Navigation – Plan du site

Marion Sandré, Analyser les discours oraux, Paris, Armand Colin, 2013

Alain Rabatel

Texte intégral

1Marion Sandré signe un nouvel ouvrage de la série « Discours et communication », dirigée par Dominique Maingueneau, ouvrage qui manifeste les mêmes qualités que ceux de ses prédécesseurs (L’Argumentation publicitaire, de J.-M. Adam et de M. Bonhomme, [1998] (2012), Analyser les textes de communication, de D. Maingueneau (1998), L’Argumentation dans le discours de R. Amossy [2000] (2012), Analyser les discours institutionnels, d’A. Krieg-Planque (2012)). C’est dire d’emblée le mérite de ce travail, d’autant plus que l’auteure est une jeune chercheuse. Son livre manifeste le souci louable d’être constamment accessible à son public (on pense aux étudiants de master et de doctorat, en sciences de la communication ou en sciences du langage), sans jamais en rabattre sur les concepts et sur les méthodes – ce qui fait que l’ouvrage peut être lu avec profit par des linguistes non spécialistes du champ comme par les chercheurs non linguistes qui ont à traiter des discours oraux.

2Comme il est rappelé dans l’introduction, si les techniques d’enregistrement analogiques et numériques ont permis de restituer toujours mieux les discours oraux, sous toutes leurs dimensions, ce sont des renouveaux théoriques divers (ethnométhodologie, approches conversationnelles), de nouvelles impulsions (études phonologiques, syntaxiques) qui ont permis des avancées décisives pour leur analyse. Or, comprendre le fonctionnement des discours oraux, dégager leurs spécificités est une nécessité qui est loin de ne concerner que les linguistes. La part des discours oraux va croissant, dans la vie quotidienne comme dans de très nombreuses disciplines scientifiques – au-delà des sciences du langage et des sciences de la communication – qui sentent l’intérêt qu’il y a à analyser de tels discours, sans être toujours outillées pour le faire, à l’instar de l’ethnologie, de l’anthropologie, de la sociologie, de la philosophie, de la psychologie ou des sciences politiques, etc. Cette donnée est au cœur des choix de l’ouvrage. Les linguistes connaissent les ouvrages de vulgarisation de qualité signés par C. Kerbrat-Orecchioni, E. Roulet, V. Traverso, C. Blanche Benveniste ou R. Vion (pour s’en tenir à des spécialistes emblématiques), publiés ces dernières décennies. Mais ces ouvrages s’adressaient aux linguistes et ne se posaient pas la question d’être lus par des scientifiques non linguistes. Nous ne sommes plus dans la même configuration aujourd’hui. Il est donc utile de produire un ouvrage lisible au prix d’un effort raisonnable pour accompagner des chercheurs qui ont trop tendance à ne voir dans le langage qu’une représentation transparente du réel, sans prendre en compte les dynamiques propres au langage en général et aux discours oraux en particulier. Telle est l’ambition de l’ouvrage : « permettre d’aborder le discours oral, quel que soit le domaine en sciences humaines et sociales », « rendre accessible la méthodologie issue de l’analyse du discours » (p. 5). Cette ambition doit être saluée, car la visée pluridisciplinaire de l’ouvrage va de pair avec un ancrage fort en linguistique, dont tout chercheur qui travaille sur les textes ne peut faire l’économie. Ces choix commandent les deux grandes parties de l’ouvrage. La première expose les principaux cadres théoriques et les outils nécessaires à une bonne approche méthodologique du discours oral. La deuxième s’attache à l’étude approfondie d’un certain nombre de genres de discours oraux.

3Comment enregistrer, exploiter, interpréter les discours oraux ? Les deux premières questions trouvent leur réponse dans la première partie, la dernière dans la deuxième partie. Après avoir insisté sur l’importance de questions méthodologiques préalables, relatives à la discipline, aux hypothèses de travail, qui pèsent sur la constitution du corpus, l’auteure définit dans le chapitre un la notion de discours (« toute parole effectivement proférée par un locuteur »), puis distingue discours oral vs discours écrit, l’oral impliquant un contact direct, une élaboration en temps réel, entraînant certaines spécificités verbales et para-verbales liées au fait d’être entendu, écouté ou encore au fait que des données situationnelles ne sont pas verbalisées, vu leur prégnance, tandis que l’écrit a le temps de revenir sur l’à dire, doit verbaliser la situation et se sert du matériau verbal pour transcrire les données pluricanales et plurisémiotiques. Ces différences doivent être conçues dans le cadre de continuums. D’ailleurs, des formes d’écrit actuelles (chat, forums, textos) relèvent de discours hybrides où l’écrit est certes le support des échanges, mais ceux-ci s’effectuent en temps réel, prenant leurs distances avec bien des règles de l’écrit normé. Il ne faut donc pas survaloriser l’écrit ni sous-estimer l’oral : certains discours oraux (tels une conférence académique) sont parfois plus élaborés que certains genres de l’écrit, et des genres que l’on caractérise par leur labilité (la conversation ordinaire) obéissent à des régularités, des rituels qu’il est bon d’observer, sauf à mettre en péril son image, excepté dans des situations où le locuteur connaît bien son interlocuteur. Enfin, un autre argument en faveur du continuum est que l’écrit peut retranscrire les échanges oraux au moyen de nombreux procédés – quoique cela reste toujours une représentation différente de l’oral. M. Sandré distingue ensuite le discours en situation formelle vs informelle. Là encore, il s’agit moins d’une opposition binaire que d’un continuum, d’autant, d’ailleurs, que les deux pôles sont inégaux, les discours oraux formels étant nettement plus nombreux que les discours vraiment informels. Par conséquent l’intérêt du continuum réside dans l’analyse du passage d’échanges formels à des échanges plus informels (ou inversement). La distinction entre discours spontanés (plutôt dans le cadre informel) vs élaborés (dans les discours oraux formels), ne recouvre pas la précédente, car il est toujours possible qu’un cadre formel fasse sa part à une certaine spontanéité – et inversement. Là encore, l’analyse doit pouvoir interpréter ces franchissements de ligne, en fonction des relations entre locuteurs, de leur place, de leur connivence, etc. La dernière distinction concerne le discours monologal (un locuteur) vs dialogal (plusieurs locuteurs), que Sandré appuie sur Bres, en insistant sur le fait que tel type de discours peut enchâsser un autre type de discours, ou peut alterner avec lui. Il est dommage que l’auteure ne soit pas allée jusqu’à intégrer l’opposition monologique/dialogique, renvoyant à la possibilité que le locuteur/énonciateur fasse écho dans son discours à d’autres points de vue qui ne se recouvrent pas la totalité de ce que profère(nt) le(s) locuteur(s) – on y reviendra en conclusion.

4Ces distinctions posées, M. Sandré explique qu’elle se consacrera aux discours formels dialogaux et présente la méthodologie permettant de les analyser. M. Sandré se réclame de l’analyse du discours pratiquée en France, dans la filiation de Harris, prenant en compte (à la différence d’une linguistique dominée par un certain structuralisme), les dimensions transphrastiques, culturelles, sociales du discours – qui ont permis à la linguistique de s’ouvrir à d’autres sciences humaines. L’approche convoque un grand nombre d’outils analysant la textualité des discours oraux (cohérence, cohésion, progression thématique), l’interdiscours, le feuilletage énonciatif, l’inscription du sujet parlant et la mise en scène du locuteur dans son discours, la dimension multimodale, le jeu des places et des faces. Le genre du discours est retravaillé avec les notions de cadre participatif, de cadre spatio-temporel, les finalités du discours, tous ces critères variant selon les genres et les situations.

5Le deuxième chapitre est consacré aux questions relatives aux corpus, c’est-à-dire à « l’ensemble des données servant de base à l’analyse », à leur constitution, qui est le premier temps de leur future étude. Un corpus n’est pas (ou plus) nécessairement exhaustif, il doit être en cohérence avec l’hypothèse théorique qui a présidé à sa constitution et avec la méthodologie choisie. De plus, le corpus, en dépit de sa clôture (relative et évolutive), gagne à être « ouvert » aux textes ou aux documents périphériques et aux autres recherches en sciences humaines. L’ouvrage prend ensuite le temps d’évoquer les techniques d’enquêtes (prise de notes, enregistrement de données naturelles ou sollicitées), les différentes manières de recueillir les données orales (en prise cachée ou au su des personnes), avec une participation ou non de l’analyste aux échanges, ainsi que les règles déontologiques à respecter. Il attire l’attention sur le fait que le chercheur travaillant sur les corpus constitués par d’autres doit s’interroger sur la situation et les conditions de la saisie des données, les intentions initiales de l’auteur des données primaires, etc. De même il rappelle quelques règles de base pour optimiser la qualité de la prise de son et de la prise d’images. Enfin, le chapitre évoque les caractéristiques matérielles, vivantes et complexes de l’oral, avec la somme des comportements verbaux (linguistiques et paralinguistiques), kinésiques (mouvements corporels et mimiques faciales, postures, bruits), tactiles, le comportement territorial/proxémique, d’autres comportements communicatifs, sans compter les comportements vestimentaire, cosmétique… données qu’il est plus ou moins pertinent de prendre en compte selon les corpus et les hypothèses, et qui, pour certaines, sont rarement travaillées en SDL, par exemple les odeurs, les comportements tactiles, etc. Cela posé, M. Sandré passe en revue les spécificités de l’oral, aux niveaux linguistique (avec diverses formes de variations), puis les marques de l’élaboration du discours (recherche des mots, auto-corrections, ratés syntaxiques, rôle des marqueurs/ponctuants du discours, des captateurs discursifs). C’est ensuite le cadre des échanges qui est présenté (avec les notions d’alternance des rôles, de paires adjacentes, de préservation des faces) puis la dynamique des échanges dialogués (règles d’alternance, de chevauchement, stratégies d’interruption). Enfin, un troisième chapitre est consacré à la transcription, avec les différents types de transcription (phonétique, orthographique, orthographique aménagée, avec un certain nombre de conventions et de choix permettant de rendre compte « au plus près de l’oralité », choix qui méritent toujours d’être effectués en conscience et avec distance tant ils pèsent sur les représentations de l’oral et sur certaines analyses. C’est un chapitre particulièrement utile pour qui se trouve confronté aux difficultés pour passer d’un discours enregistré à un document écrit.

6Tout cela est parfaitement connu par les spécialistes des interactions, mais le mérite de l’ouvrage est de présenter et d’exemplifier ces notions dans une langue claire et simple, conformément au cahier des charges. L’ensemble des points précédents est mis à contribution dans les études de divers genres de l’oral. Faute de place, nous serons plus rapide sur cette deuxième partie. Remarquons toutefois que cette deuxième moitié du volume fait vivre les notions dans des exemplifications convaincantes, en ayant le soin de rendre compte d’une grande variété d’hyper-genres et de sous-genres, ces derniers étant exemplifiés dans divers corpus. Ainsi, le quatrième chapitre présente l’hyper-genre des échanges institutionnels, avec des sous-genres selon les milieux administratif, commercial, médical. Le cinquième chapitre est consacré à l’hyper-genre de l’entretien, avec des variantes selon les types d’entretien (entretiens de recherche, journalistique, professionnel). Le sixième et dernier chapitre traite du genre du débat, notamment du débat médiatique, avec comme sous-catégories les débats politique et participatif. L’ouvrage se termine par une note sur le discours monologal, une bibliographie sélective mais riche et un index des corpus.

7M. Sandré ne consacre qu’une note aux discours monologaux, plus simples à analyser que les discours dialogaux, dont ils partagent les caractéristiques. Ces arguments, compréhensibles vu la cible de l’ouvrage, méritent discussion au plan théorique, car derrière l’apparente simplicité d’un discours oral monologal et monogéré, se cachent bien des complexités, dans la représentation/construction de l’altérité, de la présence/absence, dans la façon dont un locuteur gère l’émergence des notions, ses positionnements par rapport aux autres. Cela élargit le dialogisme au-delà de ses dimensions hétéro-dialogales, ouvrant vers des dimensions hétéro- et auto-dialogiques, cognitives, interactionnelles, en fonction du dialogue que le locuteur/énonciateur entretient avec lui (comme avec les autres), renforçant les liens entre approches discursives/conversationnelles et énonciatives de l’oral.

8Cette interrogation n’entame en rien les qualités de l’ouvrage. Par sa richesse, sa clarté, par ses exemplifications, par son sens des nuances, ce dernier mérite d’être recommandé à un large public, en premier lieu aux étudiants de sciences du langage et de sciences de la communication qui s’ouvrent à la problématique de l’oral, mais aussi à tous les chercheurs de sciences humaines qui ont affaire aux discours oraux avec l’ambition de prendre au sérieux ses spécificités linguistiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Rabatel, « Marion Sandré, Analyser les discours oraux, Paris, Armand Colin, 2013 », Semen [En ligne], 38 | 2015, mis en ligne le 04 mai 2015, consulté le 23 mai 2017. URL : http://semen.revues.org/10350

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page