Navigation – Plan du site

Répétition lexicale et mémorisation : Une approche lexicométrique de l'infini dans les Œeuvres complètes de Fénelon

Agathe Mezzadri

Résumés

Large corpus numérique dont l’aspect répétitif a été souligné par les commentateurs, les Œuvres complètes de Fénelon offrent un terrain propice à une réflexion sur les liens unissant la répétition intra-phrastique de mots simples à la mémorisation. L’analyse lexicométrique au moyen du logiciel IRaMuTeQ permet à cet égard une problématisation du phénomène et une série de résultats chiffrés. La modélisation linguistique de la répétition lexicale y vacille en raison de questions de distance entre les différentes itérations, eux-mêmes liés à des problèmes psycholinguistiques de mémoire à court terme. Elle oscille également entre trois définitions issues des domaines de la linguistique, du langage fénelonien et de la tradition rhétorique. L’exploration statistique puis manuelle de ces diverses acceptions permet de mettre en valeur une approche stylistique du corpus dans son rapport à l’infini. Peu attaché aux figures traditionnelles de la répétition, une figure du discours nouvelle en émerge, caractérisée par l’entrelacement dense et infini de mêmes mots, s’écoulant de son « premier principe » ou « source » et y retournant inlassablement.

Haut de page

Texte intégral

1Dès les premières pages de La Répétition, Søren Kierkegaard nous rappelle le lien indéfectible entre mémorisation et répétition :

Répétition et ressouvenir sont un même mouvement, mais en sens opposé ; car ce dont on se ressouvient a été ; c’est la répétition dirigée en arrière ; mais la répétition proprement dite est le ressouvenir porté en avant. Aussi la répétition, si elle est possible, assure-t-elle le bonheur de l’homme, tandis que le ressouvenir fait son malheur, […]. (Kierkegaard, 1933 : 26)

2Transposé au domaine linguistique, cet arrière-plan philosophique a le mérite de nous rappeler deux éléments. Tout d’abord, que pour se différencier de la simple reprise, une répétition (n+1) doit porter en elle le souvenir d’une occurrence-origine (n). Ensuite, que la répétition stérile est perçue comme une redondance conduisant au « malheur » du texte quand une répétition féconde peut, au contraire, constituer le moteur de la dynamique textuelle et faire de ce « ressouvenir », « le reflux de l’éternel dans le présent […] » (Kierkegaard, 1933 : 37). C’est cette double caractéristique que nous souhaitons mettre à l’épreuve en étudiant statistiquement les Œuvres complètes de Fénelon. D’où la double visée de notre étude.

  • 1 TXM, par exemple (équipe TXM, contact : Serge Heiden, Laboratoire ICAR, ENS de Lyon).

3D’un point de vue expérimental, il s’agit de tenter un relevé des répétitions de mots simples sur un très large corpus. En effet, si les logiciels de lexicométrieF1F permettent d’identifier des répétitions de segments textuels, s’intéresser à la répétition d’unités linguistiques soulève de plus amples problèmes définitoires.

  • 2 Condillac note une propension aux longueurs par redites : « Les longueurs naissent encore du pencha (...)
  • 3 L’épithète ennuyeuse est la plus fréquente sous la plume de Fénelon afin de qualifier le terme répé (...)
  • 4 Dialogues sur l’éloquence (OC, VI : 586) : « cette répétition imprimera plus fortement les vérités (...)
  • 5 « [l]es répétitions sont les instruments délibérés de l’impression de la vérité, dans une économie (...)

4D’un point de vue stylistique, l’enjeu est de contribuer à l’interprétation d’un phénomène typiquement fénelonien. D’une part, parce que la répétition y touche un « même terme » ou « unité répétée » plutôt que des groupes syntaxiques, comme l’a étudié Laurent Susini dans Les Aventures de Télémaque (2010 : 347). D’autre part, parce que la critique a, dès le XVIIIème siècle, qualifié la parole fénelonienne de répétitive et d’en­nuyeuseF2F. Le prélat lui-même s’avère ambigu face à ce procédé qu’il condamne en contexte polémiqueF3F mais dont il reconnaît l’utilité pédagogiqueF4F. La critique moderne a, quant à elle, diversement étudié ces répétitions comme un ressassement ou, au contraire, le marqueur d’une spécificité fénelonienneF5F.

1. Corpus

  • 6 Œuvres complètes de Fénelon, archevêque de Cambrai, Versailles, 1820, 35 volumes. Jean-Edme Gosseli (...)
  • 7 En effet, aucune édition complète des œuvres de Fénelon n’a été publiée du vivant de l’auteur. Aprè (...)

5Nous suivons les thèses de François Trémolières (2011) et Bernard Dupriez (1961) pour le choix des Œuvres complètes : la réédition de celle dite « de Versailles » de Jean-Edme GosselinF6F. Cette réédition dite aussi « édition de Paris » lui est supérieure en ce qui concerne le Manuel de piété et la correspondance : Œuvres complètes de Fénelon, Paris, Méquignon junior et J. Leroux [puis] J. Leroux et Jouby, 1848-1852, 10 volumesF7F.

  • 8 http://gallica.bnf.fr/​

6Une extraction à partir du site Internet « Gallica » de la Bibliothèque Nationale de FranceF8F puis un travail d’homogénéisation (corrections et codage) d’environ un an nous permettent d’en disposer aujourd’hui de façon numérique. Notre document compte 3 734 872 mots et 1851 textes. Cet ensemble composite et souvent écrit au gré des circonstances recouvre des écrits philosophiques et théologiques, des ouvrages de morale, de spiritualité et de littérature mais aussi des écrits politiques et une correspondance.

7Notre analyse assume donc une hypothèse de départ : trouver les mêmes phénomènes liés à la répétition lexicale dans les dix tomes de cette édition, des traités mystiques aux Aventures de Télémaque en passant par les écrits politiques et polémiques.

2. Quand la lexicométrie problématise la répétition

8Selon la définition de François Rastier (1972 : 80), la répétition se mesure à réception comme la reconnaissance de l’« itération d'une unité linguistique quelconque ». L’identification de telles itérations dans un corpus aussi étendu que le nôtre s’assimilerait donc aux fréquences lexicales maximales. Toutefois, peut-on véritablement identifier une répétition dans le retour d’un même vocable à des centaines de pages d’écart ? La notion de reconnaissance nous semble ici capitale, entraînant avec elle, celle de proximité des unités linguistiques répétées. Mais la nécessité de codage systématique auquel nous soumet la lexicométrie soulève d’emblée un problème : à quelle distance lexicale considère-t-on que l’occurrence (n+1) porte en elle le souvenir de l’occurrence (n) ? élisabeth Richard propose un premier élément de réponse : « on appelle répétition le retour à l’identique du même matériel lexical au sein d’une proposition, ou, à la rigueur, de deux propositions en successions immédiates » (2004 : 53). De fait, la reconnaissance de l’itération entre deux propositions successives se vérifie dans l’exemple suivant :

Il nous pardonne, il nous redresse, il nous attend, il souffre nos ingratitudes et nos mépris, il ne se lasse point de nous inviter jusqu'au dernier moment, et la vie entière est une grâce continuelle, J'avoue que quand on se représente des hommes sans liberté pour le bien, à qui Dieu demande des vertus qui leur sont impossibles, cet abandon de Dieu fait horreur ; il est contraire à son ordre et à sa bonté : mais il n'est point contraire à l'ordre, que Dieu ait laissé au choix de l'homme secouru par sa grâce, de se rendre heureux par la vertu ou malheureux par le péché; […] (Démonstration de l’existence de Dieu [1712], OC, I : 114).

9Si les anaphores du pronom personnel de P3 en propositions successives se détachent nettement, on pourrait convenir que la première itération (n+1) de Dieu (cet abandon de Dieu) est moins sentie comme une répétition de (n) (à qui Dieu demande) en raison de la présence d’une proposition « vide » entre elles et que (n+2) (que Dieu ait laissé) est encore moins sentie comme une répétition de (n+1) par la présence de deux propositions dans l’intervalle entre les occurrences. Mais certains lecteurs objecteront peut-être qu’ils repèrent bien (n+1) et (n+2) comme des répétitions. D’autres diront encore qu’elles leur semblent identifiables mais moins « fortes ». S’introduit alors une autre problématique liée à la répétition lexicale : son degré. Dans les limites de notre étude, nous ne pourrons pas nous y intéresser. Cette perspective confirme, néanmoins, la large problématisation que permet l’introduction de la lexicométrie dans les analyses littéraires et linguistiques.

  • 9 « La sous-phrase est l'unité linguistique correspondant à Y empan de mémoire immédiate du lecteur ( (...)

10À cet égard, transposer la définition d’élisabeth Richard dans un code informatique soulève une question méthodologique : celle du repérage systématique des propositions. Une première réponse s’appuierait sur les tailles moyennes des phrases (13 mots) et des sous-phrasesF9F (8 mots) élaborées par François Richaudeau (1969 et 1971). Mais cette orientation ignore la spécificité du corpus. Une solution serait alors d’établir statistiquement la taille moyenne des phrases féneloniennes, ce qui semble possible mais surtout, la taille moyenne des propositions, ce qui semble beaucoup plus difficile. Mais en admettant que l’on y parvienne, la réponse méthodologique serait sans doute ignorante d’un vaste problème de psycholinguistique. En effet, dans le cas de propositions successives mais longues, la sensation de répétition pourrait se diluer, contrairement aux propositions très courtes et à la position en tête de proposition de l’unité répétée dans l’exemple précédent. Des expérimentations ont d’ailleurs fixé à sept le nombre d’unités présentes dans la mémoire à court terme, d’autres au nombre d’éléments pouvant être prononcés en une seconde et demie à deux secondes (Baddeley 1993 : 85 et 95), évacuant la question du domaine de la syntaxe. Surtout, d’autres critères comme la banalité ou la rareté de l’unité répétée et le rôle du contexte dans la réactivation de la mémoire à court terme semblent intervenir comme le suggère l’exemple suivant :

Je le soupçonne avec raison de ne regarder pas la béatitude surnaturelle comme une vraie grâce ; je rends une raison claire et décisive de mon soupçon : un homme qui croit que cette béatitude est la seule raison d'aimer sans laquelle Dieu ne serait pas aimable, doit nécessairement supposer que cette béatitude est due à la créature intelligente; car Dieu, qui nous a créés pour l'aimer, ne peut pas nous avoir créés en nous privant de ce qui est la seule raison de l'aimer : j'en conclus que, selon lui, cette béatitude est nécessairement due à toute créature dont Dieu veut être aimé. (Réponse de Monseigneur l'archevêque de Cambrai à l'écrit de Monseigneur l'évêque de Meaux intitulé Relation sur le quiétisme, OC, III, : 47).

11Ne parlerons-nous pas de répétition du mot béatitude qui dépasse pourtant le cas des deux propositions en successives ? Cela est sans doute dû à deux éléments : la spécificité du terme par rapport à d’autres, plus courants (mais on le voit, la compétence du lecteur intervient grandement sur ce point) ainsi que le soulignement de l’acte de répétition par le démonstratif anaphorique cette.

12Ainsi, la question de l’impression de répétition ne peut être entièrement résolue dans le cadre de cette étude. Réclamant la fixation d’un empan mnésique à court terme, elle nécessite des protocoles expérimentaux, dépend éminemment de la compétence linguistique et culturelle et de la perception du cotexte par le lecteur, elles-mêmes conditionnées par son contexte d’interaction avec le texte (Kekenbosch 1994 : 6 et 22-24). De même que la littérarité n’est pas que le produit du texte mais résulte aussi du rôle du lecteur, qui peut activer ou non une lecture plus ou moins littéraire, de même, la répétition est coproduite par le lecteur ou destinataire alors co-énonciateur. À cet égard, un dernier phénomène mérite d’être remarqué : celui de contamination dans le repérage des répétitions lexicales. La répétition de béatitude habitue sans doute l’œil du lecteur au retour du même. Il découvre alors plus aisément les répétitions d’aimer, créature, crées et même Dieu, pourtant banal et sans doute peu senti comme répété en reprise seule dans le phrasé fénelonien.

13C’est pourquoi, dans la mesure où de tels enchâssements de sensations de répétitions dépassent la stricte juxtaposition de propositions et s’opèrent souvent à l’échelle de la phrase, celle-ci nous semble être un terrain propice à une première investigation.

  • 10 Pierre Ratinaud est maître de conférences au laboratoire d'études et de recherches appliquées en sc (...)

14Pour ce faire, nous avons, avec Pierre Ratinaud, auteur du logiciel IRaMuTeQF10F, utilisé le code de la librairie NLTK (Bird, Loper et Klein, 2009) pour découper le corpus en phrases. Nous avons ensuite indexé ce corpus de phrases dans IRaMuTeQ et écrit un script pour ce logiciel qui permet d'extraire les effectifs de répétitions à l’intérieur des phrases (répétitions intra-phrastiques).

3. Répétition lexicale et mémorisation du "premier principe" fénelonien

15Les calculs et résultats obtenus permettent de confronter deux appréhensions du mot répétition : l’une liée à la théorie linguistique, l’autre au langage courant. La première s’appuie sur la notion d’itération de François Rastier et donc sur l’idée qu’il n’y a répétition qu’à partir de l’occurrence (n+1), autrement dit que l’occurrence-origine (n) est absente du décompte. Dans cette perspective, il y aurait quatre occurrences mais trois répétitions du mot béatitude dans notre exemple précédent.

  • 11 Une forme active ou pleine participe à la construction de classes lexicales pour le logiciel. Trava (...)
  • 12 Soit un tiers des formes pleines du corpus qui connaissent au moins un phénomène de répétition intr (...)

16Pour obtenir une approche de telles répétitions intra-phrastiques, nous avons travaillé sur les 11500 formes activesF11F de notre corpus classées par ordre de fréquence décroissant. Lorsque le nombre de phrases contenant la forme est identique au nombre d’occurrences de la forme, celle-ci ne fait l’objet d’aucune répétition intra-phrastique. éliminer ces formes permet un premier calcul dans un tableau A ne comportant plus que 3711 lignesF12F et dont nous reproduisons les vingt premières :

17En comparant l'effectif total de la forme dans le corpus avec le nombre de phrases qui contiennent au moins une fois cette forme, nous obtenons la colonne « répétition à partir de n+1 ». Il s’agit du nombre de répétitions définies comme des occurrences supplémentaires par rapport à une occurrence-origine au sein d’une phrase : 1500 pour le mot Dieu. Cela ne nous précise pas comment ces répétitions se répartissent dans les phrases mais permet une première appréhension du phénomène.

18Toutefois, le langage courant associe souvent l’occurrence (n) au comptage, adoptant ainsi un autre point de vue. En effet, si envisager la répétition dans son processus commence bien à (n+1), la repérer consiste plutôt à focaliser sur son résultat, rendant bien légitime le fait d’intégrer le (n) initial. C’est d’ailleurs ce que fait Fénelon lui-même :

Je le dirai trois fois; […] O permanente et infinie vérité ! Vous êtes, et rien n'est hors de vous : vous êtes, et ce qui n'était pas commence à être hors de vous : vous êtes, et ce qui était hors de vous cesse d'être. Mais ces trois répétitions de ces termes vous êtes, ne font qu'un seul infini qui est indivisible (Démonstration de l’existence de Dieu [1712], OC, I, : 80).

19Ainsi, en rajoutant le nombre de phrases contenant une répétition, la colonne « répétition à partir de n » repose sur une conception, certes plus courante, mais surtout plus fénelonienne de la répétition : quatre occurrences pour notre exemple de béatitude ci-dessus, 2753 pour Dieu dans tout le corpus. En établissant le ratio de cette donnée sur le nombre total d’apparitions du terme dans le corpus (2753/16937 pour Dieu), nous obtenons un taux de répétition du mot à analyser. On se rend immédiatement compte qu’il n’existe aucune corrélation positive entre la fréquence d’un mot dans le corpus et son taux de répétition intra-phrastique, bien au contraire. Les mots concernés par de forts taux de répétitions sont prioritairement des formes à basse fréquence si l’on examine le tableau B :

  • 13 Logiciel développé en 1994 par Pierre Molette et Agnès Landré (Paris VIII) sur la base des travaux (...)

20Ces formes constituent un biais pour l’analyse car quand un mot est très peu employé, il suffit qu’il soit répété une ou deux fois pour que son taux de répétition s’élève à 40 ou 50%. Bigame, par exemple, avec un taux de répétition de 67%, est proche de la notion d’hapax. Mot peu fénelonien, il concentre ses dix occurrences sur six phrases qui se situent au sein du même texte, concentrées sur trois pages (Traité du ministère des pasteurs [1688], OC, I, 177-179). Il s’agit en fait d’une « rafale », notion de statistique lexicale que l’on doit à Pierre Lafon (1981) et que des logiciels comme TropesF13F savent repérer.

21Il apparaît donc nécessaire de nous intéresser à la répétition même plus faible de mots plus fréquents, autrement dit, de croiser répétition intra-phrastique et fréquence dans le corpus. Pour trouver des fréquences à quatre chiffres, ce sont les termes texte, aimer et infini qui apparaissent dans la suite du tableau B :

22Concernant texte, l’examen du concordancier d’IRaMuTeQ révèle une concentration des occurrences dans les tomes IV et V de l’édition de Paris. Dédiés aux ouvrages sur le quiétisme et le jansénisme, ces tomes nous renseignent sur une préoccupation peu surprenante de leur auteur en contexte polémique. Bien plus, pour notre recherche de mots simples fréquemment répétés dans un large corpus, cette donnée nous invite à ajouter un nouveau critère à celui du croisement du taux de répétition intra-phrastique et de la fréquence : la répartition des occurrences dans tous les tomes du corpus. C’est bien le cas avec les deux termes suivants du tableau qui associent haute fréquence, nombreuses répétitions intra-phrastiques et répartition dans tous les tomes du corpus : infini et aimer.

23Le mot infini nous semble éminemment révélateur. En effet, si l’attitude de Fénelon, théoricien et auteur, quant à la répétition, a souvent été perçue comme paradoxale, c’est sans doute parce qu’il distingue répétition gratuite et répétition utile. La seconde catégorie est privilégiée car elle permet de remonter à la « source » ou « premier principe » du discours :

[L’orateur] remonte d'abord au premier principe sur la matière qu'il veut débrouiller ; il met ce principe dans son premier point de vue ; il le tourne et le retourne, pour y accoutumer ses auditeurs les moins pénétrants ; il descend jusqu'aux dernières conséquences par un enchaînement court et sensible. Chaque vérité est mise en sa place par rapport au tout : elle prépare, elle amène, elle appuie une autre vérité qui a besoin de son secours. Cet arrangement sert à éviter les répétitions qu'on peut épargner au lecteur ; mais il ne retranche aucune des répétitions par lesquelles il est essentiel de ramener souvent l'auditeur au point qui décide lui seul de tout. (Lettre à l’Académie [1715], OC, VI : 623)

24Dans les écrits féneloniens, cette « source » est toujours la même, y compris dans ses ouvrages littéraires qu’on aurait pu être tentée d’écarter du corpus. Il s’agit de l’ « être » ou « infini » comme cela apparaît dans un passage du Télémaque souvent commenté et où la répétition de « de cette » mime le retour du texte vers la « première puissance […] infinie » :

Ensuite il s'entretenait avec Mentor de cette première puissance qui a formé le ciel et la terre ; de cette lumière simple, infinie et immuable, qui se donne à tous sans se partager; de cette vérité souveraine et universelle qui éclaire tous les esprits, comme le soleil éclaire tous les corps. […] Elle est comme un grand océan de lumière; nos esprits sont comme de petits ruisseaux qui en sortent, et qui y retournent pour s'y perdre. (Les Aventures de Télémaque [1699], OC, VI : 424).

  • 14 « Ce n'est pas qu'on l'aime, car on n'aime rien ; ce n'est pas qu'on se fie, car on se défie de la (...)
  • 15 « Vous n'aurez plus de ces plaisirs furieux qui enivrent l'âme , qui lui font oublier son malheur à (...)

25Quant au verbe aimer, il est évidemment typique d’un prêtre mais surtout spécifique du mystique fénelonien pour qui atteindre l’infini divin correspond à l’horizon du pur amour. Il constitue, en cela, un équivalent pragmatique du terme infini. Il structure la pensée politique de FénelonF14F mais aussi les directions de conscience qu’il opère par correspondanceF15F.

26Des affinités peuvent donc être trouvées entre ces deux mots fréquemment répétés dans les phrases de tout le corpus et la clé de voûte de l’imaginaire fénelonien éminemment mystique, quel que soit le contexte d’écriture.

27Cette donnée confirme notre hypothèse d’un résultat parcourant la diversité du corpus mais de façon surprenante. En effet, notre première investigation de la répétition intra-phrastique ne révèle pas une façon identique de répéter mais une répétition de termes identiques – « infini » et « aimer » – à l’intérieur des phrases et d’un bout à l’autre des Œuvres complètes du prélat. Du point de vue de la problématique de la répétition, cette information stylistique permet paradoxalement d’envisager la répétition intra-phrastique comme un procédé macrostructural pouvant s’étendre à des corpus très larges comme le nôtre. Il nous reste à étudier, en sens inverse, le fonctionnement microstructural de ce retour perpétuel au premier principe, non sans nous demander s’il ne s’agit que d’y « retourner » ou bien, à la lumière de notre lecture de Kierkegaard mais aussi de cette dernière citation du Télémaque, également d’en « sortir » ; autrement dit d’envisager la répétition comme un « ressouvenir en avant ».

4. Répétition dense et "éternel reflux" : une figure fénelonienne du discours

28Le Trésor de la Langue Française se fait l’écho d’une troisième appréhension de la répétition lexicale : « figure de rhétorique qui consiste à employer plusieurs fois soit le même terme, soit le même tour ». Nos deux premières approches se fondaient sur le nombre d’itérations proches de la même unité linguistique, prenant en compte ou non l’occurrence-origine (n). Ici, la notion de répétition se confond avec le fait « d’employer plusieurs fois le même terme », autrement dit avec l’action de répéter une occurrence. Il ne s’agit plus de nous focaliser sur les itérations elles-mêmes comme des répétitions mais sur le fait d’itérer comme une répétition. Pour notre exemple initial fondé sur le mot béatitude, on parlerait d’une répétition du terme, composée de trois ou quatre occurrences, selon que l’on prend en compte l’occurrence (n). C’est ce point de vue sur la répétition qui guidera notre dernière investigation dans les Œuvres complètes de Fénelon.

29Ajoutons que cette définition permet de préciser deux points. D’une part, elle souligne que la sensation de répétition, sa « saillance » (Bonhomme 2005), qui engage la mémoire à court terme et la différencie de la simple reprise, fait d’elle une figure. De plus, considérer la répétition comme une figure s’assimilant à l’acte de répéter permet d’en envisager sa relative densité : de 2 à 9 occurrences par phrases dans notre corpus comme en atteste le tableau C. Dieu affiche donc 1253 répétitions, chacune allant de 2 à 8 éléments répétés : 1073 répétitions à deux termes, 137 à trois termes, 29 à quatre, etc. De façon attendue, plus le nombre d’occurrences au sein de la répétition augmente, moins ce phénomène est courant et les effectifs décroissent de 2 à 9 occurrences.

30Ces nouvelles données nous permettent, cette fois, d’identifier les mots proposant des répétitions denses : supérieures ou égales à quatre occurrences. En triant nos données selon ce critère dans le tableau D, les quarante premières unités lexicales sont encore constituées de mots-clés de l’imaginaire fénelonien. En première position se trouve le mot amour, seul terme pouvant donner lieu à neuf occurrences au sein d’une même phrase :

31Avant d’examiner cette répétition intra-phrastique la plus dense du corpus, il convient d’élucider le fonctionnement linguistique de la répétition selon l’archevêque de Cambrai :

Il n'y a donc en vous, ô vérité infinie ! qu'une existence indivisible et permanente. Ce qu'on appelle éternité a parte post, et éternité a parte ante, n'est qu'une illusion grossière : il n'y a en vous non plus de milieu que de commencement et de fin. Ce n'est donc point au milieu de votre éternité, que vous avez produit quelque chose hors de vous. Je le dirai trois fois; mais ces trois n'en font qu'une : les voici : O permanente et infinie vérité ! vous êtes, et rien n'est hors de vous : vous êtes, et ce qui n'était pas commence à être hors de vous : vous êtes, et ce qui était hors de vous cesse d'être. Mais ces trois répétitions de ces termes vous êtes, ne font qu'un seul infini qui est indivisible. C'est cette éternité même qui reste encore tout entière : il n'en est point écoulé une moitié, car elle n'a aucune partie : ce qui est essentiellement toujours tout présent ne peut jamais être passé. O éternité ! je ne puis vous comprendre, car vous êtes infinie: mais je conçois tout ce que je dois exclure de vous pour ne vous méconnaître jamais. (Démonstration de l’existence de Dieu [1712], OC, I, : 80).

  • 16 François Rastier (1987 : chapitre VII section 1) a creusé cette question de la dissimilation sémiqu (...)

32Contre une vision attendue où le signifiant répété n’est jamais véritablement associé à un même signifiéF16F, Fénelon postule une identité entre les trois signifiants et un même signifié. Cette conception se rapproche apparemment de la définition de Georges Molinié (1994 : 104) :

Dans notre théorie, la répétition nucléaire a pour modèle : Sa1 + Sa1 + Sa1 = 1Sé1 ; ou encore 3Sa1 = 1 Sé1 ; donc, xSa 1 = 1 Sé1. C’est-à-dire, x fois le même signifiant = une seule fois le même signifié.

33Mais si cette citation suggère que le Sé1 était déjà attaché à chaque Sa1, il en va tout autrement pour Fénelon. Le Sé final ne s’assimile pas au Sé attaché à chacun des Sa répétés. C’est tous ensemble qu’ils créent un autre Sé. En convenant, à la lumière des travaux les plus récents, que l’isosémie est rarement réalisée dans l’itération, que chaque signifiant identique porte un signifié légèrement différent, on pourrait écrire : Sa1 (=Sé1) + Sa1 (=Sé2) + Sa1 (=Sé3) = 1Sé4 qui n’est autre que notre « premier principe » : l’infini. La répétition la plus dense du corpus illustre ce mécanisme. Elle est issue d’une lettre à Bossuet « Sur la charité » :

Si l'amour de Dieu suppose en nous l'amour de nous-mêmes, il faudra dire que le premier amour, l'amour absolu, l'amour essentiel à l'homme, est l'amour de lui-même ; qu'il aime d'un amour absolu et premier l'être fini, participé et dépendant, et qu'il n'aime que d'un amour second, participé et relatif à l'autre amour, l'être absolu, infini et existant par lui-même. (OC, III : 365)

34En effet, la différenciation sémique des neuf signifiants identiques repose sur des mécanismes syntaxiques : épithètes antéposées (premier, autre), postposées (absolu, essentiel), compléments du nom (de Dieu, de nous-mêmes, de lui-même) et déterminants (défini : l’amour absolu ou indéfini : un amour absolu). L’aboutissement de cette répétition particulièrement épaisse de signifiés différenciés est bien l’apparition du « premier principe » fénelonien dans la clausule : l’infini. De fait, Fénelon précise ailleurs que sa figure de la répétition exclut le pléonasme dans le cas d’isolexismes :

Dire une infinité d'infinis, c'est un pléonasme et une vaine et puérile répétition du même terme, sans pouvoir rien ajouter à la force de sa simplicité; c'est comme si on parlait de l'anéantissement du néant » (Démonstration de l’existence de Dieu [1712], OC, I : 72).

  • 17 « ce simple modèle peut expliquer une série de facteurs ayant une influence sur l’empan mnésique, y (...)

35Enfin, si cette répétition emprunte peu aux figures de rhétorique traditionnelles telles que l’anaphore, l’épiphore, l’épizeuxe ou l’antanaclase, nous sommes bien en présence d’ « une forme discursive marquée, libre et mesurable qui renforce le rendement [de l’énoncé] » (Bonhomme, 1998 : 7). Et même, cette forme est particulièrement remarquable par sa densité, tout d’abord, la contamination au reste de la séquence, ensuite. En effet, celle-ci répète d’autres unités graphiques (qu’il aime / qu’il n’aime), phoniques ([ɛm] : nous-mêmes, lui-même, qu’il aime, qu’il n’aime, lui-même) et se limite globalement aux dissyllabes. On sait que « le rappel sériel immédiat est affecté lorsque les éléments ont des sonorités ou des caractéristiques articulatoires semblables ». Il devient alors possible d’identifier dans cette figure un mécanisme d’ « auto-répétition subvocale » (Baddeley 1993 : 85) mobilisant notre « unité de stockage phonologique » à court terme, selon le système de la « boucle phonologique »F17F. Nous en arrivons donc à l’idée de la création d’une figure de la répétition où densité et contamination cotextuelle fortes accroissent la mémoire à court terme ; mais avec une dissimilation sémique des formes répétées et peu de reproductions de patrons syntaxiques, l’infini textuel se créant de façon « coulante », pour reprendre un terme cher au prélat pour qui la phrase doit « couler de source ».

36Cette hypothèse se vérifie au niveau macrostructural. Dans une phrase (en gras) contenant sept occurrences du terme infini, le lexique circule autour des mêmes termes, l’adverbe tout, les substantifs genre et unités, l’adjectif un et l’adverbe plus décliné en superlatif (le plus) jusqu’à rouler dans l’anaphore ternaire finale de de plus :

Voici donc la contradiction qui se trouve à admettre plusieurs infinis. D'un côté, le total de ces infinis ne serait pas souverainement un; il ne serait rien moins que la suprême unité que je cherche, et qui seule remplit mon idée. D'un autre côté, chacune de ces unités ne serait pas aussi infinie qu'elle pourrait l'être; car une unité qui en exclut tout autre en tout genre, est encore plus infinie que celle qui peut avoir une égale : or ce qui nous paraît le plus infini, est le seul infini véritable : il n'y aurait donc ni unité pleinement infinie en tout genre, qui est le seul véritable infini, ni infini souverainement un, en sorte qu'on ne pût rien concevoir de plus un, de plus simple, de plus indivisible, de moins composé par des nombres. Il faut donc conclure que cette objection, qui n'est rien dans son fond, n'est fortifiée que par une grossière habitude de mon imagination, qui, par la règle commune des nombres pour les choses finies, ajoute toujours de nouvelles unités à la première unité conçue. L'un infini est plus que toutes les pluralités ; il ne souffre aucune addition ; il n'est point un à notre mode pour n'être qu'un : il est un pour être tout. Cet un infini et infiniment un peut faire des êtres distingués de lui et bornés : mais ces êtres ne sont point une addition à son infini ; car le fini joint à l'infini ne fait rien ; il ne peut y avoir entr'eux aucune mesure; c'est un être d'un autre ordre, qui ne peut faire avec lui ni composition, ni addition, ni nombre. Mais deux infinis seraient égaux; ils feraient un nombre véritable, et par conséquent fini : ils seraient parties de ce tout dont l'idée est présente à mon esprit quand je prononce le mot d'infini. Les deux ensemble ne seraient réellement qu'un seul infini ; il faudrait ou qu'on ne pût ni les diviser ni les distinguer par l'idée, auquel cas ce ne serait plus qu'un seul et même être infiniment simple ; ou qu'ils fissent une composition d'un seul infini dont ils seraient les parties, auquel cas ce serait un tout divisible, nombrable et borné. Voilà la conclusion où je retombe toujours invinciblement. Donc il n'y a et il ne peut y avoir qu'un seul infini, qui est une unité d'une autre nature que toutes les autres, et qui ne souffre l'addition en aucun genre. (Démonstration de l’existence de Dieu [1712], OC, I : 74).

37Examiner les phrases adjacentes nous révèle que la phrase précédente, plus courte, annonçait les termes structurant la répétition (infini, un, unité). Notre phrase longue et densément répétitive semble alors, en amont, découler de la première, programmatique, puis, en aval, s’écouler dans une série de phrases, plus courtes mais reproduisant les mêmes répétitions. Le texte « coule » et « sort » à la fois de sa « source », imite l’onde dans ses sinuosités par une contamination et un éternel retour de la répétition. Cette dynamique répétitive mime l’avancée en même temps que le retour vers le même principe : « Voilà la conclusion où je retombe invinciblement », nous dit Fénelon. On comprend alors mieux, pourquoi, en contexte polémique, ce dernier met en garde contre les dangers des textes « longs » et « insinuants » au moyen d’une longue phrase répétant six fois le terme texte :

  • 18 Première lettre au père Quesnel touchant l’écrit intitulé « Denuntiatio solemnis Bullae clementinae (...)

La question du texte court est encore plus frivole que celle du texte long, puisque le texte court n'est qu'un texte en l'air, qu'on ne trouve dans aucun auteur, et qui a été fabriqué malignement par les Molinistes ; qu'enfin ce texte détaché et comme en l'air est infiniment moins à craindre que le texte long d'un livre insinuant, méthodique, plein de tours persuasifs […]F18F.

38Cette dernière analyse souligne la nécessité de prolonger l’enquête lexicométrique à l’inter-phrase et jusqu’à la séquence textuelle en lui associant des analyses manuelles. Elle nous invite, également, à une conclusion stylistique. Il s’agit sans doute moins de dire l’infini grâce à l’écriture que d’appréhender l’infini à travers l’écriture. Pour ce faire, il semble que l’on assiste à la création d’une figure fénelonienne de la répétition, empruntant peu aux taxinomies traditionnelles et dont la fonction est à la fois cognitive et émotive (Bonhomme 2005). La comparaison avec d’autres corpus permettrait de dire si cette dynamique est proprement spécifique à la parole de l’archevêque de Cambrai. D’un bout à l’autre de ses Œuvres complètes, le dense entrelacement des mêmes mots simples fait du texte le lieu d’une mémoire active, découlant de son « premier principe » et cherchant sans cesse à y retourner.

39Opposant la répétition dynamique et positive au ressouvenir stérile, Søren Kierkegaard dresse le portrait d’un ami qui, tout juste pris de passion pour une jeune femme, porte déjà son regard en arrière sur les premiers instants de l’amour :

Tout en allant et venant, il ne cessait de répéter les vers de Paul Möller […]. Une larme remplit ses yeux ; il se jeta sur une chaise et redit les vers sans se lasser. Cette scène me remua. « Grands Dieux ! » pensais-je, « je n’ai encore jamais été témoin d’une pareille mélancolie au cours de mes observations ». […]. Ce jeune homme était épris au plus intime de son être, c’était clair, et pourtant, dès les premiers jours, il pouvait se ressouvenir de son amour. Au fond, il en avait déjà fini. (Kierkegaard 1933 : 34-35).

40À lire ces dernières lignes, on pense à la condamnation de la poésie par Fénelon et à sa dynamique répétitive précisément en sens inverse : ne pas « en finir » mais créer un infini textuel dirigé positivement en avant.

41Ainsi, chercher à repérer systématiquement les répétitions à l’intérieur des phrases des Œuvres complètes de l’archevêque de Cambrai permet d’illustrer, à rebours et transposée au domaine linguistique, l’appréhension positive proposée par Kierkegaard : à la fois « ressouvenir » et procédé éminemment dynamique. C’est dans cette perspective que la répétition se distingue du ressassement stérile comme figure. Son approche statistique a permis de parcourir trois points de vue sur la question : deux s’attachant aux itérations, soit comme processus, soit comme résultat, le troisième mettant en relief l’action de répéter. L’application de ces approches à notre corpus a mis au jour une figure qui semble typiquement fénelonienne. Empruntant peu aux modèles rhétoriques connus, elle s’octroie un domaine inédit, en amont et en aval de la phrase, mais aussi entre microstructure et macrostructure : de la phrase à l’échelle des Œuvres complètes. Un prolongement comparatiste de cette étude permettrait de renseigner sur la présence ou non de tels phénomènes dans d’autres corpus aussi volumineux.

Haut de page

Bibliographie

Œuvres complètes de Fénelon. Paris, Méquignon junior et J. Leroux [puis] J. Leroux et Jouby, 1848-1852, 10 volumes. Notée « OC », suivie du tome et de la page.

BADDELEY, A., (1993), La mémoire humaine, théorie et pratique. Traduction de l’anglais sous la direction de Solange Hollard, Presses universitaires de Grenoble.

BIRD, S., LOPER, E L. & KLEIN, E., (2009), Natural Language Processing with Python. O’Reilly Media Inc. http://nltk.org/

BONHOMME, M., (1998), Les Figures clés du discours. « Mémo », Paris : Seuil.

BONHOMME, M., (2005), Pragmatique des figures du discours. Paris : Champion.

BRUGIDOU, M. & Le QUEAU, P., (1999), « Les ‘rafales’, une méthode pour identifier les différents épisodes d'un récit : contribution au traitement et à l'interprétation des entretiens non directifs de recherche ». Bulletin de méthodologie sociologique 64, p. 47-62.

DEVILLAIRS, L., (2006), Fénelon. Une philosophie de l’infini. Paris : Cerf.

DUPRIEZ, B., (1961), Fénelon et la Bible : les origines du mysticisme fénelonien. Paris : Bloud et Gay.

GROSPERRIN, J.-P., (1998), Le Glaive et le Voile. économie de l’éloquence dans l’œuvre de Fénelon. Thèse de doctorat, direction Jean Dagen, Paris IV.

KEKENBOSCH, C., (1994), La mémoire et le langage. « 128 », Paris : Nathan Université.

KIERKEGAARD, S., (1933), La Répétition, Essai d’expérience psychologique (publié sous le pseudonyme de Constantin Constantius). [1843] traduit du danois par P.-H. Tisseau, Paris : Librairie Félix Alcan.

LAFON, P., (1981), « Statistiques des localisations des formes d’un texte ». Mots 2, p. 157-188.

MOLINIé, G., (1994), « Problématique de la répétition ». Langue française 101, p. 102-112.

RASTIER, F., (1972), « Pour une systématique des isotopies ». In AJ Greimas (ed), Essais de sémiotique poétique, Paris : Larousse, p. 80-106.

RASTIER, F., (1987), Sémantique interprétative. Paris : Presses universitaires de France.

RICHARD, é., (2004), « La répétition, syntaxe et interprétation ». L’Information grammaticale, 100, p. 53-54.

RICHAUDEAU, F., (1969), « Les structures des phrases ». Communication et langages 1, p. 19-25.

RICHAUDEAU, F., (1971), « Les mots, les phrases et la mémoire ». Communication et langages 9, p. 5-29.

SUSINI, L., (2010), « Avec force et douceur ». Esthétique de la répétition dans Les Aventures de Télémaque ». Littératures Classiques, 70, p. 331-359.

TREMOLIERES, F., [2009] (2011), Fénelon et le sublime. Paris : Champion.

WATINE, M.-A., (2012), « La réduplication : une interprétation dialogique ». In Frédéric Calas, Catherine Fromilhague, Anne-Marie Garagnon, Laurent Susini (éds) Les Figures à l’épreuve du discours. Dialogisme et polyphonie. Paris : PUPS.

Haut de page

Notes

1 TXM, par exemple (équipe TXM, contact : Serge Heiden, Laboratoire ICAR, ENS de Lyon).

2 Condillac note une propension aux longueurs par redites : « Les longueurs naissent encore du penchant qu’on a à redire les mêmes choses » (Art d’écrire, 1776 : 156) et Madame du Deffand se plaint qu’il est « ennuyeux à la mort », dans une lettre du 23 octobre 1771, à la duchesse de Choiseul citée par Laurent Susini (2010 : 333).

3 L’épithète ennuyeuse est la plus fréquente sous la plume de Fénelon afin de qualifier le terme répétition. Quand il reconnaît, notamment en contexte polémique, qu’il se répète, cela est le fait de son adversaire : « […] vous me contraignez à faire les plus ennuyeuses répétitions, pour empêcher que les vôtres faites avec tant de confiance n'entraînent le lecteur », Seconde lettre en réponse à celle de Monsieur l’évêque de Meaux (OC, II : 644). Il évoque également des répétitions superflues, continuelles et innombrables.

4 Dialogues sur l’éloquence (OC, VI : 586) : « cette répétition imprimera plus fortement les vérités : c'est la véritable manière d'instruire ».

5 « [l]es répétitions sont les instruments délibérés de l’impression de la vérité, dans une économie du discours marquée à la fois par l’orientation pédagogique et […] par les pratiques liturgiques et spirituelles » (Grosperrin, 1998 : 224).

6 Œuvres complètes de Fénelon, archevêque de Cambrai, Versailles, 1820, 35 volumes. Jean-Edme Gosselin (1787-1858) est directeur, puis supérieur du séminaire sulpicien d’Issy.

7 En effet, aucune édition complète des œuvres de Fénelon n’a été publiée du vivant de l’auteur. Après sa mort, on note une première entreprise de l'abbé Querbeuf aux frais du clergé de France, à Paris en 1787-1792 ; mais cette publication fut interrompue par la Révolution.

8 http://gallica.bnf.fr/

9 « La sous-phrase est l'unité linguistique correspondant à Y empan de mémoire immédiate du lecteur (ou de l'auditeur) ; elle doit être assez cohérente sur le plan syntaxique pour permettre à l'esprit du lecteur d'en dégager une signification, un pattern », (Richaudeau 1969 : 20).

10 Pierre Ratinaud est maître de conférences au laboratoire d'études et de recherches appliquées en sciences sociales (LERASS) de l'université de Toulouse. Le logiciel IRaMuTeQ dont il est l’auteur est un logiciel libre, téléchargeable en ligne. Le logiciel TXM également libre et dont le développement est coordonné à Lyon permettrait également de rechercher des répétitions avec des requêtes telles que :

a : [frpos= « NOM »] []*[frlemma=a.frlemma] within s

Cf. Manuel de TXM 0.7 FR, 8.5.3, « Lien entre deux mots » (Répétition, accord…), p. 100. Qu'il s'agisse d'utiliser Iramuteq ou TXM, un peu de programmation spécifique était nécessaire pour automatiser nos investigations (écriture de scripts). Comme nous avons commencé cette recherche en lien avec le concepteur d'Iramuteq, c'est à ce dernier logiciel que nous avons naturellement eu recours.

11 Une forme active ou pleine participe à la construction de classes lexicales pour le logiciel. Travailler sur ces formes permet souvent d’éliminer des formes telles que de, le, etc. très fréquentes également.

12 Soit un tiers des formes pleines du corpus qui connaissent au moins un phénomène de répétition intra-phrastique : un (n+1) ou plus dans une phrase contenant déjà un (n).

13 Logiciel développé en 1994 par Pierre Molette et Agnès Landré (Paris VIII) sur la base des travaux de Rodolphe Ghiglione. Dans sa thèse de 1992, Mathieu Brugidou s'est appuyé explicitement sur le modèle de Lafon pour proposer d'utiliser des « cooccurrences de rafales » pour rechercher les thèmes d’un texte.

14 « Ce n'est pas qu'on l'aime, car on n'aime rien ; ce n'est pas qu'on se fie, car on se défie de la probité de tout le monde; ce n'est pas qu'on le trouve parfait, car on est ravi de le critiquer souvent : mais c'est qu'on est paresseux et sauvage » (Examen de conscience sur les devoirs de la royauté composé pour l'instruction de Louis de France, duc de Bourgogne, OC, VII, p. 98).

15 « Vous n'aurez plus de ces plaisirs furieux qui enivrent l'âme , qui lui font oublier son malheur à force de l'étourdir ; mais vous aurez ce calme intérieur et ce témoignage consolant qui soutient contre toutes les peines : vous serez d'accord avec vous-même ; vous ne craindrez plus de rentrer au dedans de vous : au contraire, vous y trouverez la véritable paix ; vous n'aurez ni à craindre ni à cacher ; vous aimerez tout ce que vous ferez, puisque vous aimerez la volonté de Dieu qui vous y déterminera ; vous ne voudrez plus aucune des choses que Dieu ne vous donnera point ; vous porterez dans votre cœur une source inépuisable de consolation et d'espérance contre tous les maux de la vie », (Lettre au marquis de Seignelai, « Eviter le partage entre Dieu et le monde : moyens d'arriver à une conversion parfaite » [1690], OC, VII : 203).

16 François Rastier (1987 : chapitre VII section 1) a creusé cette question de la dissimilation sémique, notamment au sujet des tautologies. Marie-Albane Watine a montré que même les réduplications confirmatives du type « la vie est belle, belle » ne répètent pas exactement les mêmes signifiés dans le mécanisme dialogique (2012 : 154).

17 « ce simple modèle peut expliquer une série de facteurs ayant une influence sur l’empan mnésique, y compris la similarité acoustique, la longueur des mots, le discours non écouté et la suppression articulatoire » (Baddeley 1993 : 110).

18 Première lettre au père Quesnel touchant l’écrit intitulé « Denuntiatio solemnis Bullae clementinae, quae incipit : etc. » (OC, IV, : 559). En pleine querelle quiétiste, il s’agit de deux textes produits par les partisans de Molinos, l’un court, fait de cinq propositions de divers auteurs, l’autre, plus long, qualifié de « livre » est attribué à Jansénius.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agathe Mezzadri, « Répétition lexicale et mémorisation : Une approche lexicométrique de l'infini dans les Œeuvres complètes de Fénelon », Semen [En ligne], 38 | 2015, mis en ligne le 24 avril 2015, consulté le 25 juin 2017. URL : http://semen.revues.org/10299

Haut de page

Auteur

Agathe Mezzadri

Marge, CEDFLUniversité Jean Moulin-Lyon 3

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page