Navigation – Plan du site

L'anaphore rhétorique dans le discours politique. L'exemple de N. Sarkozy

Véronique Magri-Mourgues

Résumés

L'article analyse l'anaphore rhétorique dans le discours politique. Le corpus d'étude est constitué des discours de campagne de N. Sarkozy. Après avoir évalué les critères définitionnels qui font de l'anaphore une figure structurante, les enjeux pragmatiques de cette dernière sont observés. Figure de structuration, d'amplification et d'assertivité, elle peut être définie comme forme-sens signifiante dans un genre particulier. L'approche de l'anaphore rhétorique est renouvelée par cette analyse qui croise pragmatique, syntaxe mais aussi analyse quantitative.

Haut de page

Texte intégral

1L'anaphore rhétorique a fait l'objet de définitions stables depuis l'Antiquité ; elle est présentée comme un cas particulier de répétition, déterminé par sa position dans l'énoncé. Elle est la « répétition d'un mot ou d'un groupe de mots au début de plusieurs énoncés ou syntagmes consécutifs » (Bonhomme 2005 : 64). La place en tête d'un segment de discours est considérée comme une des positions les plus saillantes et sert de critère distributionnel distinctif pour classifier différents types de répétitions.

2Étudiée comme figure depuis les origines et estampillée, dès son nom, comme rhétorique pour la distinguer de phénomènes syntaxiques de reprise d'un syntagme nominal par un pronom par exemple, elle échappe forcément aux critiques susceptibles de stigmatiser la répétition comme le résultat d'une négligence ; au contraire, découlant d'un choix conscient du locuteur, elle acquiert le statut d'une figure dont les enjeux méritent d'être précisés.

3Elle est classée comme figure de construction de type microstructural et variété la plus élémentaire de répétition. Elle peut cependant servir de base à des figures macrostructurales d'amplification, au niveau de la structuration textuelle (Molinié 1992 : 292-293). Dans certains dictionnaires de rhétorique, elle profite d'une extension de sens si on emploie le terme d'anaphore « lorsque, dans un segment de discours, un mot ou un groupe de mots est repris au moins une fois, tel quel, à quelque place du texte que ce soit » (Molinié ibid. : 49) et qu'on réserve le terme plus spécifique d'épanaphore pour désigner « la reprise exacte, en la même place syntagmatique absolument initiale, des mêmes éléments » (Molinié ibid. : 136-7). Pour cette étude, on considérera que la répétition doit ouvrir une unité textuelle, un segment de phrase ou une phrase entière, pour être envisagée comme anaphore.

4Une fois le risque de la redondance écarté qui confinerait au piétinement du texte, au ressassement improductif et pourrait s'avérer symptôme d'une pulsion de répétition maladive, la problématique de l'anaphore rhétorique peut être posée ; elle visera aussi à réajuster les critères définitionnels.

  • 1 Corpus emprunté par D. Mayaffre au site de l'UMP, http://www.u-m-p.org/​. La publication des discour (...)

5Le corpus d'étude comporte les discours de meeting de Nicolas Sarkozy prononcés entre décembre 2006 et mai 20071. Il faut d'emblée prévenir de l'analyse partielle qui pourra ainsi être faite, qui s'intéresse aux textes écrits et qui perd, de fait, toute prise sur l'appareillage induit par l'oralisation, la présence de la voix, la gestuelle, le regard, le « tout orchestral » (Molinié 1992 : 6) que constitue une prestation orale. Par ailleurs, toute remarque sur la ponctuation devra être prudente, puisque ces marques graphiques ne peuvent être considérées comme l'exacte transcription des intonations et de tous les faits prosodiques choisis par l'orateur. En définitive, en ne s'intéressant qu'aux textes écrits, on retrouve davantage la plume de Henri Guaino que le style de Nicolas Sarkozy. Toutefois, le premier écrit pour le second ; scripteur et orateur forment un binôme dont il est difficile en définitive de dissocier clairement les composantes. Le discours politique de campagne s'inscrit dans un genre textuel qui se situe à mi-chemin entre texte écrit et texte oral spontané. Il s'agit d'un texte écrit destiné à être oralisé et écouté. Hybride par définition, il s'éloigne a priori du texte écrit destiné à la publication et dont la vocation essentielle est d'être lu comme du texte oral spontané, dont la construction se module en interaction avec la réception simultanée qui en est faite.

6Les critères définitionnels de l'anaphore rhétorique seront d'abord problématisés, comme figure qui intervient dans la structuration textuelle avant que les enjeux pragmatiques de cette figure ne soient évalués dans le contexte du discours politique de campagne. L'anaphore rhétorique pourrait-elle être interprétée comme forme-sens ? Cette étude propose une approche renouvelée de l'anaphore rhétorique – par le corpus choisi, par les cadres méthodologiques qui croisent pragmatique, syntaxe et textométrie, par les conclusions qui proposent l'analyse de l'anaphore rhétorique comme forme-sens signifiante dans un genre donné.

1. L'anaphore rhétorique et la structuration textuelle

7L'anaphore rhétorique qui se définit par la reprise de mêmes segments au long d'un discours est au cœur d'un paradoxe : comment, en se répétant, le discours peut-il progresser ? De quelle manière l'anaphore peut-elle être proposée comme « facteur de structuration textuelle » ou comme « facteur de textualité » (Adam 1990 : 172) si la textualité équivaut à « un équilibre délicat entre une continuité-répétition d’une part, et une progression de l’information, d’autre part » (Adam 1990 : 45) ?

1.1. La portée de l'anaphore rhétorique

8Le premier paramètre à évaluer concerne la distance entre une occurrence et celle qui lui fait écho, ce qui est appelé ici la portée de l'anaphore rhétorique ; l'anaphore rhétorique est un procédé intraphrastique lorsque la répétition ouvre des segments de phrase ou transphrastique quand ce sont des phrases qui sont en jeu. La répétition d'au moins deux structures identiques au début de deux phrases successives mais non forcément contiguës intervient dans la structuration textuelle, en délimitant des séquences textuelles reliées par ce segment commun et répété. La définition de l'anaphore rhétorique serait ainsi élargie : des reprises de mêmes structures rythment le texte, même à quelques lignes de distance. Le choix du corpus qui regroupe la forme brève de discours oraux résout la question de la capacité mémorielle de l'auditeur : les textes sont suffisamment courts pour que l'oreille de l'auditeur puisse percevoir le retour des mêmes structures. Une corrélation s'établit entre plusieurs séquences qui se combinent pour créer une unité de sens, et l'auditeur entend cette corrélation.

9Le martèlement prend l'allure d'une litanie quand les occurrences se succèdent, identiques :

On a capitulé devant l'idéologie de mai 68.

On a capitulé devant la logique de l'assistance.

On a capitulé devant l'immigration non maîtrisée.

On a capitulé devant le communautarisme.

On a capitulé devant une conception formelle et dogmatique de

l'égalité. (Meeting de Charleville Mézières, 18 décembre 2006).

10Ces répétitions en ouverture de phrases successives ne sont pas indispensables a priori pour la compréhension du message dans une optique informationnelle ; dans une perspective pragmatique cependant, c'est la valeur axiologique négative du segment répété qui est ainsi accentuée. Le segment on a capitulé devant pourrait être suivi d'une simple énumération de syntagmes nominaux régis par la préposition, sans reprise du prédicat verbal. La reprise à l'identique modifie le schéma syntaxique et mélodique de l'énoncé : au lieu du continuum réalisable par l'énumération qui déplacerait l'attention de l'auditeur ou du lecteur vers le complément du prédicat verbal en jouant sur le procédé de l'accumulation, s'instaure un phénomène de relance syntaxique renouvelé, en faveur d'un signifié global, « qui tend à fondre les itérations sonores dans un même accent sémantique » (Molinié 1986 : 99). Un signifié commun et global se dégage, articulé au segment répété, qui décuple la force illocutoire du groupe verbal axiologique. La valeur de la reprise à l'identique en tête de phrase est plus expressive et incitative qu'informative.

11En revanche, les énoncés repris à quelques phrases de distance charpentent le discours : ainsi en est-il du discours à Angers (1er décembre 2006) et de la formule programmatique je vous propose dont l'extrait suivant donne un aperçu non exhaustif ; en tout cas ici les trois occurrences ouvrent des chapitres ou des strophes qui elles-mêmes se déroulent au long d'énumérations anaphoriques, visant à développer le complément introduit par la formule performative je vous propose :

Je vous propose une vision ambitieuse de l’école.

Une école dont le primaire se fixe pour objectif de donner à tous les enfants les bases fondamentales sans lesquelles il n’est pas possible de vivre une vie adulte.

Une école dont le collège se fixe pour objectif de donner aux élèves le goût des grands auteurs […].

Une école dont le lycée se donne pour objectif de porter plus d’élèves vers l’enseignement supérieur […].

Une école dont l’université se donne pour objectif de reprendre sa place aux premiers rangs des classements internationaux des établissements d’enseignement supérieur […].

Une école qui transmet le savoir […].

Une école qui ne craint pas, un siècle après Jules Ferry, de « compter sur les enseignants pour apprendre aux élèves à bien vivre par la manière dont ils vivent avec eux et devant eux ».

Une école qui donne le goût de l’effort par le plaisir des difficultés surmontées.

[...]

Une école qui donne confiance en soi […].

Je vous propose une école qui développe l’esprit critique et l’esprit de vérité.

Une école qui considère que le plus grand service qu’on rend à un enfant est de lui apprendre à penser.

Une école qui est en phase avec son temps […]

Une école qui ne donne pas les examens à tout le monde […].

Une école plus exigeante avec ceux qui sont plus défavorisés, car l’école est le patrimoine de ceux qui n’en ont pas.

Une école qui sait en vérité, que c’est en assumant ses missions fondamentales, qu’elle remplira beaucoup de ses missions complémentaires. […]

Je vous propose une école où les familles ont des droits, mais aussi des devoirs.

Une école où les maîtres sont respectés, mais aussi évalués.

Une école où la promotion des maîtres se fait au mérite, pas en fonction d’une inscription syndicale.

Une école où les élèves sont aimés, mais aussi instruits.

Une école qui, avec André Gide, considère que « l’éducation est une émancipation ».

12Le rôle de l'anaphore rhétorique est alors d'intervenir dans l'agencement des énoncés comme le feraient de simples connecteurs argumentatifs ou temporels, du type « d'abord, ensuite, enfin ». Ces anaphores assurent la maîtrise du discours par le locuteur et guident l'auditeur, qui n'a pas le loisir de revenir en arrière, de relire le texte, de vérifier ses enchaînements, comme pourrait le faire un lecteur. Le sens se construit ici progressivement et parallèlement à la profération du texte. Les anaphores jouent un rôle transphrastique, matérialisant la relation avec le contexte précédent et servant de « balisage textuel » (Riegel & alii 1994 : 380) dans l'organisation générale du discours.

1.2. L'empan de l'anaphore rhétorique

13Si l'anaphore rhétorique est une figure largement représentée dans le corpus de Sarkozy, elle connaît des variantes qui illustrent sa ductilité constitutive. Elle peut concerner indifféremment un mot (parce que, Villebon, 20 mars 2007), un syntagme nominal (la République réelle), une proposition (je vous propose), voire des propositions incomplètes, (celui qui ne veut pas respecter, Caen, 9 mars 2007 le complément régi par respecter variant ensuite) (c'était une école Lyon, 5 avril 2007), des phrases tout entières (ça ne peut plus durer (Toulon, 7 février 2007) ; vous en avez assez (Lille 28 mars 2007).

14L'anaphore est élastique, peut se raccourcir ou s'étendre au gré des développements ; dans l'extrait suivant les reprises se modulent selon l'éventail des pronoms relatifs en « dans cette ville qui/que/où/dont » :

Dans cette ville que la Convention voulait anéantir, […]

Dans cette ville, où il y eu tant de victimes des massacres révolutionnaires.

Dans cette ville, où l’on n’a pas oublié les Canuts dont les révoltes désespérées furent noyées dans le sang.

Dans cette ville, Lyon, qui a 22 siècles d’histoire, ou jadis les 60 tribus gauloises se réunissaient chaque année.

Cette ville qui est devenue française il y a 7 siècles, est une capitale spirituelle, commerciale et industrielle. […]

Dans cette ville, on connaît le prix de la sueur, la valeur de l’effort et du sacrifice.

Dans cette ville, on a inventé le métier à tisser, le cinéma et la banque moderne. […]

Dans cette ville qui a toujours brassé les hommes, les idées et les cultures, autant que les capitaux et les marchandises.

Dans cette ville dont le grand Michelet disait qu’elle unissait les peuples comme les fleuves.

Dans cette ville, je suis venu dire dans cette région que notre avenir, celui de la France et des Français ne dépend que d’une seule chose : notre travail, notre imagination et notre volonté. […]

Dans cette ville et dans cette région, je suis venu dire qu’il n’y a aucune fatalité ni au chômage, ni à l’insécurité, ni à l’immigration non maîtrisée, ni au déclin de la France. (Lyon, 5 avril 2007).

15Cette modulation n'altère pas la reconnaissance de la répétition. La théorie du motif peut ici être proposée comme modèle d'exploration. Le motif se définit comme « élément structurant de la texture discursive » (Longrée, Luong, Mellet 2008 : 733-744) et, de manière plus abstraite, comme « un sous-ensemble ordonné de (E) formé par l’association récurrente de n éléments de l’ensemble (E) muni de sa structure linéaire » (Id.). Cette définition a l'avantage de permettre d'inclure dans les reprises anaphoriques, non seulement les reprises lexicales, termes à termes, mais aussi les schémas syntaxiques identiques. Un exemple significatif par sa récurrence dans le corpus étudié est le patron de la définition, qui suit le modèle syntaxique de la phrase emphatique par dislocation gauche, du type SN c'est, qui fonctionne comme noyau minimal. Le discours au congrès de l'UMP (14 janvier 2007) en fournit plusieurs exemples successifs. Des phrases se suivent s'ouvrant sur le groupe Le but de la République c'est, suivi d'un infinitif, d'une complétive, d'un syntagme nominal, au gré d'un jeu de commutation sur l'axe paradigmatique, qui table sur les équivalences fonctionnelles. Le syntagme est encore modulé quelques lignes plus loin en La République réelle c'est, présentatif lui-même repris sous sa variante négative, ce n'est pas.

Le but de la République c’est d’arracher du cœur de chacun le sentiment de l’injustice.

Le but de la République c’est de permettre à celui qui n’a rien d’être quand même un homme libre […].

Le but de la République c’est que les chances de réussite soient égales pour tous. […]

Le but de la République c’est la reconnaissance du travail comme source de la propriété et la propriété comme représentation du travail. […]

La République réelle, c’est la République qui ne se contente pas d’inscrire la liberté, l’égalité et la fraternité sur ses monuments, mais qui les inscrit dans la réalité de la vie quotidienne.

La République réelle ce n’est pas la République où tout le monde reçoit la même chose […].

La République réelle c’est celle qui fait plus pour celui qui veut s’en sortir et qui fait moins pour celui qui ne veut rien faire et dont la société ne peut accepter qu'il vive à son crochet.

La République réelle ce n’est pas la République où il n’y a que des droits et aucun devoir. […]

16Ce discours repose en définitive sur un schéma binaire où s'opposent en fait deux prédicats : réelle-virtuelle. L'antonymie est appuyée par l'écho phonique des finales et joue sur la logique vériconditionnelle du vrai et du faux, ce dernier étant assimilé de manière euphémistique au virtuel. Le schéma définitionnel est repris en écho pour La République virtuelle :

La République virtuelle c’est celle qui fait de l’élève l’égal du maître. […]

La République virtuelle c’est celle qui veut donner un diplôme à tout le monde en abaissant le niveau des examens.

La République réelle c’est celle qui veut donner une formation à chacun […].

La République réelle, c’est celle où le sport n’est pas un ghetto réservé aux jeunes ou aux minorités visibles mais devient une école de la vie […]

La République virtuelle c’est celle qui pratique l’assistanat généralisé mais qui laisse des gens mourir sur le trottoir. [...]

La République réelle c’est celle qui rend effectifs les droits qu’elle proclame.

17Ces exemples rejoignent les cas de définition oratoire définie par C. Perelman & L. Olbrechts-Tyteca (2008 : 233) : la pseudo-définition est en fait partielle, mettant en évidence seulement certains aspects de la réalité, choisis en fonction de l'effet à produire chez l'auditeur, ce qui est légitime dans un discours politique qui veut emporter l'adhésion de l'auditoire.

Toute argumentation implique une sélection préalable, sélection des faits et des valeurs, leur description d'une façon particulière, dans un certain langage et avec une insistance qui varie selon l'importance qu'on leur accorde. (Perelman 1977 : 48).

  • 2 Mes remerciements vont à Bénédicte Pincemin pour son aide quant à la préparation du corpus et à son (...)

18La ductilité de l'anaphore est aisément démontrée par la recherche automatique. Un essai a été tenté sur ce corpus par le biais du logiciel TXM2 qui permet de rechercher des segments répétés constitués de x items, en tête d'énoncés. Cela permet d'une part de faire jouer la longueur de la série recherchée et, d'autre part, de repérer les segments répétés les plus fréquents. C'est par exemple la suite je veux être qui arrive en tête des segments répétés à l'initiale d'énoncés avec 146 occurrences dans le corpus des discours ; cette locution conserve sa place en première position des suites répétées de 4 items (je veux être le – 132 occurrences), de 5 items (je veux être le Président – 112 occ.), de 6 items (je veux être le Président d'une – 58 occ.), de 7 items (je veux être le Président d'une France – 52 occ.), de 8 items (je veux être le Président d'une France qui – 38 occ.) avant de se faire détrôner pour les suites de 9 items par la formule (pourquoi tant de haine ? parce que je dis que – 16 occ.).

1.3. Cohésion et cohérence

19La figure de l'anaphore rhétorique joue un rôle architectural (Bonhomme 1998) et cohésif apparemment très fort, puisqu'elle assure la fonction de ligateur, intra et interphrastique. Le paradoxe de la reprise et de l'avancée du discours qui veut et doit échapper au ressassement impose d'inférer, sous la séquentialité, une progression. Celle-ci induit une vectorisation de la liste qui suppose une attention toute particulière au dernier élément de cette liste. Qu'est-ce qui justifie sa place en dernière position comme clôture d'une énumération ? La question corollaire est celle des relations établies entre les éléments successifs : s'établit-il entre eux des rapports d'égalité ou de hiérarchie ? Les suites anaphoriques sont si nombreuses dans les discours de N. Sarkozy qu'il est très difficile de les examiner toutes dans cette perspective. Quelquefois, des connecteurs sans ambiguïté signalent la fin de la liste, comme « enfin » : « enfin je veux vous dire ma joie des échéances qui se rapprochent » (Angers, 1er décembre 2006) ; le dernier item peut aussi fonctionner comme aboutissement discursif d'une longue énumération qui ne lui a servi que d'une espèce d'avant-propos introductif : c'est le cas lorsque la suite se clôt sur la déclaration ce soir je suis venu vous dire que je suis candidat ou sur une formule du type et vous avez raison qui est reprise en écho à l'anaphore inaugurale vous en avez assez, en position d'épiphore cette fois.

  • 3 La parataxe comprend juxtaposition et coordination ; elle se décline en un mode de coordination, ex (...)

20En réalité, plus qu'une progression, c'est un empilement qui est réalisé reposant sur la parataxe asyndétique3 au niveau des liaisons interphrastiques. L'anaphore en parataxe instaure une lecture tabulaire du texte qui se structure sur une succession de formules identiques, non hiérarchiquement ordonnées et autonomes, au sens où, contrairement à ce qui se passe pour l'anaphore grammaticale, l'interprétation référentielle de l'élément de reprise ne dépend pas de l'élément-source. Les éléments sont mis en liste, sans lien de causalité qui les relie et justifie leur juxtaposition ; la liste est en théorie ouverte et infinie. Les occurrences se succèdent apparemment identiques formellement mais l'inscription dans la chaîne linéaire du texte induit une différence ou variation d'une occurrence à l'autre. La seconde occurrence prend appui sur la précédente même si son sens ne dépend pas de la première occurrence comme dans le cas de l'anaphore grammaticale, et ceci théoriquement à l'infini, instaurant une structure cumulative et récursive qui fait de chaque occurrence un fragment d'un ensemble englobant et apparemment homogène. La figure de l'épanode partage avec l'anaphore rhétorique un schéma prosodique similaire en ce sens que ces deux figures assurent une relance du discours : un prédicat inséré dans une configuration syntaxique en apparence close est réactivé comme pivot discursif d'un développement qui suit et qui peut, par ailleurs, retrouver le dynamisme de l'anaphore. L'épanode fonctionne comme un principe productif du discours, un principe pour ainsi dire de génération spontanée. Les exemples pourraient être multipliés. En voici une illustration organisée autour du mot vérité. Une chaîne discursive se réalise qui donne une apparence de cohésion fondée sur la seule reprise du dernier terme et sur l'exhibition d'un lien de causalité, ce qui permet de maintenir le fil du discours, en guise d'argumentation :

Je veux dire la vérité à la jeunesse.

Parce que cette vérité nous la devons tous à nos enfants.

Parce que cette vérité, je sais qu’elle est capable de l’entendre.

La vérité c’est qu’à maintenir indéfiniment la jeunesse dans un état de dépendance et d’assistance, on lui fait perdre peu à peu l’estime d’elle-même.

La vérité c’est que rien n’est gratuit et que tout se mérite.

La vérité c’est que c’est le travail qui crée le travail.

La vérité c’est que la jeunesse n’excuse pas tout.

[...]

La vérité c’est qu’on ne rend pas service à la jeunesse en l’infantilisant. Encore moins en infantilisant toute la société.

La vérité c’est qu’en l’enfermant en elle-même, en l’incitant à devenir sa propre fin, en cherchant à la mettre à l’abri de tout, on ne protège pas la jeunesse, on l’abîme.

La jeunesse n’a pas besoin qu’on l’aide à rester jeune. Elle a besoin qu’on l’aide à devenir adulte. (Nice, 30 mars 2007)

21Dans cet autre exemple, le procédé intervient à trois reprises, accompagnant trois inflexions du discours, pivotant autour des syntagmes votre liberté, la pensée unique, l'ordinal VIe mis pour VIe République.

Je veux vous rendre votre liberté.

Votre liberté de choix.

Votre liberté de parole.

Votre liberté de penser.

Je veux en finir avec le politiquement correct et avec la pensée unique.

Je veux en finir avec la pensée unique qui est le point de rencontre de tous les renoncements, de tous les sectarismes, de toutes les arrogances.

Je veux en finir avec la pensée unique qui nous a mis dans la situation où nous sommes […].

Je veux en finir avec la pensée unique qui dit que la politique ne peut rien faire pour changer quoi que ce soit et qu’elle ne peut rien dire sur rien. […].

On ne fera pas cette rupture en abandonnant la Ve République pour revenir à la IVe sous couvert de faire la VIe.

Car c’est bien de cela qu’il s’agit.

Leur VIe République c’est le retour au régime de l’impuissance, c’est le retour au régime des partis, c’est le retour à l’instabilité. (Lille, 28 mars 2007)

22Le discours se déroule et s'enroule comme une spirale. L'anaphore s'appuie sur un élément déclencheur mais son déroulement est aléatoire, théoriquement infini suivant un mouvement de vis sans fin. Un faisceau de figures de répétition s'organise dans cet extrait. Le procédé de la concaténation qui pointe trois pivots discursifs de relance enchâsse un procédé d'autonomisation syntaxique et sémantique d'un prédicat : le complément d'objet direct « votre liberté » est repris dans un système ternaire et graduel où chaque membre est présenté comme autonome par la construction en parataxe et la disposition typographique, transposable par des pauses marquées à l'oral à même d'isoler mélodiquement chaque segment. Une gradation sémantique est perceptible entre les trois éléments ordonnés selon une progression vers l'intime – depuis la possibilité du choix jusqu'à la pensée. La reformulation ensuite de l'acte, exprimé par « je veux en finir », par un substantif « cette rupture » tend à donner à ce qui est encore un projet la stabilité du résultat accompli qui ouvre au troisième pivot du discours, la VIe République. Le procédé de l'anaphore rhétorique est repris sur le mode ternaire dans plusieurs paragraphes : « de tous les renoncements, de tous les sectarismes, de toutes les arrogances » ; « à force de ne rien faire, à force de ne rien dire, à force de ne rien penser » ; « c'est le retour au régime de l'impuissance, c'est le retour au régime des partis, c'est le retour à l'instabilité ». Le discours se construit sur un modèle fractal : une structure invariante est dupliquée à différentes échelles du texte et acquiert ainsi une force constituante et signifiante.

2. Enjeux pragmatiques de l'anaphore rhétorique

2.1. Valeur emphatique

23Les manuels de rhétorique accordent à l'anaphore rhétorique comme à toutes les formes de répétition valeur d'amplification et de mise en relief. Elle sert à activer une « référence ostensive » (Bonhomme 2005 : 112) et à maintenir l'esprit de l'auditeur attentif, en éveil. Les pivots notionnels qui se succèdent dans le discours comme autant de points centrifuges du discours fonctionnent tels des « pics énergétiques » (Abiker 2008 : 128). L'extrait suivant s'organise par exemple autour de trois pôles successifs, la France, la gauche, nous, toujours placés en position frontale et construisant une dichotomie entre deux adversaires autour d'un objet partagé.

La France veut des idées fortes, elle n’attend pas des concepts creux. La France veut un dialogue sincère, elle n’attend pas de recevoir l’écho déformé de son propre discours. La France veut qu’on lui propose un avenir différent, elle n’attend pas qu’on lui resserve les recettes du passé. La France veut qu’on la tire vers le haut, elle n’attend pas qu’on la berce de formules toutes faites avec lesquelles tout le monde est d’accord.

La France a conscience des défis que notre pays doit relever. Elle veut qu’on lui dessine des perspectives, qu’on lui propose des choix, qu’on lui apporte des solutions.

Ce soir, je suis venu vous dire ma sérénité et ma détermination.

La gauche n’a qu’un seul objectif : celui de battre la droite. Nous avons une ambition : faire de la France un pays où tout peut devenir possible.

La gauche n’a qu’un but : prendre sa revanche. Nous n'avons qu’un idéal : que l’avenir redevienne une espérance.

La gauche n’a qu’une intention : figer le pays. (Discours à Angers, 1er décembre 2006)

  • 4 Morel & Danon-Boileau (1998).

24Les « saillances perceptives » (Lacheret 2007 : 21) en position frontale autorisent le découpage en unités prosodiques et intonatives, qui pourront être dites mineures pour chaque reprise avant que l'unité qui regroupe les occurrences répétitives ne se reconstruise comme unité majeure, à la fois sur le plan mélodique et sur le plan pragmatico-sémantique. Une valeur illocutoire peut être attribuée aux contours mélodiques qui participe à la construction du discours en co-énonciation4.

2.2. Anaphore rhétorique et co-énonciation

  • 5 Voir A. Rabatel (2015). « Des répétitions dans le discours religieux : l'exemple des litanies », Le (...)

25Je reprendrai ici les distinctions établies par A. Rabatel (2012 : 23-42)5 entre auto- et hétérodialogisme et en particulier le concept de co-énonciation ou de concordance concordante.

26Dans ces discours, l'énonciateur-orateur domine le jeu énonciatif, non seulement parce qu'il est la seule voix qu'on entend – c'est là une contrainte du genre envisagé – mais aussi par une stratégie énonciative qui évolue depuis l'émergence d'une voix auctoriale et autoritaire jusqu'à l'effacement énonciatif au bénéfice d'une énonciation universalisante.

27Le relevé automatisé des chaînes de deux items les plus récurrentes fait apparaître, parmi les plus fortes fréquences, des schémas d'énoncés performatifs anaphoriques qui associent le pronom je et un verbe veux (744 occ.), souhaite (144 occ.), crois (94 occ.), propose (87 occ.), suis (82 occ.), revendique (48 occ.), sais (44 occ.), rêve (42 occ.), pense (33 occ.), refuse (15 occ.), continuerai (12 occ.), autant d'énoncés où s'affirme la personne locutrice. La formule est doublement performative lorsqu'on entend je veux lui promettre. Ces formules voisinent cependant avec des énoncés dans lesquels l'énonciateur se désinscrit au profit d'un énonciateur universalisant.

28Ce sont toutes les formules où se manifestent les tours impersonnels qui emploient le pronom on, de valeur indéfinie et universalisante, les infinitifs détachés de toute contingence, les expressions avec il impersonnel ou encore le pronom neutre dans le tour présentatif c'est :

Aimer, c'est la seule chose qui compte vraiment. […]

Aimer ! C'est prendre le risque de souffrir.

Aimer ! C'est s'engager, se donner sans retenue, avec une générosité infinie, c'est abolir toutes les barrières, toutes les distances, accepter de devenir sensible, vulnérable. (Meeting au Zénith, 18 mars 2007).

Il arrive que les rêves se brisent. Ce n'est pas une raison pour ne plus rêver.

Il arrive que les espérances soient déçues. Ce n'est pas une raison pour ne plus espérer.

Il arrive que la vie soit dure, qu'elle soit lourde, qu'elle soit douloureuse. Ce n'est pas une raison pour refuser de vivre. (Idem).

29La voix énonciatrice se dissout dans une instance homogène et non identifiée ou plutôt identifiable à une pensée commune, la doxa. Les énoncés acquièrent ainsi le statut de vérités indéniables parce que devenues évidentes. L'orateur s'adapte stratégiquement à son auditoire en évoquant des idées qu'il sait devoir être partagées. Ces discours peuvent être rattachés au genre épidictique, qui est « à la fois le plus rhétorique de tous les genres et le moins argumentatif, le plus émotif et le moins décisionnaire mais nécessairement le plus figuratif » et dont la fonction principale est « le rétablissement ou le maintien de la concorde, l'équilibre social » (Danblon 2013: 95-99).

  • 6 On pourrait penser aussi aux formules d'A. Krieg-Planque ; voir plus loin.

30L'imaginaire collectif est convoqué dans ces exemples. Il arrive encore que l'anaphore rhétorique porte sur des structures phrastiques assimilables à ce que O. Galatanu appelle, en référence à l'holophrastie de G. Guillaume, des holophrases6. à côté des collocations comme le groupe république virtuelle, les holophrases imposent une saisie globale phrastique, l'association des items formant une seule unité. Parmi les segments de 5 items identifiés par le logiciel TXM comme les plus représentatifs, cinq peuvent fonctionner comme holophrases : pourquoi tant de haine ? (44 occ.), vous en avez assez que (40 occ.), vous en avez assez de (15 occ.), ça ne peut plus durer (13 occ.), il faut en finir avec (9 occ.).

31Le premier discours ci-après enchâsse de surcroît au discours rapporté une autre holophrase, ce n'est pas possible, en dislocation droite, et en position d'épiphore cette fois, à la manière d'un repoussoir ; la voix de l'autre est mise à distance et stigmatisée. La force du texte provient cette fois d'un effet de double négation – négation d'ordre sémantique dans l'holophrase vous en avez assez, syntaxique et sémantique dans l'énoncé ce n'est pas possible – qui ouvre, en filigrane et en creux, tous les champs du possible et fait miroiter tous les espoirs portés par les énoncés positifs correspondants.

Vous en avez assez.

Vous en avez assez que des commissaires européens

Que des dirigeants de Banque Centrale

Que des cabinets ministériels

Que des grands corps

Que des experts

Que des marchés

Pensent à votre place, décident à votre place.

[...]

Vous en avez assez que l’Europe ne soit pas démocratique.

Vous en avez assez que des gens qui ne sont pas élus, qui ne sont responsables devant personne, qui n’ont de comptes à rendre à personne décident de votre vie, de votre avenir, de celui de vos enfants.

Vous en avez assez de tous ces gens qui décident à votre place et qui ne supportent jamais pour eux-mêmes les conséquences de ce qu’ils décident.

Vous en avez assez de tous ces gens qui veulent toujours vous imposer des sacrifices qu’ils ne sont pas capables de s’imposer à eux-mêmes.

Vous en avez assez que l’on vous répète sans arrêt qu’il n’y a qu’une seule politique possible et que vous n’avez pas le choix.

Vous en avez assez qu’on vous dise :

« Plus de croissance, ce n’est pas possible ! »

« Le plein emploi, ce n’est pas possible ! »

« Travailler plus pour gagner plus, ce n’est pas possible ! »

« L’augmentation du pouvoir d’achat, ce n’est pas possible ! »

[...]

« La défense de la langue française face à l’Anglais, ce n’est pas possible ! »

« La sauvegarde des intérêts économiques français, ce n’est pas possible ! »

« La politique industrielle, ce n’est pas possible ! »

« La taxation des pollutions, ce n’est pas possible ! »

« La préférence communautaire, ce n’est pas possible ! »

« La lutte contre les concurrences déloyales, ce n’est pas possible ! »

Vous en avez assez que rien ne soit possible et vous avez raison !

Vous êtes là parce que vous en avez assez que l’on décide à votre place ce que vous avez ou non le droit de dire.

Vous en avez assez de la repentance.

[...]

Vous en avez assez de la langue de bois et vous avez raison.

Vous êtes là parce que vous en avez assez que l’on cherche à vous imposer ce qu’il faut penser. (Lille, 28 mars 2007)

Ici, à Toulon, comme partout en France, j’entends ce cri qui s’élève des profondeurs du pays et dont l’écho semble se répéter indéfiniment : « ça ne peut plus durer ».

Ça ne peut plus durer les travailleurs pauvres qui se demandent quoi faire pour s'en sortir.

Ça ne peut plus durer le pouvoir d’achat trop faible, les enfants condamnés à vivre moins bien que leurs parents, la difficulté de se loger décemment.

Ça ne peut plus durer l’assisté qui gagne plus que le travailleur, l’école qui n’apprend pas à lire, à écrire, à compter correctement.

Ça ne peut plus durer la violence, des multi-récidivistes.

Ça ne peut plus durer le petit voyou et le patron voyou qui restent impunis.

Ça ne peut plus durer les parachutes en or pour celui qui échoue, les stock options réservées à quelques-uns.

Ça ne peut plus durer la discrimination, l’inégalité des chances, la panne de la promotion sociale.

[...]

Ça ne peut plus durer la France qu’on regarde se défaire en proclamant que l’on n’y peut rien. (Toulon, 7 février 2007)

32Ces holophrases inaugurales, tout comme les collocations, ont pour point commun d'être des préconstruits et de relever de l'interdiscours (Charaudeau & Maingueneau 2002 : 274). Il s'agit moins ici de persuader que de séduire en martelant des stéréotypes langagiers, qui n'ont pas à être démontrés. Sur le plan des interactions sociales, A. Krieg-Planque parle de formules comme d'énoncés figés, « qui signifie(nt) quelque chose pour tous » (2009 : 54), comme d' « un ensemble de formulations qui, du fait de leurs emplois à un moment donné et dans un espace public donné, cristallisent des enjeux politiques et sociaux que ces expressions contribuent dans le même temps à construire » (Krieg-Planque ibid. : 7)

33Ces énoncés en positions d'anaphore rhétorique occupent la position thématique de la phrase ; les éléments pronominaux qu'ils contiennent n'annoncent pas précisément les prédicats qui suivent. Autrement dit, on ne peut attribuer au ça de ça ne peut plus durer une valeur cataphorique mais la référence de l'holophrase se construit au fil de l'énumération hétéroclite. L'holophrase renvoie à un stéréotype langagier au contenu très vague mais consensuel ou plutôt, pour cette raison, consensuel car chacun y met un peu ce qu'il veut ; l'ensemble des prédicats qui suit crée une impression de fatras partagé par toute la communauté qui donne une signification globale et évidente à l'holophrase. Celle-ci acquiert une fonction discursive et pragmatique claire : créer la communion avec l'auditoire dans une posture de co-énonciation. La formule ça ne peut plus durer a la particularité de contenir le pronom ça, marqueur d'oralité puisqu'il s'agit d'une expression prototypique de l'oral. Sa non-commutabilité avec la forme non contractée et donnée comme équivalente cela, le spécialise à l'emploi dans le discours oralisé. Le pronom ça joue un rôle de mention : le référent n'est pas récupérable strictement dans le contexte immédiat mais désigne un référent proche sur le plan cognitif et affectif, et surtout partagé par la communauté réunie dans l'interaction verbale.

34L'anaphore rhétorique veut instaurer ce lien de sympathie avec le public, au sens d'une communauté de sentiments, au détriment peut-être de l'invention du discours, pour reprendre les termes de la rhétorique. B. Lamy est particulièrement sévère à l'égard des répétitions :

Il est évident que ces figures ne méritent par elles-mêmes qu'une médiocre estime. L'artifice qu'on emploie pour les produire, est trop sensible, et pour parler franchement, trop grossier ; aussi notre langue, qui est naturelle, ne les aime pas, et nos excellents auteurs les évitent avec plus de soin que quelques écrivains ne les recherchent. […] Les petits esprits aiment ces figures, parce que ce faible artifice est assez proportionné à leur force, et conforme à leur génie. (Lamy [1715, 5e éd.], 1998 : 298).

35Rabatel également parle d'« abondance pauvre » (Rabatel 2013). Mais l'anaphore rhétorique joue le rôle de moteur qui dynamise, revivifie l'écriture et en décuple la force (Tindale 2009).

36Il serait loisible de rappeler ici l'étymologie de répéter, du verbe petere : répéter, c'est chercher à atteindre dans un mouvement sans cesse renouvelé, qui ne peut atteindre son but. Mais de quel but s'agit-il en l'occurrence ? Quelles instructions donnent les anaphores rhétoriques pour construire le référent ?

3. Anaphore rhétorique et référenciation

3.1. Anaphore rhétorique et performativité

37L'enjeu des discours de campagne n'est nullement de décrire une réalité ou de convaincre l'auditoire par un enchaînement logique de propositions mais de persuader l'auditoire d'une « évidence subjective » (Angenot 1982 : 148).

38La répétition est définie comme figure de la présence dans le Traité de l'argumentation (Perelman & Olbrechts-Tyteca 2008 : 236) ; la répétition, de manière générale, a pour effet de rendre présent à la conscience l'objet du discours. En fait, avec les anaphores rhétoriques des discours étudiés, sont convoqués non pas des notions mais des pattern socio-linguistiques qui ne peuvent que trouver un écho dans l'esprit des auditeurs puisque les anaphores ont une dimension dialogique : on cite l'auditeur, le public envisagé comme une masse populaire dont l'esprit est mu par des schèmes stéréotypés, formalisés par des patrons syntaxiques minimaux (pourquoi tant de haine, ça ne peut plus durer, vous en avez assez, entre autres).

  • 7 « La litanie produit un effet-vérité et effet-boucle du discours qui cherche à perdre les auditeurs (...)

39Les discours entrent en résonance, dans tous les sens du terme, avec le public, une chaîne sympathique reliant la voix de l'orateur et l'oreille du public ; le terme sympathique peut même être pris au sens musical du terme pour désigner le fait que les corps sonores entrent en vibration par suite de la stimulation par l'un d'entre eux. Les anaphores rhétoriques participent, de fait, à la structuration sonore et rythmique des discours. Les mots ou séquences martelés résonnent dans la tête des auditeurs, et entrent en concordance avec des formules figées qui préexistent dans leur esprit. Le pilonnage revêt un fort pouvoir de persuasion : aucune idée nouvelle n'est proposée, l’une des fonctions du genre épidictique et son paradoxe étant précisément d'emporter l'adhésion de ceux qui pensent comme vous ; l'auditeur trouve dans ce qu'il entend une espèce de confirmation de formules stéréotypées qui ont acquis le caractère inébranlable des lieux communs simplistes. G. Molinié rappelle qu'à l'époque impériale certains orateurs chantaient leur discours (1992 : Introduction). Les anaphores rhétoriques fonctionnent comme un avatar du refrain mélodique et participent à une manière d'envoûtement ou, dans un sens péjoratif, à une intoxication collective7.

40Ces discours enfin construisent un monde de référence par répétition, en particulier définitionnelle. Ils prennent une dimension autotélique en revenant constamment sur eux-mêmes, une mention renvoyant à une autre précédente, et ceci théoriquement à l'infini. Le monde se construit par les discours, au fil des anaphores rhétoriques qui acquièrent une dimension performative, par leur assertivité, au sens d'une figure qui repose sur la « modalisation emphatique de l'assertion » (Angenot 1982 : 238).

  • 8 Voir Meschonnic (1982 : 93). Le rythme est « le pouvoir de signifier sans signe ».

41L'argumentation par martèlement (Angenot 1982), le dire, mis au premier plan sur la scène énonciative par la figure ostentatoire de l'anaphore rhétorique, finit par éluder toute capacité de référenciation du discours, les discours trouvant leur finalité en eux-mêmes. La structure rythmique instaurée par les répétitions prend le pas sur le contenu même des anaphores. C'est la dimension rythmique qui est signifiante8.

42Objet verbal, chaque discours, s'insère comme un fragment dans l'ensemble englobant constitué par tous les discours de campagne de N. Sarkozy.

3.2. L'anaphore rhétorique comme forme-sens

43Le schéma de l'anaphore rhétorique parcourt l'ensemble des discours de N. Sarkozy. On retrouve quelquefois exactement les mêmes formules d'un discours à l'autre. Les répétitions discursives pourraient être envisagées aussi comme des échos structurants entre les discours. Ils sont finalement des fragments d'une unité plus grande ; leur concaténation sert la complémentarité et la cohérence des discours ou du discours de campagne de N. Sarkozy.

44L'efficacité des discours repose sur cette forme-sens qu'est la répétition et, en particulier, l'anaphore rhétorique : d'une manière symbolique, l'anaphore rhétorique qui donne une dimension verticale au discours peut fonctionner comme une représentation du pouvoir. La relation verticale et hiérarchique du futur chef d'État à ses électeurs est mimée par la lecture et l'écoute tabulaires des discours.

45L'anaphore rhétorique, dans ces discours, se caractérise en définitive comme figure de structuration, d'amplification et d'assertivité.

46Elle est une matrice qui donne les clés d'une forme discursive particulière, historiquement et génériquement circonscrite : le discours de campagne de N. Sarkozy. L'anaphore rhétorique établit une règle de composition de ces discours qui repose sur une stratégie d'empilement ou d'entassement, où elle s'associe à d'autres types de répétition, comme l'épiphore et l'épanode pour construire un discours-spirale. La succession des énoncés n'est motivée que par la reprise systématique - au sens premier du terme - de séquences dans un mouvement cohésif de surface, tandis que l'auditeur est aspiré dans cette avalanche de répétitions en position frontale, qui laisse peu de prise de distance possible.

47L'amplification donnée à ces éléments répétés repose sur des critères rythmiques, phoniques mais aussi sur des critères sémantiques. La rhétorique de l'évidence prévaut quand ce sont les schèmes, les archétypes formalisés dans les collocations ou les holophrases qui sont reflétés tout au long du discours. C'est une vision partielle du monde qui se construit mais qui veut s'asséner comme monde authentique et comme univers partagé, construit en connivence. Le référent se construit en co-énonciation puisque ces schèmes sont ceux qui modèlent l'imaginaire contemporain avec tous ses malaises et ses attentes. Mieux encore, la répétition anaphorique, comme figure de l'assertivité, acquiert un potentiel performatif, crée un monde de référence en misant sur la coopération mémorielle du public, qu'il s'agisse de la mémoire contemporaine des discours qui suit le rythme des discours, qu'il s'agisse de la mémoire plus profonde des auditeurs qui permet de donner aux discours une dimension non contingente, en les rattachant à l'intemporalité des évidences et des stéréotypes. Le discours met en présence un ensemble de lieux communs apte à établir une communauté, celle de l'auditoire même, a priori composite, où les individus sélectionnent ce qui les rapproche, celle qui lie orateur et auditeurs, dans un modèle d' « argumentation coopérative » (Tindale 2009).

Haut de page

Bibliographie

Abiker, S., (2008), L'écho paradoxal : étude stylistique de la répétition dans les récits brefs en vers, XIIe-XIVe siècles, Poitiers.

http://nuxeo.edel.univpoitiers.fr/nuxeo/site/esupversions/b96f5709-0267-4e8a-a7db-6321dceaeed2.

Adam, J.-M., (1990), Éléments de linguistique textuelle. Liège : Mardaga.

Angenot, M., (1982), La Parole pamphlétaire. Paris : Payot.

Calvet, L.-J. & Véronis, J., (2008), Les Mots de Nicolas Sarkozy. Paris : Seuil.

Bonhomme, M., (1998), Les figures clés du discours. Paris : Seuil.

Bonhomme, M., (2005), Pragmatique des figures de style. Paris : Champion.

Charaudeau, P. & Maingueneau, D., (2002), Dictionnaire d'analyse du discours. Paris : Seuil.

Danblon, E., (2013), L'Homme rhétorique : culture, raison, action. Paris : éd. Du Cerf.

De Cock, L., Madeline, F., Offenstadt, N., Wahnich, S., (2008), Comment Nicolas Sarkozy écrit l'histoire de France. Marseille : Agone.

Dubreil, E., (2008), « Collocations : définitions et problématique ». [En ligne], Volume XIII - n°1/2 (2008). Coordonné par Christophe Gérard. http://www.revue-texto.net/index.php?id=126.

Fouquelin, A., [1555], La Rhétorique. In F. Goyet, 1990, Traités de poétique et de rhétorique de la Renaissance. Paris : LGE.

Galatanu, O., (1997), « Pour une analyse confrontative des 'holophrases' dans les langues romanes ». LIDIL, Revue de linguistique et de didactique des langues, 14, PUG : p.155-166.

http://www.galanet.eu/publication/fichiers/galatanu.pdf

Krieg-Planque, A., (2009), La notion de formule en analyse de discours. Besançon : Presses universitaires de Franche-Comté.

Lacheret, A., (2007), « Prosodie-discours : une interface à multiples facettes », Nouveaux cahiers de linguistique française, p. 7-40. http://clf.unige.ch/ num.php?numero=28.

Lamy, B., [1715, 5e éd] (1998), La Rhétorique ou l'Art de parler. Paris : Champion.

Longrée, D., Luong, X., Mellet, S., (2008), « Les motifs : un outil pour la caractérisation topologique des textes ». JADT. http://lexicometrica.univ-paris3.fr/jadt/jadt2008/pdf/longree-luong-mellet.pdf

Meschonnic, H., [1982] (2009), Critique du rythme. Anthropologie historique du langage. Lagrasse, Verdier.

Molinié, G., (1992), Dictionnaire de rhétorique. Paris : LGF.

Molinié, G., (1986), éléments de stylistique française. Paris : PUF.

Morel, M.-A. & Danon-Boileau, L., (1998), Grammaire de l'intonation. L'exemple du français. Paris : Ophrys.

Perelman, C. & Olbrechts-Tyteca, L., (2008) (6e éd.), Traité de l'argumentation, Bruxelles : Éditions de l'Université.

Perelman, C., (1977), L'Empire rhétorique. Paris : Vrin.

Rabatel, A., (2012), « Positions, positionnements et postures de l’énonciateur ». Travaux neuchâtelois de linguistique, 56, p. 23-42

Rabatel, A., (2013), « Le listeur/sur-énonciateur dans les listes de discours représentés dans les romans historiques », in Liste et effet liste en littérature. Paris : Garnier, p. 381-394.

Rhétorique et argumentation (2009), « Argumentation et analyse du discours » http://aad.revues.org/206.

RIEGEL, M., pellat, j.-C., RIOUL R., (1994), Grammaire méthodique du français. Paris : PUF.

Tindale, C. W., (2009), « L’argumentation rhétorique et le problème de l’auditoire complexe », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 2 | 2009, mis en ligne le 01 avril 2009, Consulté le 30 mai 2014. URL : http://aad.revues.org/493.

Haut de page

Notes

1 Corpus emprunté par D. Mayaffre au site de l'UMP, http://www.u-m-p.org/. La publication des discours s'est faite sur le site de l'UMP et sur le site sarkozy.fr, créé pour la campagne. Les versions ont différé d'un site à l'autre. Voir à ce sujet L.-J. Calvet et J. Véronis 2008 : 26.

2 Mes remerciements vont à Bénédicte Pincemin pour son aide quant à la préparation du corpus et à son importation dans TXM. http://textometrie.ens-lyon.fr/spip.php?article60. La recherche proposée ici ne repère que les anaphores en tête de phrase ; les phrases ont été repérées automatiquement, au moment de l'import, par une heuristique qui s'appuie sur les ponctuations fortes.

3 La parataxe comprend juxtaposition et coordination ; elle se décline en un mode de coordination, explicité par la présence d'un mot coordonnant et un mode de coordination à ligateur zéro, la juxtaposition ou l'asyndète.

4 Morel & Danon-Boileau (1998).

5 Voir A. Rabatel (2015). « Des répétitions dans le discours religieux : l'exemple des litanies », Le Discours et la Langue.

6 On pourrait penser aussi aux formules d'A. Krieg-Planque ; voir plus loin.

Les holophrases sont les « résultats d'un processus de conventionnalisation d'effets conversationnels » (Galatanu 1997 : 155-166).

7 « La litanie produit un effet-vérité et effet-boucle du discours qui cherche à perdre les auditeurs dans un contenu relevant davantage du poncif subliminal que de la proposition politique » (De Cock, Madeline, Offenstadt, Wahnich 2008 : 114).

8 Voir Meschonnic (1982 : 93). Le rythme est « le pouvoir de signifier sans signe ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Magri-Mourgues, « L'anaphore rhétorique dans le discours politique. L'exemple de N. Sarkozy », Semen [En ligne], 38 | 2015, mis en ligne le 24 avril 2015, consulté le 21 février 2017. URL : http://semen.revues.org/10319

Haut de page

Auteur

Véronique Magri-Mourgues

CNRS, BCL, UMR 7320Université Nice Sophia Antipolis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page