Navigation – Plan du site

Sophie Milcent-Lawson, Michelle Lecolle & Raymond Michel (dir.), Liste et effet liste en littérature, Paris, Classiques Garnier, 2013

Andrée Chauvin-Vileno

Texte intégral

1Cette publication collective, consacrée à une « forme simple » et majeure, s’inscrit dans le prolongement d’un colloque en réussissant le pari de constituer un ouvrage de référence de plus de six cents pages, dont l’intérêt est constant. Optant pour une organisation à la fois souple et rigoureuse, il réunit trente-quatre contributions de grande ou très grande qualité, informées et précises. La diversité théorique et thématique des articles échappe au risque de dispersion, car ils arpentent et balisent un véritable espace partagé de réflexion, interrogent des références communes (Hamon, Eco, Frédéric, Sève, Paveau & Rosier, Rabatel notamment) ; ils participent ainsi à l’actualité d’un dialogue scientifique en se mettant à l’écoute des textes.

2Si on lui applique les caractéristiques familières des listes, cet ouvrage est plus cohérent qu’hétéroclite, il ne prétend pas à l’exhaustivité et n’épuise pas l’intérêt de l’objet discursif liste, ce point « aveugle de la théorie littéraire ». Les articles répartis en trois sections sont précédés d’une introduction et encadrés par deux séquences : en ouverture le questionnement synthétique et très stimulant du spécialiste du descriptif, Philippe Hamon, sur la mise en liste ; en clôture, les perspectives du promoteur d’une sémio-stylistique sérielle, Georges Molinié. L’ouvrage ne remonte pas à l’ « ur-littérature » (p. 567) des catalogues homériques et des généalogies bibliques, mais couvre un large empan temporel, du Moyen-Âge à nos jours, avec une forte représentation du XXe siècle. Il aborde des genres très différents (poésie, chanson populaire, manifeste, théâtre, roman….) parmi lesquels le narratif se taille une place importante en dépit de la réputation a-narrative ou anti-narrative des listes isolées.

3Le regroupement en trois sections n’obéit pas à des critères chronologiques mais à trois directions complémentaires : la liste en action (« La liste à l’œuvre », sept articles), les relations de la liste avec les genres littéraires, notamment poétique, polémique et romanesque (« Poétiques de la liste », quinze articles), les esthétiques qu’elle met en jeu sur le plan de voix, de la mémoire, de l’expérience du plaisir ou du deuil (« Esthétiques de la liste », douze articles). Ce principe d’organisation, ainsi que le souci de problématisation des articles, permet à l’ensemble de répondre à une ambition de progression théorique généralisable, sans renoncer à l’éclairage spécifique des textes, les articles privilégiant selon le cas l’une ou l’autre de ces tendances tantôt en se centrant sur un œuvre ou des œuvres, tantôt en les abordant sous l’angle de l’exemplification.

4Le volume de l’ouvrage et le nombre des contributions ne permet pas d’en rendre compte linéairement ni d’en citer tous les auteurs et d’ailleurs l’introduction qui présente les contributions invite le lecteur à « constituer son parcours » (p.8). Le présent compte-rendu s’y autorise.

5Le préambule de Philippe Hamon peut inciter à suivre tel ou tel fil de questionnement. Il problématise les singularités de la liste et se félicite que l’ouvrage l’aborde comme « figure textuelle » et comme pratique. « Probablement universelle, transhistorique, trans- générique » (p. 21) selon Hamon, la liste comme pratique pré-littéraire ou non-littéraire, comme matrice descriptive, pose à la littérature, et particulièrement au récit, la question de ses marges ; elle pose au discours la question de ses structures, puisqu’elle peut se présenter comme « pure juxtaposition de mots » (p. 23). Existe-t-il un style de (la) liste ? Les listes recensent-elles le savoir sur le monde ou sont-elles miroirs de mots ? Hamon dégage sept directions d’étude : 1. dénomination et définition, 2. dimension, 3. effets de clôture / nature logico-sémantique, 4. genres, 5. spécificité de l’acte de lecture, 6. domaines sémiotiques autres que verbal, 7. herméneutique, structure et répétition.

6L’entrée générique (entrée 4) qui définit d’ailleurs une des trois parties de l’ouvrage domine dans nombre d’articles qui s’attachent

7aux propriétés formelles (liste-type de la table des matières comme « texte des titres » ; mode de construction récapitulative ou cumulative de la chanson ; déconstruction syntaxique des manifestes avant-gardistes),

8aux visées pragmatiques (maîtrise du savoir ou potentialité subversive des réinterprétations parodiques chez Rabelais ; désordre cultivé des « énumérations égarantes » des surréalistes qui disqualifient le « langage cuit » ; efficacité dénonciatrice de la parataxe qui fait assumer au lecteur le jugement par exemple chez Calaferte),

9aux évolutions historiques (translatio des épopées latines aux romans médiévaux ; « homologie de forme » entre liste, vers libres et représentation du flux de conscience, fondatrice d’une rencontre poétique ; participation de l’esthétique fragmentaire des listes aux mues du théâtre contemporain).

10En revanche, la thématique sémiotique (entrée 6 de Hamon) n’est pas abordée dans l’ouvrage, sauf par le biais de la représentation sur la scène théâtrale contemporaine (le « devenir-plateau » des listes – p. 416), et à travers l’opposition spatialité /oralité : alors que les « études antiquisantes » associent les listes, auxiliaires de la mémoire, à la « profération orale », l’anthropologie de l’écriture, et notamment Goody, en font un « parangon de la technique scripturale » au profit de la rationalisation (Watine p. 395). Dans l’ouvrage, les corpus qui supposent une réalisation orale et vocale sont minoritaires (chansons, poésie), mais, pour autant, la définition de la liste par sa seule disposition spatiale (en colonne) est récusée.

11Car, plus que la liste, c’est l’ « allure de liste » (Sève), l’effet (de) liste, qui est l’objet des recherches, ouvrant de ce fait sur la possibilité d’envisager un continuum, sur la problématisation des critères (entrées 1, 2, 3, 7), et sur l’appréhension en termes de réception (entrée 5). Celle-ci, sans être théorisée à part et autrement qu’à partir des textes, est transversale à la plupart des contributions, notamment par la place faite à la perspective énonciative.

12L’ouvrage réalise de précieuses mises au point qui donnent une pleine intelligibilité à la forme, sans simplification monologisante, et constituent des avancées significatives aussi bien sur le plan des dénominations et des typologies (entrée 1) que des structures et de leur interprétation (entrée 7).

13La liste est en effet définie et discutée par les auteurs sous plusieurs angles : « cohésion formelle » (identité ou équivalence des catégories grammaticales et des fonctions), « cohérence logico-sémantique en contexte » (Jeandillou p. 248) tendant à l’homogénéisation ou cultivant l’hétérogénéité, marques de clôture/indices d’ouverture, visées pragmatiques et textuelles variables, modes d’intégration ou de différenciation graphique et textuelle (« régime staccato » en rupture avec le « legato du discours » Berthommieu p. 96), relation au contexte immédiat et à l’ensemble d’un texte.

14C’est en termes de tensions, rappelle A. Rabatel, que la liste peut être appréhendée (ordre/désordre, complétude/manque, non littérarité/littérarité, saturation/suggestion pouvant confiner au topos de l’indicibilité), tandis que M. Jeay refuse d’assimiler les listes à l’amplification, certaines pouvant « constituer une forme d’abrègement » convenant à la « brevitas » (p. 151). Il convient donc de relativiser les critères au profit d’une « dialectique de l’hypo-hyper » (Rabatel p. 393) et du « paradoxe de l’abondance pauvre » (Sève).

15Dénominations et caractéristiques sont, pour les auteurs, l’occasion de circonscrire ou de contester des catégories et de clarifier les métatermes. C. Reggiani (p. 506) distingue les listes des avant-textes des listes textuelles (faisant écho à l’article de L. Manea sur la génération de la fiction), et, parmi celles-ci, les textes-listes qui relèvent de ce « modèle discursif » / les listes insérées dans des (con)textes. M. Koopman-Thurlings déconstruit l’assimilation des listes à la description, en montrant que seules les listes reposant sur des structures grammaticales sont susceptibles de comporter toutes les opérations de la séquence descriptive selon J.-M. Adam. S. Thonnerieux différencie trois quasi-synonymes : le mot liste renvoie à une appréhension synthétique, le mot énumération à une succession de parties, le mot série exprimant, lui, la relation entre les parties.

16La floraison des métatermes plus ou moins apparentés fait l’objet de clarifications sans querelle byzantine ni essentialisation dans plusieurs contributions, au profit de la cohérence interne de celles-ci. La réflexion débouche, notamment dans trois articles particulièrement forts (M. Frédéric, M. Colas-Blaise, A. Rabatel), sur une classification étayée par un cadre théorique spécifique (respectivement stylistique d’inspiration hjelmslevienne, sémiotique du discours, linguistique énonciative fondatrice de nouvelles topiques). M. Fréderic montre l’importance de la répétition (phonique, lexicale, prosodique, rythmique ou syntaxique) dans la structuration des énumérations (termes générique pour elle), qui supposent toutes la présence d’un pivot et l’homofonctionnalité des constituants, mais qui se subdivisent en trois espèces (énumération canonique, mettant en rapport une formule synthétique et une série détaillante dans une logique de synecdoque ; énumération homologique, ordonnée, rendant compte d’une essence ; énumération chaotique, rendant compte d’une dynamique).

17M. Colas-Blaise interroge la construction du sens dans la mise en liste sous le double angle du processus sémiotique de totalisation et des opérations énonciatives dire/asserter (il est possible de prédiquer sans porter de jugement) ; elle distingue deux modalités principales dite re-productive et pro-positionnelle qui peuvent être à l’œuvre dans les listes : la première est régie par une logique « dégressive » de décomposition d’une totalité déjà constituée, mettant en veille l’assertion, tandis que la seconde procède selon une logique progressive et ouverte sur l’à venir, le surgissement pré-assertif de l’expérience.

18A. Rabatel ne souscrit pas à l’idée reçue selon laquelle dans une liste personne ne parlerait (pas plus que G. Berthommieu dans son article sur C. Simon). Déplaçant le curseur du locuteur vers la source du point de vue, il fait émerger l’instance à l’origine de la liste, le listeur, énonciateur surplombant reconstructible à partir des choix verbaux et des agencements textuels. La liste ne se cantonne pas dès lors « à un style d’auteur » mais tend à inscrire le sur-énonciateur et son destinataire dans une « communauté d’appartenance » (p. 390), comme le montre l’étude de cas, portant sur les listes de discours représentés dans les romans historiques.

19Certaines des études rassemblées, sans négliger les synthèses théoriques, s’attachent en profondeur à leur corpus (articles consacrés à Le Clézio, et S. Germain notamment). La liste permet alors un éclairage sur les univers sémantiques des écrivains : ainsi L. Susini montre à partir d’extraits des Pensées que l’énumération pascalienne (rassemblement hétéroclite ou glissement vertigineux) est une arme argumentative pour solliciter et faire vaciller la raison dans une spirale dialectique.

20Plusieurs articles, sous des angles différents, sont consacrés au travail créateur de champions de la liste comme Rabelais et Perec, lequel traverse de surcroît toute la dernière sous-section de l’ouvrage, intitulée « Liste, mémoire, histoire, oubli ». Les hypothèses de Roubaud (l’écriture oulipienne à contrainte appelle la liste), et de Magné (la liste qui condamne à mort fonde l’autobiotexte perecquien et sa dynamique de rupture-suture) sont rappelées, ainsi que la valeur d’indice métatextuel de la genèse du texte ; non seulement la pratique mais le contenu des listes fait trace (et signe au lecteur) des dilections intertextuelles, mais les opérations de prélèvement et de recontextualisation, qui caractérisent la citation, valent pour la liste dans une « fabrique du discontinu » que dégage C. Reggiani. Or dans la poétique et la pragmatique de Rabelais, M. Bonhomme souligne précisément la dimension interdiscursive, et la dynamique de l’énonciation parodique « dissonante » et recyclante, qui provoque le « cumul des hypodiscours » et l’hétérogénéité des points de vue conflictuels.

21La teneur des articles, servie par l’organisation du volume, évite tant l’illusion uniformisante du procédé que l’atomisation des analyses et permet au lecteur, comme en témoigne l’exemple précédent, d’opérer ses propres mises en relation dans le respect des singularités. Ainsi l’étude de telle(s) liste(s) dans tel(s) récits de Victor Hugo (M. Lappara et J. Wulf), et telle autre dans La Route des Flandres de Claude Simon (G. Berthommieu) montrent qu’en régime romanesque, elles ont une puissance de condensation narrative et de programmation poétique globales s’inscrivant dans une vision d’épopée (Hugo) ou de contre-épopée (Simon), de tentative de réduction du chaos ou de « fragments d’un désastre » (p. 85).

22Un autre intérêt de l’ouvrage est de dégager des tendances des écritures contemporaines de la scène ou du récit. Le paradigme de la liste participerait, dans le théâtre d’aujourd’hui, de l’hybridité des matériaux textuels et du privilège donné à la présentation sur la représentation (S. Le Pors). Selon G. Turin, après les catastrophes du XXe siècle (guerres et génocides), la liste devient une expression de l’absence à soi et de la fragmentarité du sujet contemporain, qui oscille, comme on le voit chez Perec et Modiano entre l’hybris d’une totalité désirée et la mélancolie des listes-tombeaux, des « champs de stèles » (Molinié p. 570). M.-A. Watine analyse, elle, les rapports de la liste à la voix dans un « modèle vocal non communicationnel » du récit contemporain (Bon, Ernaux) dont l’émergence est liée à un tournant « énonciatif » de la littérature aussi bien que de la linguistique, mais assorti d’un « refus de la plénitude du sujet ».

23L’ouvrage se recommande donc à la fois par ses aperçus littéraires originaux et ses apports théoriques qui proposent des catégorisations fines, et qui mettent particulièrement en exergue la pertinence des approches énonciatives de la liste, cette « machine inférentielle » (Rabatel) pourvoyeuse de « joies ineffables » pour reprendre l’expression de Perec dans Penser/Classer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrée Chauvin-Vileno, « Sophie Milcent-Lawson, Michelle Lecolle & Raymond Michel (dir.), Liste et effet liste en littérature, Paris, Classiques Garnier, 2013 », Semen [En ligne], 38 | 2015, mis en ligne le 04 mai 2015, consulté le 21 février 2017. URL : http://semen.revues.org/10351

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page