Navigation – Plan du site
I. Dossier thématique

Interview politique et construction interactionnelle de l’impolitesse. L’efficacité de la parole conflictuelle pour un public absent

Olivier Turbide et Marty Laforest

Texte intégral

1. Introduction

1Depuis la deuxième moitié du 20e siècle, l’interview politique s’est imposée sous la forme de l’accountability interview (Montgomery 2011) comme genre médiatique par excellence pour amener les personnalités politiques à s’expliquer ou à se justifier pour un public absent (overhearing audience) (Heritage et Greatbatch 1991 : 107-108). S’inscrivant dans une logique démocratique de reddition de comptes, ce genre autorise l’intervieweur (IR) à faire pression sur la personnalité politique interviewée, voire à l’attaquer pour obtenir l’information désirée (compromettante, sensible), information que l’interviewé (IÉ) ne révèlera que si cela ne risque pas de mettre à mal son image ou celle de son parti (Harris 1991). L’agressivité éventuellement manifestée à l’endroit des IÉs s’articule donc à l’enjeu médiatique d’informer les téléspectateurs sur des questions d’intérêt public (Burger 2002). Elle participe d’une posture professionnelle de distance marquée par l’impartialité et la neutralité (ou sa recherche) (Clayman 1992). Dans le modèle normatif de l’accountability interview, les actes de langage agressifs ne sont pas pris en charge directement pas l’IR, mais accomplis sous un régime de discours marqué par l’indirection et l’atténuation (Kerbrat-Orechioni 2009), par exemple en citant une critique formulée par des tiers ou en endossant le rôle du public pour poser une question menaçante.

2Or, les études récentes d’interviews politiques menées par des analystes de discours dans plusieurs pays (Hutchby 2011, Tolson 2012, Oprea 2012, Martel 2012, Turbide 2015) font état d’une redéfinition de ce modèle, intégrant des éléments d’infotainment (Thussu 2007) et de personnalisation (Lalancette 2014). Sous l’influence des talk shows, le modèle de l’accountability interview connaît une certaine hybridation (Hamo et al. 2010, Ekström 2011, Hutchby 2011) qui transforme la façon dont la conflictualité s’accomplit. La confrontation mise en scène prend une forme plus directe, plus personnelle et plus informelle, et répond moins à un désir d’informer qu’à une volonté de séduire le public par l’intensification de la tension entre l’IR et l’IÉ à des fins de divertissement.

3Bien que leur expérience des talk shows prédispose les publics à tolérer un certain niveau d’agressivité, le risque subsiste que, dans le feu de l’action, les interactants médiatiques dépassent ce seuil de tolérance. Ainsi, dans sa gestion de la confrontation, l’IR, en collaboration avec l’IÉ, doit prendre en compte in situ les limites de ce qui est permis socialement en matière de communication conflictuelle pour une communauté donnée. L’efficacité communicationnelle de l’interview et son potentiel d’attraction reposent sur un équilibre fragile, et la question des stratégies discursives et interactionnelles qui permettront de divertir par le spectacle de la confrontation tout en limitant l’effet de contrariété suscité par un discours jugé trop violent se pose donc avec acuité. De façon plus précise : 1) comment se construit en discours la légitimité d’un discours agressif ? 2) Comment savoir si la frontière de l’inacceptable a été franchie ? ; 3) jusqu’à quel point le public en studio s’identifie-t-il à l’IR, endossant la forme de conflictualité produite, ou au contraire s’y oppose-t-il, révélant une intolérance à ce qui lui apparaît comme une volonté d’humilier l’IÉ ?

4Abordant ces questions dans un cadre conceptuel issu des théories de la politesse (Brown et Levinson 1987, Culpeper 2005, Hutchby 2008) et d’un modèle d’analyse de la progression de la violence verbale en situation (Moïse 2006, Vincent et al. 2008, Laforest et Moïse 2013), nous souhaitons circonscrire les conditions dans lesquelles des stratégies communicationnelles « menaçantes » peuvent être perçues comme (in)adéquates, tant par les interactants eux-mêmes que par le public. Extrait d’un corpus d’interviews politiques ayant suscité des débats sur les médias socionumériques, le cas étudié est celui d’une interview menée par l’un des animateurs du talk show québécois Deux hommes en or (2HO). De façon ponctuelle et pour enrichir l’analyse, certaines réactions des téléspectateurs produites sur le réseau social Twitter seront également prises en compte.

5L’évaluation du caractère adéquat ou non du discours conflictuel nécessite de prime abord de revenir sur la notion d’impolitesse, et plus particulièrement sur la relation que l’on peut établir entre un jugement d’impolitesse et l’occurrence d’actes agressifs, ce dont il sera question au § 2. Nous présenterons ensuite quatre paramètres susceptibles d’influencer le jugement de (non-) légitimité d’actes agressifs produits dans les talk shows (§ 2.1). Enfin, la mise en contexte de l’interview (§ 3) et son analyse (§ 4) permettront de mieux comprendre comment s’évalue en interaction l’usage adéquat de la conflictualité.

2. La notion d’impolitesse

6La confrontation du système abstrait de la politesse issu des travaux de Brown et Levinson (1987) à l’analyse de données empiriques pose d’emblée le problème de l’interprétation en contexte des actes agressifs, problème dont les travaux sur l’impolitesse (Culpeper 2005, Bousfield 2008, Kerbrat-Orecchioni 2009) et la violence verbale (Hutchby 1996, Moïse 2006) rendent bien compte. S’il n’est pas d’impolitesse sans l’occurrence d’actes de langage menaçants (au sens de Brown et Levinson 1987), leur seule présence dans un discours ne permet pas de conclure à un comportement impoli. Bien que leur production soit toujours assortie de risques interactionnels – d’où les stratégies de figuration mises en évidence par Goffman (1974) –, leur usage n’est pas d’emblée associé à un comportement condamnable (voir Vincent et al. 2008 : 85).

  • 1 Cette conception de l’impolitesse renvoie à un principe phare en analyse conversationnelle, suivant (...)

7L’impolitesse apparaît plus justement comme une transgression des attentes sociales dans un contexte donné. Par exemple, au nom de l’obtention de la vérité, l’interrogatoire de police justifie l’usage de techniques de questionnement tout à fait inappropriées et à ce titre ressenties comme non légitimes dans le contexte habituel d’une conversation. Ainsi envisagée, l’impolitesse ne s’établit pas qu’en fonction de la présence ou non de certaines formes discursives ; l’évaluation que font les destinataires de ces formes – observable en discours – est déterminante. (Kerbrat-Orechhioni 2009 : 208)1. Cette évaluation, pour être variable suivant les individus, n’en reste pas moins relativement partagée au sein d’une communauté. Nous dirons donc que l’impolitesse (ou plus justement l’effet d’impolitesse) est la reconnaissance partagée de la transgression d’un seuil d’acceptabilité de l’agressivité verbale. Ce seuil évolue, fluctue en fonction de paramètres (présentés plus en détail au point suivant) qui sont à la fois :

8- contextuels (normes culturelles, contexte sociopolitique, genre médiatique, statuts et rôles des participants à l’interaction, etc.);

9- situés, relativement à la progression de la tension interactionnelle, des ressources mobilisées pour la faire monter ou diminuer.

2.1. Paramètres de l’effet d’impolitesse dans l’interview politique

10Rappelons qu’en situation d’interview politique, les actes menaçants sont instrumentalisés au profit d’une visée extérieure à la relation entre IR et IÉ. Dans les talk shows, l’agressivité sert essentiellement à divertir (Oprea 2012), elle est produite pour les téléspectateurs. Cette spectacularisation de l’agressivité modifie les conditions d’évaluation de l’impolitesse et nécessite la prise en compte de paramètres spécifiques pour juger d’une éventuelle transgression des limites de l’acceptable en cette matière.

2.1.1. Contexte culturel et sociopolitique

11On l’a dit, d’une communauté à l’autre, la tolérance à l’agressivité varie, ce qui renvoie à la dimension culturelle des interactions. Dans le contexte québécois, l’étude de Vincent et Laforest (2001) ainsi que différentes controverses médiatiques récentes ont mis en lumière une tendance à assimiler toute discussion vive à une agression : débattre avec passion, ce serait chercher à démolir l’interlocuteur plus qu’à emporter l’adhésion. Une telle perspective amène les tiers à prendre le parti de la « victime » contre celui qui « s’emporte » et les stratégies de questionnement serré sont perçues assez négativement. Cette disposition générale n’est cependant pas uniforme et fluctue notamment en fonction des représentations sociales associées aux différentes catégories d’acteurs de l’espace public qui produisent des actes menaçants ou qui en sont la cible.

12À cet égard, on considère généralement les personnalités politiques comme une cible légitime de stratégies « musclées » de questionnement, dans la mesure où on estime qu’elles doivent rendre compte de leurs actions et que leur parole n’est pas réputée digne de foi. De fait, le manque de crédibilité et de sincérité attribué aux hommes et femmes politiques constitue une représentation dominante dans l’espace public occidental (Tolson 2011). Or, comme le rappelle Montgomery (2007 : 211), les interviews politiques alimentent cette représentation :

For instance, if a politician noticeably fails to answer a question, the inference that follows is that it is because they have something to hide and ‘sceptical pragmatics’ becomes part of generally recognised problem of trust in the public sphere. The accountability role of media institutions in modern public life has been pursued with such assiduousness that it becomes flattened into a generalised perception in which the public can no longer trust any public figure – regardless of their credentials.

13Pour cette raison, on peut faire l’hypothèse que lorsque l’IÉ est un politicien, l’IR bénéficie d’une marge de manœuvre plus importante pour attaquer ses positions que s’il ou elle œuvre dans un autre domaine.

2.1.2. Genre médiatique

14Le seuil d’acceptabilité de l’agressivité varie également en fonction des attentes sociales associées aux genres de l’interview politique. Comme nous l’avons vu en introduction, les interviews dites hybrides se distinguent du format traditionnel des accountability interviews, typique des émissions d’affaires publiques, par la personnalisation des questions, l’usage de stratégies d’aggravation de la tension et la structure interactionnelle moins formelle, plus proche de la conversation (incluant des chevauchements et des interruptions, une co-construction des thèmes de l’échange et des ruptures de tons et de thèmes) (Hutchby 2011). Cependant, l’identification de ces caractéristiques ne doit pas laisser croire qu’il y a identité entre les attentes des différents téléspectateurs, de l’invité politique et de l’IR. Ces différences éventuelles dans le script que se font les participants à l’interaction apparaissent d’autant plus en talk show qu’il s’agit d’un genre hybride.

2.1.3. Rôle de l’intervieweur et sa relation avec les publics

15Nos analyses de la radio de confrontation (Turbide et al. 2008) ont montré que le rôle d’IR et surtout le rapport complice qu’il établit avec ses publics constituent également des facteurs à considérer dans l’évaluation de l’effet d’impolitesse. En situation de talk show, l’information cède le pas à la production d’un spectacle dont l’IR est le maître d’œuvre. Cette responsabilité s’accorde avec le « nouveau » statut d’IR, devenu une véritable personnalité médiatique, lui-même invité dans des talk shows et appuyé par des groupes de partisans sur les médias socionumériques. Comme le signalent à juste titre Hamo et al. (2010 : 249), dans ce contexte, « [p]oliticians and journalists are becoming equal participants in an entertaining interactional game, and compete with each other to promote their own personas ». L’IR est par conséquent amené à se mettre à l’avant-scène, construisant son image publique par ses coups de gueule, ses altercations avec les personnalités politiques, et facilitant ainsi l’adhésion des téléspectateurs à son discours. Adoptant souvent la posture du citoyen ordinaire, l’IR prétend désormais au statut de seul représentant légitime du public vis-à-vis de l’establishment politique, endossant un rôle de redresseur de torts qui l’autorise à user des stratégies menaçantes pour contraindre ses invités politiques à révéler ce qu’on croit qu’ils préfèrent taire.

2.1.4. Réactions des participants à l’interview et progression de l’échange

16Le dernier paramètre a trait à la dynamique même de l’interaction. La perception d’un éventuel effet d’impolitesse sera profondément modifiée par les réactions in situ de l’IÉ, par sa capacité à se défendre, à contre-attaquer, de manière à ne pas laisser le monopole de l’attaque à l’IR. De même, les réactions des témoins de la scène qui sont co-présents (public en studio) jouent également un rôle à cet égard. Par leurs réactions (applaudissements, rires, huées, etc.), ils marquent leur (dés)alignement avec les interactants médiatiques, cadrant l’interprétation des actes menaçants selon qu’ils correspondent ou non à leurs attentes.

3. Le contexte de l’interview analysée

17Deux hommes en or est l’un de ces talk shows de fin de soirée diffusé sur les ondes de Télé-Québec (TQ) qui mêlent affaires publiques et actualité culturelle. L’émission est animée par Patrick Lagacé, chroniqueur-vedette d’un quotidien montréalais, et Jean-Philippe Wauthier, également à la barre d’une émission de radio humoristique. À tour de rôle, ils mènent différentes interviews avec des invités du monde politique, médiatique et culturel. D’une durée de huit minutes, celle qui fait l’objet de notre analyse date du 7 mars 2014 et constitue le segment de l’émission intitulé « Bing bang ». Si l’intitulé de ce segment laisse présager un traitement conflictuel, il faut savoir qu’habituellement le ton des questions reste « bon enfant », naviguant entre le scepticisme de bon aloi et l’ironie. Le dispositif scénique décontracté, typique des talk shows, où IR et IÉ, un verre à la main, se tiennent debout de part et d’autre d’une table haute, situe l’ensemble dans une visée d’infotainment.

18Le 7 mars 2014, à un mois de l’élection d’un nouveau gouvernement provincial, P. Lagacé interviewe Gaétan Barrette, chirurgien, ex-président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec et nouveau candidat vedette du Parti Libéral du Québec (PLQ), promis au poste de ministre de la santé si son parti prend le pouvoir. G. Barrette est invité sur le plateau pour justifier sa candidature plus que pour en faire la promotion. En effet, dix-huit mois plus tôt, lors de l’élection précédente, il était candidat pour un autre parti, la Coalition Avenir Québec (CAQ). À la veille de l’entrevue, c’est justement cette réputation nouvellement acquise par Barrette de « vire-capot », de « girouette » (Fortier 2014, Martineau 2014) qui retient l’attention médiatique. La candidature de ce transfuge offre d’ailleurs aux médias l’occasion de rappeler l’image négative qu’il traîne, celle d’un être « abrasif, bouillant, colérique, matamore, impétueux » (Facal 2014). L’image de G. Barrette est telle qu’on peut faire l’hypothèse qu’un niveau rehaussé d’agressivité à l’égard du politicien est attendu par le public, comme en témoigne un tweet adressé à P. Lagacé diffusé quelques heures avant l’émission : « #2HO manque le pas Gaétan Barette s.v.p ».

19De son côté, P. Lagacé ne se présente pas devant G. Barrette avec une image de neutralité et de distance. De fait, il l’a déjà interviewé sur un mode conflictuel dans une autre émission et a parlé de lui dans une chronique, en 2012. Il a alors qualifié le personnage de « chef de lobby détestable » (Lagacé 2012). Ces éléments situationnels modifient le contrat de communication initial, ce dont témoigne ce tweet de Lagacé précédant l’émission, qui avertit les téléspectateurs que l’interview avec le candidat libéral mettra en scène « deux gars qui s’aiment pas » :

4. Analyse

20En première analyse, ce contexte donne une marge de manœuvre relativement importante à l’IR pour aller au-delà du niveau modéré de conflictualité qui caractérise habituellement les interviews politiques à 2HO. Cependant, on l’a dit, l’agression d’autrui n’est jamais sans risque… La démarche d’analyse qui suit consiste à identifier ces risques, en prenant à la fois appui sur la progression de l’interview, la manière dont réagit l’IÉ aux interventions de l’IR et les réactions du public en studio.

4.1. Progression de l’interview et montée en tension

  • 2 Pour une justification de la pertinence de ce regroupement, voir Laforest et Moïse 2013 : 89.

21Il nous apparaît clair que l’interview de G. Barrette par P. Lagacé se situe aux limites de ce qui est généralement accepté au Québec en termes d’échanges conflictuels dans des situations pareilles. Cette évaluation repose sur divers éléments. D’abord le nombre et la teneur des actes de condamnation d’autrui produits au long de l’interview. Ces actes regroupent les actes – désapprobation, critique, réprimande, accusation, insulte, etc. – qui, selon Brown de Levinson (1987), permettent au locuteur d’indiquer que ses attentes ne correspondent pas à celles de l’allocutaire. Laforest et Moïse (2013) les répartissent en deux grandes catégories, les actes de condamnation du faire – qui portent sur un acte ou un comportement jugé inadéquat – et de l’être2 – qui portent sur une caractéristique de l’individu condamné. Du faire à l’être, la charge de condamnation augmente, dans la mesure où on en vient à essentialiser la condamnation, en faisant d’un comportement une caractéristique stable de l’individu condamné. Des indices formels et sémantiques permettent généralement d’identifier le type de condamnation auquel on a affaire.

22D’entrée de jeu, on constate que c’est autour d’un acte de condamnation et non d’une demande d’information que se construit l’interview Lagacé/Barrette, ce qui en soi la distingue. Cette condamnation, plus spécifiquement le reproche fait à l’IÉ d’un manque de cohérence dans la conduite de sa (jeune) carrière politique, est implicitement annoncée dès la première intervention de l’IR (Extrait 2, L1-2), lorsqu’il feint de se tromper en nommant le parti sous la bannière duquel son invité se présente. L’IÉ montre en L6 qu’il n’est pas dupe de cette trop apparente erreur (« Ça vous a pris du temps à la pratiquer celle-là »). La même condamnation, explicite pour la première fois en L7-10, est répétée et reformulée tout au long de l’interview (L21-22, 64-65, 71 et 74 en sont des exemples) ce qui peut être interprété comme une tentative de réduire l’identité de l’IÉ à la seule étiquette de transfuge. Au total, l’IR produira 14 actes de condamnation au cours des 8 minutes que dure son interaction avec G. Barrette, dont plus de la moitié sont des condamnations de l’être (outre le manque de cohérence dans la conduite, voir par exemple L79 et L93, où l’IR accuse successivement l’IÉ de manquer de sincérité et d’être méprisant).

23Un autre élément qui donne à penser que l’interview est plus agressive que la moyenne est, outre la multiplication des actes de condamnation, la quasi absence de stratégies de conciliation (sauf en clôture d’interview). Ces stratégies (excuses, marques d’accord, marques prosodiques diverses), définies par Auger et al. (2003), permettent à l’allocutaire de ne pas trop perdre la face ou à tout le moins de réduire la tension induite par les actes menaçants.

  • 3 Les conventions de transcription sont données en annexe.

(2)3 Extrait, interview Lagacé-Barrette, 2HO, TQ, 7/3/2014 [0 : 00 – 4 : 43]

(2)3 Extrait, interview Lagacé-Barrette, 2HO, TQ, 7/3/2014 [0 : 00 – 4 : 43]

24Cela dit, si la multiplication des actes de condamnation non « adoucis » pourrait clairement faire entrer le comportement de l’IR dans le domaine risqué de l’impolitesse, voire de la violence verbale, l’analyse de l’interaction ne permet pas de conclure à l’existence d’une relation de domination. En effet, dans une logique de surenchère, G. Barrette répond aux actes agressifs de P. Lagacé par d’autres actes agressifs. Il apparaît ainsi rarement comme une victime humiliée. Non seulement recourt-il à l’habituelle technique d’évitement de la question, mais plus encore sa non-réponse est elle-même, plus d’une fois, une question (voir L15-16, 25-29, 35). En usurpant le privilège revenant à l’IR de la conduite de l’interview par ses questions, G. Barrette sort de son rôle d’IÉ, et en reformulant à plusieurs reprises la question qu’il adresse à l’IR (« diriez-vous du Parti québécois qu’ils sont cyniques? »), il se montre aussi pugnace que P. Lagacé.

25Une autre de ses stratégies consiste à contester la valeur des conclusions implicites que l’on peut tirer des interventions de l’IR à son sujet. Il le fait en feignant de ne pouvoir tirer quelque conclusion que ce soit de ce que dit l’IR (L23 : « Et? » ; L72 : « Ouais et puis? ») ou en refusant d’admettre les présupposés sur laquelle elle repose. Ainsi, affirmer « je ne vois pas où est le problème » (L24-25) revient à dire qu’il n’est pas pertinent de demander des explications à propos de la situation exposée par l’IR et que par conséquent la situation qui fait l’objet de la question est tout à fait normale. Il le fait aussi en jouant les faux naïfs, comme à la ligne 112, avec un « Pourquoi? » énoncé sur le ton candide de celui qui, vraiment, ne comprend pas la question qu’on lui pose. Il recourt aussi fréquemment à la réfutation, notamment lorsque l’IR avance que son caractère changeant pourrait aussi se manifester dans l’exercice d’éventuelles responsabilités ministérielles.

26Enfin, on ne peut passer sous silence un dernier élément qui contribue puissamment à la charge d’agression de l’interview : le bref mais percutant passage de l’IR, aux lignes 30-31 et plus encore aux lignes 38-39, du plan du contenu discursif à un plan que l’on pourrait qualifier de métacommunicatif. On l’a dit, par une sorte de mimétisme, l’IÉ usurpe le rôle d’IR en posant de façon insistante une question à P. Lagacé, de sorte que les questions de l’un s’affrontent aux questions de l’autre sans qu’aucune réponse ne soit donnée. L’IR tente de reprendre l’avantage et d’imposer sa domination en L38-39, en rappelant explicitement les lois du genre de l’interview dans lequel son invité et lui-même sont engagés (« Je vais poser les questions, vous allez y répondre, c’est ça une entrevue »). Ce rappel, énoncé sur un ton sans réplique, constitue un acte nettement agressif, au caractère très intrusif : il s’agit d’une attaque personnelle tant de la face positive (l’image de soi) que négative de l’IÉ (un ordre est donné, qui contraint sa liberté d’action).

4.2. Réactions de l’IÉ

27Pour sommaire qu’elle soit – faute d’espace pour la présenter en détail – l’analyse qui précède de la dynamique de l’interview fait apparaître un niveau d’agression élevé. En quoi cela permet-il de dire qu’elle est risquée, qu’elle se situe aux limites de l’acceptable, du moins pour la communauté québécoise?

28Les réactions de l’IÉ, tant pendant qu’après l’interview permettent en partie de répondre à cette question. Même si le talk show est fondé sur l’instabilité des attentes (Ekström 2011 : 135), l’expérience que les participants ont des éditions précédentes d’une même émission fonctionne comme un script de ce qui est attendu et conditionne les comportements adoptés. On peut voir à certaines réactions de l’IÉ que dès le départ, son interaction avec l’IR s’éloigne du script qu’il avait en tête. Les extraits (3) et (4) contiennent de brèves interventions évaluatives de G. Barrette, produites en réaction à la charge agressive d’une question ou d’une affirmation de l’IR (extrait 3, L11 : « Ah oui. Ok. »), charge accentuée dans l’extrait 4 par des rires du public (L89 : « Ok. »). En raison de l’intonation utilisée et du court silence qui les suit, ces réactions semblent signaler un certain étonnement devant ce qui vient de se produire. Dans l’extrait 3, le choc semble d’autant plus important qu’il s’agit de la toute première question de l’interview.

(3) Extrait, interview Lagacé-Barrette, 2HO, TQ, 7/3/2014 [0 : 09 – 0 : 25]

(3) Extrait, interview Lagacé-Barrette, 2HO, TQ, 7/3/2014 [0 : 09 – 0 : 25]

(4) Extrait, interview Lagacé-Barrette, 2HO, TQ, 7/3/2014 [3 : 43 – 3 : 50]

(4) Extrait, interview Lagacé-Barrette, 2HO, TQ, 7/3/2014 [3 : 43 – 3 : 50]

29Cette interprétation est par ailleurs validée par les commentaires de G. Barrette sur Twitter suivant l’interview :

4.3. Jusqu’où peut-on aller? Les réactions du public

30Cela étant, il revient ultimement au public de poser un jugement sur la manière dont l’interview est menée. Clairement, sur le plan médiatique, le comportement de l’IR peut être rentable dans la mesure où l’efficacité de l’impolitesse comme spectacle, mesurée aux réactions positives qu’elle suscite, réside notamment dans le plaisir ressenti de voir une personnalité comme G. Barrette, représenté médiatiquement comme arrogant, se voir clouer le bec. La preuve en est que certains téléspectateurs, dans leurs tweets, légitiment justement de cette manière l’agressivité de l’IR :

  • 4 Les tweets d’usagers ont été anonymisés par les auteurs.

31À ce titre, Oprea (2012 : 385) rappelle que la « violence détournée [produite, comme ici, dans le but de répondre à certaines attentes du public] est devenue un moyen de gagner la sympathie et l’adhésion des rieurs qui sont amenés à partager la même vision que le locuteur, les mêmes valeurs négatives attribuées à la cible ». C’est pourquoi, bien que l’IR s’écarte considérablement du script habituel et qu’à certains égards cet écart puisse être condamné (du moins dans la société québécoise), il s’agit d’une stratégie qui n’en reste pas moins rentable, en ce qu’elle satisfait la relation prioritaire existante entre l’IR et le public, suivant une logique du spectacle.

  • 5 L’interprétation tirée des manifestations paraverbales du public doit être faite avec précaution. S (...)

32Or, si, comme nous venons de l’indiquer, les rires et les applaudissements5 du public en studio constituent un indice de l’efficacité des actes menaçants produits, une telle spectacularisation de la disqualification contribue par ailleurs à accentuer la stigmatisation de la cible, du fait même de cette coalition de l’IR et du public se liguant contre la personnalité invitée. Dans le contexte québécois où le public a tendance à se montrer empathique envers les victimes et à se porter à leur défense, la condamnation d’autrui reste malgré tout une stratégie de séduction à manipuler avec soin.

  • 6 Inspirée des travaux de Filliettaz (2009), la transcription de cet extrait rend compte de la progre (...)

33L’extrait (10)6 témoigne justement de la conscience de l’IR des effets potentiellement dangereux des réactions d’appui du public en studio.

(10) Extrait, interview Lagacé-Barrette, 2HO, TQ, 7/3/2014 [1 : 21 – 1 : 34]

(10) Extrait, interview Lagacé-Barrette, 2HO, TQ, 7/3/2014 [1 : 21 – 1 : 34]

34Dès le début des applaudissements, P. Lagacé, d’abord, hoche rapidement la tête, lèvres pincées – un geste pouvant être interprété comme une manifestation de désalignement avec le public qui applaudit –, puis il dresse les mains à la hauteur de ses épaules, paumes orientées vers le public en studio, en signe d’arrêt. De fait, ce mouvement est suivi d’une diminution rapide de l’intensité des applaudissements. Sur le plan interprétatif, ces gestes assimilables à une tentative de contrôler les applaudissements du public en studio s’affichent :

351) comme une volonté de préserver la face de l’invité ou, du moins, de contrebalancer l’aggravation de l’agression que représentent les applaudissements ;

362) comme la marque que l’IR reconnaît le caractère violent et impoli de l’acte agressif.

37On retrouve également de telles stratégies de compensation (utilisées par l’un ou l’autre des interactants) lorsque le public en studio se désolidarise de l’IR ou qu’il ne produit aucune réaction à un acte agressif de forte intensité, comme dans les extraits (11) et (12).

(11) Extrait, interview Lagacé-Barrette, 2HO, TQ, 7/3/2014 [3 : 48 – 4 : 16]

(11) Extrait, interview Lagacé-Barrette, 2HO, TQ, 7/3/2014 [3 : 48 – 4 : 16]

(12) Extrait, interview Lagacé-Barrette, 2HO, TQ, 7/3/2014 [6 : 00 – 6 : 22]

(12) Extrait, interview Lagacé-Barrette, 2HO, TQ, 7/3/2014 [6 : 00 – 6 : 22]
  • 7 Plus qu’une stratégie défensive, en flattant la face de son vis-à-vis, G. Barrette s’attire la symp (...)

38En (11), à la ligne 98, l’IR, au lieu de prolonger la séquence agressive en répétant sa question ou en insistant sur le caractère méprisant de l’intervention de l’IÉ, complète à sa place ce qu’il s’apprêtait à dire, l’invitant ainsi à poursuivre son tour de parole, une marque bien connue de coopération interactionnelle (Laforest, 1992). De façon similaire, en (12), l’IÉ, prenant en compte les réactions négatives du public envers la question posée, protège la face de l’IR en évaluant positivement la question qu’il vient de poser (L147-148)7. Le recours à ces stratégies de compensation semble :

391) confirmer l’hypothèse d’une conscience de la part des acteurs médiatiques de la nécessité de réévaluer constamment la frontière entre l’agression légitime qui sera tolérée et celle illégitime qui risque d’être condamnée ;

402) infirmer l’hypothèse voulant qu’en raison de la crise réputationelle qui affecte Barrette et de l’histoire interactionnelle entre les deux protagonistes, l’IR bénéficie d’une marge de manœuvre illimitée pour agresser le politicien.

5. Conclusion

41Notre analyse des conditions sous lesquelles des stratégies discursives d’agression de la part d’un IR peuvent être considérées comme plus ou moins adéquates rappelle le rôle central du public en studio dans cette évaluation. Si l’expérience médiatique d’IR et d’IÉ fonctionne comme un script à propos de comportements qui sont globalement valorisés et dévalorisés, les réactions in situ du public en studio semblent permettre le réglage fin des comportements réciproques. En ce sens, l’interview de G. Barrette à 2HO montre qu’être adéquat en talk show, ce n’est pas tant se conformer stricto sensu à ce qui est attendu – ce qui produirait peu d’effet de sens – que de transgresser jusqu’à un certain point ces attentes, que ce soit par une question particulièrement agressive comme celle que pose P. Lagacé au tout début de l’interview, ou par une « impolitesse brillante » (Simonin, 2010), pour créer un effet de surprise et de saillance, susceptible de répondre aux attentes spectatorielles des publics. Ces transgressions des limites de l’acceptable sont celles qui seraient le plus susceptibles d’emporter l’adhésion et de favoriser l’identification du public au spectacle présenté. À cet égard, les tests de perception que nous réalisons actuellement sur cette interview devraient nous en apprendre davantage.

42Par ailleurs, la mise en parallèle de la progression des échanges avec les réactions de l’IÉ et du public en studio rend également compte, en dernière analyse, de l’importance de s’intéresser de façon plus détaillée à l’amont de l’échange médiatique (qu’il s’agisse par exemple de l’image de l’IR et de l’IÉ construite dans les médias, ou des discours circulant dans l’espace public à propos des enjeux soulevés dans l’interview) de même qu’à son aval (nous pensons tout particulièrement aux réactions des publics, notamment sur les médias socionumériques). Il nous apparaît que l’analyse de discours ne gagne rien à faire abstraction de l’histoire conversationnelle de la relation entre les interactants médiatiques ainsi que des représentations sociales des politiciens (en général) et de la personnalité politique invitée (en particulier), tant elles jouent un rôle important dans l’évaluation de la légitimité des actes menaçants de la part des publics. En effet, les quelques tweets présentés, tirés d’un plus vaste ensemble que nous avons pu consulter, laissent croire que les téléspectateurs donnent presque carte blanche à l’IR pour que celui-ci confronte la personnalité politique en leur nom. Or, les réactions du public en studio rendent compte, au contraire, de l’existence d’un seuil de tolérance relativement peu élevé à l’agressivité. De fait, l’analyse montre comment l’IR et l’IÉ coopèrent et manifestent à travers leur discours cette conscience fine d’une frontière mouvante entre actes agressifs légitimes et illégitimes. Cette ambivalence questionne l’articulation des paramètres contextuels et situés de la mise en scène efficace de la parole conflictuelle et mériterait une attention particulière.

__________________________

Résumé : L’objectif de cet article est d’examiner comment l’impolitesse s’accomplit et est évaluée en situation d’interview de talk show alors qu’intervieweur (IR) et interviewé (IÉ) doivent composer avec des attentes contradictoires : divertir par une parole conflictuelle sans dépasser le seuil de tolérance des publics à l’agressivité. À partir d’une analyse interactionnelle d’une interview politique diffusée à l’émission de talk show québécois « Deux hommes en or », nous montrons qu’en dépit d’une tendance médiatique à la mise en spectacle de la violence verbale, l’IR comme l’IÉ, loin de repousser les limites de l’agressivité, prennent en compte les réactions de désalignement du public en studio et y réagissent. Par l’emploi de stratégies de compensation efficaces, ils témoignent d’une conscience fine des frontières mouvantes entre actes agressifs légitimes et illégitimes. Dans cette mise en scène, on observe que le public en studio est amené à jouer un rôle actif central, permettant à l’IR et à l’IÉ d’ajuster leur discours en fonction de l’évaluation faite par le public de l’agressivité performée.

Mots-clés : Impolitesse, Performance, Talk show, Participation du public en studio, Discours politique, Discours-en-interaction

Abstract: The aim of this paper is to examine how impoliteness is accomplished and evaluated in talk show when interviewer (IR) and interviewee (IE) must deal with conflicting expectations : entertaining by a confrontational speech without exceeding the public tolerance for aggressivity. In our interactional analysis of a political interview aired on Quebec talk show, « Deux hommes en or », we show that despite the trend of ‘confrontainment’ in mediatised politics, IR and IE express a fine awareness of the shifting boundaries between legitimate and illegitimate aggressive acts. As such, IR and IE take into account misalignment reactions of studio audience by use of compensatory strategies in the aim to produce an attractive impoliteness interview. In this performance, we observe that the studio audience plays an active role, supporting IR and IE to fine-tune their interventions.

Keywords: Impoliteness, Performance, Talk show, Participation of studio audience, Political discourse, Talk-in-interaction.

Haut de page

Bibliographie

Auger, N., V. FILLOL, J. LOPEZ et C. MOÏSE, 2003, « La violence verbale : enjeux, méthode, éthique », France, pays de contacts de langues. Actes du colloque de Tours, 9 et 10 novembre 2000. Cahiers de l’institut de linguistique de Louvain, p. 131-150.

BOUSFIELD, D. (dir.), 2008, Impoliteness as Interaction, Amsterdam : Benjamins.

Brown, P. et S. C. Levinson, 1987, Politeness : Some Universals in Language Usage, Cambridge : Cambridge University Press.

Burger, M., 2002, « Identities at Stake in Social Interaction : The Case of Media Interviews », Studies in Communication Sciences, 2 (2), p. 1-20.

Clayman, S., 1992, « Footing in the Achievement of Neutrality : the Case of News Interviews », dans P. Drew et J. Heritage (dir.), Talk at Work : Interaction in Institutional Settings, Cambridge : Cambridge University Press.

Culpeper, J., 2005, « Impoliteness and Entertainment in the Television Quiz Show : The Weakest Link », Journal of Politeness Research, 1 (1), p. 47-58.

Ekström, M., 2011, « Hybridity as a Resource and Challenge in a Talk Show Political Interview », dans M. Ekstrom et M. Patrona (dir.), Talking Politics in Broadcast Media, Amsterdam : Benjamins, p. 135-155.

Facal, J., 2014, 5 mars, « Un bon coup ? », Journal de Montréal, p. 34.

Filliettaz, L., 2009, « Les représentations du travail dans des réunions de relève de poste en milieu industriel. Une analyse multimodale », dans S. Canelas-Trevisi et al. (dir.), Langage, objets enseignés et travail enseignant, Grenoble : ELLUG, p. 47-70.

Fortier, M., 2014, 6 mars, « Les points chauds qui feront le scrutin », Le Devoir, p. A3.

Goffman, E., 1974, Les rites d'interaction, Paris : Minuit.

Hamo, M, Z. KAMPF et L. SHIFMAN, 2010, « Surviving the ‘mock interview’ », Media, Culture & Society, 32 (2), p. 247-266.

Harris, S., 1991, « Evasive Action : How Politicians Respond to Questions in Political Interviews », dans P. Scannel (dir.), Broadcast Talk, Londres : Sage, p. 76-99.

Heritage, J. et D. Greatbatch, 1991, « On Institutional Character of Institutional Talk : the Case of News Interviews », dans D. Boden et D. Zimmerman (dir.), Talk and Social Structure, Cambridge : Polity Press, p. 94-137.

Hutchby, I., 2008, « Participants' Orientations to Interruptions, Rudeness and Other Impolite Acts in Talk-in-interaction », Journal of Politeness Research, 4 (2), p. 221-241.

Hutchby, I., 2011, « Non-neutrality and Argument in the Hybrid Political Interview », Discourse Studies, 13 (3), p. 349-365.

Hutchby, I., 1996, Confrontation Talk, Mahwah : Lawrence Erlbaum.

Kerbrat-Orecchioni, C., 2009, « La politesse dans le discours-en-interaction », dans Le discours en interaction, Paris : Armand Colin, pp. 187-284.

Laforest, M., 1992, Le back-channel en situation d'entrevue, Québec : CIRAL.

Laforest, M. et C. MOÏSE, 2013, « Entre reproche et insulte, comment définir les actes de condamnation », dans B. Frachiolla et al. (dir.), Violences verbales. Analyses, enjeux et perspectives, Rennes : Presses universitaires de Rennes, p. 85-101.

LagacÉ, P., 2012, 28 août, « Note de service pour Gaétan Barrete », Lapresse.ca, récupéré de : http://blogues.lapresse.ca/lagace/2012/08/28/note-de-service-pour-le-dr-gaetan-barrette/

Lalancette, M., 2014, « Playing Along New Rules : Personalized Politics in a 24/7 Mediated World », dans A. Marland, T. Giasson et T. A. Small (dir.) Political Communication in Canada, Vancouver : UBC Press, p. 144-159

MARTEL, G., 2012, « L’image médiatique des politiciens en situation de talk show », dans P. Amey et P. Leroux (dir.), L'échange politique à la télévision, Paris: L'Harmattan, p. 159-178.

Martineau, R., 2014, 4 mars, « Gaétan Barrette ou Gaétan Girouette », Journal de Montréal, p. 6.

Moïse, C. 2006, « Analyse de la violence verbale : quelques principes méthodologiques », Actes des XXVIe Journées d’étude sur la parole, Dinard, récupéré de : http://jep2006.irisa.fr/ JEP06_ACTES.PDF

Montgomery, M., 2007, The Discourse of Broadcast News. A Linguistic Approach, Londres : Routledge.

Montgomery, M., 2011, « The Accountability Interview : Politics and Change in UK Public Service Broadcasting », dans M. Ekstrom et M. Patrona (dir.), Talking Politics in Broadcast Media, Amsterdam : Benjamins, p. 33-55.

Oprea, A., 2012, Le système de la politesse confronté aux défis du talk show. Thèse, Université Babes-Bolyai et Université Lumière Lyon 2.

SIMONIN, O., 2010, « (Im)politesse, coopération et principes d’inférence », Lexis, 2, Numéro spécial, pp. 21-34, récupéré de : http://lexis.univ-lyon3.fr/IMG/pdf/Lexis_special_2_-_Simonin.pdf.

Thussu, D. K., 2007, News as Entertainment : The Rise of Global Infotainment, Londres : Sage.

Tolson, A., 2011, « Political Discourse in TV news : Conversational Presentation and the Politics of ‘Trust’ » dans M. Ekstrom et M. Patrona (dir.), Talking Politics in Broadcast Media, Amsterdam : Benjamins, p. 57-74.

Tolson, A., 2012, « « You’ll Need a Miracle to Win the Election » (J. Paxman 2005) : Interviewer assertiveness in UK General Elections 1983-2010 », Discourse, Context & Media, 1 (1), p. 45-53.

Turbide, O., D. VINCENT et M. LAFOREST, 2008, « Les « X » à Québec : la construction discursive d’un groupe exclusif », Recherches sociographiques, 49 (1), p. 87-112.

Turbide, O., 2015, « La construction d’images publiques dans le discours politique médiatique. Qu’est-ce qu’une performance adéquate? », Communiquer, 14, récupéré de : https://communiquer.revues.org/1624.

Vincent, D. et M. Laforest, 2001, « Débat ou règlement de compte : la perception de l’agressivité dans une rencontre télévisuelle », Colloque Orage, Aix-en-Provence : Université de Provence.

Vincent, D. et al., 2008, « Pour un modèle fonctionnel d’analyse du discours d’opposition. Une analyse de la trash radio », dans C. Moïse et al. (dir.), La violence verbale. T. 1. Espaces politiques et médiatiques, Paris : L’Harmattan, p. 81-108.

Haut de page

Notes

1 Cette conception de l’impolitesse renvoie à un principe phare en analyse conversationnelle, suivant lequel les interactants montrent par leurs contributions successives leur compréhension des actes de discours produits par le locuteur précédent (Hutchby 2008).

2 Pour une justification de la pertinence de ce regroupement, voir Laforest et Moïse 2013 : 89.

3 Les conventions de transcription sont données en annexe.

4 Les tweets d’usagers ont été anonymisés par les auteurs.

5 L’interprétation tirée des manifestations paraverbales du public doit être faite avec précaution. Si les rires relèvent presque toujours d’un comportement spontané, il en va autrement des applaudissements qui peuvent être « commandés » par l’animateur de foule. Cela étant, notre participation comme public à cette émission tend à montrer que les incitations à applaudir s’appuient la plupart du temps sur des manifestations préalables d’accord (souvent des rires ou de timides applaudissements) produites de façon spontanée par le public.

6 Inspirée des travaux de Filliettaz (2009), la transcription de cet extrait rend compte de la progression de la phase gestuelle : les bornes initiale et finale de la phase sont marquées par des (|), son développement par des (-) et son apogée par des (*).

7 Plus qu’une stratégie défensive, en flattant la face de son vis-à-vis, G. Barrette s’attire la sympathie du public en studio qui rit de sa répartie. D’ailleurs, cette rupture dans la dynamique de l’échange (d'agonal à ludique) favorise l’introduction d’un jeu d’esprit qui est également salué par le public en studio.

Haut de page

Table des illustrations

Titre (1)
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/10399/img-1.png
Fichier image/png, 29k
Titre (2)3 Extrait, interview Lagacé-Barrette, 2HO, TQ, 7/3/2014 [0 : 00 – 4 : 43]
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/10399/img-2.png
Fichier image/png, 59k
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/10399/img-3.png
Fichier image/png, 43k
Titre (3) Extrait, interview Lagacé-Barrette, 2HO, TQ, 7/3/2014 [0 : 09 – 0 : 25]
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/10399/img-4.png
Fichier image/png, 9,0k
Titre (4) Extrait, interview Lagacé-Barrette, 2HO, TQ, 7/3/2014 [3 : 43 – 3 : 50]
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/10399/img-5.png
Fichier image/png, 5,2k
Titre (5)
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/10399/img-6.png
Fichier image/png, 26k
Titre (6)
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/10399/img-7.png
Fichier image/png, 25k
Titre (7)4
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/10399/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre (8)
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/10399/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre (9)
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/10399/img-10.png
Fichier image/png, 24k
Titre (10) Extrait, interview Lagacé-Barrette, 2HO, TQ, 7/3/2014 [1 : 21 – 1 : 34]
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/10399/img-11.png
Fichier image/png, 155k
Titre (11) Extrait, interview Lagacé-Barrette, 2HO, TQ, 7/3/2014 [3 : 48 – 4 : 16]
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/10399/img-12.png
Fichier image/png, 16k
Titre (12) Extrait, interview Lagacé-Barrette, 2HO, TQ, 7/3/2014 [6 : 00 – 6 : 22]
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/10399/img-13.png
Fichier image/png, 11k
URL http://semen.revues.org/docannexe/image/10399/img-14.png
Fichier image/png, 10k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Turbide et Marty Laforest, « Interview politique et construction interactionnelle de l’impolitesse. L’efficacité de la parole conflictuelle pour un public absent », Semen [En ligne], 40 | 2015, mis en ligne le 17 novembre 2015, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://semen.revues.org/10399

Haut de page

Auteurs

Olivier Turbide

Département de communication sociale et publique, Université du Québec à Montréal

Marty Laforest

Département de lettres et de communication sociale, Université du Québec à Trois-Rivières

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page