent son ethos. Aussi bien aux yeux de ses interlocuteurs que pour les téléspectateurs. Pour les premiers, c’est un impact illocutoire, puisqu’ils sont touchés directement, alors que, pour les derniers, c’est un effet psychologique (perlocutoire).

3. Familiarité et politesse

20Quel est le rapport entre familiarité et politesse ? Comment se fait-il que parfois ces deux catégories sont synonymes et à d’autres moments s’excluent mutuellement ? On peut imaginer plusieurs configurations.

21Le premier cas de figure est celui où la familiarité est une stratégie de politesse (positive ou négative). Un familiaritème y équivaut à un politème ; c’est-à-dire il fait ou partie d’un acte flatteur ou sert d’adoucisseur s’il y a un cas de menace.

22Deuxièmement, lorsque la familiarité est déplacée dans une situation donnée, les familiaritèmes sont au contraire des impolitèmes, signes d’un manque de respect, ils équivalent à une menace pour la face de l’autre.

  • 12 Comme pour la politesse d’ailleurs. Les politèmes sont inappropriés s’ils sont en excès par rapport (...)

23Tout dépend ainsi du cadre normatif qui est en vigueur dans la situation de communication. Aussi bien le caractère approprié ou non approprié de la familiarité que le fonctionnement tropique ou non tropique deviennent des facteurs décisifs. Dire que le caractère « approprié » joue un rôle central pour la familiarité12, c’est souligner l’importance du contexte et du cadre normatif que admettent et co-construisent les interlocuteurs.

3.1. Les familiaritèmes en tant que politèmes

  • 13 Par opposition à la relation verticale qui indique les rapports d’hiérarchie et de pouvoir entre in (...)

24Catégorie interactionnelle, la familiarité relève de la relation horizontale13. Elle exprime et forge en discours la proximité relationnelle entre interactants (Kerbrat-Orecchioni 1992, II : 45-59) pour des types de rapport tels la sympathie, l’affection, l’amitié, l’intimité et l’amour. Les familiaritèmes – marqueurs de familiarité – dans le comportement d’Eldin sont aussi bien de nature verbale (actes de langage amicaux – salutations amicales, compliments), paraverbale (ton amical) que non verbale (contact physique, bise, accolades ; rires, sourires ; baignades, visite d’une foire foraine).

25La familiarité appropriée constituerait une technique aussi bien de la politesse positive que négative. On peut en effet considérer qu’un des objectifs essentiels de la politesse consiste à signifier à l’allocutaire de la proximité ou même de l’amitié (Brown et Levinson 1987 : 70). Ceci se fait par toute suggestion d’appartenance au même groupe (in-group), d’un territoire commun (common ground) (idem : 101-125), d’une similarité d’intérêts avec l’allocutaire, notamment à travers des blagues, termes d’adresse familiers, intérêt pour l’autre, codes communs, etc.

26La familiarité appropriée génère, nous venons de le voir, de l’affect positif (amitié, intimité, etc.). Dire, sous-entendre ou montrer à l’autre de la familiarité aurait ainsi un effet flatteur (FFA) lorsqu’on améliore la face positive de l’allocutaire (Brown et Levinson 1987 : 117-124) (politesse positive). Elle devient une stratégie de la politesse négative lorsque la familiarité sert d’adoucisseur (idem : 123) en cas de menace de la face de l’autre (FTA).

27On trouve des FFA classiques de la politesse positive chez Eldin (salutations, remerciements, vœux, compliments, blagues, jeux de mots). Les familiaritèmes se retrouvent aux niveaux non verbal, paraverbal et verbal.

3.1.1. Les familiaritèmes non verbaux

28Les familiaritèmes non verbaux (Kerbrat-Orecchioni 1992, II : 41-42) dans le comportement d’Eldin sont

29a) le contact physique – Eldin rentre en contact physique avec ses interlocuteurs. Il les touche. Il leur donne des massages, il échevelle la coiffure à une femme politique. Il se colle contre Christian Estrosi (cf. ci-après), il fait la bise et des accolades avec plusieurs de ses interlocuteurs.

30b) des regards « intenses », des mimiques faciales (rire et sourire) ;

31c) des activités intimes/ amicales : Eldin accompagne ses interlocuteurs politiques se baigner dans la mer, aller à la piscine, courir à la plage, aller à la fête foraine ou prendre le manège.

3.1.2. Les familiaritèmes paraverbaux

32Un des familiaritèmes paraverbaux (Kerbrat-Orecchioni 1992, II : 43-44) que l’on constate dans le comportement d’Eldin est le timbre « intime » de la voix. Par exemple son chuchotement plein d’affection lorsqu’il énonce « Qu’est-ce qui nous arrive ? », à la fin de chaque épisode de Face à Eldin.

3.1.3. Les familiaritèmes verbaux

33Les familiaritèmes verbaux (Kerbrat-Orecchioni 1992, II : 45-50) chez Eldin sont

34a) les termes d’adresse :

35le tutoiement – Aussi bien Eldin que certains de ses interlocuteurs passent à plusieurs reprises du « vous » au « tu » (Face à Eldin du 9 mai 2014 ; du 10 octobre 2014).

36les termes affectifs – Eldin appelle une députée « ma poule » et utilise le diminutif affectif en parlant de Carla Bruni : « Carlita ».

37les prénoms (Face à Eldin du 9 mai 2014) ;

38b) les thèmes intimes ou personnels – Eldin raconte ses rêves, fait des compliments sur l’apparence, sur les vêtements et parle aux politiques de nudité.

39c) le registre familier – Eldin emploie des expressions familières (« sur le plan perso/ on est bien/ hein ? » (Face à Eldin du 29 août 2014) et des formes de syntaxe familière « vas-y que je te snobe » (Face à Eldin du 10 octobre 2014).

40d) les actes de langage – Eldin affecte un comportement riche en actes de langage familiers. Il fait des compliments, il séduit (sexuelle) (« Qu’est-ce qui nous arrive ? »). Ses salutations ont également un caractère affectif décidé.

41Les familiaritèmes sont en même temps des politèmes, si créer ou afficher de la proximité devient une stratégie communicationnelle.

3.2. Les familiaritèmes en tant qu’impolitèmes

42Or, lorsqu’elle est déplacée, donc inappropriée, la familiarité peut constituer un acte menaçant en soi, un FTA, relevant alors de l’impolitesse positive. Parce qu’elle génère de l’affect négatif (irritation, malaise), la familiarité déplacée met en danger aussi bien le territoire intime du destinataire que sa face positive (son image publique). Les familiaritèmes changent alors de valeur et deviennent des impolitèmes. Ce cas peut être rapproché de la polirudesse, trope illocutoire.

43Les marqueurs de familiarité (familiaritèmes) sont inappropriés ou déplacés, lorsqu’ils ne correspondent pas « à la bonne distance », c’est-à-dire que les comportements des interactants sont en dissymétrie. Les familiaritèmes sont encore déplacés dans la mesure où ni le degré de connaissance, ni le lien socio-affectif, ni la situation communicative (« familière ») ne justifient leur usage (Kerbrat-Orecchioni 1992, II : 39).

44Le caractère déplacé dépend également de la sincérité de l’acte et de la réciprocité de la proximité ressentie. C’est le fait de leur déplacement, autrement dit, leur contexte d’utilisation qui peut faire des marqueurs de familiarité des occurrences d’impolitesse (impolitèmes) (Kerbrat-Orecchioni 2010 : 56). Ce qui peut se manifester à travers l’irritation, le malaise ou même « une crise de l’interaction » (Kerbrat-Orecchioni 1992, II : 58-59).

45Ainsi, bien des politiques jouent le jeu de l’intimité avec Eldin, modifiant par là ce qui est approprié dans une situation donnée.

46Marion Maréchal Le Pen (MMLP) essaie de jouer à ce jeu en proposant à Eldin de manière ironique de l’accompagner en voiture. Eldin dépasse la symétrie de leur échange et pousse trop loin la familiarité avec la députée du FN lorsqu’il monte effectivement en voiture avec elle.

47Bien que déjà proche de la crise de l’interaction (« sortez de là tout de suite … »), la véritable rupture (« dehors ») n’intervient que quelques tours de parole plus tard.

  • 14 « La dérision vise à disqualifier la cible en la [...] faisant descendre du piédestal » (Charaudeau (...)

48Le familiaritème dans l’énoncé d’Eldin, c’est cette fois-ci la thématique de l’intimité (« je savais qu’on était un petit peu un couple »), renforcée à travers un lexique et un ton adaptés. La familiarité déplacée devient insolence. Alors que l’insolence s’adresse à son interlocuteur, le spectateur devient témoin du dépassement des limites et de la mise en cause de l’autorité d’une femme politique. Eldin crée une complicité ou connivence de dérision14 avec le public contre son interlocutrice.

4. Familiarité et (im)politesse – Les stratégies tropiques de Cyrille Eldin

49Étant donné que les deux émissions d’Eldin s’inscrivent dans le genre comique de l’infotainment, les différentes occurrences de familiarité, politesse et impolitesse sont finalement inversées ironiquement.

50En effet, dans le cas de la polirudesse affective, par un fonctionnement tropique, la familiarité non sérieuse ou ironique sert de couverture ou d’adoucisseur à un acte de violence verbale détournée ou polémique.

51De même, les impolitèmes peuvent devenir des familiaritèmes. Première possibilité, un manque de politesse serait une marque de familiarité. Deuxième possibilité, qui nous intéresse ci-après, les impolitèmes utilisés de manière ironique donnent lieu au trope de la fausse impolitesse, qui serait une marque de solidarité (de familiarité).

4.1. La polirudesse affective : trope de familiarité

52La polirudesse affective se montre chez Eldin comme une familiarité ironique. Les FFA ironisés cachent ou préparent de la violence verbale polémique (FTA).

53Reprenons l’exemple (1) du compliment ironique qu’Eldin adresse à Marine Le Pen. Au travers d’un sous-entendu Eldin taxe la politique du FN d’ambivalence.

La familiarité de l’échange vient ici surtout de la thématique, puisque le propos touche l’intimité du corps de MLP. L’impression d’une intimité se renforce à travers l’adjectif « petit » qui affectivise le message. MLP accepte le compliment, jouant le jeu de la familiarité. Ayant ainsi obtenu l’attention de MLP, Eldin en profite pour lui lancer une pique polémique en faisant référence à la symbolique de la couleur rose qui, insinue-t-il, est proche du rouge des Socialistes. Étant donné le cadre de l’échange et les rapports préexistants entre Eldin et MLP, la familiarité qu’affecte le premier peut être jugée déplacée. Mais comme la familiarité déplacée est ironique, elle équivaut à de la fausse impolitesse, trope illocutoire de solidarité.

54Eldin emploie ces stratégies de politesse et de familiarité à des fins polémiques. Il cherche à créer avec le public une connivence de dérision tout en tissant un lien pseudo-amical avec le/la politique en face.

4.1.1. L’ironie

55Eldin est insincère lorsqu’il empiète sur la sphère intime de son interlocuteur, dans le sens où ce n’est pas dans l’intention d’être plus proche de celui-ci mais pour le ridiculiser devant les téléspectateurs qu’il met en scène une intimité qui en vérité n’existe pas. C’est par cette moquerie publique qu’Eldin menace en même temps les faces négatives et positives de son interlocuteur. La familiarité est ironique et cible l’interlocuteur.

56L’ironie réside dans le caractère double de l’énoncé comme dans l’attitude moqueuse, voire agressive (Kerbrat-Orecchioni 2013) du locuteur vis-à-vis de sa cible. Elle est opérateur tropique lorsqu’elle inverse la valeur sémantique des actes de langage. Le compliment qui recouvre ou prépare le sarcasme. Une telle incongruité pragmatique, autrement dit, le caractère inapproprié du message indique l’ironie (Grice 1975).

  • 15 L’insolence serait ce cas de figure où celui qui a un statut socialement inférieur traite son supér (...)

57À côté de l’ironie en tant que trope, notion qui circule depuis la rhétorique classique, il existe une autre définition qui traite l’ironie comme une méta-réfutation en écho d’une norme implicite (Sperber et Wilson 2012). Eldin transgresse à travers la familiarité ironique les règles hiérarchiques de la société15 qui réservent aux hauts dignitaires un respect particulièrement grand. Tel un bouffon de cour, Eldin parvient à bafouer les attentes et les normes établies, afin de faire rire (surtout) ceux qui en ont besoin et qui sont ravis de sortir, par le biais de l’humour, de « l’étroitesse [...] des contraintes et fatalités qui contrôlent l’être social » (Charaudeau 2006 : 40).

58La familiarité feinte devient l’exemple d’une polirudesse affective. L’ironie en tant qu’antiphrase transforme la sincérité en insincérité et l’inapproprié en approprié. Elle devient l’opérateur discursif et normatif qui enveloppe l’interaction dans sa totalité pour en inverser les valeurs pragmatiques.

4.1.2. La polirudesse

59La polirudesse ou agression tropique est un trope interactionnel (Agha 1997), auquel il n’est pas rare qu’ont recours des hommes politiques, désireux de donner une bonne image publique (face positive) alors qu’ils sont en train de critiquer ou ridiculiser leur adversaire (Kerbrat-Orecchioni 2010). L’objectif pragmatique recherché (l’agression) y est l’opposé de l’attitude affichée (la révérence, le respect). Ce trope réunit ainsi une forme explicite qui correspond aux normes de politesse exigées par le cadre, mais qui occulte une impolitesse implicite.

60En termes de la théorie des faces discursives (Goffman 1981 ; Brown et Levinson 1987) : un acte flatteur (FFA) cache un acte menaçant (FTA).

61Dans le cas de la polirudesse affective, les marques explicites qui recouvrent l’intention polémique sont celles de la familiarité ou de l’amitié. Elles n’évoquent pas tant la révérence que la proximité et l’affect.

4.2. La rudesse tropique : signe de familiarité

62Inversement, l’absence quasi-totale de marques de politesse et même l’impolitesse peuvent devenir indices d’une grande familiarité et générer de la solidarité, si les conventions le permettent. Une règle généralement admise, bien qu’elle connaisse de multiples exceptions, serait que « la politesse croît avec la distance et décroît avec la familiarité » (Kerbrat-Orecchioni 1992, II : 261). Lorsqu’on est intime avec quelqu’un ou que le cadre est intime, on peut parfois se passer de certaines formes de politesse. Convaincu de la bienveillance du locuteur ou habitué aux normes du cadre, le destinataire n’interprète pas les actes comme menaces pour son territoire.

63Le cas extrême d’une telle familiarité impolie, serait la fausse impolitesse (mock impoliteness) (Culpeper 1996), un trope qui relie l’impolitesse explicite à la politesse implicite. Signes d’une intimité suprême, le badinage (teasing ou banter) (Dynel 2008), en situation de flirt, en est un exemple. De la même manière, les insultes de solidarité, par exemple entre jeunes, (Kerbrat-Orecchioni 2010 : 54) deviennent des moteurs de connivence.

64Nous trouvons des exemples de badinage dans l’échange entre Eldin et certains politiques qui tentent de jouer le jeu de la familiarité.

65Reprenons l’exemple (5) et élevons-le à un autre niveau d’analyse. Si nous songeons au fait que dans son acte d’impolitesse Eldin est ironique, on peut y voir un cas de fausse impolitesse, donc une sorte de badinage. Ce badinage serait le signe d’une solidarité qui se crée entre Eldin et son interlocutrice MMLP, donc finalement le signe d’une familiarité.

5. La réaction du politique ciblé

5.1. La violence verbale détournée : le jeu de la familiarité ironique

66L’interlocuteur politique (destinataire de l’acte ironique) reconnaît l’ironie et décide de « jouer le jeu » en produisant des marqueurs d’une familiarité équivalente à celle du reporter. Acceptant l’implicite de la non sincérité, il s’efforce de dédoubler lui aussi son acte de langage et d’adopter un comportement étoffé des marqueurs verbaux et non verbaux de l’intimité ironique. Ce serait alors de la violence verbale détournée (Moïse 2012 : 2) dans le sens où on a affaire à une de ces « interactions consensuelles et coopératives feintes et ambigües [...] à valeur illocutoire contraire et enchâssée à des fins de manipulation et de harcèlement ».

67Devant le public, Eldin et ses interlocuteurs jouent à la familiarité. Ils mettent en scène des joutes verbales ironiques. Au niveau non verbal, on note des bises, le contact physique, etc. venant également de la part des politiques. Au niveau paraverbal, il y a des regards intenses, des sourires et des rires. Au niveau verbal, on passe du « vous » au « tu » et on aborde avec lui des thèmes intimes.

5.2. Le badinage : le jeu de la rudesse ironique

68Les politiques réagissent par de l’impolitesse positive en lançant des attaques directes ou des insultes. Dans ce cas, ils décodent l’ironie de la familiarité et y répondent directement. Au lieu de jouer à la familiarité, ils ripostent vis-à-vis d’un adversaire auquel ils supputent une intention nuisible, diffamatrice et ridiculisante. Les politiques attaquent Eldin ad hominem. On ridiculise son caractère (malpoli, impossible, insupportable, non-viril) ou l’insulte en lui attribuant un burn-out (conseil de prozac).

69Or, étant donné le genre comique où se déroule l’interaction et vu les réactions flatteuses et non offensées d’Eldin, cette impolitesse positive souvent ressemble plus à de la fausse impolitesse. Ce sont des joutes qui créent l’effet du badinage ritualisé (teasing en anglais).

70Prenons l’exemple du compliment qu’Eldin fait à Marion Maréchal Le Pen (MMLP) qui l’interprète comme insincère ou ironique. Elle le vit comme une attaque. Ce serait de la polirudesse. Décodant l’impolitesse sous-jacente au compliment, MMLP rétorque par une menace (indirecte), donc par un acte d’impolitesse positive :

71Eldin, au lieu de prendre offense, continue cependant de lui faire des compliments. Ce qui lui permet de continuer la conversation. Ils échangent des compliments ironiques et s’approchent ainsi de la fausse impolitesse, du badinage.

72L’échange se poursuit selon la même logique. Par une critique implicite, qui porte des familiaritèmes de la thématique sexualité. Eldin ridiculise la politique du FN. MMLP attaque la face positive d’Eldin par une insulte également implicite, mais ad hominem.

5.3. Le malentendu : crise de la communication

73Lorsque la familiarité ou l’impolitesse ne sont pas (ou ne sont plus) interprétées comme ironiques, alors qu’elles le sont, c’est qu’il y a malentendu.

74Si l’allocutaire est sous l’illusion d’une vraie familiarité, du vrai affect positif peut être généré. S’il prend l’impolitesse au sérieux, de l’affect négatif.

75Incapable de saisir l’ironie, l’interlocuteur méprendrait les familiaritèmes dans le discours d’Eldin pour des marques d’une politesse sincère. Puisque l’ironie consiste à signifier à l’autre son intention ironisante, ignorer l’ironie revient à mal comprendre la situation. Ce sont les moments où l’amitié ou l’insolence mises en scène par Eldin devant les politiques « aboutissent », autrement dit, qu’il finit par vraiment les flatter ou blesser.

76On observe en effet des politiques qui montrent de vrais sourires émus et donnent des bisous non sollicités. Les effets blessants se montrent au niveau interactionnel notamment à travers deux réactions. Ceux qui sont face à Eldin reporter mettent fin à l’échange et ceux qui se font interviewer se montrent fâchés ou polémiques à leur tour.

6. Conclusion

77À partir de l’exemple du style rhétorique de Cyrille Eldin dans les deux émissions Face à Eldin et Eldin reporter, nous avons montré que la familiarité feinte peut devenir une stratégie de politesse puissante pour négocier un échange à double face. Elle réussit à créer explicitement une proximité ou solidarité avec celui dont elle fait implicitement sa cible. La familiarité feinte peut être considérée comme de la polirudesse affective.

78Comme Eldin est ironique la plupart du temps, la familiarité qu’il déploie agit à deux niveaux et remplit au moins deux objectifs. Par la transgression des normes sociétales et hiérarchiques et le non sérieux clownesque qu’il affiche, il amuse son public, les téléspectateurs. En même temps, son comportement qui, en surface, relève ou bien de la politesse positive ou bien du jeu de la fausse impolitesse, adoucit sa violence implicite et charme les hommes et femmes politiques. En effet, grâce à son caractère affectif appuyé, la familiarité crée une véritable proximité aussi éphémère soit-elle entre Eldin et ses interlocuteurs politiques. Poussant ces derniers à manifester la familiarité (sincère, on peut se demander). Sous le charme de l’émotion qu’Eldin leur montre, il n’est pas rare que certains politiques réagissent en manifestant de la véritable familiarité. Difficile à dire, même pour ces interactants, il faut le croire, où s’arrête le jeu et où commence la sincérité.

79Par sa stratégie de fausse familiarité Eldin ménage les faces positives des politiques. Ses gestes, ses sourires, ses mots doux séduisent. Il endort la résistance et la vigilance des sénateurs et députés au point qu’ils ne s’attendent plus aux piques que, pourtant, infailliblement, il finit par leur lancer.

80Qu’ils soient convaincus ou forcés dans ce rôle d’ami d’Eldin, les politiques se montrent indulgents envers lui et lui pardonnent souvent, même quand il devient polémique et qu’il passe d’une violence verbale détournée à une violence polémique.

81Ainsi Eldin réalise les deux objectifs principaux de ces émissions : le divertissement et la critique.

__________________________

Résumé : Cette contribution est une analyse des échanges polémiques télévisés entre Cyrille Eldin, comédien-journaliste chez Canal+, et des politiques français. Le corpus oral transcrit est constitué des deux chroniques Eldin Reporter et Face à Eldin. L’article fait l’argument que la polirudesse affective (ou familiarité feinte) est une stratégie interactionnelle puissante dans les média, parce qu’elle réussit à balancer l’affect et l’ironie pour manipuler l’interlocuteur.

Mots-clés : Infotainment comique, Polirudesse affective, Familiarité feinte, Ironie, Pathos

Abstract: Drawing on politeness theories, this paper analyses French comedian journalist Cyrille Eldin’s rhetoric, as he interacts with politicians on the satirical TV shows Eldin reporter and Face à Eldin (« Facing Eldin ») on Canal+. Mock closeness, a sort of affectionate « polite rudeness », proves a potent strategy to ridicule politicians in front of a TV audience. It gains its force from balancing emotional impact and ironic double entendre.

Keywords: Comedy infotainment, Affectionate polite rudeness, Mock closeness, Irony, Pathos

Haut de page

Bibliographie

AGHA, A., 1997, « Tropic Aggression in the Clinton-Dole Presidential Debate ». Pragmatics 7 : 461-497.

AMOSSY, R., 2012, L’argumentation dans le discours, Paris, Armand Colin.

ARISTOTE, 1922. La Rhétorique. Traduit par Charles-Emile Ruelle. Chefs d’œuvres de la littérature grecque.

http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/Aristote/rheto1.htm.

BROWN, P., et STEPHEN C. L., 1987, Politeness - Some universals in language use. Cambridge ; New York: Cambridge University Press.

CHARAUDEAU, P., 2006, « Des catégories pour l’Humour ? » Questions de Communication, N° 10 : 19-41.

CULPEPER, J., 1996, « Towards an anatomy of impoliteness ». Journal of Pragmatics, N° 25 : 349-367.

Dictionnaire d’analyse du discours. 2002. Édité par CHARAUDEAU P. et MAINGUENEAU D., Paris, Seuil.

DYNEL, M., 2008, « No aggression, only teasing : the pragmatics of teasing and banter ». Lodz Papers in Pragmatics 4 (2) : 241-261.

FRACCHIOLLA, B., 2008, « L’attaque courtoise : de l’usage de la politesse comme stratégie d’agression dans le débat Royal-Sarkozy du 2 mai 2007 ». JADT 9 : 495-507.

GOFFMAN, E., 1981, Forms of talk. (University of Pennsylvania publications in Conduct and communication). Philadelphia : Univ. of Pennsylvania Pr.

GRICE, H.P., 1975, « Logic and conversation ». In Speech acts, 3 : 41-58. Syntax and semantics. New York: Academic Press.

KERBRAT-ORECCHIONI, C., 1992, Les interactions verbales. Vol. II. III vol. Paris : Armand Colin.

KERBRAT-ORECCHIONI, C., 2010, « L’impolitesse en interaction : Aperçus théoriques et étude de cas ». Lexis Special Impoliteness/ Impolitesse (2) : 35-60.

KERBRAT-ORECCHIONI, C., 2013, « Humour et ironie dans le débat Hollande-Sarkozy de l’entre-deux-tours des élections présidentielles (2 mai 2012) ». Langage et société N° 146 (4) : 49-69. doi:10.3917/ls.146.0049.

LOCHARD, G., 2006, « Le traitement humoristique des personnalités politiques dans les talk-shows français ». Questions de Communication, N° 10 : 65-79.

MOÏSE, Cl., 2012, « Argumentation, confrontation et violence verbale fulgurante ». Argumentation et Analyse du Discours, N° 8 : 2-15.

SPERBER, D, et DEIDRE W., 2012, Meaning and relevance. Cambridge University Press. Cambridge ; New York.

Haut de page

Notes

1 Avant, il existe davantage des émissions, telles que les Guignols de l’info sur Canal+, qui se moquent des politiques « dans leur dos ».

2 C’est notamment dans les termes d’adresse que se précise le style de fausse familiarité du Vrai Journal : le tutoiement réciproque et l’emploi des prénoms (Lochard 2006, 69).

3 Le genre médiatique d’infotainment relie l’information au divertissement (Dictionary of Mass Communication and Media Research 2005 : 143).

4 Ce qui n’est pas sans rappeler le cas du « innuendo », statut participatif où « a speaker, ostensibly directing words to an addressed recipient, overlays his remarks with a patent but deniable meaning, a meaning that has a target more so than a recipient » (Goffman 1981: 134).

5 Les échanges ici sont comparables au genre débat politique dans le sens où le perlocutoire, donc l’effet (psychologique) que les propos produisent sur le public, s’avère le véritable motif de l’échange, avant même l’illocutoire. On peut parler de macroacte de langage.

6 Les conventions de transcription utilisées sont celles du groupe ICOR, UMR 5191 – CNRS/ University Lyon 2. icar.univ-lyon2.fr/.../2013_Conv_ICOR_250313.pdf

7 Kerbrat-Orecchioni (2010 : 45) signale la parenté entre ironie et polirudesse.

8 Un politème serait un trait sémantique attaché à un énoncé qui est poli « en langue », donc dans (presque) tous les contextes (Kerbrat-Orecchioni 2010 : 56).

9 Cf. le modèle interactionnel du « jeu des faces » (face work) (Goffman 1981 ; Brown et Levinson 1987) plus loin.

10 Avec le logos et l’ethos, l’une des trois « preuves » dans la Rhétorique d’Aristote.

11 Plus petite unité rhétorique relevant de la preuve par pathos, les pathèmes sont « des éléments censés provoquer une émotion dans l’auditoire » (Amossy 2012 : 196).

Un cas classique serait le tutoiement, marqueur intrinsèque de familiarité, qui perd sa valeur positive lorsqu’il est déplacé, pour se ranger parmi les marqueurs de l’impolitesse positive (Kerbrat-Orecchioni 2010 : 56). Le tutoiement déplacé devient porteur d’impolitèmes.

12 Comme pour la politesse d’ailleurs. Les politèmes sont inappropriés s’ils sont en excès par rapport aux conventions de l’échange (l’hyperpolitesse) ou s’ils sont absents alors qu’on les attend normalement (l’impolitesse négative) (Kerbrat-Orecchioni 2010 : 39).

13 Par opposition à la relation verticale qui indique les rapports d’hiérarchie et de pouvoir entre interactants.

14 « La dérision vise à disqualifier la cible en la [...] faisant descendre du piédestal » (Charaudeau 2006 : 37-38).

15 L’insolence serait ce cas de figure où celui qui a un statut socialement inférieur traite son supérieur « d’en haut » (cf. Kerbrat-Orecchioni 1992, II : 104‑06).

Haut de page

Table des illustrations

Titre (1)
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/10410/img-1.png
Fichier image/png, 4,4k
Titre (2)
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/10410/img-2.png
Fichier image/png, 14k
Titre (3)
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/10410/img-3.png
Fichier image/png, 8,6k
Titre (4)
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/10410/img-4.png
Fichier image/png, 12k
Titre (5)
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/10410/img-5.png
Fichier image/png, 4,8k
Titre (6)
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/10410/img-6.png
Fichier image/png, 5,6k
Titre (7)
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/10410/img-7.png
Fichier image/png, 7,4k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Reetz, « La polirudesse affective : la familiarité feinte dans l’infotainment comique », Semen [En ligne], 40 | 2015, mis en ligne le 17 novembre 2015, consulté le 24 avril 2017. URL : http://semen.revues.org/10410

Haut de page

Auteur

Marie Reetz

CLESTHIA, EA 7345, Université Sorbonne nouvelle Paris III, et INALCO Paris, CEJ

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page