Navigation – Plan du site

Les âges de la réduplication

Marie-Albane Watine

Résumés

Les figures de répétition ont une vie propre, elles connaissent un avènement, et subissent des phénomènes de mode ou de désaffection. L’approche pragmatique a tout intérêt à tenir compte de cette historicité des formes et des fonctions de la répétition, qui détermine le cadre global d’effets spécifiques. C’est sur l’historicisation d’une figure et de ses différentes réalisations dans le discours littéraire que cette contribution met l’accent, en se limitant à l’étude de la réduplication, ou répétition immédiate et iso-fonctionnelle d’un quelconque segment textuel.

À partir d’un corpus original de plusieurs milliers d’occurrences constitué à partir de Frantext, elle montre que cette figure apparaît tardivement dans les textes littéraires, vers le milieu du XIXe siècle, et qu’elle est liée aux expérimentations touchant à la stylisation du parlé. À partir de 1920, elle ne subit plus de changements quantitatifs dans son ensemble, mais elle évolue radicalement d’un point de vue typologique. Trois nouveaux sous-types de réduplication voient le jour et témoignent de la complexification énonciative d’une figure jusque-là cantonnée à des effets d’intensification. L’étude tente d’expliquer cette créativité typologique par des déterminations linguistiques, culturelles et esthétiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Reverdy, Le Livre de mon bord : notes. 1930-1936, Paris, Le Mercure de France, 1948 : 118.

1De toutes les figures de répétition, celle qui consiste à redire exactement et immédiatement deux fois la même chose représente sans doute la forme la plus pure – et apparemment la plus rudimentaire. Cette figure nommée réduplication, que nous avons pu définir comme une « répétition immédiate et iso-fonctionnelle d’un quelconque segment textuel » (Watine 2012a : 151), pose cependant, en dépit de son apparence formelle simple, des problèmes pragmatiques et énonciatifs extrêmement fins. Dans les études qui lui sont consacrées, elle a presque constamment été associée à l’expression de l’intensité ; pourtant, elle est susceptible d’effets de sens variés voire opposés, au point que G. Molinié disait d’elle : « c’est à une condensation ou à une dilution sémantiques uniques que tend la figure de multiplication des signifiants » (1994 : 106). Et en effet, si « il faut être génial, génial, génial »1 est justiciable d’une interprétation élative (marquant le haut degré), un énoncé comme « génial, génial, comme tu y vas ! » relèverait d’une toute autre lecture, plus atténuative. Les réalisations de la réduplication sont ainsi loin d’être homogènes : on peut y repérer, comme on le verra, plusieurs sous-types nettement différenciés.

  • 2 Notamment « pallilogie », « épizeuxe » ou « duplication ». Voir M. Frédéric, La Répétition. Étude l (...)
  • 3 La réduplication « redouble, dans le même membre de phrase, quelques mots d’un intérêt plus marqué, (...)

2Pourquoi est-ce surtout le type intensif qui a retenu l’attention ? Sans doute parce que sous ses diverses dénominations2, c’est en terme d’insistance et de degré que la figure a régulièrement été définie dans les traités classiques, notamment chez Fontanier3. Est-ce à dire que les types plus atténuatifs n’existaient pas avant une certaine date, ou qu’ils étaient trop rares pour être mentionnés par les commentateurs ? L’hypothèse mérite d’être envisagée. Les diverses formes de répétition, surtout lorsqu’elles s’interprètent comme des figures, ont une histoire : elles connaissent un avènement et subissent des phénomènes de mode ou de désaffection liés à des facteurs d’ordre social, culturel, politique et esthétique.

  • 4 Pragmastylistique dont les cadres ont été définis par les travaux d’Anna Jaubert depuis son ouvrage (...)

3Or, cette vie des figures mérite pleinement d’être prise en compte dans tout travail interprétatif ; l’effet pragmatique notamment, pas plus qu’il n’est pensable hors d’un corps social déterminé, n’est analysable hors de l’historicité des discours. L’étude des évolutions formelles et structurelles des figures de répétition dans les textes littéraires constitue ainsi un prérequis à une pragmastylistique4 historicisée, qui interprèterait les figures et leurs effets en relation avec une histoire des formes. C’est dans ce cadre que nous nous proposons de nous interroger sur les conditions d’émergence de la réduplication, sur ses variations de fréquence, sur l’apparition tardive de certains de ses sous-types et sur les facteurs explicatifs de cette diversification dans l’histoire de la langue – ou du moins dans l’histoire de la langue littéraire, puisque c’est ce corpus qui nous intéressera ici au premier chef.

1. Histoire d'ensemble et typologie

  • 5 On sait toutefois que le corpus Frantext n’est pleinement homogène ni en terme de périodes (environ (...)
  • 6 À titre d’exemples, pour les adjectifs, nous avons recherché les réduplications de douze adjectifs (...)

4La réduplication n’a pas toujours été aussi fréquente qu’elle l’est dans les productions littéraires contemporaines. Pour étayer ce qui n’était au départ qu’une intuition, nous nous sommes fondée sur le corpus Frantext, qui comprend plusieurs milliers de textes littéraires datés de 1180 à 20125. Le mode de recherche sur Frantext (pas plus que d’autres logiciels lexicométriques, à cette date) n’autorisant pas des saisies du type « X, X », nous avons constitué un corpus artisanal en procédant à une centaine de sondages sur des réduplications forgées, le plus souvent de lexies uniques, parfois de syntagmes ou d’énoncés6. Ce corpus, certes imparfait, comporte toutefois plusieurs milliers d’occurrences, ce qui permet aux résultats d’atteindre une certaine fiabilité, de mettre en évidence des tendances et des points de seuil.

  • 7 Pour plus de détail sur cette partition, nous renvoyons à Watine 2013.

5Enfin, après une première observation, et pour tenir compte de certaines données de l’histoire littéraire7, nous avons partagé le corpus en deux ensembles, avant et après 1850, puis à l’intérieur de ce second corpus, avant et après 1920. Le nombre de mots du corpus Frantext étant variable dans ces trois périodes, un calcul proportionnel tenant compte du nombre de mots par corpus s’impose pour établir des variations de fréquence. Outre l’étude purement chiffrée, il est également fondamental d’examiner les listes d’occurrences en considérant les contextes d’apparition des occurrences, en terme de genres, d’auteurs particulièrement représentés et de cotexte, pour affiner l’analyse. Lors d’un précédent travail (Watine 2013) portant sur ces variations, nous avions dégagé quelques conclusions dont nous ne reprenons ici que les grandes lignes, avant de poursuivre l’investigation :

  • 8 Cette différenciation selon les genres serait naturellement à approfondir, et il faudrait sans dout (...)

61. Selon les catégories grammaticales considérées, la réduplication est entre 2 et 8 fois plus rare avant 1850 qu’après cette date ; avant 1850, elle apparaît presque uniquement dans des genres dialogaux, textes de théâtre, genre épistolaire ou dialogues de roman8.

72. Après 1850, au moment de l’autonomisation du champ littéraire, elle se généralise d’abord dans le discours, puis apparaît dans le récit à partir de la fin du siècle. On la trouve très régulièrement chez des auteurs qui, comme Sue, Vallès, Goncourt ou Zola, ont affirmé précocement un intérêt théorique et pratique pour la langue parlée. L’ancrage générique et esthétique de la réduplication en fait donc une figure privilégiée de la stylisation du parlé, ce qui peut s’expliquer par ses caractéristiques syntaxiques, énonciatives et prosodiques.

83. De façon très imprévue toutefois, la fréquence de la réduplication ne connaît pas d’augmentation notable après 1920, au moment du triomphe du « roman parlant » décrit par J. Meizoz (2001), de l’entrée de la « bande sonore » (J.-P. Martin 1998) dans le roman, cet « âge vocal » (G. Philippe 2009) où le parlé envahit une partie de la prose romanesque, récit compris.

  • 9 Nous nous inscrivons ici dans le cadre de l’analyse pragma-énonciative des figures, notamment illus (...)

9Sur ce dernier point donc, l’évolution de la fréquence est inattendue et ne recoupe pas les données de l’histoire littéraire. On peut alors soulever la question suivante : si la figure n’évolue plus en termes quantitatifs, subit-elle à ce moment-là une évolution plus qualitative, touchant à la répartition de la fréquence de ses sous-types ? Comme nous le soulignions plus haut, la réduplication peut en effet se décliner en un certain nombre de sous-types susceptibles d’interprétations diverses. Il est temps de préciser ce point ; nous distinguerons tout d’abord quatre types de réduplication, en fonction des différentes natures de dialogismes et de confrontation de points de vue9 qu’elle met en jeu.

1.1. Types reposant sur un dialogisme interlocutif

Type 1 : Confirmation du dit.

10Voici quelques exemples de ce premier type :

(1) Sganarelle. - Allons, te dis-je.

Martine. - Je n’en ferai rien.

  • 10 Molière, Le Médecin malgré lui, Paris, Hachette, 1881 [1667] : 46.

Sganarelle. - Viens, viens, viens10.

(2) La duègne. - C’est bien vous qui venez, et pour cette nuit même, d’adresser ce message à quelqu’un qui vous aime, et que vous savez bien ? (…)

  • 11 Hugo, Ruy Blas, Paris, Ollendorf, 1905 [1838] : 438.

Don César. - Oui, c’est moi, moi, te dis-je11 !

  • 12 Queneau, Saint-Glinglin, Paris, Gallimard, 2003 [1948] : 180.

(3) Je ne veux pas qu’une pareille légende s’établisse. - Elle s’établira pourtant, répliqua Quéfasse. - Oui, oui, dirent Paracole et Catogan, elle s’établira ! elle s’établira12 !

  • 13 Éluard, Dialogue des inutiles, Paris, Gallimard, 1990 [1914] : 753.

(4) La vie est belle, belle, belle ! Oh ! dis-le-moi13.

  • 14 Toutes deux apportent des correctifs à l’interprétation intensive, la première en déplaçant le haut (...)

11Ce type de réduplication, qui est le seul à admettre la triplication, concerne un très grand nombre de réduplications de verbes (comme en (1)), de pronoms (2), d’énoncés (3) ou d’adjectifs (4). On l’étudie généralement en termes d’intensification (comme Richard 2005), parfois analysée en termes iconiques (Hammer 1997)14 : la multiplication des termes signifierait analogiquement l’insistance ou le haut degré. Pour nous, ce type gagne cependant à être analysé sous l’angle du dialogisme. Dans la première occurrence du terme répété, le locuteur pose un énoncé porteur d’un point de vue, mais, supposant que l’interlocuteur va en contester la pertinence ou la portée pragmatique, il réaffirme son dit – ce qui est sensible en (2), avec le commentaire métadiscursif de réaffirmation « te dis-je ». La figure constitue un fait de dialogisme interlocutif, dans lequel « la parole du locuteur repose sur des hypothèses qu’il construit quant à l’écoute et à la compréhension de ses partenaires » (Vion 2006 : 108). Le test d’intercalation d’un « oui » ou d’un « je dis bien » entre les termes répétés, opératoire dans ce sous-type, atteste de la dimension à la fois interlocutive, métadiscursive et confirmatrice de ces répétitions.

12Tous les cas de réduplications intensives, comme (4), peuvent selon nous être rattachés à ce type : l’intensité n’y est qu’un effet de la traversée de l’objection venue de l’extérieur, et de la confiance réaffirmée du locuteur dans la pertinence des termes qu’il a initialement choisis.

13La réduplication de verbes peut parfois constituer une variante différente. En voici un exemple :

  • 15 E. et C. de Goncourt, Journal : mémoires de la vie littéraire. T. 4 : 1891-1896, Paris, Fasquelle e (...)

(5) Et voici Montesquiou, qui vient me souhaiter la bonne année et, jusqu’à sept heures et demie, parle, parle avec son verbe imagé et verveux15.

14Bien que l’intercalation d’un « oui » soit possible, elle est moins naturelle ; la figure marque ici autant la réaffirmation oppositionnelle que l’expression iconique d’un aspect itératif ou continuatif, comme l’indique la substitution possible par une périphrase aspectuelle : « il ne cesse de parler ».

Type 2. Reprise-écho dissensuelle

(6) - Il y a longtemps que vous vous passionnez pour la nature ? demanda Brancadier (…).

  • 16 Romain Gary, Gros-Câlin, Paris, Gallimard, 1974 : 168.

- La nature, la nature, c'est vite dit16.

  • 17 Sur les rapports entre réduplication et progression, voir Watine 2012b. Le rôle de la répétition à (...)

15Cet exemple ne supporte pas l’intercalation d’un « oui » ou d’un « je dis bien » entre les deux termes de la réduplication. Comme l’indique le commentaire métadiscursif qui suit souvent, le segment rédupliqué est une citation par L2 du dit de L1, et l’ensemble de la réduplication a pour fonction de souligner le dissensus interlocutif : dans ces reprises-échos conflictuelles, « L2 reprend le propos tenu antérieurement (les mots que vient de prononcer L1), mais il le réénonce en interprétant l’énoncé de L1 à sa manière, et en le faisant dialoguer avec son propre point de vue » (Barbéris 2005 : 160). La réduplication est à la fois tournée vers l’arrière (la reprise d’un dit antérieur), mais elle annonce aussi un avant (la formulation à venir d’un point de vue dissensuel) ; elle sert ainsi la progression thématique17.

16Certains cas qui semblent de prime abord appartenir au type 1 ressortissent en réalité à ce type dissensuel :

  • 18 Guy Chepfer, Saynètes, Metz, Éditions Cherpenoise, 1983 [1922] : 147.

(7) Ben, je ne suis pas malade, malade, mais ça ne va pas18.

  • 19 « Le domaine se compose d'un intérieur (valeurs positives) muni d'un centre (qui fournit la valeur (...)

17Dans ce type d’occurrence, le locuteur indique qu’il ne se situe pas au centre de la notion « malade » (l’attracteur, en termes culioliens19), mais à sa frontière. On se rapproche de l’expression d’un haut degré, mais l’intercalation d’un « je dis bien » ou d’un « oui » est impossible : c’est que la réduplication est en réalité une citation – ici, le locuteur feint de mentionner le discours de quelqu’un qui dirait de lui « tu es malade, malade ! » pour mettre à distance cette catégorisation abusive.

1.2. Types reposant sur l’autodialogisme

18Deux autres types ressortissent à ce que J. Authier-Revuz appelle l’« autodialogisme ». Celui-ci correspond à une sorte de « dialogue de l’énonciateur avec lui-même qui réagit à sa propre parole, occupant à la fois, à l’intérieur du processus énonciatif, les deux pôles d’émission et de réception de l’interlocution » (1995 : 152).

Type 3. Glose spécifiante.

  • 20 Samuel Beckett, L’Innommable, Paris, Minuit, « Double », 2004 [1953] : 23.

(8) sur mon corps, mon corps incapable20

  • 21 Samuel Beckett, Molloy, Paris, Éditions de Minuit, 1951 : 132.

(9) mes habitudes, mes habitudes dominicales je veux dire21.

19Le segment rédupliqué peut être considéré comme une énonciation seconde du locuteur, qui revient sur son dit pour le préciser, qualifiant implicitement la première énonciation d’incomplète. Ces occurrences sont des cas particuliers de « reformulations avec réitération du même lexème » (Richard 2008). Le deuxième segment fonctionne comme une glose de reformulation à visée spécifiante, comme en atteste le marqueur de glose (Steuckardt 2005) « je veux dire » en (9).

Type 4. Dédit.

  • 22 Samuel Beckett, Premier Amour, Minuit, 1970 : 41.

(10) J’enlevais souvent mes chaussures quand je me couchais, je veux dire quand je me composais (composais !) à dormir22.

20Dans ce type rare, la ponctuation signale que le terme rédupliqué constitue une énonciation secondaire qui vient « remettre en cause, sans l’amender, le terme initialement choisi » (Watine 2012b). On peut associer à ce type nombre de quasi-réduplications qui comportent un « enfin » ou un « que dis-je » intercalaire :

  • 23 Hervé Guibert, Des aveugles, Paris, Gallimard, 1993 : 32.

(11) Ils préféraient descendre au foyer regarder la télévision, enfin regarder, plutôt écouter23.

21La typologie que nous proposons permet d’appréhender la figure comme un probable marqueur de dialogisme. Cependant, il faut admettre que certaines occurrences entrent malaisément dans cette quadripartition, et notamment deux cas :

22- la réduplication de marqueur discursif est un cas à part. Les marqueurs discursifs sont des unités invariables pragmaticalisées, comme oui, allons, OK, tiens, écoute, qui « appellent le plus souvent une situation d’interlocution » et qui « servent au locuteur à se positionner par rapport à son discours ou par rapport au discours de l’interlocuteur » (Dostie 2008 : 6). Souvent, la répétition de ces marqueurs ne produit pas d’intensification, mais elle adoucit au contraire un possible FTA (Face Threatening Act), susceptible de porter atteinte à la face de l’interlocuteur. Ainsi un « non non », loin de marquer une réaffirmation oppositionnelle du dit, minore l’opposition des points de vue et laisse ouverte la possibilité d’une « coorientation avec la position du co-énonciateur » (Floricic et Mignon 2007 : 57).

23- La réduplication de mots grammaticaux est également à part :

  • 24 Boris Vian, L’Arrache-cœur, Paris, Hachette, 1994 [1953] : 81.

(12) écoute, dit-elle encore, je... je ne veux pas... je ne sais pas comment te le dire24...

  • 25 Samuel Beckett, Malone meurt, Minuit, « Double », 2004 [1951] : 54.

(13) J’attribuerais volontiers une partie de mes, de mes infortunes à ce désordre auditif (…)25.

  • 26 La psycholinguistique explique d’ailleurs ces stases dans le discours oral spontané : la variété et (...)

24Dans ces exemples, la réduplication grammaticale est un « ratage » (Barbéris et Maurer 1998) qui manifeste le retard de la programmation linguistique sur la réalisation effective de l’énoncé. Dans le discours oral spontané, piétiner sur les termes grammaticaux fait partie des « latences d’initialisation » qui fournissent au locuteur le temps matériel de poursuivre la planification phrastique26. Dans l’écrit littéraire, il s’agit plus exactement de la stylisation d’un ratage – la répétition, de contrainte, y devient variation figurale.

25Il est temps de voir à présent quelle est l’influence de l’histoire des formes littéraires sur la répartition des six types de réduplication que nous venons de distinguer.

2. Histoire des sous-types : des marqueurs discursifs aux ratages du dire

26On a vu qu’il est difficile d’expliquer pourquoi la figure, en termes de fréquence globale, ne connaît pas une fortune plus brillante à l’âge du roman parlant, c’est-à-dire dans l’entre-deux-guerres, période où s’épanouissent les recherches sur le parlé aussi bien en pédagogie (avec Freinet) qu’en linguistique (avec Vendryes et Bally) et en littérature (Ramuz, Cendrars, Céline, Queneau…).

27C’est que si la fréquence d’ensemble de la figure ne connaît plus de variation remarquable, la répartition quantitative des sous-types connaît, elle, une réorganisation profonde. L’examen des listes d’occurrences du corpus rapportées à notre typologie nous a ainsi amenée à distinguer quatre grandes périodes, quatre âges de la figure. Nous les présenterons sous une forme chronologique, selon une périodisation nécessairement schématique, les évolutions étant toujours progressives – mais toutefois assez bien dessinées dans le cas de cette figure.

2.1. Avant 1850 : l’âge des marqueurs discursifs

28Le seul type de réduplication que l’on voit apparaître très fréquemment avant 1850 est celle des marqueurs discursifs, que l’on trouve rédupliqués très tôt, dès les textes médiévaux pour non, non, et dès la Renaissance pour les autres marqueurs. Les occurrences se trouvent toujours dans des textes dialogaux, particulièrement au théâtre (Molière, Quinault, Marivaux notamment), les lettres (Sévigné) et les contes (Perrault) :

  • 27 Anonyme, Miracle de Nostre Dame, Paris, Société des Anciens Textes Français, Firmin Didot, 1879 [13 (...)

(14) Le Roi. Non, non. Ains que partez de cy, Amille, la fiancerez27.

  • 28 Molière, Le Malade imaginaire, Paris, Hachette, 1886 [1673] : 425.

(15) Allons, allons, je suis votre servante, je n’ai pas envie de rire28.

  • 29 Marivaux, La Double Inconstance, Paris, Gallimard, 1964 [1724] : 215.

(16) Là, là, mon fils, doucement. Comme il m’aime ; quel plaisir d’être aimée comme cela29 !

29Dans les deux corpus que nous avons constitués (avant et après 1850), les chiffres concernant les marqueurs discursifs ne marquent pas la même progression que ceux des autres classes grammaticales rédupliquées. Ainsi, la fréquence d’allons, allons ou de non, non est moindre après 1850 qu’avant, alors que pour les autres classes grammaticales (adjectif et verbe par exemple) elle est multipliée par deux au moins entre ces deux périodes (voir Watine 2013). À titre d’exemple, voici le tableau concernant les chiffres de allons, allons et non, non :

30Les marqueurs discursifs, en tant qu’unités pragmaticalisées, représentent une classe naturellement sensible à la réduplication (Dostie 2004 : 32 et 2007 : 230), et ce dès les premiers textes de notre littérature ; la modernité semble délaisser ces réduplications trop courantes pour inaugurer de nouveaux types.

2.2. 1850-1920 : l’âge des confirmations et des réduplications aspectuelles

31À partir de 1850, la figure devient moins rare, et un nouveau type apparaît : la réduplication élative de l’adjectif (type 1 de notre typologie) se fait courante dans ces décennies, surtout à partir des années 1880. D’autre part, certains auteurs pratiquent régulièrement la réduplication de verbes, qui était exceptionnelle jusque-là à un autre mode que l’impératif. À titre d’exemple, considérons le verbe « parler » : s’il existe des occurrences de « parle, parle » à l’impératif présent avant 1850, surtout dans les textes dramatiques du XVIIe, on ne trouve aucune occurrence de « il parle, il parle » ni de « il parlait, il parlait » avant 1878, alors qu’il y en a respectivement 14 et 9 après ; et aucune occurrence de « parlait, parlait » avant 1862, pour 40 après. Les recherches sur « marcher » donnent des résultats similaires.

32Cet extrait des Goncourt fournit comme un résumé de cette créativité des années 1880 touchant au verbe et à l’adjectif :

  • 30 Journal : mémoires de la vie littéraire, t. 3, 1879-1890, Paris, Bouquins, 2004 [1890] : 1012.

(17) un cabinet où mon ami était malade, malade, vomissait, vomissait, vomissait avec l'apparence de transport au cerveau30.

33La figure apparaît de façon privilégiée dans l’écriture artiste et impressionniste. Elle connote l’oralité par la simplification lexicale et syntaxique qu’elle autorise en défaisant les rapports de dépendance et d’incidence : en effet, elle met en œuvre un matériel lexical minimal, et elle évite de recourir à des adverbes de degré ou à des périphrases aspectuelles.

34À cette époque, une évolution notable se fait également jour dans le contexte d’apparition de la figure : à partir de 1870, on commence à la trouver - exceptionnellement il est vrai - dans le récit, sous la plume de Daudet d’abord, puis celle de Loti.

2.3. À partir de 1920 : reprise-écho et latence d’initialisation

35Dans la décennie 1920, l’entrée de la réduplication dans le récit est acquise, même si celui-ci n’en constitue pas, loin s’en faut, le contexte privilégié. Tous les types précédemment expérimentés demeurent vivaces ; mais des types particulièrement novateurs font aussi leur apparition. C’est le cas notamment de la reprise-écho (type 2). Nous n’en avons pas trouvé d’occurrences avant 1910, chez Péguy ; il se diffuse chez des écrivains de l’âge vocal comme Céline ou Queneau :

  • 31 Queneau, Odile, Paris, Gallimard, 2002 [1937] : 539.

(18) Il est humain en tant qu'il est poète, dit Saxel bienveillant, et poète en tant que mathématicien. - Poète ! poète ! s'exclama Anglarès, voilà qui est vite dit31.

  • 32 Céline, Rigodon, Paris, Gallimard, 1991 [1961] : 195.

(19) je suis assez vieux, je pose les clous, vogue la galère !... salut !... galère ! galère ! vite dit32 !

  • 33 On a ôté des résultats Frantext les occurrences non iso-fonctionnelles comme « répondis-je… je ne s (...)

36D’autre part, on voit également se généraliser dans ces décennies les réduplications de ratage, sur les mots grammaticaux. Celles-ci n’étaient pas absentes de la langue littéraire avant cette période – mais elles n’étaient pratiquées que par une petite poignée d’auteurs, et globalement fort rares : on ne trouve que 86 occurrences de je… je avant 1920, contre 30133 après : la fréquence, qui tient compte de la taille des corpus respectifs, est multipliée par plus de trois – elle passe de 0,56 à 2,64 (millionièmes). On peut noter un pic intéressant dans la période 1920-1950 : les textes miment ainsi les ratés de l’oral spontané, au moment même où la linguistique s’y intéresse également. On en trouve de très nombreuses occurrences chez Bernanos et Martin du Gard. Ce type reste régulièrement pratiqué jusque dans les dernières décennies :

  • 34 Alphonse Boudard, La Cerise, Paris, La Table Ronde, 1983 [1963] : 200.

(20) Mais mais... je je... pensais que... moi qui, moi que... je34...

2.4. À partir de 1950 : discours rapporté (DR), dédit et ponctuation

Réduplication et hybridation énonciative

37C’est surtout à partir de l’après-guerre que la figure devient un signal de la prise de parole effective d’un locuteur second, ou un embrayeur de point de vue d’un énonciateur second.

38En effet, en raison de sa composante dialogique, elle est un puissant marqueur de subjectivité du locuteur. Pour Ann Banfield d’ailleurs (1995 : 36-37), la répétition immédiate fait partie des expressions qui appartiennent non à une phrase (un « nœud P »), mais à un nœud E, c’est-à-dire à des énoncés qui comportent des éléments exprimant la position subjective du locuteur.

39Dans un récit à la P3, la réduplication introduit donc une dyscohérence énonciative dont joue la prose littéraire. Dès la fin du XIXe siècle, certaines réduplications de marqueur discursif peuvent jouer le rôle d’embrayeur de DIL, chez Zola notamment :

  • 35 Émile Zola, L’Argent, Paris, Bernouard, 1928 [1891] : 259.

(21) Hamelin le calma d’un geste. Si, si ! Il avait la foi. Seulement, il était pour le cours régulier des choses35.

40Mais vers les années 1950, la réduplication devient aussi, à elle seule, un embrayeur des points de vue des énonciateurs seconds. C’est semble-t-il Aragon qui a le premier exploité cette possibilité. Ainsi dans Les Voyageurs de l’Impériale :

  • 36 Louis Aragon, Les Voyageurs de l’Impériale, Paris, Gallimard, 2001 [1947] : 228.

(22) Il ne fallait pas songer à suivre la crête dénudée : ils se jetèrent à contre-pente sous les bois, où la progression vers le Nord n’était pas toujours facile, facile. Mais de temps en temps on trouvait un couvert plus touffu où l’on s’arrêtait pour reprendre haleine, plus ou moins à l'abri. Et puis, allez, allez, ça pleut moins, il ne faut pas s’attarder36.

41La première occurrence facile, facile, dans le récit à la P3, invite à percevoir le PDV (Rabatel 1998) du personnage. La deuxième occurrence allez, allez confirme le glissement : la réduplication du marqueur discursif, puis le présent et la rupture de registre (ça pleut) indiquent le passage au discours direct libre.

42Aragon, par la suite, utilise régulièrement la figure comme signal de discours direct libre, comme ici avec un type de reprise-écho :

  • 37 Louis Aragon, Henri Matisse roman, Paris, Gallimard, 1971 : 150.

(23) J’en entends d’ici qui me diront, parenthèse parenthèse, on dit digression, d’habitude37.

43La figure suffit à marquer le discours direct et dispense de l’usage de ses ponctuants traditionnels. On voit ici l’aboutissement d’un mouvement parti de la fin du XIXe, qui achève de faire de la figure un marqueur de style parlé, et par conséquent un embrayeur susceptible de signaler la prise de parole d’un locuteur.

44À partir des années 1980 surtout, la figure entre aussi en jeu dans les formes mixtes du discours rapporté, notamment dans deux configurations :

45- DD avec que :

  • 38 Jean Échenoz, Je m’en vais, Paris, Minuit, 1999 : 208.

(24) cependant que l'autre, tête versée en arrière au-dessus du fleuve bouillonnant (…), ne gargouillait plus que non, non, je vous en prie, non38.

  • 39 Monique Wittig, L’Opoponax, Paris, Minuit, 1964 : 74.

(25) Pendant ce temps madame La Porte hoche la tête pour dire que oui, oui, oui, c'est bien ça39.

46- DI avec réduplication :

  • 40 Jean-Luc Benzoglio, Tableaux d'une ex, Paris, Seuil, 1989 : 66.

(26) il se mit à lui expliquer que bleu, bleu, c'était vite dit, mais quel bleu d'abord40 ?

  • 41 Anna Gavalda, La Consolante, Paris, Le Dilettante, 2008 : 314.

(27) Charles fit signe que non, non, non, il refusait d'être ce mauvais alibi là.41

47Ann Banfield a montré que la réduplication est en principe rebelle à l’enchâssement ; Laurence Rosier a parlé par la suite de « mariage impossible » pour ces formes hybrides du DR, qui, pourvues de « mots ou locutions qui attirent le dire du narrateur vers le dit du personnage (1999 : 152), renégocient la frontière entre discours et récit.

Reprise auto-dialogique

48Enfin, les cas de reprise autodialogique du dit (type 4 de notre typologie), qui manifestent un conflit entre le locuteur et les termes qu’il a lui-même choisis, semblent également propres à la modernité qui caractérise l’après-guerre :

  • 42 Samuel Beckett, Molloy, Paris, Minuit, 1951 : 41.

(28) Mais à vrai dire (à vrai dire !) je n’ai jamais été particulièrement résolu42.

  • 43 Samuel Beckett, Mal vu mal dit, Paris, Minuit, 1981 : 72-73.

(29) Tel sans cesse mal vu ni plus ni moins. Moins43 !

49La figure y souligne l’inadéquation permanente d’un discours en lutte contre lui-même, qui ne peut que revenir sur ses pas sans même se corriger. Les quasi-réduplications qui comportent un enfin ou un que dis-je intercalaire, proches de ce type pur mais permettant une reformulation corrective à droite, deviennent également plus courantes à partir de l’après-guerre :

  • 44 Louis Aragon, Les Voyageurs de l’impériale, op. cit., : 526.

(30) Mais ces filles seraient-elles là, si elles avaient deux sous, que dis-je deux sous, un sou d’ambition44 ?

Ponctuation

50à partir de 1950, l’invention concerne enfin la ponctuation. Les ratages sont volontiers déponctués, jusqu’à aujourd’hui :

  • 45 Jean-Luc Benoziglio, Tableau d’une ex, Paris, Seuil, 1989 : 259.

(31) en faisant réparer - qu'en essayant de faire réparer - ce ce cette aberration45,

51ou marqués de tirets :

  • 46 Samuel Beckett, Molloy, op.cit.: 26.

(32) Je ne – je ne me sentais pas malheureux46,

52au point que le marquage de la latence d’initialisation par les points de suspension peut sembler aujourd'hui démodé.

53Les gloses spécifiantes, elles, peuvent s’accompagner de points ou de tirets :

  • 47 Samuel Beckett, Mal vu mal dit, op. cit., p. 52. Il n’y a pas lieu d’écarter de notre corpus les ré (...)

(33) Quand ce n’est pas le soir c’est la nuit. Nuit d’hiver47.

  • 48 Nous empruntons à Salvan (2012) cet exemple tiré des Champs d’honneur de Jean Rouaud, et nous renvo (...)

(34) des ciels bas – bas à tutoyer les clochers48.

54Cette créativité sur les ponctuants montre qu’un dernier type de réflexion est à l’œuvre touchant à la réduplication comme marque de style parlé : la langue littéraire prend en compte les données intonatives de l’oralité réelle et réfléchit aux moyens de les styliser dans l’écrit. Par l’invention prosodique, c’est ainsi la voix incarnée du locuteur que la figure cherche à prendre en charge de façon originale.

3. Conclusion

55Le corpus constitué à partir de Frantext, même s’il est souhaitable de le systématiser, donne par le nombre d’occurrences collectées des indications fiables sur l’évolution typologique d’une figure emblématique de répétition, et permet de repérer des points de seuil dans son histoire, des zones de renouvellement et de création. Ces âges de la réduplication sont fortement corrélés à une histoire de la prose littéraire, en particulier dans les prétentions de celle-ci à styliser le français parlé. Par cette variation, se manifestent aussi les mutations d’un imaginaire de la langue parlée ; la figure offre ainsi un point d’observation, qui, pour être de faible empan, ne s’avère pas moins révélateur à cet égard.

56On peut insister notamment sur trois types d’évolutions notables :

571. L’invention des sous-types suit un mouvement général qui va de la convention à la simplification syntaxique, puis s’achève dans la complexification énonciative. La longue période précédant l’autonomisation de la prose ne sollicite que la réduplication conventionnelle des marqueurs discursifs dans les textes dialogaux : il s’agit d’un tic, un signal de dialogue répétitivement pratiqué durant plusieurs siècles. À partir des années 1850, l’avènement des réduplications aspectuelle et intensive permet de souscrire à la perception de la langue parlée, souvent associée à la langue populaire, comme un doublet simplifié de la langue (Wolf 2003 : 55-57) : la réduplication est l’un des outils de cette simplification, parce qu’elle réduit le matériel lexical et défait les rapports d’incidence. À partir de 1920, les données énonciatives de la figure se complexifient : que ce soit dans la reprise-écho ou dans le marquage du point de vue, elle indique la superposition ou la confrontation de divers points de vue hétérogènes.

582. On peut avancer qu’au cours des deux derniers siècles, la figure travaille d’abord à des effets de sur-énonciation et qu’elle évolue globalement vers des effets de sous-énonciation. Ainsi, dans la réduplication de type 1 (confirmation) pratiquée dès le XIXe, le locuteur ne fait que réaffirmer oppositionnellement son point de vue ; il manifeste une posture de sur-énonciation, c’est-à-dire une « expression interactionnelle d’un point de vue surplombant » (Rabatel 2004 : 9). Mais l’inventivité des années 1920 travaille à d’autres effets. Dans le marquage du DR ou du PDV, l’énonciateur se contente de prendre en compte les discours ou les points de vue autres, le plus souvent sans les dénoncer comme impertinents. Dans les types reposant sur l’autodialogisme (glose spécifiante et dédit), il s’oppose même à son propre discours. La rencontre des PDV conduit davantage à la construction de postures de co- ou de sous-énonciation, qui permettent la prise en compte dissensuelle ou non arbitrée de points de vue non co-orientés au sein du même discours. Le sujet énonciateur de la répétition est donc passé de la réaffirmation oppositionnelle de son point de vue au doute concernant la validité de celui-ci face à tous ceux qui peuvent lui être opposés. En cela l’évolution de la figure témoigne de l’aporie de la perspective unique dans un monde devenu multipolaire et complexe (Rabatel 2009).

  • 49 Sur ce paradoxe vocal, nous renvoyons aux travaux fondamentaux de Jacques Derrida, de Jacques Ranci (...)

593. Enfin, les âges de la figure révèlent aussi que la langue littéraire aborde de plus en plus frontalement le paradoxe de l’inscription de la voix (qui ne peut qu’être amuïe dans cette inscription même49). Sa place dans le marquage discret du DR traduit la volonté d’inscrire la voix au sein du récit, en gommant les oppositions énonciatives et ponctuatives qui séparent traditionnellement le niveau de la voix (dialogue) et celui de l’écriture (récit). Son rôle dans les formes mixtes du DR est également un signe de cette tentative de renégocier les frontières entre ces deux niveaux (Watine 2009). Le travail sur la ponctuation, enfin, déplace le problème : il s’agit de prendre en compte l’incarnation intonative de la voix au cœur de la matérialité même du texte.

60La stylisation du parlé dans la prose littéraire semble ainsi évoluer vers la multiplication des lignes énonciatives et cognitives, la déprise de la certitude subjective et la prise en compte du corps parlant dans l’écriture.

Haut de page

Bibliographie

Authier-Revuz, J., (1995), Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidences du dire. Paris : Larousse, coll. « Sciences du langage ».

Barbéris, J.-M., (2005), « Le processus dialogique dans les phénomènes de reprise en écho ». In J. Bres, P.-P. Haillet, S. Mellet, H. Nølke & L. Rosier (dir.), Dialogisme, polyphonie : approches linguistiques. Bruxelles : DeBoeck/Duculot.

Culioli, A., (1990), Pour une linguistique de l'énonciation, tome 1 : Opérations et représentations. Paris : Ophrys.

Dostie, G., (2004), Pragmaticalisation et marqueurs discursifs. Analyse sémantique et traitement lexicographique. Bruxelles : De Boeck Supérieur « Champs linguistiques ».

Dostie, G., (2007), « La réduplication pragmatique des marqueurs discursifs. De là à là là ». Langue française n°154, 2007, p. 45-60.

Dostie, G., (2008), « La réduplication. De la constitution d’un corpus de français parlé au Québec à l’analyse sémantique de données authentiques ». Revue électronique Texte et corpus, n°3 / août 2008, p. 221-231, disponible sur http://web.univ-ubs.fr/corpus/jlc5/ACTES/ACTES_JLC07_dostie.pdf

Floricic, F. & Mignon, F., (2007), « Non non et no no en français et en italien : réduplication ou réitération ? ». Faits de langues : La réduplication, n°29, p. 49-61.

Hammer, F., (1997), « Iconicité et réduplication en français ». Folia Linguistica, n° 31, 3-4, p. 285-300.

Jaubert, A., (1990), La Lecture pragmatique. Paris : Hachette.

Jaubert, A., (2005), « Dialogisme et interaction épistolaire ». In J. Bres, P.-P. Haillet, S. Mellet, H. Nølke & L. Rosier (dir.), Dialogisme et polyphonie, Bruxelles : De Boeck, p. 215-230.

Martin, J.-P., (1998), La Bande sonore : Beckett, Céline, Duras, Genet, Perec, Queneau, Sarraute, Sartre. Paris : Corti.

Meizoz, J., (2001), L’Age du roman parlant (1919-1939). écrivains, critiques, linguistes et pédagogues en débat. Genève : Droz.

Molinié, G., (1994), « Problématique de la répétition ». Langue française, n°101.

Philippe, G., (2009), « Langue littéraire et langue parlée ». In G. Philippe & J. Piat (dir.), La langue littéraire. Une histoire de la prose en France de Gustave Flaubert à Claude Simon. Paris : Fayard, p. 57-89.

Rabatel, A., (1998), La Construction textuelle du point de vue. Lausanne-Paris : Delachaux & Niestlé.

Rabatel, A., (2004), « L’effacement énonciatif dans les discours rapportés et ses effets pragmatiques ». Langages, n° 156, décembre 2004, p. 3-17.

Rabatel, A. (éd.), (2008), Figures et point de vue. Langue française 160.

Rabatel, A., (2009), « L’homme a-t-il encore une perspective ? ». Communications, n°85, 2009, p. 23-35.

Rabatel, A., (2011), « La sous-énonciation comme stratégie de co-construction interactionnelle des points de vue ». In B. Verine, C. Détrie (dir), L’actualisation de l’intersubjectivité en discours. Hommages à Jeanne-Marie Barbéris, Limoges : Lambert-Lucas, p. 157-177.

Richard, É., (2005), « La répétition immédiate : un haut degré, mais de prise en charge énonciative ». In D. Banks (dir.) Les Marqueurs linguistiques de la présence de l’auteur. Paris : L’Harmattan, p. 59-65.

Richard, É., (2008), « Mais que corrige la reformulation ? 
Le cas de structures avec réitération d'un même lexème », La Reformulation. Marqueurs linguistiques – Stratégies énonciatives, Presses Universitaires de Rennes, « Rivages linguistiques », p. 147-154.

Richard, É. & Noailly, M., (2013), « Répétitions, relances et progression discursive ». In É. Richard et C. Doquet (dir.), Les représentations de l’oral chez Lagarce. Paris : L’Harmattan, p. 135-155.

Rioux-Watine, M.-A., (2007), La frontière et la voix. Sur Claude Simon. Paris : Champion.

Rosier, L., (1999), Le discours rapporté. Histoire, théories, pratiques. Bruxelles : Duculot.

Rouayrenc, C., (2010), Le français oral. 2 tomes, Paris : Belin Sup.

Salvan, G., (2012), Jean Rouaud. L’écriture et la voix. Bruxelles : Academia Bruylant.

Smadja, S. & Philippe, G., (2009), « L’invention de la prose ». In G. Philippe & J. Piat (dir.), La langue littéraire. Une histoire de la prose en France de Gustave Flaubert à Claude Simon. Paris : Fayard, p. 323-343.

Steuckardt, A. & Niklas-Salminen, A. (dir.), (2005), Les Marqueurs de glose. Aix-en-Provence : Publications de l’Université de Provence.

Vion, R., (2006), « Modalisation, dialogisme et polyphonie ». In L. Perrin (dir.), Le sens et ses voix, Dialogisme et polyphonie en langue et en discours, Recherches linguistiques n° 28, Université Paul Verlaine-Metz.

Watine, M.-A., (2009), « Les formes mixtes du discours rapporté dans le récit personnel : une paratopie vocale ? ». In C. Lignereux & J. Piat (dir.), Une langue à soi. Propositions, Presses Universitaires de Bordeaux, p. 281-302.

Watine, M.-A., (2012a), « La réduplication : une interprétation dialogique ». In F. Calas, C. Fromilhague, A.-M. Garagnon & L. Susini (dir.), Les Figures à l’épreuve du discours. Dialogisme et polyphonie. Paris : PUPS, p. 149-160.

Watine, M.-A., (2012b), « Répétition et progression discursive dans la prose de Samuel Beckett ». In J. Piat, P. Wahl & Y. Chevalier (dir.), Configuration et progression discursive dans la prose de Samuel Beckett. Presses universitaires de Lyon, p. 149-169.

Watine, M.-A., (2013), « La réduplication et son contexte ». In G. Salvan (dir.), Figures et contexte, Le Discours et la langue n°4.2, p. 61-73.

Wolf, N., (2003), Le Roman de la démocratie. Presses Universitaires de Vincennes.

Haut de page

Notes

1 Reverdy, Le Livre de mon bord : notes. 1930-1936, Paris, Le Mercure de France, 1948 : 118.

2 Notamment « pallilogie », « épizeuxe » ou « duplication ». Voir M. Frédéric, La Répétition. Étude linguistique et rhétorique, Tübingen, Max Niemeyer Verlag, 1985, en particulier : 23, 24 et 46.

3 La réduplication « redouble, dans le même membre de phrase, quelques mots d’un intérêt plus marqué, ou sur lesquels la passion appuie avec plus de force », Fontanier, Les Figures du discours, Paris, Flammarion, coll. « Champs », 1977 : 330.

4 Pragmastylistique dont les cadres ont été définis par les travaux d’Anna Jaubert depuis son ouvrage fondateur de 1990.

5 On sait toutefois que le corpus Frantext n’est pleinement homogène ni en terme de périodes (environ 20% des références sont postérieures à 1950), ni en terme de genres. C’est toutefois le seul corpus littéraire à offrir un ensemble de plus de 4500 références et à autoriser des recherches allant du XIIe au XXIe siècle.

6 À titre d’exemples, pour les adjectifs, nous avons recherché les réduplications de douze adjectifs fréquents (« joli », « rapide », « beau », « grand », « petit », « gros » « heureux », « fou », « malade », « vrai », « pâle », « fidèle »), auxquels nous avons ajouté pour certains leurs formes fléchies. Pour les marqueurs discursifs, le corpus comprend les réduplications de « oui », « non », « si », « mais », « je sais », « allons », « allez », « tiens » et « là ». Pour les verbes, nous nous sommes concentrée sur « parler », « répéter », « marcher », « venir » et « dormir », à différents personnes et temps (imparfait, présent, impératif présent, subjonctif présent avec béquille), avec et sans sujet (« il parle, il parle » et « parle, parle »). Nous avons également recherché les réduplications de pronoms (notamment personnels et indéfinis), noms (déterminés ou non), adverbes et conjonctions, ainsi que quelques phrases du type « je ne sais pas », « je ne veux pas ». Nous ne nous sommes pas interdit d’ajouter à ce corpus des occurrences trouvées au hasard de nos lectures ou aimablement transmises par des collègues.

7 Pour plus de détail sur cette partition, nous renvoyons à Watine 2013.

8 Cette différenciation selon les genres serait naturellement à approfondir, et il faudrait sans doute créer des corpus génériques distincts – ce que nous ne pouvons faire toutefois dans le cadre de ce travail.

9 Nous nous inscrivons ici dans le cadre de l’analyse pragma-énonciative des figures, notamment illustrée dans Rabatel éd. (2008).

10 Molière, Le Médecin malgré lui, Paris, Hachette, 1881 [1667] : 46.

11 Hugo, Ruy Blas, Paris, Ollendorf, 1905 [1838] : 438.

12 Queneau, Saint-Glinglin, Paris, Gallimard, 2003 [1948] : 180.

13 Éluard, Dialogue des inutiles, Paris, Gallimard, 1990 [1914] : 753.

14 Toutes deux apportent des correctifs à l’interprétation intensive, la première en déplaçant le haut degré sur la prise en charge énonciative, la seconde en excluant la réduplication infralexicale des mécanismes iconiques.

15 E. et C. de Goncourt, Journal : mémoires de la vie littéraire. T. 4 : 1891-1896, Paris, Fasquelle et Flammarion, 1959 [1896] : 900.

16 Romain Gary, Gros-Câlin, Paris, Gallimard, 1974 : 168.

17 Sur les rapports entre réduplication et progression, voir Watine 2012b. Le rôle de la répétition à l’identique dans la progression est toutefois plus net dans le cas des répétitions de relance, qui ne sont pas immédiates et n’appartiennent donc pas aux réduplications : sur relance et progression, voir Richard et Noailly, 2013.

18 Guy Chepfer, Saynètes, Metz, Éditions Cherpenoise, 1983 [1922] : 147.

19 « Le domaine se compose d'un intérieur (valeurs positives) muni d'un centre (qui fournit la valeur typique et je parlerai de centre organisateur ; ou la valeur par excellence – haut degré élatif – et je parle d’attracteur) » (Culioli 1990 : 29).

20 Samuel Beckett, L’Innommable, Paris, Minuit, « Double », 2004 [1953] : 23.

21 Samuel Beckett, Molloy, Paris, Éditions de Minuit, 1951 : 132.

22 Samuel Beckett, Premier Amour, Minuit, 1970 : 41.

23 Hervé Guibert, Des aveugles, Paris, Gallimard, 1993 : 32.

24 Boris Vian, L’Arrache-cœur, Paris, Hachette, 1994 [1953] : 81.

25 Samuel Beckett, Malone meurt, Minuit, « Double », 2004 [1951] : 54.

26 La psycholinguistique explique d’ailleurs ces stases dans le discours oral spontané : la variété et la complexité des tâches cognitives d’un locuteur font que celui-ci n’a pas le temps de planifier tout l’énoncé avant de commencer à le proférer ; le style parlé littéraire mime ici ces contraintes.

27 Anonyme, Miracle de Nostre Dame, Paris, Société des Anciens Textes Français, Firmin Didot, 1879 [1365] : 42.

28 Molière, Le Malade imaginaire, Paris, Hachette, 1886 [1673] : 425.

29 Marivaux, La Double Inconstance, Paris, Gallimard, 1964 [1724] : 215.

30 Journal : mémoires de la vie littéraire, t. 3, 1879-1890, Paris, Bouquins, 2004 [1890] : 1012.

31 Queneau, Odile, Paris, Gallimard, 2002 [1937] : 539.

32 Céline, Rigodon, Paris, Gallimard, 1991 [1961] : 195.

33 On a ôté des résultats Frantext les occurrences non iso-fonctionnelles comme « répondis-je… je ne sais comment ». Le corpus avant 1920 comprend 157 425 929 millions de mots, et 114 173 289 millions après.

34 Alphonse Boudard, La Cerise, Paris, La Table Ronde, 1983 [1963] : 200.

35 Émile Zola, L’Argent, Paris, Bernouard, 1928 [1891] : 259.

36 Louis Aragon, Les Voyageurs de l’Impériale, Paris, Gallimard, 2001 [1947] : 228.

37 Louis Aragon, Henri Matisse roman, Paris, Gallimard, 1971 : 150.

38 Jean Échenoz, Je m’en vais, Paris, Minuit, 1999 : 208.

39 Monique Wittig, L’Opoponax, Paris, Minuit, 1964 : 74.

40 Jean-Luc Benzoglio, Tableaux d'une ex, Paris, Seuil, 1989 : 66.

41 Anna Gavalda, La Consolante, Paris, Le Dilettante, 2008 : 314.

42 Samuel Beckett, Molloy, Paris, Minuit, 1951 : 41.

43 Samuel Beckett, Mal vu mal dit, Paris, Minuit, 1981 : 72-73.

44 Louis Aragon, Les Voyageurs de l’impériale, op. cit., : 526.

45 Jean-Luc Benoziglio, Tableau d’une ex, Paris, Seuil, 1989 : 259.

46 Samuel Beckett, Molloy, op.cit.: 26.

47 Samuel Beckett, Mal vu mal dit, op. cit., p. 52. Il n’y a pas lieu d’écarter de notre corpus les réduplications après point (Watine 2012b).

48 Nous empruntons à Salvan (2012) cet exemple tiré des Champs d’honneur de Jean Rouaud, et nous renvoyons à son analyse du tiret simple dans ce type de configuration.

49 Sur ce paradoxe vocal, nous renvoyons aux travaux fondamentaux de Jacques Derrida, de Jacques Rancière, de Dominique Rabaté, et plus modestement à Rioux-Watine 2007.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://semen.revues.org/docannexe/image/10309/img-1.png
Fichier image/png, 26k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Albane Watine, « Les âges de la réduplication », Semen [En ligne], 38 | 2015, mis en ligne le 24 avril 2015, consulté le 24 mai 2017. URL : http://semen.revues.org/10309

Haut de page

Auteur

Marie-Albane Watine

CNRS, BCL, UMR 7320Université Nice Sophia-Antipolis

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page