Navigation – Plan du site

Du journal grande presse au journal d'entreprise. Les (anciens) journalistes entre l'information et la communication

Ivan Ivanov

Résumés

Cette recherche permet de mieux comprendre le rôle des journalistes devenus communicants au sein des organisations. Le métier de journaliste professionnel a fortement évolué et de nombreux journalistes ont été embauchés au sein des entreprises privées. En nous positionnant aux côtés du journaliste devenu communicant, appelé souvent « journaliste d’entreprise », nous proposons d’étudier ce phénomène in vivo à travers le processus d’élaboration d’un journal interne. Après deux ans de collecte de données, nous réalisons une analyse mixte de onze numéros d’un journal interne depuis sa création. Nos résultats dévoilent un double glissement du métier des journalistes devenus communicants qui décrédibilise actuellement l’existence du journalisme d’entreprise.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Union des Journaux et Journalistes d’Entreprise de France.

1La presse interne d’entreprise s’est largement développée grâce au savoir-faire journalistique (Montanola et al. 2013), au-delà des différentes pratiques européennes et transatlantiques qui varient selon les époques et les cultures (Zelizer 2011). En France, la symbiose entre les métiers de l’information et de la communication commence à émerger dès les années 1940 avec la création de l’UJJEF1, qui se voulait l’interprofession du journalisme et de la communication en entreprise et qui avait pour but de promouvoir la communication au sein des organisations et de développer les médias d’entreprise. Dans ce processus, le rôle des (anciens) journalistes devenus communicants est primordial.

2De nombreux travaux portent sur cette problématique. La transformation du marché de l’emploi des journalistes, la précarisation progressive de leur métier (Mathien 2001), mais aussi les technologies et le Web 2.0 (Augey 2006), ont poussé plusieurs journalistes à chercher des emplois en dehors des rédactions professionnelles. Certaines pratiques conduisant à des dérives (Demers 1996) ont influencé l’apparition des notions comme le « journalisme d’entreprise » ou le « journalisme marketing », même si ce passage du journalisme vers le journalisme d’entreprise est « une relation inavouée » (Patrin-Leclère 2004). Le terme « journalisme de communication » (Charron & Bonville, 1996) évoque ainsi le glissement du journalisme vers le « paradigme de la communication » et l’amalgame entre le journal grand public et le journal interne.

3Mais malgré l’important volume de littérature, peu de travaux s’intéressent in vivo (Giordano & Musca 2012) au rôle des anciens journalistes à travers le processus d’élaboration de la presse d’entreprise. La notion d’auteur – liée au rôle des journalistes dans la presse écrite – qui évoque un acte d’écriture et de signature, une volonté et une prise de responsabilité ne permet pas d’appréhender ce passage au sein des organisations dans lesquelles les écrits ne sont plus l’expression d’une subjectivité, mais d’un professionnalisme (Rouard 1995). Il s’agit bien d’une écriture journalistique particulière qui est non seulement au carrefour de l’information et de la communication, mais qui a aussi un rapport altéré avec l’autorité de l’auteur face à son lecteur. Il est donc nécessaire de se placer dans la peau des journalistes devenus communicants et d’enquêter en temps réel sur leur place dans la prise des choix rédactionnels et dans la rédaction des contenus textuels. Dans quelle mesure accomplissent-ils le travail d’un journaliste ? Qui propose et qui autorise les publications ? Quel type d’actualité est dominant lors des choix rédactionnels ?

  • 2 L’auteur de cet article était journaliste professionnel de 1994 à 2008.

4Guidé par ces questionnements, nous2 menons une étude de cas d’un journal interne en tant que communicant chargé de rédiger les textes de ce journal. L’observation participante in vivo nous permet de suivre à la trace le processus d’élaboration de ce journal interne par un ancien journaliste afin de mieux connaître l’identité et les objectifs de ceux qui font les choix rédactionnels, de ceux qui parlent dans les textes et de ceux qui les signent. Nous effectuons ensuite une analyse mixte (Teddlie & Tashakkori 2009) et longitudinale de 145 textes parus entre 2009 et 2011 afin d’étudier les relations et les correspondances statistiques textuelles et d’apporter une explication de ces résultats quantitatifs par une analyse thématique. Cette recherche dévoile les finalités des multiples auteurs des publications et permet de comprendre le double glissement du métier des journalistes devenus communicants grâce aux notions d’auteur et d’autorité (Taylor 1993, Taylor & Van Every 2014).

5A cette fin, certaines spécificités du journal grand public et du journal interne sont présentées à travers l’information et la communication. Ensuite, la démarche in vivo et le positionnement du chercheur sur son terrain sont expliqués. L’analyse du processus d’élaboration d’un journal interne permet de dévoiler l’identité des auteurs et leur autorité textuelle. Nous explicitons in fine certaines évolutions du métier des anciens journalistes, ainsi que la fragilisation de leurs missions au sein des organisations.

1. Noms identiques – missions disparates

1.1. L’information à travers le journal grand public

  • 3 L’actualité n’est pas le seul critère de la production journalistique, mais il est bien le dominant (...)

6Le paradigme du journal grande presse, à l’instar de la profession de journaliste, est l’information. Comprendre l’articulation entre un journal classique et un journal d’entreprise nécessite de concevoir la différence entre l’information et la communication, qui est difficile à appréhender (Miège 2005). Le découpage entre l’information et la communication s’opère par une distinction entre les métiers des journalistes et des communicants (Martin-Lagardette 2006). L’information désigne le contenu de ce qui est transmis au monde extérieur : elle est l’énoncé et le contenu d’un message échangé entre un émetteur (le journaliste) et un récepteur (le lecteur). Les rôles et les positionnements des deux acteurs sont clairement définis dans la production journalistique textuelle. Le premier fait le choix rédactionnel, écrit le contenu et signe le texte, et le second, qui est aussi une partie prenante du contrat de lecture (Veron 1985), achète le journal qu’il reconnaît comme le sien. Si chaque message journalistique apporte de l’information en réduisant l’incertitude, le rôle du journaliste est de transcrire l’actualité qui suppose que l’information doit se « nourrir » de la réalité au nom de l’intérêt général. L’information journalistique est produite par une démarche d’objectivité ainsi que par le respect de la « vérité » (représentation idéale des faits), de l’exactitude des faits et des opinions reportés. La notion d’information est étroitement liée avec le rôle social et sociétal de médiateur des faits actuels3 des journalistes (Mathien 1999).

7Dans la presse écrite, l’actualité se présente sous une forme textuelle dans laquelle chaque message a une valeur informationnelle liée à la nouveauté des événements relatés. La production textuelle est le fondement du journalisme : c’est à travers le texte – qui suppose l’existence d’un auteur (émetteur), d’un locuteur (voix) et d’un lecteur (destinataire) – que le journalisme en tant que profession s’est d’abord constitué. Le journal grand public est une publication — un organe de presse — d’information générale, le plus souvent quotidienne, récit journalier des faits et des événements (Balle 1998). Écrire un journal consiste à rechercher et transmettre des informations sous forme textuelle et visuelle par un ensemble de rédacteurs (journalistes sédentaires, correspondants, reporters, envoyés spéciaux) qui constituent la rédaction d’un journal. Bien que les choix rédactionnels reviennent principalement aux journalistes, le rédacteur en chef peut fixer le sujet et le contenu du texte, voire demander à un journaliste de produire un texte (de couvrir un événement en jargon professionnel).

8La production quotidienne du contenu journalistique est donc à la fois un acte d’écriture individuelle (les textes sont signés par un auteur) et collective (rédacteur en chef, directeur de la publication, secrétaire de rédaction y participent). Si la source de l’information, les identités de celui qui fait les choix rédactionnels et de celui qui parle dans le texte ne sont pas toujours clairement mentionnées, pour le lecteur les textes sont choisis par les journalistes ou par la rédaction, l’information publiée étant garantie vraie. Cette confiance est le fondement même de la légitimité du journalisme.

1.2. Le journal interne communiquant

9L’information peut être considérée comme le contenu cognitif de la communication (Miège 2004), mais elle est aussi une relation qui est la seule capable d’apporter du sens aux énoncés textuels. La manifestation la plus apparente de leurs différentes jonctions se trouve dans l’écriture, le texte et le processus éditorial (Miège 2000) dans lesquels l’énoncé et l’énonciation font corps avec leur auteur (Bougnoux 2001). Dans les organisations, l’articulation entre l’information et la communication apparaît dans les processus d’élaboration des différents supports écrits internes, parmi lesquels le journal interne est le plus populaire. Bien qu’elle porte une mission d’information vis-à-vis des personnels (les lecteurs), l’actualité de l’information n’est pas explicitement évoquée dans sa définition ni la « véracité » des énoncés écrits. D’ailleurs, rien ne l’exige, car étant un support écrit de la communication interne, son rôle premier est d’assurer la relation entre un dispositif et un lecteur.

10Le journal interne est appréhendé ici à travers la notion de communication parce qu’il accomplit un double rôle : il cherche à informer les personnels sur tout ce qui se passe dans l’organisation, mais il est aussi un outil de la gestion managériale et des missions tues (Ivanov 2013). Son rôle va donc au-delà de sa fonction de moyen d’information : il a une dimension organisante qui met en relation l’émetteur et le récepteur plutôt que de transmettre des informations actuelles aux lecteurs.

11Au-delà de cette différenciation théorique et catégorielle, certains journaux internes ne se distinguent visuellement que peu des journaux grand public. Plusieurs éléments sont empruntés par les communicants à la grande presse. Mobiliser des personnels autour du service Communication pour proposer et écrire les textes est une pratique courante (Agnès & Durier 1992), ainsi que la mise en place de comités de rédaction (Lambert 1993). Le journal est constitué par une multitude d’individus dont les rôles, à la différence du journal grand public, sont souvent mal définis et flous. Les choix rédactionnels devraient être pris par le rédacteur en chef, mais aussi par le comité de rédaction. Même si la direction n’intervient pas officiellement dans la politique rédactionnelle, elle peut s’y exprimer sur certains sujets.

12La multiplication d’individus participant à l’élaboration du journal interne pose la question de l’identité des auteurs des textes. Souvent, l’existence des journalistes d’entreprise est évoquée. Certains chercheurs (de Saint-Georges 1993) précisent que le journalisme permet d’augmenter la crédibilité du journal et le protéger contre toute tentative de propagande managériale. En pratique, il s’agit d’intégrer les techniques journalistiques dans l’élaboration du journal interne grâce auxquelles l’information d’entreprise devrait revêtir les caractères d’un véritable journalisme (Desauvage 1993).

  • 4 Ex. UJJEF.

13Cette projection du journalisme dans les entreprises est accompagnée par un amalgame entre le métier de journaliste et celui de communicant. Le journalisme professionnel aurait une place importante dans le service Communication, ce qui éviterait d’assimiler le journal à un outil de désinformation (de Saint-Georges 1993). Un effort a été fourni par l’association Communication & Entreprise4 en vue d’institutionnaliser ce métier. Le mot journaliste est en effet indûment employé parce que des journalistes de formation sont embauchés par les organisations pour rédiger les différents textes. Mais les membres du personnel d’une organisation n’ont pas droit à la carte de presse, car ils sont parties-prenantes, employés d’une structure sur laquelle portent leurs commentaires (Leteinturier-Laprise & Mathien 2010). Ils ne peuvent plus être considérés comme des journalistes, mais sont des communicants.

14Face à la multitude d’individus pouvant participer à l’élaboration des journaux internes, qui sont les auteurs des textes et quelles sont leurs finalités ? Le journal interne est-il un journal de médiation d’informations actuelles ou un média au service de la direction ?

  • 5 L’« Ours » : un encart qui indique les noms personnes participant à l’élaboration de la publication (...)

15Ces questionnements nécessitent la clarification de la notion d’auteur. Si on accepte que les écrits journalistiques suivent la chaîne linéaire volonté (intention) – acte (écriture) – signature (responsabilité) (Rouard 1995), il est difficile de déterminer qui propose les publications et selon quels critères puisque les textes ne suivent pas nécessairement le fil rouge de l’actualité. Les textes du journal interne sont rarement signés quand ils ne sont pas proposés par un comité de rédaction, même si dans l’« Ours »5 plusieurs auteurs potentiels peuvent être distingués.

16James Taylor (1993) propose une définition originale du mot auteur. Il précise qu’auteur et autorité possèdent la même racine latine (auctor) qui suggère qu’étudier l’identité d’un auteur, c’est révéler qui autorise (et non pas qui écrit) une publication, un texte étant défini comme la somme des mots originels d’un auteur. C’est à travers l’étude de l’identité et des finalités de ceux qui proposent et autorisent les textes (ce qui n’inclut pas nécessairement l’acte d’écriture) que nous abordons l’étude du journal interne et du rôle des anciens journalistes devenus communicants.

2. Observateur participant in vivo

17L’intérêt de notre étude est qu’elle positionne le chercheur dans la peau d’un ancien journaliste embauché en tant que communicant au sein d’une organisation publique pour s’occuper d’un journal interne lancé par un nouveau directeur en 2008. Dans cette organisation existent deux types de métiers – typiques et atypiques – associés à deux types de parcours professionnels, normés – les promotions suivent des règles institutionnelles prédéfinies – et non normés : l’attribution de niveaux hiérarchiques se fait rare et au cas par cas.

18Le journal interne est conçu à la fois comme un moyen d’information et comme un outil destiné à porter les finalités du nouveau projet d’entreprise. Aucun comité de rédaction n’est mis en place, tous les textes sont rédigés par le communicant sous les consignes du responsable de la communication qui lui transmet les sujets et les consignes rédactionnelles. Les différentes propositions de publications sont collectées par le responsable lors des réunions ou des échanges avec les différents membres du personnel. Elles sont retransmises au communicant pour contacter la personne (si témoignage ou interview) susceptible de s’exprimer sur le sujet afin de rédiger le texte. Plusieurs corrections et versions des textes sont ensuite réalisées par le responsable du service Communication et la personne interviewée : elles constituent les versions intermédiaires du journal interne.

19Notre positionnement au sein du service Communication est complexe, mais central. Il nous permet d’observer le processus d’élaboration du journal interne de l’intérieur de l’organisation et dans un temps long (2009-2012). Nous effectuons une observation participante in situ et in vivo (Giordano & Musca 2012) qui nécessite une présence prolongée sur le terrain et qui positionne le chercheur en amont, pendant et en aval des événements observés. Elle permet de découvrir des phénomènes inattendus et favorise la sérendipité (Ertzscheid et al. 2009) qui fournit des données et des résultats auxquels le chercheur ne s’attendait pas. Ce positionnement, bien que comportant des risques, favorise la collecte de données variées.

20Dans un journal de bord, de multiples données qualitatives sont collectées (observations portant sur les interactions, les comportements, les traces physiques, les transformations, etc.). Elles sont complétées par une catégorisation quantitative et longitudinale de 145 textes (11 numéros successifs du journal interne) et par une collecte documentaire (33 documents).

21Une méthode d’analyse mixte (Teddlie & Tashakkori 2009) est ainsi mobilisée grâce à deux types de grilles d’analyse (codage direct et axial) : quantitative et qualitative (thématique). Cette méthode a une portée diachronique et longitudinale basée sur une observation située et sur la collecte de données empiriques. Les grilles quantitatives permettent d’analyser les relations et les correspondances statistiques textuelles dans un temps long et de soustraire des résultats chiffrés bruts qui sont par la suite testés, expliqués, validés ou réfutés grâce à l’analyse des grilles thématiques.

22Pour la constitution des grilles thématiques, plusieurs éléments sont pris en compte. Tout d’abord, pour mieux connaître l’identité des auteurs, les catégories proposées permettent d’attribuer à chaque texte un auteur (qui propose ?) et un locuteur (qui parle ?), et à chaque auteur un type de texte (témoignage ou synthèse, donc texte sans témoignage). Le sujet de chaque article est également codé afin de corréler le texte publié et son sujet avec une transformation ou une actualité organisationnelle observée en temps réel dans un contexte spécifique et précis. Chaque texte publié peut ainsi être attribué à un ou plusieurs auteurs, mais chaque publication peut aussi être corrélée à un événement qui est en lien, ou non, avec les transformations ou les actualités observées. Grâce à l’observation participante et à la collecte documentaire, les transformations sont précisées pour chaque texte et le type d’actualité est indiquée, R (régional), N (national) ou RN (les deux à la fois). La triangulation des données quantitatives et qualitatives lors de la phase d’analyse permet d’étudier le nombre de textes proposés par un auteur dans un temps donné.

3. Auteurs sans autorité

23La notion d’« auteur » – un type d’autorité d’une personne qui lui permet de proposer et d’autoriser des publications (Taylor 1993) – nous a amené à nous concerter sur l’étude des sources des textes qui sont clairement identifiables dans la presse grand public, mais restent floues dans la presse d’entreprise. L’identité des auteurs permet d’expliquer leur origine et leur raison d’être. Si un texte existe sur les pages du journal interne, c’est parce qu’il a été proposé et autorisé en vue d’un résultat escompté.

  • 6 Une analyse détaillée de ces textes a été présentée lors du 19ème Congrès de la Sfsic à Toulon.

24Les premiers résultats quantitatifs dévoilent sans surprise que tous textes publiés sur les pages du journal interne sont proposés par les cadres de direction, excepté sept textes proposés par le responsable du service Communication6. Ils sont les auteurs des textes, car ils ont, à la fois, l’autorité de proposer un texte, et celle d’autoriser sa publication définitive (grâce notamment aux corrections finales des textes avant leur publication). Bien qu’un appel à contribution soit systématiquement lancé sur les pages du journal interne, aucun membre du personnel ne se présente au service Communication pour suggérer un sujet ou une idée de publication. L’absence de comité de rédaction et de correspondants pourrait expliquer cet état de fait.

25En revanche, les auteurs des textes ne s’expriment jamais directement dans le journal interne (sauf dans le numéro de lancement). Sur les onze numéros étudiés, ils ne prennent pas la parole directement pour témoigner sur un sujet proposé par eux-mêmes. Il ne s’agit pas ici d’une volonté de garantir la pluralité des locuteurs, ni d’ailleurs du respect d’une règle écrite dans une charte professionnelle, comme dans les journaux grand public.

26Certains textes sont constitués sur témoignages (68), d’autres à partir des synthèses des différents documents déjà existants (77). Dans la totalité des témoignages, ce sont des membres du personnel qui parlent et qui s’expriment dans les textes proposés par les cadres de direction. Nous proposons donc de considérer ceux qui y témoignent et qui y parlent comme coauteurs des textes ou comme auteurs « autorisés ». Dans ce processus d’autorisation et de prise de parole implicitement régulé, aucun texte n’est signé par celui qui propose la publication ou par celui qui y parle. Le journal interne est marqué par une confidentialité rédactionnelle qui s’écarte significativement des pratiques journalistiques.

27Par ailleurs, rappelons que tous les textes sont rédigés par le communicant dont le nom apparaît clairement dans l’« Ours ». Aucune information ne permet d’attribuer un texte à un auteur et à un locuteur, ni d’ailleurs au communicant qui ne fait que rédiger les textes sans participer aux choix rédactionnels. Son rôle de journaliste se limite à la mise en pratique des techniques journalistiques de rédaction des textes. Il participe passivement au processus d’élaboration des textes et ne fait que mettre en articulation ce jeu de propositions et d’autorisations des publications. D’où la difficulté de parler d’un journaliste d’entreprise étant donné qu’il est privé de toute capacité de prise de choix rédactionnels.

28Mais ces premiers résultats quantitatifs ignorent la notion d’actualité. Elle soulève la question suivante : est-il possible d’aller chercher l’origine des publications, non pas à travers la notion d’auteur, mais du côté de l’actualité ?

3.1. Un journal actuel ou artéfactuel ?

29Notre but à présent est de mieux savoir dans quelle mesure le journal interne est actuel et sur quel type d’événement portent les textes étudiés. L’observation participante et la collecte documentaire nous permettent d’attribuer dans les grilles thématiques, pour chaque texte publié, une transformation en lien avec un événement articulé autour d’une actualité nationale, régionale ou les deux à la fois.

30Nos résultats montrent que seulement 16 des 145 textes étudiés portent sur un événement articulé autour d’une actualité d’origine nationale (N) : loi, décret, réforme, directive, etc. Ces textes sont publiés sur les pages du journal interne « par obligation » compte tenu du fait que l’organisation étudiée est une structure régionale faisant partie d’une institution nationale. L’existence de ce type de textes s’articule autour d’un événement émergent à l’extérieur de l’organisation qui produit le journal interne et suit le fil rouge de l’actualité. En revanche, ces événements ne concernent pas directement le fonctionnement et la structure de l’organisation étudiée, d’où leur différence avec le deuxième type d’actualités, nationales et régionales à la fois (RN) qui sont plus nombreuse (29). À leur l’origine, il y a toujours une actualité nationale qui nécessite une transformation ou un changement à l’intérieur de l’organisation régionale (réorganisation d’un service, embauches, changement de l’organigramme, etc.). Leur raison d’être se trouve probablement dans l’importance interne que la Direction attribue aux actualités nationales : elles sont stratégiquement signifiantes pour l’organisation et relèvent d’une politique institutionnelle. C’est pourquoi l’actualité nationale est internalisée grâce aux textes et se transforme en quelque chose qui fait événement à l’intérieur de l’organisation.

31Mais ces deux types d’actualités sont minoritaires parmi les 145 textes étudiés. Dans la majorité des cas (100), l’observation participante ne permet pas de lier les textes publiés avec une actualité nationale (N) ou nationale et régionale à la fois (RN). Ce sont des publications qui sont constituées autour d’un sujet qui ne porte pas de nouveauté et « parlent » d’événements inexistants en dehors des pages du journal interne : ils ne sont pas actuels et leur origine est purement interne. Ces textes commencent à exister en tant qu’événements uniquement parce qu’ils sont publiés sur les pages du journal interne. Si ce sont des textes dans lesquels aucune actualité n’est observable, nous proposons d’appréhender leur valeur informative textuelle comme artificielle. Ce mécanisme d’internalisation des actualités mérite d’autant plus une attention particulière que leur nombre est élevé. Pourquoi sont-elles deux fois plus nombreuses que la somme des deux autres types d’actualités ? Si le rôle d’un journal est de suivre l’actualité, pourquoi le journal interne ne le fait-il pas ? Or, la question de l’identité de l’auteur et de l’actualité des textes ne peut pas être dissociée de celle des finalités de ceux qui proposent les textes. Si informer ou apporter une nouveauté n’est pas l’objectif premier des auteurs, quelles sont alors leurs finalités ? Ont-ils d’autres buts personnels et collectifs qui ne sont pas ceux liés au statut d’auteur et au fil de l’actualité ?

3.2. De l’information à la promotion

32Le travail principal d’un journaliste de la presse écrite, qui propose un sujet et qui « couvre un événement », est d’informer. Le journaliste qui travaille pour un journal grand public ne sait certainement pas si cette information sera utilisée par le lecteur pour servir à d’autres fins. Mais il n’a pas besoin de le savoir parce qu’une fois le texte écrit et publié, son travail est terminé (pour le moins temporairement) et il peut repartir en quête de nouveaux événements pour rédiger d’autres « papiers ».

33Dans le cas du journal interne étudié, nous avons montré que la valeur informative des textes n’est pas la finalité première des auteurs, ni d’ailleurs du communicant qui les rédige (et qui est, à titre de rappel, ancien journaliste professionnel). Quelles sont alors les finalités des auteurs lorsqu’ils proposent des publications ? En effet, il est impossible d’étudier dans une seule recherche tous les enjeux qui animent les cadres de direction quand ils participent à l’élaboration du journal interne ou poussent un membre du personnel à y témoigner. Sans prétendre recenser tous les objectifs des différents auteurs des textes, nos résultats permettent néanmoins d’établir un lien entre l’acte de proposer une publication et l’obtention d’une promotion (attribution d’un niveau hiérarchique plus élevé) pour celui qui y témoigne, et parfois pour celui qui propose. Près de 40 % des témoignages étudiés (68 textes) sont suivis d’une promotion pour celui qui témoigne (27 promotions). Deux des six cadres de direction sont également promus après avoir fait plusieurs propositions successives.

34Ce lien est à prendre avec beaucoup de recul, car il peut paraître réducteur bien que d’autres données soient susceptibles de le confirmer. Des études supplémentaires sont sans doute nécessaires pour confirmer ou non ces résultats, mais à ce niveau de notre réflexion, le lien entre le journal interne et l’attribution des promotions semble aller à l’encontre de la valeur informative des textes. Même si tous les textes ne sont pas suivis de promotions et si certaines publications apportent des faits nouveaux à la connaissance des lecteurs, le journal interne n’est pas actuel, ne vise pas, en premier lieu, à informer. Ses différents auteurs et coauteurs participent à son élaboration pour poursuivre des objectifs personnels.

4. Conclusion

35Cet article ne vise pas à établir une comparaison entre le journal grand public et le journal interne, ni entre le journalisme et la communication. En revanche, il permet de démontrer in vivo qu’il est difficile d’affirmer que le communicant chargé de rédiger les textes est un journaliste (d’entreprise). Il n’est pas l’auteur des textes et le porteur de responsabilité et d’autorité face aux lecteurs. Réduit au rang d’exécutant des consignes de la Direction, il ne fait que suivre les instructions des auteurs qui autorisent la publication pour obtenir des promotions. Même si les journalistes professionnels, comme les communicants, sont souvent contraints de corriger quelques phrases déjà rédigées ou de changer le titre sous les injonctions d’un rédacteur en chef pressé de sortir le numéro, le texte et la signature leur appartiennent ainsi que le devoir de rapporter des informations d’actualité.

36Par ailleurs, le 25 novembre 2010, l’UJJEF, précurseur des journalistes d’entreprise en France, a changé de nom et est devenue Communication & Entreprise, une évolution qui témoigne de la difficulté d’amalgamer les métiers de l’information et de la communication. Les mots journaux et journalistes ont complètement disparu de l’appellation d’origine, mais les différents débats sur la porosité entre les deux domaines sont toujours actuels (Brulois & Charpentier 2013, Montanola et al. 2013). Ce changement incite à réfléchir non pas sur la relation inavouée entre les journalistes et les communicants, mais sur un double glissement accéléré par la conjoncture économique actuelle. Les mutations du métier de journaliste sont caractérisées par leur rapprochement avec la fonction communication interne (Chauvin 2010), elle-même en évolution vers les fonctions manager et ressources humaines. Même si l’appellation journaliste d’entreprise est communément utilisée, en réalité dans les organisations, une telle fonction est de moins en moins observée. Le journaliste d’entreprise est plus souvent embauché comme chargé de communication interne qui produit des contenus rédactionnels. Privé de son autorité d’auteur, son savoir-faire journalistique intervient tout de même au niveau du processus d’écriture des différents supports. Mais paradoxalement, cette même fonction communication interne est – elle aussi – de plus en plus contestée par les organisations. Depuis plusieurs années, elle est vue comme une somme des compétences dites transversales et est attribuée tantôt aux professionnels RH, tantôt au savoir-faire des managers (Détrie & Broyez 2003). La fonction communication interne a même complètement disparu dans certaines organisations publiques (Ivanov 2013). Ce double glissement est sans doute une nouvelle mise à l’épreuve de l’existence des anciens journalistes au sein des organisations : une existence déjà difficile à concevoir dans un milieu organisationnel où l’auteur est privé de sa propre autorité.

Haut de page

Bibliographie

AGNÈS, Y., & DURIER, M., (1992), L’entreprise sous presse. Paris : Dunod.

AUGEY, D., (2006), « Économie des blogs », La Découverte, Réseaux, n ° 137, p. 133-146.

BALLE, F., (1998), Dictionnaire des médias. Paris : Larousse.

BOUGNOUX, D., (1995), « Information/communication, deux pôles de nos études et de notre raison », Communication et organisation [En ligne], 8 | 1995, mis en ligne le 26 mars 2012, consulté le 02 septembre 2013. URL : http://communicationorganisation.revues.org/1811.

BOUGNOUX, D., (2001), Introduction aux sciences de la communication. Paris : éd. La Découverte.

BRULOIS, V., & CHARPENTIER, J.-M., (2013), « Le communicant face à son métier : comprendre, mettre à distance, porter un regard critique », In T. Heller et al., (2013). Communication & Organisation : perspectives critiques. Villeneuve d’Ascq : Presses Universitaires du Septentrion.

CHARRON, J., & De BONVILLE, J. (1996), « Le paradigme du journalisme de communication », Communication, Vol. 17, n° 2, p. 50-97.

CHAUVIN, D., (2010), « La fonction “communication interne” en crise ? », Communication et organisation, n ° 38, p. 147-170.

DÉCAUDIN, J.-M., & IGALENS, J., (2006), La communication interne. Paris : Dunod.

DEMERS, F., (1996), « Impacts des nouvelles technologies de l’information et de la communication : déstructuration (et restructuration) du journalisme ? », TIS, 8/1, p. 55-70.

DESAUVAGE, A., (1993), « Un bain révélateur », Communication et organisation [En ligne], n° 4, le 26 mars 2012, consulté le 09 mars 2013. URL : http://communicationorganisation.revues.org/1667.

DÉTRIE, Ph., & BROYEZ, C., (2003), La communication interne au service du management. Paris : éditions Liaisons.

ERTZSCHEID, O., et al., (2009), « Pagerank : entre sérendipité et logiques marchandes », in B. Simonnot & G. Gallezot(dir.), L’entonnoir. Google sous la loupe des sciences de l’information et de la communication. Caen : C & F Éditions, p. 125-126.

GIORDANO, Y., & MUSCA, G., (2012), « Les alpinistes dans l’imprévu. Pour une approche naturaliste de la décision ? », Revue française de gestion, n° 225/6, p. 83-107.

IVANOV, I., (2013), « Communiquer et agir en commun : le cas d’un journal interne instrumentalisé », Organisation & Communication, n° 43, p. 213-226.

LAMBERT, J., (1993), La presse d’entreprise. Paris : PUF.

LETEINTURIER-LAPRISE, C., & MATHIEN, M., (2010), « Une profession fragilisée : les journalistes français face au marché de l’emploi », Quaderni, n° 73, p. 97-114.

MARTIN-LAGARDETTE, J.-L., (2006), L’information responsable. Un défi démocratique . Paris : Éditions Diffusion Charles Léopold Mayer.

MATHIEN, M., (1999), « Le journalisme professionnel face aux mutations de l’information et de la communication : déroute des valeurs ou réaction ? », Quaderni, n° 37, McLuhan, trente ans après, p. 11-42.

MATHIEN, M., (2001), « Le journalisme de communication : critique d’un paradigme spéculatif de la représentation du journalisme professionnel », Quaderni, n° 45, Figures du journalisme : critique d’un imaginaire professionnel, p. 105-135.

MIÈGE, B., (2000). « Les apports à la recherche des sciences de l’information et de la communication », Réseaux : Communiquer à l’ère des réseaux, Vol. 18/100, p. 569-584.

MIÈGE, B., (2004). L’information – communication, objet de connaissance. Bruxelles : de Boeck.

MIÈGE, B., (2005). La pensée communicationnelle. Grenoble : PUF.

MONTANOLA, S., et al., (2013), « Journalistes et communicants : cohabitation “forcée” et co-construction de l’information sportive », Enjeux de l’information et de la communication, [en ligne] URL : http://w3.u-grenoble3.fr/les_enjeux/2012/Romeyer et al/index.html.

PATRIN-LECLÈRE, V., (2004), « Journalisme, publicité, communication : pratiques professionnelles croisées », Communication et langages, n ° 140, p. 109-118.

ROUARD, F., (1995), « Écrits de travail : sur la piste de l’auteur », Études de communication, n ° 6, p. 41-54.

SAINT-GEORGES (de), P., (1993), « Culture d’entreprise, communication interne et stratégies de changement », Communication et organisation [En ligne], n° 4, mis en ligne le 26 mars 2012, consulté le 30 mars 2013. URL : http://communicationorganisation.revues.org/1657.

TAYLOR, J., (1993), « La dynamique de changement organisationnel. Une théorie conversation/texte de la communication et ses implications », Communication et Organisation, n° 3, ISIC, Université Michel de Montaigne, Bordeaux, p. 51-94.

TAYLOR, J., & VAN EVERY, E., (2014), « When Organizations Fails : Why Authority Matters ». New York : Routledge.

TEDDLIE, C., & TASHAKKORI, A., (2009), Foundations of Mixed Methods Research. Integrating Quantitative and Qualitative Approaches in the Social and Behavioral Sciences. Sage : Thousand Oaks, CA.

VERON, E., (1985), « L’analyse du contrat de lecture », Les médias : expériences et recherches actuelles, IREP.

ZELIZER, B., (2011), « Journalism in the Service of Communication », Journal of communication, Vol. 61/1, p. 1-21.

Haut de page

Notes

1 Union des Journaux et Journalistes d’Entreprise de France.

2 L’auteur de cet article était journaliste professionnel de 1994 à 2008.

3 L’actualité n’est pas le seul critère de la production journalistique, mais il est bien le dominant.

4 Ex. UJJEF.

5 L’« Ours » : un encart qui indique les noms personnes participant à l’élaboration de la publication.

6 Une analyse détaillée de ces textes a été présentée lors du 19ème Congrès de la Sfsic à Toulon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ivan Ivanov, « Du journal grande presse au journal d'entreprise. Les (anciens) journalistes entre l'information et la communication », Semen [En ligne], 38 | 2015, mis en ligne le 04 mai 2015, consulté le 21 août 2017. URL : http://semen.revues.org/10341

Haut de page

Auteur

Ivan Ivanov

I3M Nice-ToulonUniversité de Nice Sophia-Antipolis

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page