Navigation – Plan du site

20 | 2005
Le rapport de place dans l'épistolaire

Sous la direction de Jurgen Siess et Séverine Hutin

« Il n’est pas de parole qui ne soit émise d’une place et convoque son interlocuteur à une place corrélative » (Flahault, 1978, p. 58). Dans La parole intermédiaire, François Flahault développe cette notion de rapport de places essentiellement à partir de l’analyse d’interactions verbales. Le sujet parlant est en effet pris dans un système de positions qui engage son identité. Cette distribution des places est en grande partie tributaire du contexte socioculturel mais également du cadre générique dans lequel se déploie l’échange. Les contributions qui constituent ce numéro de Semen mettent cette notion de rapport de places à l’épreuve du discours épistolaire et de ses caractéristiques spécifiques. Elles s’interrogent en outre sur la dynamique du couple lettre/rapport de places en insistant sur les modalités de constitution, de négociation et de modification du système de places dans le sens – délibéré ou irréfléchi – de l’épistolier(e). A partir d’analyses concrètes (correspondances d’écrivains, requêtes administratives, lettres d’allocataires d’aides sociales, manuel du bien-écrire…), les contributeurs s’exercent à montrer par quels moyens discursifs s’opère la mise en places et dans quelle mesure la lettre agit sur celle-ci. Ce numéro propose une lecture inédite et féconde de l’épistolaire qui ne manquera pas de susciter l’intérêt des chercheurs linguistes et/ou littéraires.