Navigation – Plan du site

De l'intersubjectivité benvenistienne à des modes plus hybrides : l'exemple de deux interviews radiophoniques

Catherine Détrie

Résumés

L’objet de ma contribution porte sur la construction de la subjectivité, et plus précisément sur celle de l’intersubjectivité, telle qu’elle a été mise en place par la praxématique, sur la base de la théorie de la personne, pensée par Benveniste, théorie qu’elle a reprise, aménagée, voire contestée ou débordée, en proposant une approche de la subjectivité en terme de gradience. Pour illustrer ce point, je m’intéresserai à deux moments d’une matinale de France Inter (24.03.10) en cherchant à montrer comment se tisse la relation intersubjective entre les intervenants, et comment cette dernière est modifiée / renégociée au fil de l’énonciation, à partir de l’analyse de quelques marques énonciatives explicites, mais aussi de micro-phénomènes discursifs ou vocaux moins fréquemment articulés à la construction de la subjectivité.

Haut de page

Texte intégral

1La linguistique praxématique a affirmé fortement sa dette envers la construction de la subjectivité, et plus précisément de l’intersubjectivité, telle qu’elle a été pensée par Benveniste, tout en l’aménageant, voire la contestant ou la débordant : elle considère que le sujet-ego benvenistien est un point d’aboutissement du système d’actualisation, la réalité s’organisant autour d’un centre explicite – une ipséité affirmée, construite –, mais qu’en deçà d’une actualisation subjective aboutie (je vs tu, je et tu vs la non-personne), il peut y avoir des phases intermédiaires. Elle prône de la sorte une approche de la subjectivité en terme de gradience. Pour illustrer ce point, je m’intéresserai à deux moments d’une matinale de France Inter (24.03.10) en cherchant à montrer comment se tisse la relation intersubjective entre les intervenants, et comment cette dernière est modifiée / renégociée au fil de l’énonciation. Je m’intéresserai dans ce cadre aux variations de positionnement et à la plasticité de l’intersubjectivité construite dans cette matinale, en m’appuyant sur quelques marques énonciatives explicites, mais aussi sur des micro-phénomènes discursifs ou vocaux moins fréquemment articulés à la construction de la subjectivité.

1. De l’intersubjectivité aux modes de textualisation : quelques repères théoriques

1.1. L’intersubjectivité benvenistienne

2Pour rappel, Benveniste (1958/1966 : 260) pose l’opposition personne / non-personne, et au sein de la personne, l’opposition de la personne subjective (je) et de la personne non subjective (tu), qui sont cependant nécessairement en constante interaction : c’est par le je que le tu peut exister, et ces deux personnes sont interchangeables dans le discours, puisque tu devient je, et je devient tu : je et tu ne se saturent référentiellement que dans la situation de parole spécifique qui les engendre, l’identification ne pouvant se faire que sur la base d’une situation partagée par des coénonciateurs. Tout ce qui n’est ni je ni tu, c’est de l’autre, de la non-personne. Je s’oppose à tu et réciproquement ; je et tu s’opposent à la non-personne. Apport capital, qui inaugure la réflexion sur la subjectivité dans le langage, la notion de subjectivité étant désormais pensée dans le cadre de l’interlocution. Benveniste précise par la suite que c’est non seulement la sub­jectivité, mais plus exactement l’intersubjectivité qui est la condition « qui seule rend possible la communication linguistique » (id. : 266).

3La plupart des énonciativistes s’inscrivent dans ce prolongement, et appréhendent la subjectivité dans le langage essentiellement par le biais du système des pronoms personnels, et particulièrement du centrage énonciatif effectué par le je, organisateur de l’espace et du temps, et pourvoyeur de plénitude personnelle au tu, alter ego du je, et de la déicticité pour les embrayeurs : l’héritage benvenistien est celui d’une subjectivité dans le langage obéissant globalement à l’opposition marqué vs non marqué. Cependant, l’observation des discours nous apprend que, entre parole saturée de subjectivité et parole posée à distance, objectivée, il y a toute une palette de positions intermédiaires : on ne passe pas brutalement d’un texte totalement subjectif à un texte sans marque d’embrayage, qui se donne comme détaché de l’énonciation qui le génère, la subjectivité n’étant pas en tout ou rien.

1.2. L’approche praxématique

4La linguistique praxématique a réorienté l’approche de la subjectivité dans le langage effectuée par Benveniste – un ego, être de parole inscrit dans l’activité d’énonciation (est ego qui dit ego) – en substituant au terme d’énonciation celui de coénonciation, le sujet étant constamment pris dans son interaction avec un autre, et en couplant ce dernier avec celui d’actualisation. Plus précisément, dans le cadre de la notion d’actualisation textuelle, Barbéris (1998) a montré que le sujet constitué de Benveniste (ego) n’est que l’étape finale d’un processus de construction de la subjectivité, qui peut être saisi à divers moments de cette construction. L’instance subjective est ainsi conçue non plus comme une position unique en termes de personne / non-personne, ou de présence / non-présence, mais plutôt comme une émergence, la subjectivité étant avant tout une genèse. En amont de l’ego constitué (impliquant la discrétisation des pôles énonciatifs je vs tu, le sujet se posant comme repère-origine de l’ici et du maintenant, et posant autrui comme autre), des processus d’identification et de différenciation se mettent en place, qui ouvrent la voie tantôt au consensus, tantôt au dissensus. Ainsi, la subjectivité peut se construire sur un mode non discriminant : l’énoncé saisit les points de vue (désormais PDV) des coénonciateurs (locuteur / scripteur et colocuteur / lecteur) dans un halo énonciatif ne discriminant pas je et tu, les posant ainsi (par défaut) comme synchronisés, ce que soulignent par exemple des outils véritablement prépersonnels (c’est-à-dire inaptes à discriminer les personnes), comme on ou l’infinitif procédural, qu’on trouve notamment dans les recettes de cuisine et les notices de médicaments. Saisissant les coénonciateurs en amont de toute discrimination personnelle, on permet de présenter leurs PDV comme coorientés ou synchronisés, tandis que des énoncés comme monter les œufs en neige ou prendre un comprimé à jeun alignent de fait les PDV du scripteur et du lecteur de la recette ou de la notice, invitant ce dernier à se positionner par rapport au procès, et à s’identifier à la voix portée par le texte.

5Ces remarques permettent à Barbéris (2001) de postuler deux types de textualité, qu’elle nomme la textualité en soi-même, discriminant explicitement les pôles énonciatifs (je vs tu), l’espace (ici vs ailleurs) et le temps (passé, présent et futur sont différenciés) et la textualité en même, jouant sur le flou, l’implicite et construisant de la sorte une subjectivité diffuse.

6Par la suite, B. Verine et moi-même avons constaté que, très fréquemment, les discours jouaient de ces deux types de subjectivité : c’est pour cette raison que nous avons proposé de parler de mode de textualisation (Détrie et Verine 2003 ; Détrie 2008, 2010). Cette notion nous a permis non seulement de mettre en perspective les phénomènes de synchronisation coénonciative ou de dissensus, nécessairement articulés à la construction de l’intersubjectivité dans le langage, mais aussi de mettre au jour de possibles biaisages et/ou dérèglements, un discours majoritairement construit sur un mode discriminant je et tu, pouvant, à un moment donné, privilégier une saisie en indifférenciation subjective des coénonciateurs, à des fins d’empathie ou d’adhésion au dire notamment.

7Ainsi, globalement, les positionnements en même supposent l’engagement des interactants dans une sphère expérientielle commune, et à ce titre requièrent l’investissement du coénonciateur dans des schémas praxiques ou des représentations en partage avec l’énonciateur, l’énonciation s’avérant désindivuée. Les positionnements en soi-même, par contre, objectivent référentiellement les coénonciateurs (je vs tu), et opposent ici et ailleurs, présent, passé et futur. Enfin, le degré d’engagement des coénonciateurs dans cette relation intersubjective peut être modulé / modifié au fil de l’interaction, impliquant une possible renégociation des positionnements initiaux. L’interrogation sur les raisons de cette dernière nous a permis de pointer le fait que l’égocentrage et sa cohorte de repères spatiaux et temporels est certes un repère de la construction subjective, mais que d’autres types de positionnements subjectifs sont aussi à l’œuvre dans les discours, travaillant notamment des styles communicationnels différents. Le choix général d’un positionnement ou de l’autre est fortement lié à l’interaction construite : en effet, la textualisation choisie dans laquelle s’ancre la parole oriente cette dernière, fait ou non une place au coénonciateur, etc.

2. La construction de l’intersubjectivité dans un corpus radiophonique

8La matinale sélectionnée propose deux interviews politiques (genre fortement codifié, dont la textualisation est habituellement en soi-même, la discrimination des pôles énonciatifs étant un attendu du genre), conduites par le même animateur (Nicolas Demorand, désormais ND). Elles diffèrent par leur durée (4 mn pour la première, 10 mn pour la seconde), par le médium utilisé (au téléphone vs en face à face), mais surtout par l’invité lui-même, si bien que le tissage de la relation intersubjective entre les intervenants va se construire et se négocier d’une manière différente. Leur observation nous apprend que la construction de la subjectivité est sujette à modification / négociation au fil de leur déroulement. À certains moments, l’énonciateur, après s’être engagé fortement dans son dire, avec de très nombreux pronoms de première personne, peut choisir une textualisation plus empathique (absence de repérage explicite, implicitations, pronoms non discriminants comme on), si bien que, pour que le discours fasse sens, le coénonciateur doit s’impliquer dans le dire, saturer les manques lexicaux et personnels. Mon analyse essaie de saisir ces moments de biaisage : par quels indices langagiers passe-t-on du plus ou moins disjonctif au plus ou moins empathique et pourquoi ? Je fais l’hypothèse que la relation (attestée ou projetée) entre coénonciateurs prédétermine la façon dont le dire va être représenté, et donc reçu, et qu’elle prédétermine de la sorte la textualisation opérée avant d’interagir dynamiquement avec elle. Je m’intéresserai dans ce cadre à quelques processus langagiers qui permettent de configurer la relation intersubjective, notamment les termes d’adresse, le système pronominal, mais aussi à des indices plus ténus d’empathisation ou de mise à distance.

9Le premier invité de cette matinale est le député UMP Lionnel Luca (désormais LL), le second l’ancien premier ministre Michel Rocard (désormais MR). Ces deux invitations sont liées au fait du jour, à savoir l’annonce par F. Fillon, alors premier ministre, de l’abandon de la taxe carbone. LL s’en réjouit, MR le déplore.

2.1. La construction de l’intersubjectivité dans l'interview de Lionnel Luca

2.1.1. Les apostrophes de Nicolas Demorand

  • 1 [] signale une intonation montante.

10ND utilise une apostrophe présentant un appellatif, couplé à une spécification titrale, à laquelle s’ajoutent le prénom et le patronyme de l’invité en question1 :

(1) ND : bonjour monsieur le député Lionnel Luca

LL : bonjour

ND : député UMP vous n’êtes pas z effondré vous j’imagine j’vous imagine plutôt heureux

11Le prénom suivi du patronyme s’impose, l’invité n’ayant pas été présenté préalablement. La déclinaison du titre a une fonction double : préciser, pour l’auditeur, le statut de l’interviewé, mais aussi signaler l’orientation que prendra la discussion, en soulignant que l’invité est interviewé en tant que parlementaire législateur. L’animateur attend donc une prise de position du parlementaire concernant l’abandon de la taxe carbone par le premier ministre la veille au soir. L’apostrophe d’ouverture se prolonge par le segment député UMP, mais ce segment ne fait pas partie de l’apostrophe (c’est une apposition au {prénom + patronyme}). LL n’emploie pas de forme d’adresse, et se contente, en ouverture, d’une salutation en réponse à celle de l’animateur.

12Le corpus présente ensuite une apostrophe intraséquentielle (dans le corps de l’interview). Sa fonction est uniquement de rappeler aux auditeurs plus ou moins zappeurs ou qui n’écoutent que d’une oreille qui est l’invité. Cette apostrophe n’est donc pas vraiment en direction de LL, mais plutôt liée à l’implication souhaitée de l’auditeur (plan de la scène englobante) :

(2) ND : alors on profite lionnel luca d’ vous avoir en ligne pour vous demander quelle était l’atmosphère hier à cette réunion de députés z UMP à l’assemblée nationale en présence de françois fillon

13L’apostrophe de clôture est à étudier parallèlement à celle d’ouverture. Elle présente un appellatif, suivi de la même spécification titrale, mais l’apostrophe s’est démesurément allongée :

(3) ND : et bien merci monsieur le député UMP des alpes-maritimes lionnel luca d’avoir été au micro de france inter

14Leur continuité est manifeste : on peut y lire une certaine volonté de mise à distance. Confronté à trois possibilités (merci monsieur le député (des Alpes-Maritimes), merci Lionnel Luca), ND choisit la solution la plus inattendue, martelant son identité sociale, individuelle et rajoutant son appartenance politique. Or la répétition du titre (monsieur le député) n’obéit à aucune contrainte, et le rajout du département (des Alpes-Maritimes, alors qu’un député est élu d’une circonscription) et du parti en question (UMP) est totalement inattendu dans les apostrophes titrales de ce type. Cette fois, l’apostrophe est trop longue formellement pour ne pas être un tantinet narquoise, ce que confirme nettement le ton de l’animateur. En fait, il faut réinterpréter la première apostrophe au regard de la dernière : la mise à distance apparaît alors comme bien présente dès le début de l’échange. Les deux apostrophes encadrent l’interview, et dessinent ainsi fortement les contours de la sphère intersubjective.

15Ce qui apparaît ainsi remarquable dans l’observation des apostrophes d’ouverture et de clôture de l’interview de LL, c’est leur symétrie, comme si la première forme en ouverture prédéterminait celle qui figure en clôture, ou, pour le dire autrement, comme si, d’entrée de jeu, la première apostrophe était significative d’un regard plus ou moins distancié sur l’interactant et/ou la thématique de l’interaction, la dernière confortant cette plus ou moins grande distance impulsée en ouverture.

2.1.2. Le système pronominal

16Après la séquence d’ouverture, au début de l’interaction proprement dite, le système pronominal oppose deux pôles parfaitement identifiés, les coénonciateurs étant envisagés en disjonction : je vs vous. Disjonction reconduite par LL, avec emphase : oh moi j’ suis plutôt satisfait. Mais dans l’échange suivant LL modifie cette position énonciative :

(4) ND : et pour quelle raison/ vous l’aviez dénoncé

LL : ben écoutez tout l’monde l’a dit à c’ moment-là les français n’ont pas forcément beaucoup d’alternatives pour le moment pour pouvoir devoir absolument payer cette taxe qui est pénalisante

ND : mh

LL : et l’écologie ne doit pas être stigmatisante elle doit être au contraire quelque chose de de positif donc on peut êt’ pour le dév’loppement durable sans vouloir une taxe à tout prix

17La particule écoutez, qui implique l’autre dans un acte allocutif le sommant au pied de la lettre d’écouter, fonctionne ici comme un modalisateur permettant à l’énonciateur à la fois d’esquiver la question posée et de négocier un désaccord possible. Au lieu de continuer à assumer une position énonciative individualisante (je), LL s’abrite derrière un syntagme englobant à valeur indéfinie tout le monde, minimisant l’originalité de sa propre position politique au profit de la représentation d’un consensus, appuyé par la suite par l’emploi générique du gentilé Français (les Français), soit la voix – indifférenciée – des autres saisis en indéfinition. Tout le système bascule par ailleurs en non-personne : les Français, l’écologie, elle. Le je a disparu au profit d’un énoncé cependant fortement modalisé (pouvoir, devoir, l’écologie ne doit pas, elle doit être), sans qu’il y ait pour autant un sujet modal l’assumant explicitement. L’énonciation se contente d’accompagner la voix collective, avant de s’ancrer in fine  en on :

(5) donc on peut êt’ pour le dév’loppement durable sans vouloir une taxe à tout prix

18L’interviewé passe ici subtilement d’une orchestration de la discordance énonciative (attendue dans l’exercice de l’interview) à une proposition d’alignement intersubjectif (de tout l’ monde à on) : la présence en clôture d’échange du pronom prépersonnel on travaillant une saisie en indistinction personnelle (Détrie 1998) lui permet de construire cotextuellement un halo empathique, dans lequel l’animateur ND est invité à s’inscrire. Parce que on est un morphème inapte à opérer la distinction des personnes et des PDV, il construit un format d’actualisation reposant sur l’imprécision et l’implicitation, et son effet discursif est ainsi de présenter le dire comme une expérience en partage avec le coénonciateur, ce dernier étant invité à moduler lui-même l’extension de on, laissée à sa discrétion par l’énonciateur LL. Bien sûr, ce on représente prioritairement LL et ses amis politiques, mais il n’exclut pas l’animateur, et plus largement les auditeurs. Ce faisant, LL effectue un tour de passe-passe énonciatif, puisqu’il pose sa thèse ([ne pas] vouloir une taxe à tout prix) comme une sorte de conséquence de la première prédication, qui, elle, était purement concessive (être pour le développement durable).

19La fin de l’interview présente un deuxième écoutez émanant toujours de LL, qui, cette fois, fait appel à la collaboration de l’animateur pour qu’il accepte une explication à venir allant à l’encontre de ses propres attendus. Elle a pour rôle de désamorcer un possible désaccord en le négociant avant même que ce dernier ne soit signifié :

(6) ND : alors on profite lionnel luca d’ vous avoir en ligne pour vous demander quelle était l’ambiance l’atmosphère hier à cette réunion de députés z UMP à l’assemblée nationale en présence de de françois fillon

LL : écoutez meilleure que on aurait pu le penser et que je n’en ai vécu d’autres dans d’autres circonstances même si l’on s’est dit les choses assez franchement […]

2.1.3. Les liaisons (trop) appuyées de l’animateur

20Deux liaisons très appuyées peuvent sans doute être interprétées comme l’indice d’un amusement certain de l’animateur, pour ne pas dire une légère mise à distance teintée d’ironie (ND est coutumier du fait) :

(7) vous n’êtes pas z effondré vous j’i j’ vous imagine plutôt heureux

(8) ND : alors on profite lionnel luca d’ vous avoir en ligne pour vous demander quelle était l’atmosphère hier à cette réunion de députés z UMP à l’assemblée nationale en présence de de françois fillon

21Ce qui me permet de proposer cette interprétation, c’est le cotexte immédiat, l’emphase du pronom vous et l’emploi dialogique d’effondré en (7). En effet, ND avait employé la formule suivante, immédiatement avant de saluer LL :

(9) ND : c’est donc devant les députés UMP réunis en conclave que françois fillon a donc annoncé le retrait de la taxe carbone les écolos sont effondrés y compris chantal jouanno secrétaire d’état en charge du dossier qui se dit elle désespérée bonjour monsieur le député lionnel luca

22L’autoreprise d’effondré a pour but de pointer les positions stéréotypées, donc attendues des uns et des autres. Cette mise à distance est corroborée par l’utilisation d’une boucle métadiscursive (d’après vous), pointant le discours autre :

(10) ND : c’était donc d’après vous une erreur de communication

LL : oui c’est j’allais dire sa conviction profonde qui est tout à fait respectable mais y a aussi les circonstances qui comptent la politique c’est pas simplement de prendre ses désirs pour des réalités

ND : mh

2.1.4. Marqueurs de coorientation

23Mise à distance apparemment infléchie par la suite, ce qu’on peut remarquer, d’abord par l’émission d’un régulateur d’écoute (mh), soit un signal vocal (minimal) de convergence conversationnelle, dont le rôle est d’inviter LL à aller au bout de sa critique (ex. 10 supra), puis par un signal verbal de complétion (Laforest 1992), ND venant en aide à LL qui cherche le mot pertinent en profitant de son hésitation pour compléter son énoncé (ex. 11, infra, retrouver le vote populaire) :

(11) ND : et vous vous êtes dit quoi avec franchise

LL : oh nous nous sommes dit (…) qu’aujourd’hui le risque était grand d’un d’un désamour si on ne tenait pas compte de des plus petites gens notamment hein si on n’avait pas des réformes qui concrètement changent vraiment ce que les français avaient voulu quand il y avait eu le slogan tout devient possible et bien pour le moment ça n’est pas perçu comme ça que tout devienne possible donc y faut qu’on euh

ND : retrouver le vote populaire

LL : voilà y faut retrouver le vote populaire (…)

ND : mh eh bien merci monsieur le député des alpes-maritimes lionnel luca d’avoir été au micro de France inter

24LL avait manifesté en amont sa volonté de maintenir le lien avec l’animateur, ce qu’on peut repérer au morphème interjectif hein, particule intersubjective qui cherche sans conteste à susciter la covalidation du PDV, et qui, à ce titre, a un rôle de structuration de la relation intersubjective elle-même : c’est donc un outil signalant un appel à la connivence et à la synchronisation des PDV. Hein fait appel à la propre expérience de l’animateur et pose comme partagée l’idée qu’il faut tenir compte des petites gens. Ensuite, LL acquiesce doublement à la complétion de ND : par la reprise écho y faut retrouver le vote populaire, qui signale le partage des mots et des PDV qui leur sont sous-jacents, mais aussi par voilà, qui réorganise le dire dans le sens de la synchronisation et de l’intersubjectivité (en inscrivant dans l’énoncé le parcours visuel ou la saisie intellectuelle du je percevant – vois là –, il le donne à voir à son coénonciateur).

25En quoi voilà ou la reprise écho sont-ils intéressants ? En ce qu’ils mettent en place, dans un texte globalement en soi-même, une consonance dialogique, un recours à la connivence et/ou un rapprochement empathique, et donc qu’ils redessinent une relation intersubjective où le sujet se coordonne à l’autre dans un être-avec où ne sont pas dégagés les territoires respectifs : ces phénomènes en deçà de la phrase, en deçà même de toute actualisation lexicale ou syntaxique normée (pour ce qui est de mh et de hein) sont des points d’affleurement, mais aussi de construction, de négociation ou de mise en perspective de la relation coénonciative.

26Sa stratégie a-t-elle été efficace ? On pourrait le croire au mh de clôture de ND, qui précède le remerciement. Mais le choix de l’apostrophe (commenté supra) signale in fine une mise à distance délibérée : l’autre est pointé comme autre, remis à sa place et dans son rôle d’interviewé : ce que LL a pu interpréter comme un frémissement empathique n’était jamais que le résultat d’un savoir-faire professionnel qui imposait à ND d’aider son invité pour éviter que l’hésitation sur l’actualisation (repérable à euh) se prolonge désagréablement. Quant aux deux mh de ND, ils apparaissent à un moment où LL est très critique sur la gouvernance de N. Sarkozy. On peut alors se demander s’il ne s’agissait pas davantage d’un soutien vocal au dit que d’un encouragement concernant le dire (un régulateur d’écoute)…

27Ainsi les tentatives de LL pour infléchir la construction intersubjective du côté d’une intersubjectivité empathique semblent-elles vouées à l’échec par le manque de répondant explicite de ND : la textualisation en soi-même, posée d’entrée de jeu par ND (et attendue dans le genre interview) se révèle finalement dissensuelle dans les deux sens du terme, malgré les tentatives de LL pour l’infléchir. Cette interview garde les marques de sa coénonciation fondatrice (la discrimination des pôles énonciatifs comme définitoire du genre), mais se démarque par moments du mode de textualisation dont elle relève globalement par la volonté aussi bien de l’interviewé, qui cherche l’assentiment de l’énonciateur, que par ce dernier, qui lui donne des coups de pouce pour que la parole se déploie le plus harmonieusement possible. Mais le modèle général imposé par l’animateur dès la salutation d’ouverture est en fait peu modifié par ces moments de synchronisation coénonciative : l’apostrophe un brin railleuse qui clôt l’interview le prouve aisément.

2.2. La construction de l’intersubjectivité dans l’interview de Michel Rocard

28D’entrée de jeu, si le mode de textualisation est globalement lui aussi – modèle générique oblige – en soi-même, les phénomènes de synchronisation coénonciative sont plus fréquents et beaucoup plus appuyés.

2.2.1. Les apostrophes

29ND n’utilise pas la même formulation en ouverture de son interaction avec son deuxième invité MR, qu’il a présenté préalablement dans un énoncé en non-personne : huit heures vingt l’invité est ce matin l’ancien premier ministre socialiste il a présidé à l’été 2009 la conférence des experts pour une taxe carbone. L’animateur avait le choix entre {prénom + patronyme}, {monsieur + patronyme}, et {monsieur + titre} (monsieur le premier ministre étant un titre conservé à vie par tous les anciens premiers ministres). ND choisit l’apostrophe la moins académique. Il s’accorde ainsi à l’image que souhaite renvoyer son invité, celle d’un politique peu conformiste, du moins dans son langage (il en donne de nombreuses preuves durant cette interaction : on va pas laisser la planète dev(e)nir douc(e)ment une poêle à frire, m’engueuler, on crèverait tous, c’est nos bagnoles). L’invité, en retour, utilise une forme d’adresse exactement symétrique à celle qu’utilise ND, alors que les invités usent habituellement de la formule monsieur Demorand :

(12) ND : bonjour michel rocard

MR : bonjour nicolas demorand

30Il y a ainsi, dès l’ouverture de l’interaction, une sorte de connivence (dans le sens dictionnairique d’acte de postuler des liens affectifs ou communautaires avec son coénonciateur) qui s’instaure entre les deux interactants, et qui était rendue quasiment impossible avec le premier invité LL, l’apostrophe, accumulant le titre, le prénom et le patronyme pouvant être perçue comme une frontière posée entre les interactants et rappelant à l’invité le rôle prédéfini par l’animateur. Cette différence est-elle liée à la différence de medium, la première étant une interview téléphonique ? Certes il est plus facile d’instaurer un rapport de proximité avec quelqu’un qui est en face de vous, et d’être un peu frondeur avec quelqu’un qui n’est pas sous vos yeux, mais ce n’est pas la seule raison : ND se moule dans l’ethos que MR cherche à construire.

31L’interview ne présente pas de séquence de clôture, la discussion se prolongeant dans le volet Interactiv’, cette fois avec les auditeurs. À la fin de ce dernier volet, ND réitère l’apostrophe familière et ne sacrifie pas à l’attendu des remerciements. On reste sur ce silence est une façon originale de clore la discussion, qui semble s’inscrire dans le prolongement du style communicationnel relativement informel de l’invité :

(13) ND : et bien on reste sur ce silence michel rocard

32Les apostrophes, de la sorte, laissent présager un échange délibérément plus informel que le précédent, ce que conforteront les autres indices présentés infra.

2.2.2. Le système pronominal

33L’interaction débute tout à fait classiquement par un système où l’invité est discriminé en vous (vos efforts), et donc met en place un schéma allocentré, totalement attendu dans le genre interview politique :

(14) ND : la taxe carbone en dépit de vos efforts michel rocard ne s’ f’ra pas / une mauvaise nouvelle

34Cette logique énonciative va cependant être brouillée par l’invité. MR va en effet introduire massivement dans sa parole des morphèmes d’implicitation, qui travaillent un recentrement subjectif sur le mode du copartage avec l’animateur.

2.2.3. Le premier tour de parole de MR : une textualisation en soi-même délibérément biaisée

35La réponse de MR à cette première question est totalement en retrait du je-vous attendu. L’invité met en place des indices de synchronisation des PDV, tels la reprise de l’expression de ND (mauvaise nouvelle), le choix du pronom prépersonnel on, les trois emplois du présentatif c’est, celui du démonstratif neutre ça en fin de tour, morphème d’implicitation du spectacle linguistique, enfin la locution adverbiale d’accord, qui signale formellement la coorientation énonciative :

(15) MR : très mauvaise nouvelle mais elle se f’ra elle se f’ra bien un jour on n’y échappera pas on n’va tout d’même pas laisser la planète devenir doucement une poêle à frire dans laquelle la vie deviendra impossible / d’accord c’est lent c’est pour dans dix ou douze générations mais c’est tellement difficile à éviter qu’il vaut mieux commencer tôt par prudence h dans une dizaine d’années pour les gens qui prendront du r’tard dans le combat on parlera de crime contre l’humanité les gens on s’rend pas BIEN compte de ça

36La somme de ces indices fait sens. La manière dont le discours est textualisé par MR met ainsi en place des outils de biaisage du positionnement intersubjectif, permettant le glissement empathique :

37– on, parce qu’il propose un lissage formel des personnes et des PDV qui les sous-tendent, travaille l’indifférenciation subjective.

38– Ça nécessite l’implication du coénonciateur dans la mesure où on ne sait s’il est anaphorique de on parlera de crime contre l’humanité ou du fait que la planète va devenir une poêle à frire.

39– Le présentatif c’est permet d’inscrire un PDV délibérément non rattaché à un actant identifié.

40– D’accord met en spectacle le dialogue putatif avec un autre non précisé (ce qui sursoit à un conditionnement énonciatif incarné), et pointe au pied de la lettre l’accordage des PDV, soulignant de la sorte la volonté de coopération interpersonnelle.

41Dans leur diversité, tous ces outils invitent le coénonciateur ND, et plus largement les auditeurs, en tant que coparticipants ratifiés, à s’approprier le dire, à en régler les non-dits ou les imprécisions, le réglage du sens se faisant par implicitation et synchronisation intersubjective des représentations. Ainsi, ce tour de parole, grammaticalement désindividué, travaille la plasticité énonciative : chacun des coénonciateurs peut s’investir dans un énoncé qui n’impose pas de schéma intersubjectif réglé d’entrée de jeu, ouvrant ainsi la voie à leur adhésion ou à leur empathie.

2.2.4. Un biaisage systématiquement conforté par la suite

42La suite de l’interview conforte en tous points cette stratégie énonciative, notamment grâce à un certain nombre de marqueurs d’implicitation :

43– OK, dont la logique est la même que pour d’accord, met en représentation l’accordage souhaité avec son coénonciateur :

(16) la politique est un métier dur et faut l’ savoir quand on y va OK

44– L’utilisation d’un vous extensif, défini par Verine comme « suppos[ant] que le destinataire s’implique expérimentalement dans la situation décrite et adopte le PDV d’un ou plusieurs de ses actants » (2011 : 96), conforte le biaisage de la textualisation en soi-même, définitoire de l’interview :

(17) c’est vous quand vous prenez votre moto ou vot’ voiture

45– Etc., en tant qu’outil d’implicitation, fait appel au savoir encyclopédique du coénonciateur, à sa collaboration active, puisqu’il doit pourvoir de sens cette forme accueillante, non autrement caractérisée :

(18a) on arrivera à limiter le changement climatique à une moyenne de deux degrés centigrades sur l’ensemble de la planète h si on fait ça c’est déjà catastrophique et qu’ c’est déjà 110 120 millions dit-on de futurs réfugiés climatiques h qui fuiront sans savoir où aller etc.

(18b) là-d’ssus je lance moi en 1989 l’appel de La Haye dans l’quel 24 gouvernements ou nations importantes y avait à peu près tout l’ monde sauf les russes les chinois et les américains mais juste en d’ssous brésil japon euh etc. etc.

(18c) c’est c’est l’agriculture c’est toute l’industrie petite et moyenne etc.

46– Les expressions tout le reste, tout le truc, aux contours sémantiques flous (on notera l’utilisation du pantonyme truc), engagent le savoir du coénonciateur pour que le dire acquière sa plénitude sémantique :

(19a) c’est tout l’ reste

(19b) mais c’est tout l’ reste c’est vous quand vous prenez votre moto ou vot’ voiture c’est c’est l’agriculture c’est toute l’industrie petite et moyenne etc.

(19c) donc il fallait gérer tout l’ truc à la fois

47– L’interview présente en outre un grand nombre de c’est et de ça, qui, en posant l’expérience comme partagée, font l’économie d’une explicitation précise de ce que recouvre ça, très faiblement anaphorique (neuf occurrences de ce type dans la bouche de MR dans le volet L’Invité), par exemple :

(20a) on s’réunira tous les ans ça va s’appeler les conférences des partis COP copenhague était la COP numéro 15

(20b) alors les gens hésitent réfléchissent ça paraît bizarre

(20c) c’est l’aveu que la planète peut chauffer tranquille on est prêt à laisser passer et à ne rien faire pour faire plaisir alors en plus à disons l’ MEDEF tout ça n’a pas d’ rapport et c’est un peu navrant

48– La reconduction des propositions lexicales de ND et leur appropriation esquissent un territoire de parole commun, et une coorientation du dire : l’un vient en aide lexicalement à l’autre, en lui proposant des éléments de complétion, tandis que l’autre, par la reprise lexicale, signale son adhésion à cette proposition. La proposition est donc collaborative, mais la reprise l’est tout autant :

(21a) MR : (…) la plus petite la dernière née la moins puissante des grandes agences des p’tites agences de l’O.N.U. h de fonder en commun un groupe international d’études sur le climat

ND : le fameux GIEC

MR : le fameux GIEC

(21b) ils adorent le marché

ND : et et la voiture

MR : ils inventent et la voiture

(21c) MR : (…) les autres c’est tout le reste c’est l’agriculture c’est nos transports c’est nos bagnoles c’est euh c’est not’ vie quotidienne

ND : c’est tout l’ reste

MR : c’est tout l’ reste

(21d) ND : comment en est-on arrivé à à la déclaration de françois fillon hier sur le le retrait d’la taxe carbone en France comment en est-on arrivé là en partant d’un consensus

MR : en partant d’un consensus

49On notera en (21c) l’importance accordée aux présentatifs. Selon la formule de Rabatel, le présentatif pose une « source évidentielle préexistante » (2000 : 54). Il instaure de la sorte une sorte d’expérience posée comme en partage, puisque le pronom ce, en tant que déictique, renvoie à une subjectivité diffuse dans laquelle les coénonciateurs peuvent se reconnaître.

2.2.5. Qu’en est-il du positionnement énonciatif de l’animateur ?

50Si les indices de synchronisation sont nombreux chez l’invité, ils sont tout aussi perceptibles chez l’animateur, dans une moindre mesure, ce qui est logique au regard de son statut. Son degré d’engagement est en effet beaucoup plus net que lors de la première interview, comme en témoignent les cas de collaboration lexicale, qui ne sont pas liés à une hésitation de MR, les régulateurs d’écoute (mh), enfin un encouragement à continuer :

(22) MR : en partant d’un consensus c’est vrai à partir d’une situation difficile euh malheureusement elle est compliquée il me faut un tout p’tit peu de temps pour la décrire

ND : allez-y

51Ainsi, dans cette interview, sur les dix interventions de ND, six sont explicitement collaboratives (contre une seule pour LL, pour éviter un blanc auditif).

3. En guise de conclusion

52Pour ce qui relève de la responsabilité de ND, la première interview est plus distante que la seconde, délibérément plus empathique. Dans les deux interviews, la textualisation s’écarte, légèrement pour la première et de manière plus marquée pour la seconde, du préconstruit générique dans la mesure où le dispositif de parole, en déport des attendus de la scène générique, construit :

53– une certaine distance et une légère ironie de la part de l’animateur pour la première interview, ND s’amusant de la zizanie au plus haut niveau politique, et de l’inconfort qui en résulte pour le député interviewé (abolir une mesure-phare du programme présidentiel à cause de la fronde des députés de son propre camp) ;

54– une certaine connivence (sur-)jouée avec Michel Rocard, dont le présentateur imite en quelque sorte délibérément la fausse décontraction, sans doute pour mieux la faire entendre aux auditeurs.

55Ces effets de sens doivent être articulés à la question de la construction intersubjective de la parole, cette dernière ne se construisant pas à partir des mêmes indices subjectifs. La deuxième interview met en place des micro-phénomènes, dessinant les contours d’une subjectivité diffuse, et signant tous, à un moment de l’interview, une orientation du côté du même, sur la base d’un ancrage subjectif délibérément posé comme indifférencié. C’est certes le fait de MR, qui met en forme une relation interpersonnelle basée sur des schémas d’expérience posés comme partagés. Mais ND ne met pas à distance cette empathisation, au contraire il la conforte, et covalide par moments le dire, notamment par un certain nombre de signaux d’ajustement intersubjectif.

56Entre la subjectivation maximale et l’objectivation tout aussi maximale, il y a tous les reconditionnements énonciatifs plus ou moins éphémères, eux-mêmes liés à des actualisations intermédiaires, dont la notion de mode de textualisation permet de rendre compte. Ces deux interviews que j’ai proposées à l’analyse gardent les marques génériques de leur coénonciation fondatrice, mais aussi assimilent les modèles pour construire une textualité qui leur est propre, et, à ce titre, peuvent donc se démarquer – plus ou moins – du mode de textualisation dont elles relèvent globalement.

Haut de page

Bibliographie

BARBÉRIS J-M., (1998), « Pour un modèle de l’actualisation intégrateur du sujet », in J.-M. Barbéris, J. Bres & P. Siblot (éds), De l’actualisation, Paris, CNRS Éditions : 239-261.

– (2001), entrée Textualité, in C. Détrie, P. Siblot, et B. Verine (éds), Termes et concepts pour l’analyse du discours : une approche praxématique, Paris, Champion, 349-356.

DÉTRIE C., (1998), « Entre altérité et ipséité : statut énonciatif “on” dans Sylvie de Nerval », L’Information grammaticale 76, Paris, S.P.I.G. : 29-33.

– (2008), « Textualisation et (re)conditionnement énonciatif », in Actes du Congrès mondial de linguistique française CMLF-08, CD-Rom : 1319-1332.

– (2010), « Texte, textualité, modes de textualisation », in L. S. Florea, C. Papahagi, L. Pop, A. Curea (éds), Directions actuelles en linguistique du texte (Actes du colloque international Le Texte : modèles, méthodes, perspectives), Cluj-Napoca, Éditions Casa Cärtii de Stiintä, volume 1 : 19-36.

DÉTRIE C. & VERINE B., (2003), « Modes de textualisation et production du sens : l’exemple de “Complainte d’un autre Dimanche” de Jules Laforgue », in R. Amossy & D. Maingueneau (éds), L’Analyse du discours dans les études littéraires, Toulouse, Presses universitaires du Mirail : 213-225.

LAFOREST M., (1992), Le back-channel en situation d’entrevue (Coll. Recherches sociolinguistiques, 2), Québec, CIRAL.

RABATEL A., (2000), « Valeurs représentative et énonciative du “présentatif” c'est et marquage du point de vue », Langue française 128, 52-73.

VERINE B., (2011), « Construire une connivence dans la disjonction : l’emploi extensif de tu et le discours autre non avéré dans les commentaires rugbystiques d’Herrero et Cazeneuve », in B. Verine & C. Détrie (éds), L’Actualisation de l’intersubjectivité : de la langue au discours, Limoges, Éditions Lambert-Lucas, 89-104.

Haut de page

Notes

1 [] signale une intonation montante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Détrie, « De l'intersubjectivité benvenistienne à des modes plus hybrides : l'exemple de deux interviews radiophoniques », Semen [En ligne], 37 | 2014, mis en ligne le 23 avril 2015, consulté le 25 avril 2017. URL : http://semen.revues.org/10233

Haut de page

Auteur

Catherine Détrie

Praxiling UMR 5267 CNRS Université Paul-Valéry — Montpellier 3

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page