Navigation – Plan du site

Les marqueurs de dégagement dans les entretiens de recherche à caractère autobiographique

Marc Glady

Résumés

Cet article s’intéresse à l’accompagnement du retour à l’emploi comme activité langagière. Quels sont les marqueurs discursifs d’une possible émancipation dans des entretiens biographiques avec des conseillers et des bénéficiaires de dispositifs d’accompagnement ? La première partie pose la question des couplages entre l’analyse de la matérialité discursive et l’interprétation sociologique. Les deux parties suivantes, empiriques, s’attachent à identifier des marqueurs de déplacement et à en interpréter le sens ou la portée : des déplacements cognitifs, observés à partir de l’usage des déictiques, dans le récit de pratiques d’un conseiller professionnel ; l’appropriation d’offres de sens proposées par l’enquêteur dans le récit biographique d’un bénéficiaire. Ces déplacements discursifs interrogent le processus clinique de dégagement.

Haut de page

Texte intégral

1Il n’est guère de lieu institutionnel où les attentes (économiques, politiques, sociales…) concernant les effets pragmatiques du discours autobiographique sont aussi fortes que dans les entretiens d’accompagnement au retour à l’emploi. A l’instar de nombreuses activités de service aux personnes, l’activité des conseillers à l’emploi auprès de bénéficiaires de dispositifs de réinsertion est une activité essentiellement langagière (Revuz, 1993 ; Demazière, 1996). Cette caractéristique est amplifiée dans une situation où l’économie peine à trouver naturellement un emploi à chacun. Au risque que l’accompagnement ne soit plus qu’activité langagière faute de pouvoir mobiliser d’autres registres d’action (Demazière & Glady, 2011). Pour le demandeur d’emploi, parler, se raconter, deviennent des préalables au déclenchement des droits et prestations, de telle sorte qu’on peut parler d’un tournant biographique et compassionnel des politiques publiques, par lequel les chômeurs sont « mis à l’épreuve » du discours (Vrancken, 2011).

2Cette attente performative, cette croyance dans les vertus du « colloque singulier » (de St Georges, 2011), rend particulièrement aigüe la question de la qualité émancipatoire de ces dispositifs. Si l’impuissance des politiques publiques face au marché de l’emploi se déplace dans l’ordre du discours sous forme d’injonctions à l’activation des chômeurs (Béraud & Eydoux, 2009), dans quelle mesure ces nouvelles normes de mise en productivité de la parole (dans le récit de soi) ont-elles une « chance » de déplacer les déterminismes socio-économiques pesant sur les bénéficiaires ? Quels processus propres à la mise en discours et à la narration autobiographique sont susceptibles d’opérer sur la situation des chômeurs ? L’émancipation, le « dégagement de la répétition » (Bibring/Lagache in Laplanche et Pontalis, 1967 : 237-238) sont-ils à l’horizon de l’accompagnement, alors même que des contraintes de cadre et de genre difficilement contournables parce qu’institutionnelles pèsent pour freiner voire interdire tout travail véritable d’élaboration ?

  • 1 Ces catégories ne seront pas discutées ici faute de place.
  • 2 Ce texte s’appuie sur l’analyse de deux types de matériaux :

3Une réponse rapide à ces questions est impossible et dépend largement du cadre d’analyse choisi. Notre analyse des marqueurs de dégagement s’appuiera ici sur la perspective ouverte par C. Revuz (1993), qui la première a questionné l’activité des conseillers à l’emploi en lien à une clinique du rapport au travail ; et souligné leurs compétences à écouter le langage des bénéficiaires (« mise en mots » de leur situation) et à les faire travailler à élaborer leur vécu singulier (trajectoire scolaire et professionnelle, expérience au travail, place du travail dans la vie psychique, types de relations à autrui…) plutôt que sur les seules dimensions de la recherche d’emploi. Nous reprenons par ailleurs les catégories de la sociologie de l’emploi et des politiques publiques, qui caractérise la situation d’accompagnement comme une incitation au « travail sur soi » du bénéficiaire (Vranken, 2006) à l’intérieur de dispositifs institutionnels pensés comme modalités d’un « travail sur autrui » (Dubet, 2004)1. Enfin nous ne présentons dans cet article qu’une séquence d’un programme de recherche plus complexe intégrant l’analyse de discours saisis dans l’activité et des discours sur le travail, rapportés à des dispositifs caractérisés. Nous nous concentrons ici sur des matériaux du second type, dont nous cherchons à comprendre les qualités dynamiques. Il ne s’agit donc pas d’observer en situation d’accompagnement, mais à travers des entretiens de recherche2, les repositionnements induits par la sollicitation au « travail biographique des politiques publiques » (Astier & Duvoux, 2006).

4Deux cas de figure, correspondant à deux types de marquage langagier et focalisant deux formes de déplacement, sont examinés. Le premier cas, issu de récits de pratiques recueillis par des étudiants auprès de professionnels, rend compte des possibilités configurantes du « travail sur autrui », lorsque la constitution d’une scénographie et d’un rapport de places engagés dans la mise en mots de l’activité ouvrent à des appropriations qui permettent des transformations de connaissances. Le second, issu d’entretiens autobiographiques menés par un sociologue, témoigne des « offres de sens » (Glady, 2008) qui, en tant qu’inférences interprétatives, explorent « l’opacité » du discours autobiographique et ouvrent à l’interviewé des prises de conscience ; il rend compte de ce qui peut déclencher un « travail sur soi ». Il nous faut toutefois rappeler en premier lieu l’indécidabilité structurelle des matériaux langagiers au regard de l’enquête sociologique ; et la nécessité d’opérer des couplages interprétatifs si l’on veut identifier des traces de dégagement dans les discours autobiographiques.

1. L’énonciation comme niveau d’observation des formes de détermination et d’émancipation dans les entretiens de recherche

5La question du langage comme lieu de la reproduction sociale ou de l’émancipation est complexe. Comment prétendre que la parole en entretien n’est pas simplement un « reflet » des rapports sociaux contribuant à leur reproduction ? L’hypothèse qu’on ferait parler les chômeurs pour leur faire supporter et accepter la domination d’un marché du travail néo-libéral est visible derrière de nombreux travaux de sociologie de l’emploi. Et le risque des entretiens de recherche n’est-il pas de redoubler cette domination en favorisant des régimes de justification qui conduisent les interviewés, conseillers et bénéficiaires, à s’approprier des représentations ajustées à leur situation ? Comment construire le repérage et l’indexation sociolinguistique d’un « déplacement », qui témoignerait d’une possible émancipation permise par l’activité langagière et la « mise en mots » du social ? De quelle nature au demeurant serait ce déplacement ?

6La réponse implique pour nous la reconnaissance de différentes formes de « couplages » (Ramognino, 2007) entre le plan des observables linguistiques, leur caractérisation sémiotico-discursive et des interprétations relevant d’ontologies sociologiques spécifiques. Il nous faut distinguer en effet l’analyse d’un niveau « neutre » de la structure langagière (Molino, 1989) des différentes « opérations de couplage » par lesquelles le sociologue découpe et exhibe certains « effets de sens » rendus possibles par la structure formelle du langage pour « documenter» ses interprétations. Nous repoussons l’arbitraire des choix « ontologiques », consistant à ne sélectionner que les matériaux porteurs d’effets de sens cohérents avec la théorie sociale revendiquée, en nous appuyant sur le langage de description de l’analyse énonciative et l’analyse du discours, conçus comme premier niveau de couplage entre le plan linguistique et le plan sémiotico-discursif (Glady, 2011).

  • 3 Voir à ce propos : Parret H., (dir.), 1991, Le sens et ses hétérogénéités, Ed. du CNRS, coll. Scien (...)

7Dans le champ multi-référentiel de l’AD à la française dans lequel nous prenons arbitrairement un point d’appui (Charaudeau et Maingueneau, 2002), il nous semble y avoir accord sur la conception originaire de Benveniste selon laquelle l’identité s’exprime dans l’énonciation, conçue comme un acte d’individualisation et d’appropriation du système de la langue par le sujet parlant. Ce n’est pas le lieu ici de refaire la démonstration de « l’appropriation » (de la langue en discours) comme bon niveau de repérage sociolinguistique des formes d’inscription du social et du sujet dans son discours (Glady, 1996). Demazière et Dubar, qui voient là « un programme de recherche » alternatif à l’analyse structurale mise en œuvre dans leur travail (1997 : 314-315), disent de l’énonciation qu’elle est porteuse de « formes identitaires », en faisant référence aux traces de subjectivité dans le langage (Kerbrat-Orecchioni, 1980). Rajoutons que ces traces sont celle d’un sujet traversé par le discours d’Autrui et pris lui-même dans d’évidentes non-coïncidences (Authier-Revuz, 1995), laissant apparaître la complexité et l’hétérogénéité des assemblages identitaires dans lesquels il est engagé à travers un ensemble de marques énonciatives de disruption (silence, ratages, reformulations, lapsus, autonymies,…3).

  • 4 « Remarques sur la fonction du langage dans la découverte freudienne », La Psychanalyse, n°1, p. 3- (...)

8Revenons quelques instants à Benveniste qui inaugure cette perspective de l’énonciation comme appropriation. A. Ono montre très bien à travers le texte de l’auteur sur la psychanalyse4, comment le sujet qui se raconte dans la cure, « s’historise » et prend ainsi pied dans le temps. Il s’identifie à l’histoire qu’il raconte, que celle-ci soit incomplète ou falsifiée ; et il appelle « l’autre » à le constater (Ono, 2007 : 161-162). L’utilisation par Benveniste du mot « histoire » dans son double sens (ce que l’anglais distingue par exemple à travers les mots « history » et « story ») illustre magnifiquement la conception de l’énonciation comme fondement du sujet. L’histoire (récit) qu’il se raconte, fait l’histoire du sujet, le fait advenir comme sujet de son histoire, peu importe que ce récit soit infidèle au fait biographique objectif. Cet écart est pour nous le lieu-même de la puissance configurative du langage.

  • 5 Comme le montre très bien : Butler J., 2007. Le récit de soi. Puf, coll. Pratiques théoriques

9Si l’on rajoute que le sujet s’approprie un système de la langue qui lui préexiste, dans lequel est partiellement préconstruite son expérience (comme l’a montré la tradition anthropologique américaine et anglaise avec Sapir, Whorf ou Bernstein), alors on ouvre au repérage des formes de détermination culturelles et sociales à l’intérieur du processus de configuration. Le locuteur est un sujet dialogique, inscrit dans des mondes de discours qui lui préexistent avec lesquels il établit des rapports d’emprunts complexes, généralement dans la répétition et le décalage (Glady, 1997). Il donne sens à son vécu en mobilisant dans son énonciation des appuis, des autruis, des interactions, des débats, des idéologies et des cadres normatifs5 qui lui préexistent. Dans la dialogie, le locuteur se configure comme un sujet cognitif (de réflexivité) et comme un sujet moral (de délibération normative). Il est aussi un sujet en souffrance, dont la structure du discours porte trace des résistances, des défenses, des conflits, mais aussi des étayages ou des identifications, à travers les « ressources de sens » qu’il (re)mobilise dans des situations où il est fragilisé (Glady, 2003).

2. Communiquer son expérience professionnelle : les effets pragmatiques de récits de pratiques

  • 6 Désormais pour nous, E = enquêteur et I = interviewé
  • 7 Brès J, Gardès-Madray, 1991, « ratages et temps de l’à-dire », in Parret H. (dir.), op. cit. p. 93- (...)

10Chaque entretien est une interaction spécifique où la rencontre entre E et I6 produit une scénographie et un rapport de places spécifiques. La qualité émancipatoire du discours en dépend incontestablement. Entre en jeu la capacité de l’enquêteur à entendre les questions que se pose l’interviewé, à explorer à partir de ce qui vient de ce dernier dans une dynamique non-directive, à savoir relancer à partir du sens latent de l’expérience et du vécu plutôt que sur des faits, à susciter une « alliance de travail » (Palmade, 1988). Dans les entretiens conduits par des étudiants, leur jeunesse « méthodologique », leur trop grande focalisation sur le contenu factuel du discours, leur hésitation à intervenir sur un sens qui n’est pas « manifeste », leur peur de laisser la place au silence qui favorise pourtant l’introspection ou l’élaboration (ce que Brès et Gardes-Madray ont appelé « le temps de l’à-dire »7), tous ces éléments induisent souvent le risque que le discours « décrive » le monde social du travail et les pratiques des conseillers, dans une dynamique où le sens est rabattu sur les déterminismes plutôt qu’ouvert à l’élaboration. L’importance de « marques de clôture » (Demazière & Dubar, 1997 : 142) rend compte alors de la fragilité du « contrat de communication » (Blanchet & Gotman, 2012 : 73-75) et de l’alliance entre E et I pour ne pas s’engager plus loin dans une exploration qui apparaît incertaine, voire incontrôlable et dangereuse pour les interactants.

  • 8 Nous laissons de côté ce qu’elles montrent du vécu de détresse des bénéficiaires inscrits plutôt da (...)

11Il n’est pas anodin que le genre « récit de pratiques » se substitue alors au « récit de vie », plus difficile à solliciter du fait de son caractère potentiellement intrusif (c’est ainsi qu’il nous a semblé être vécu imaginairement par certains étudiants au regard de leur conduite d’entretien). Le récit de pratiques offre la propriété d’inscrire la narration des pratiques professionnelles dans un rapport aux représentations du travail, du métier et de ses évolutions, des savoirs et des compétences mobilisées. On peut en espérer une déconstruction, sinon une re-signification (Torterat, 2011) du sens des pratiques professionnelles pour l’interviewé. Sur ce type de corpus, qui n’a pas fait l’objet d’un traitement global par un logiciel d’analyse automatique mais où chaque texte a été soumis à un traitement individuel, l’analyse du discours fait surgir transversalement des récurrences énonciatives remarquables, qui nous semblent interpeller les compétences langagières des conseillers à l’emploi8.

12Le repérage des déictiques par exemple donne à voir l’existence de configurations relationnelles récurrentes (rapports d’inclusion, d’opposition, glissements référentiels entre le je, nous, on, il(s)/elle(s), tu, vous), dont les propriétés sont à analyser au regard des compétences d’accompagnement : qualité de la relation de travail du conseiller « avec » le bénéficiaire ; positionnement du conseiller dans une communauté de métier réelle ou symbolique ; capacité réflexive du consultant sur son activité ; modalités d’institution de la « place de bénéficiaire » et des actions et propriétés qui lui sont attribuées…

  • 9 Codé C.2012.07 dans le dispositif d’enquête
  • 10 Le même type de repérage aurait pu s’appliquer au « je » dans les extraits retenus.

13Prenons l’exemple d’un entretien avec un consultant APEC (I = homme de 62 ans, chargé de projet, niveau d’étude : doctorat en sociologie9) et des glissements référentiels du « vous »10 dans l’interaction avec l’étudiant-enquêteur (E).

14Un premier type d’usage référentiel du « vous », inscrit notamment dans un connecteur argumentatif à caractère conclusif et métadiscursif qui marque un mouvement de délibération (« donc si vous voulez… »), instaure une scénographie où l’adresse correspond à un consultant soucieux de faire partager à E une connaissance de sa pratique professionnelle en produisant localement des synthèses, des clarifications, des simplifications, proposées à sa compréhension :

« Donc si vous voulez là là les points qu’on étudie de façon un peu récurrente avec lui [le bénéficiaire] c’était… en fonction de ses problématiques c’est effectivement on part assez souvent et de façon assez récurrente sur sa situation »

«  […]donc on a une espèce de boîte à outils si vous voulez pour peut-être simplifier tout en étant réducteur » 

« Donc si vous voulez on a voilà des des entrées que l’on… voilà on fait un parcours d’accompagnement au travers de ces différentes entrées que je vous ai voilà exposées » 

  • 11 y compris en allant voir le site de l’opérateur : « allez y sur APEC.fr parce que ça vous permettra (...)

15Ce « vous » est adressé à un étudiant-enquêteur, sollicité à se faire une idée du métier11.

16Or l’analyse du discours montre que le « vous » peut aussi bien désigner les interactants de la relation d’accompagnement, notamment à travers des interactions rapportées en style direct entre conseillers à l’emploi et bénéficiaires :

« On n’a pas le droit de lui dire monsieur vous n’êtes pas venu au rendez-vous donc on ne vous reprend pas » (vous = le cadre, bénéficiaire)

« on est quand-même très centré sur comment mieux vous aider, vous entreprise, à faire en sorte que vos cadres gardent leur employabilité » (vous = l’entreprise bénéficiaire)

« il y a effectivement des problématiques un peu plus larges de personnes… qui sont en poste mais qui se disent : ouais je souhaiterais évoluer je souhaiterais faire un point parce que j’ai soit l’idée d’une évolution ou d’un projet, auquel cas je voudrais essayer de le valider avec vous » (vous = consultant Apec)

17De ce fait, il peut y avoir glissement référentiel du premier au second « vous », l’étudiant (Alex) n’étant plus en position d’énonciataire de l’entretien de recherche devant lequel on évoque une expertise, mais représenté comme le client lui-même :

« I : […] Après c’est tout le problème de régulation de flux. C'est-à-dire que si vous voulez me revoir dans quinze jours moi je vais vous dire : Alex, c’est bien gentil mais moi j’ai d’autres clients. Mais personne ne m’interdit à la limite de déplacer un client pour vous voir. Sauf que ben comme dans un flux de production on sera obligé de se voir peut être que dans un mois et demi quoi ».

« I : […] Là du coup on a des comptes à rendre forcément à Pôle Emploi parce qu’ils demandent qu’est-ce qu’on a fait avec vous, pas en terme de contenu forcément mais si on a dit on a travaillé dix heures sur trois mois et puis que vous vous êtes pas venu on est obligé de signaler à Pôle Emploi que vous n’êtes pas venu parce que là on a une contrainte, vous voyez ? »

18Le glissement référentiel peut aller jusqu’à confondre dans un même déictique les trois places possibles dans les deux interactions :

«I : […] Parce que par exemple aujourd’hui ça va bien je viens vous* voir j’ai envie de savoir comment je pourrais évoluer mais je suis assez décontracté vous*(***) voyez… Ça ouais c’est pas mal j’ai entendu que voilà vous* pouviez me donner un regard je ne sais pas comment d’ailleurs, c’est vous* qui allez me le dire mais j’ai envie de voir un peu, je ne sais pas je me pose des questions sur ce que je vaux, ça fait quinze ans que je suis dans la même boite etc. Sauf que si vous*** le revoyez donc vous*** faites voilà un petit truc donc ok monsieur je pense que ce serait bien qu’on… donc déjà qu’on travaille sur vos** compétences clés […] Ce serait intéressant qu’on fasse l’exercice qu’on prépare… que vous** vous prépariez, puis la prochaine fois on se revoit… oh ben ouais ouais ouais… Alors la prochaine fois d’accord est-ce que vous** êtes d’accord ? Vous me présentez comme ça par oral vos** compétences pour voir comment vous** allez les formuler bon mais c’est de votre** côté hein je vous** ai donné un outil etc. Et puis bon il dit : écoutez Alex, la situation a un peu changé hein là on dégraisse dans ma boite eh oui ce n’était pas le cas il y a trois semaines […] »

avec vous* = consultant Apec, vous** = bénéficiaire, vous***=Alexandre pris à témoin, vous*(***) = ambiguïté référentielle

  • 12 dans la mesure notamment où l’étudiant qui enquête est aussi potentiellement un futur professionnel (...)

19Cette fluidité référentielle du « vous » connecte le hic et nunc de l’entretien de recherche à la description d’une situation d’accompagnement. Elle participe d’un mode de configuration discursive qui implique l’étudiant-enquêteur, l’interpelle et le mobilise sur des cas professionnels complexes (notamment ici parce que la demande du bénéficiaire n’est pas stable), le sollicite à s’identifier à des places réversibles, le convoque à des constats et des apprentissages, constituant ainsi une sorte de propédeutique à la relation de travail de l’accompagnement12. La dynamique pragmatique de l’entretien se développe ici dans l’ordre des transformations de représentations, des effets attendus en termes d’acquisitions cognitives pour l’enquêteur tandis que l’interviewé y rejoue la diversité des situations d’accompagnement et des délibérations qu’elles induisent. Elle trouve son succès dès lors que l’enquêteur s’identifie à la place qui lui est proposée et l’intègre dans son questionnement :

« E : Et du coup est-ce que en tant que consultant ça arrive de se dire : ah mince j’aimerais bien travailler un peu plus avec ce monsieur ou cette dame ou euh… ça s’est fait plus rapidement que prévu parce que la personne était très mobilisée…

I : Très mobilisée. On est vraiment au cœur de l’actualité d’aujourd’hui c’est exactement ça qu’on est en train de mettre en place… Des systèmes de régulation aussi de façon à ce que je travaille avec vous et vous dites : mais j’ai encore envie j’ai encore envie de travailler, et moi bien gentil je dis : ben bien sûr on va le faire Alex bien sûr… Non non ! On va s’arrêter là et on va engranger peut être une nouvelle prestation. C'est-à-dire qu’on fermera la prestation on dira ben il faut quand même un petit peu de temps. Et puis vous peut-être… parce que dans quinze jours trois semaines vous avez envie de revenir et qu’il y a de la disponibilité et on ouvrira une nouvelle prestation.

E : D’accord ça fixerait des étapes dans l’accompagnement aussi…

I : Exactement ! Eh bien après, c’est tout le problème de régulation des flux […] »

20Le consultant entend rendre compte de nouvelles contraintes qui structurent son activité au plan du respect de normes de gestion qui impliquent un contrôle du temps de l’accompagnement. L’appropriation de cette problématique professionnelle par l’enquêteur est telle qu’il peut s’identifier à la place qui lui a été suggérée et proposer un exemple de situation délibérative où la contrainte va s’appliquer. L’identification passe par la forme d’un métadiscours introduisant à une question que E se pose à lui-même en tant qu’il se met à la place d’un professionnel de l’accompagnement, et dont il teste la pertinence auprès du consultant. Lequel la valide comme une question pertinente pour poursuivre l’élaboration d’une représentation et son ancrage par le groupe nominal : « des systèmes de régulation ». On voit bien ici comme cette représentation qui résulte d’un accord (« on est vraiment au cœur…, c’est exactement ça… ») est mise en scène selon le processus scénographique déjà décrit d’implication du co-énonciateur de l’entretien comme un bénéficiaire de l’accompagnement (« vous dites »). Elle ne sera pas sans effet sur ce dernier puisqu’elle va l’entraîner à faire une nouvelle offre de sens validée par le consultant (« exactement !»).

21Tous les professionnels interviewés s’y prennent-ils de la même manière pour raconter leur pratique ? Il est clair que non. La dynamique du discours passe ici par la construction d’une scénographie intégrant un rapport de places, qui fait expérimenter à l’enquêteur différents rôles (au sens goffmanien) dans les rapports sociaux, y compris le rôle de bénéficiaire, pour mieux donner à voir et faire comprendre les ressorts pragmatiques du travail d’accompagnement. Cette forme énonciative et discursive est donc aussi une forme identitaire, si l’on entend par ce terme les formes symboliques dans lesquelles les sujets se racontent, argumentent et s’expliquent (Demazière et Dubar 1997 : 304). Elle se confond avec les compétences linguistiques par lesquelles l’interviewé, en faisant ressurgir la réalité de son travail, l’inscrit dans une interaction exemplifiante qui interpelle l’enquêteur, le sollicite à faire des apprentissages, le déplace dans ses représentations, l’engage dans un « pouvoir d’agir » (Clot, 2008). Cette structure interactionnelle et énonciative place l’entretien de recherche en continuité avec les entretiens professionnels d’accompagnement des chômeurs. On peut en inférer des éléments de savoir-faire et de compétences cognitives et discursives, propres à certains conseillers engagés dans un « travail sur autrui ». Mais il nous faut avant tout en reconnaître la qualité performative. Nous pensons que c’est sur cette base d’observables énonciatifs que peuvent alors se coupler des interprétations sociologiques, qui diront, selon leur système théorique, si la façon dont le consultant a configuré son récit professionnel et la façon dont l’étudiant s’est approprié ce « micro-monde » de relations et de discours relèvent d’un processus de détermination ou de dégagement. Pour sa part, l’étudiant a remis un travail sur l’identité et les compétences professionnelles des conseillers à l’emploi, qui lui a valu une note excellente.

3. L’élaboration induite par les offres de sens du chercheur

22Les « offres de sens » (Glady, 2008) proposées par E (l’enquêteur) sont centrales dans la dynamique interlocutoire et dans le travail de dégagement du sujet. Nous avons montré qu’elles correspondent formellement à des interprétations, qui dans le cadre de la non-directivité rodgérienne (Rodgers, 1998) portent sur le sens latent de la parole de I. Elles introduisent un décalage qui, s’il est reconnu par I comme pertinent, ouvre à un travail d’élaboration. Elles engagent une « alliance de travail » entre l’enquêteur et l’interviewé (Palmade, 1988 : 37), dès lors que la visée interprétative intègre le double horizon d’une connaissance produite pour l’interviewé et pour l’objet de recherche.

  • 13 Dans un article précédent (Glady, 2008), nous avons montré comment l’expression nominale « un bénéf (...)

23Le diagnostic d’alliance de travail peut-être couplé à une grammaire spécifique : les modalités exclamatives (« voilà, voilà… » ; « oui, oui, oui ! ») marquant la reconnaissance de la pertinence par I des offres de sens de E ; des modalités adverbiales à caractère évaluatif : « exactement », « tout-à-fait » ; des dénivellations qui commentent la parole de E en la validant : « c’est exactement ça ! ». Très souvent, l’élaboration traverse tout l’entretien car l’offre de sens est reprise dialogiquement au fil de l’interaction, qu’il s’agisse de sa réappropriation dans un discours inédit ou à d’autres moments de l’interaction pour la faire travailler autrement ou sur d’autres thèmes13.

  • 14 notamment au plan de leurs caractéristiques énonciatives, comme nous le verrons plus loin s’agissan (...)

24L’appropriation des offres de sens apparaît donc comme un élément susceptible de produire du dégagement. Elle repose sur une intercompréhension qui n’annule pas l’écart des discours14, mais au contraire en tient compte comme élément moteur de la dynamique exploratoire. L’appropriation est reconnaissance du sens proposé par l’enquêteur en tant que cette reconnaissance est ouverture d’un sens à découvrir à la fois pour E et pour I.

  • 15 « […] ça se passait très bien, mais c’est moi qui le vivais mal. Mais bon, ça c’est un truc personn (...)
  • 16 un Smic mi-temps, complété par l’ASS (allocation de solidarité spécifique)

25Hervé, 39 ans, DEA d’économie obtenu à la Sorbonne à 26 ans, vient de retrouver un travail grâce à une offre d’emploi communiquée par son conseiller Pôle Emploi, après un parcours compliqué qu’il qualifie lui-même de « long et douloureux ». A l’issue de ses études, se sentant peu préparé professionnellement (« pas mûr, pas à l’aise, pas sûr de moi », « la peur de travailler » et « nul en entretien »), il a accepté la proposition de son frère aîné de travailler avec lui dans le secteur du web marketing. Dans cette PME en plein développement, il a acquis compétences et responsabilités mais il dit qu’il vivait mal « d’être toujours dans l’ombre de son frère »15. Sa démission le plonge dans un long processus de précarité qu’il qualifie - en reprenant une des offres de sens de l’enquêteur - de « quête identitaire ». Pendant plus de dix ans, il cherche à identifier le métier qui va lui convenir à travers un parcours complexe alternant phases de chômage, formation, stages, contrat aidé, et accompagnement par différents dispositifs (Pôle Emploi cadres, Apec, associations de cadres, coaching, etc.) dont il souligne pour certains la qualité de support et d’étayage. Il a fini par créer son entreprise à l’intérieur d’une société de portage en coopérative, et s’il se plaint du volume de chiffre d’affaires à réaliser pour un salaire lissé insuffisant16, il reconnaît l’intérêt d’avoir pu à travers ces différents dispositifs d’aide : faire des apprentissages en contact avec le marché, expérimenter plusieurs activités et finalement se construire un positionnement professionnel.

26Le moment d’acceptation de l’entretien n’est pas anodin : on peut penser qu’il rend compte d’une demande objective de faire le point, d’identifier le sens de ce parcours en tant qu’il trouve apparemment une issue heureuse. Mais on peut se demander si une autre demande, moins conscientisée, n’est pas à l’œuvre : celle de pouvoir exprimer une inquiétude face à ce qui s’est répété tout au long d’un parcours d’insertion complexe, une certaine logique d’échec, qui pourrait faire à nouveau obstacle dans cette prise de poste et maintient I, malgré la promesse d’embauche, dans une incertitude de l’avenir.

27L’analyse de l’entretien montre l’élaboration progressive d’une offre de sens de E. au contact de la narration autobiographique de I. Le chercheur est inscrit dans une problématique de l’effet des politiques publiques, et notamment des nouvelles normes d’activation des demandeurs d’emploi (Beyraud & Eydoux, 2009) et des effets de l’idéologie de la gestion de soi (Franssen, 2006 : 91). Il est donc préoccupé de comprendre l’impact des dispositifs d’accompagnement sur le rapport à l’emploi, le développement de la confiance en soi et d’une maturité professionnelle, l’assurance acquise dans la présentation de soi, le développement de compétences commerciales… Mais il enquête aussi sur les parcours de précarité et les nouvelles conditions de professionnalisation aux marges du salariat, et il est intéressé à ce titre par le parcours de I, hésitant entre un repositionnement dans une forme assistée d’auto-entreprenariat (« entrepreneur salarié en coopérative ») et un emploi salarié vécu comme une issue au parcours de galère. Son écoute flottante induit différentes sollicitations interprétatives, toutes appropriées et explorées par I.

« E : Alors tu peux me parler de ce job que tu as trouvé, parce que bon je comprends bien les différents dispositifs euh… la quête identitaire à travers ces dispositifs de trouver finalement sa voie euh […] »

« E : Entre ce que tu me racontes de ton retour d’Espagne et puis euh… aujourd’hui le poste que tu trouves, ça a été un long processus pour identifier ce métier dont tu me parles là ? »

« E : et toi… dans ce parcours tu t’es formé et tu as découvert, tu as construit finalement euh… ton objectif d’insertion professionnelle, enfin de… [Voilà ! Et voilà !] »

« E : Et devenir commercial comme ça de soi-même euh… c’était pas possible au départ… ? »

« E : Mais il me semble que au départ tu pouvais pas penser les choses [Sûrement !] comme ça… ? »

28L’entretien montre un moment-charnière lorsque E, se soutenant de la problématique d’enquête, avance une offre de sens plus complexe, qui ressaisit les précédentes propositions interprétatives :

« E : Mais ce que j’entends entre le début de ce que tu m’as raconté et la fin, c'est-à-dire entre le début de ton parcours de recherche d’emploi et aujourd’hui, c’est que tu t’es complètement décentré dans la posture, parce que au départ tu es quand même euh… avec des problèmes de compétences à identifier, à valoriser, à faire valoriser euh… [Oui et même à acquérir !] Et peut-être à acquérir… une incertitude sur toi-même… et un décentrement, ça aboutit quand même à un décentrement suffisant pour être dans une logique commerciale quand même par rapport au…

I : Ah oui c’est vrai ! Oui, oui, je suis bien… Ah non mais c’était… Ben oui. Oui, oui, oui. Mais euh… Ah oui j’avais… alors au début j’avais du mal à tenir ce discours, j’aurais été incapable de tenir ce discours […] ben oui, ben c’est un truc qui est venu petit à petit. Bien sûr ! C’est sûr hein. Euh… c’est sûr. Mais euh… même en entretien au début c’était une catastrophe et puis après euh… et après euh…j’étais beaucoup plus à l’aise hein. À force aussi de voir les erreurs et puis avec ce côté aussi derrière de naïveté de voir euh… on n’est pas des agneaux… voilà… ben je me suis carapacé, je me suis armé comme disait l’autre au fur et à mesure. Et c’est ça je pense l’apprentissage des personnes en recherche d’emploi. Aussi ».

  • 17 soulignée dans le texte
  • 18 Ce qu’il qualifie lui-même, dans une interaction ultérieure avec le sociologue, de "névrose" profes (...)

29La reconnaissance de la pertinence de l’offre de sens17 est marquée par de nombreux exclamatifs, assertifs, une énonciation hachée, un temps de l’à-dire témoignant d’une appropriation active et bousculée. I adhère à l’hypothèse que ce parcours, pourtant complexe et incertain, entre chômage, accompagnement et création d’entreprise, a eu une dimension « formative ». Quelque chose du problème fondamental de l’interviewé, sa fragilité dans l’interaction, son éloignement imaginaire du monde du travail, sa névrose d’échec18, sa peur, sa naïveté, son manque de confiance progressivement dompté sont ici refigurés et déplacés par la parole de l’enquêteur, lui donnant par là-même accès à une potentielle issue (dégagement) au problème qui est le sien, problème qui est reformulé tout au long de l’entretien. En particulier l’idée d’un décentrement rendant possible de tenir un discours jusqu’alors impensable de « vente de soi », donne sens au parcours de maturation de l’interviewé, le positive, et le convertit en un récit orienté par des résultats cohérents avec la demande sur le marché de l’emploi. L’offre de sens de l’enquêteur réécrit l’histoire biographique de l’interviewé, introduisant un gain de sens, une plus-value qui « re-signifie » (Torterat, 2011) l’expérience de souffrance (néanmoins toujours présente et affleurant au discours) en l’inscrivant dans une téléologie d’acquisition de compétences.

  • 19 marqué par des nominalisations renvoyant à des entités abstraites, des verbes processuels, des refo (...)

30Or cette interprétation compréhensive et de soutien, entendue comme telle par I, fait travailler le chercheur dans l’ordre de la connaissance et il peut lui-aussi poursuivre par la production d’une interprétation sociologique à un niveau d’énonciation générique19, qui est en même temps une hypothèse soumise à l’évaluation de l’interviewé, lequel dit son accord par de nombreux marqueurs phatiques.

« E : Tu sais ce que ça me fait penser, c’est qu’autrefois ce qui était internalisé dans les trajectoires professionnelles comme acquis de la mobilité professionnelle des jeunes cadres, aujourd’hui c’est externalisé, c'est-à-dire que c’est le cadre, c’est le jeune cadre qui est obligé de faire son propre parcours lui-même, dans une recherche euh… d’emploi. C'est-à-dire c’est dans l’espace de la recherche d’emploi que ça se fait, c’est plus dans l’espace [oui, c’est ça oui] de la professionnalité interne aux entreprises. C'est-à-dire que ce que tu m’expliques c’est un peu ça, c’est que… pour construire tes compétences, t’es obligé de les construire avec des dispositifs de formations [oui] et d’accompagnement… Ce qu’il n’est plus possible aujourd’hui de faire c’est de… ou seulement pour un petit nombre euh… de professionnels, de jeunes professionnels, qui trouvent tout de suite un emploi etc. mais euh… y’a quand même beaucoup, beaucoup de jeunes, qui sont obligés de construire leur parcours de compétence, de professionnalisation disons [hum !] à l’extérieur de l’entreprise [ah ben oui, forcément !]. Dans des dispositifs de formation, dans des dispositifs d’accompagnement… dans des pépinières, dans des euh… voilà dans des dispositifs précaires, aux marges, aux marges du salariat et de l’emploi ».

31La place manque pour montrer comment I va s’approprier cette hypothèse, la réinvestir et poursuivre dans le double espace de destination de la parole. Dans le champ de la connaissance sociologique dont la construction est à l’horizon de l’entretien, il va tester les conditions de validité de cette interprétation (« bon il doit y avoir, mais comme tu dis. Mais je sais pas exactement dans quelle mesure ») en partant de son propre cas pour discuter l’incidence de variables de ressources et de capitaux sur la construction de la professionnalisation aux marges du salariat. Ce qui va ouvrir à l’importance de la sécurisation des parcours, à la flexicurité, à la nécessité de maintenir les dimensions incitatives des dispositifs, aux conditions dans lesquelles les parcours d’insertion peuvent être opératoires… Mais ce discours aux aspects parfois de rationalisation défensive (« c’est des questions de précarité ponctuelle dans un parcours global qui tend vers. ») ne peut empêcher la réémergence du registre sémantique de la souffrance vécue (« dans la douleur », « dans la solitude », « je me suis retrouvé quand même dans la pire des situations les plus précaires, même plus précaires qu’un caissier quoi ») et de l’incertitude de l’avenir (« la preuve du jour au lendemain on retrouve… apparemment… une perspective de carrière hallucinante, mais je sais pas, on va voir »).

32A l’issue du premier entretien, Hervé témoigne de son désir de poursuivre et accepte avec intérêt un deuxième entretien (« Oui mais c’est vachement intéressant, je pensais pas qu’on… »). Au terme du second entretien, il conclura : « Flexibilité, sécurité, on est au cœur du truc. C’est passionnant tu vois, moi qui ait fait des études d’économie »). Si l’on peut poser la question d’un déplacement des représentations de I. sous l’effet de l’alliance de travail trouvée dans la relation d’enquête, déplacement marqué par l’appropriation des « offres de sens » du chercheur et l’engagement dans un discours qui réinscrit l’enjeu psychique personnel dans la problématique sociologique proposée par le chercheur, la question, clinique, d’un « dégagement » de la répétition ne saurait être raisonnablement abordée, tant la « névrose d’échec » de l’interviewé semble structurer son parcours d’insertion et menacer son projet professionnel. La puissance configurative du langage dans une interaction de recherche ne coïncide pas forcément avec le processus de dégagement, dont le diagnostic relève lui d’un autre couplage : celui de l’analyse du discours avec l’analyse psychopathologique. De ce point de vue, la séparation actée à la fin de la période d’essai, soit quatre mois après la réalisation de l’entretien, questionne les effets émancipatoires du travail, incontestable, d’appropriation des offres de sens du chercheur.

Conclusion

33Le travail biographique du sujet est aujourd’hui au cœur des politiques publiques. Il a pris la forme d’un contrat assistanciel, par lequel le chômeur peut prétendre à l’aide sociale à condition qu’il démontre son engagement dans une démarche active d’emploi. Cette démonstration fait largement appel aux capacités déclaratives du sujet et à son adhésion à un programme d’activation de soi dont les composantes passent par la narration autobiographique. Qu’il s’agisse d’identifier des « compétences » ou un « projet » à partir d’un retour réflexif sur la trajectoire professionnelle, le bénéficiaire « est investi de nouvelles attentes sociales : être capable de maîtriser son destin et apparaître comme l’auteur de sa propre vie » (Vrancken & Macquet, 2006 : 127).

34Pour le conseiller, cette injonction au travail biographique induit des compétences communicationnelles complexes, en particulier la capacité à conduire des interactions selon des scénographies adaptatives et évolutives, qui favorisent l’appropriation par le bénéficiaire du sens de la relation d’accompagnement. Si l’on emprunte à Gumperz (1989) l’idée que dans la scolarisation la capacité des élèves à comprendre le cadre et les normes propres au contexte favorise les apprentissages, on peut par analogie postuler que la capacité du chômeur à comprendre et se saisir du type de travail qui lui est proposé dépend des compétences-communicationnelles du conseiller-emploi. Nous avons montré comment, dans la relation d’enquête, ce dernier donnait des traces de cette habileté à engager un « travail sur autrui ».

35Quant au « travail sur Soi » du bénéficiaire, il semble largement reposer sur la capacité à se saisir des offres de sens du conseiller pour y puiser des ressources de compréhension et de repositionnement biographique. Des dynamiques peuvent émerger de l’emphase mise sur les dimensions sociales universalisantes des trajectoires singulières. L’offre de sens qui incorpore la narration du sujet dans une proposition interprétative qui en restitue le sens latent à un niveau d’énonciation générique refigure pour I le sens de sa trajectoire, l’inscrit dans un destin collectif partagé par de jeunes cadres touchés par la flexi-sécurité, sans nier pour autant la souffrance induite par les incertitudes de la précarité.

36Pour intéressant qu’il soit, le couplage entre des marques langagières et des interprétations psychosociologiques qui intègrent le niveau des processus psychiques et celui des trajectoires sociales ne va pas complètement de soi. Les déplacements qui s’opèrent dans le champ des processus discursifs n’induisent pas symétriquement des transformations dans les processus psychiques et sociaux qui sous-tendent les répétitions et les transformations des conduites. Il nous a semblé néanmoins important de conserver le terme de « dégagement » dans sa version descriptive, comme horizon épistémologique d’une mise en relation des processus socio-cliniques et discursifs.

Haut de page

Bibliographie

Astier I. & Duvoux N. (eds), (2006), La société biographique : une injonction à vivre dignement, Paris, L’Harmattan.

Authier-Revuz J., (1995. Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidences du dire, Paris, Larousse.

Béraud M. & Eydoux A., (2009), « Activation des chômeurs et modernisation du service public de l’emploi. Les inflexions du régime français d’activation », Travail et Emploi, 119, 9-21.

Blanchet A. & Gotman A., (2012) L’entretien, Paris, Armand Colin.

Charaudeau P. & Maingueneau D. (eds), (2002), Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Seuil.

Clot Y., 2008. Travail et pouvoir d’agir, Paris, PUF.

Delory-Momberger C., (2004), Les Histoires de vie. De l’invention de soi au projet de formation, Paris, Anthropos.

Demazière D., (1996), « Des réponses langagières à l’exclusion. Les interactions entre chômeurs de longue durée et agents de l’ANPE », Mots, 46, 6-29.

Demazière D. & Dubar C., (1997), Analyser les entretiens biographiques, l’exemple de récits d’insertion. Paris, Nathan.

Demazière D. & Glady M., (2011), « Les discours de l’accompagnement : nouvelles normes du retour à l’emploi, Introduction », Langage et Société, 137, 7-15.

De Saint-Georges I., (2011), « Les dynamiques langagières de l’accompa-gnement », Langage et Société, 137, 47-74.

Franssen A., (2006), « L’état social actif et la nouvelle fabrique du sujet », in Astier I. & Duvoux N. (eds), (2006), La société biographique : une injonction à vivre dignement, Paris, L’Harmattan, 75-104.

Glady M., (1997), « Répétition et décalage. Le travail identitaire du langage », Education Permanente, 128, 71-84.

Glady M., (2003), « Ressources symboliques face à la précarité. Le parcours des "offres de sens" du travail, de la famille et de la société », in Palmade J. (ed.), L’incertitude comme norme, Paris, PUF.

Glady M., (2008), « Destination(s) de la connaissance dans l’entretien de recherche : l’inégale appropriation des offres de sens », Langage et Société, 123, 53-72.

GUMPERZ J., (1989), Engager la conversation. Introduction à la sociolinguistique interactionnelle, Paris, Les Editions de Minuit

Kerbrat-Orrecchioni C., (1980), L’énonciation, De la subjectivité dans le langage, Paris, Armand Colin.

Laplanche J. & Pontalis J.-B., (1967), Vocabulaire de la psychanalyse, Paris, PUF.

Molino J., (1989), « Interpréter », in Reichler C. (ed), L’interprétation des textes,Paris, Minuit, 9-52.

Ono A., (2007), La notion d’énonciation chez Emile Benveniste, Limoges, Lambert Lucas.

Palmade J., (1988), « L’entretien dans le processus de recherche : une technique de rupture », Connexions, 52.

Revuz C., (1993), « Ecouter les chômeurs pour comprendre le rapport au travail » Education Permanente, 117, 47-66

RicŒur P., (1983-1985), Temps et récit, Paris, Seuil.

Rogers C.R., (1998), Le développement de la personne, Paris, Dunod.

Torterat F., (2011), « Le récit biographique en formation : un discours professionnel valorisant les parcours », Lidil, 43, 75-88.

VRANCKEN D., MACQUET Cl., (2006), Le travail sur Soi. Vers une psychologisation de la société ?, Paris, Belin.

Vrancken D., (2011), « De la mise à l’épreuve des individus au gouvernement de soi », Mouvements, 65, 11-25.

Haut de page

Notes

1 Ces catégories ne seront pas discutées ici faute de place.

2 Ce texte s’appuie sur l’analyse de deux types de matériaux :

- des entretiens compréhensifs (plus de 120 à ce jour) d’environ 1h15 conduits par 6 cohortes successives d’étudiants en formation dans le master 228 « conseil et accompagnement du changement » de Paris-Dauphine. A caractère propédeutique, l’enquête visait à faire l’apprentissage de l’écoute et de la conduite semi-directive et non-directive auprès de conseillers à l’emploi et de consultants d’organismes privés de placement ainsi que de bénéficiaires de différents dispositifs d’accompagnement (outplacement, accompagnement par des associations, d’aide au chômeurs, suivi Pôle Emploi, accompagnement de cadres à l’APEC…). Les thématiques des entretiens semi-directifs ont évolué d’une année à l’autre tout en restant centrées sur les pratiques professionnelles et le vécu de l’accompagnement ; elles ont successivement focalisé : le positionnement de l’activité dans le champ des pratiques professionnelles, l’incidence des contraintes normatives liées aux politiques publiques, les compétences professionnelles des conseillers. Les entretiens non-directifs ont été conduits auprès de bénéficiaires avec pour seule consigne « de raconter comment ça s’est passé pour vous ».

- des entretiens psychosociologiques approfondis réalisés par un chercheur auprès de conseillers à l’emploi et de chômeurs. Les mêmes interviewés ont été revus plusieurs fois pour explorer des dimensions différentes de leur travail. Les entretiens ont duré de 3 à 5 heures pour certains.

Le propos de cet article n’étant pas de travailler la question du « genre discursif », nous qualifierons les premiers entretiens de « récits de pratiques » et les seconds « d’entretiens biographiques ».

3 Voir à ce propos : Parret H., (dir.), 1991, Le sens et ses hétérogénéités, Ed. du CNRS, coll. Sciences du langage

4 « Remarques sur la fonction du langage dans la découverte freudienne », La Psychanalyse, n°1, p. 3-16, repris dans Problèmes de linguistique générale 1, p. 75-87.

5 Comme le montre très bien : Butler J., 2007. Le récit de soi. Puf, coll. Pratiques théoriques

6 Désormais pour nous, E = enquêteur et I = interviewé

7 Brès J, Gardès-Madray, 1991, « ratages et temps de l’à-dire », in Parret H. (dir.), op. cit. p. 93-104.

8 Nous laissons de côté ce qu’elles montrent du vécu de détresse des bénéficiaires inscrits plutôt dans des figures discursives d’ambivalence par rapport aux dispositifs d’accompagnement. Cette question fait l’objet d’un article en cours.

9 Codé C.2012.07 dans le dispositif d’enquête

10 Le même type de repérage aurait pu s’appliquer au « je » dans les extraits retenus.

11 y compris en allant voir le site de l’opérateur : « allez y sur APEC.fr parce que ça vous permettra aussi de voir quelques informations que j’ai oublié de vous dire ». 

12 dans la mesure notamment où l’étudiant qui enquête est aussi potentiellement un futur professionnel de l’accompagnement des mobilités et de l’emploi au sortir de la formation.

13 Dans un article précédent (Glady, 2008), nous avons montré comment l’expression nominale « un bénéfice secondaire » proposée par le chercheur à une interviewée au chômage fonctionnait du fait de sa polysémie comme un outil de découverte, faisait travailler à la fois son désir de profiter d’un temps retrouvé pour soi et pour sa famille, mais en même temps faisait surgir le danger de s’installer dans un confort de vie familiale qui la détournerait de retrouver un vrai travail. L’offre de sens conscientisait un danger et engageait alors la formulation d’une règle de conduite dont on pouvait penser qu’elle orienterait l’organisation de vie de l’interviewée au chômage.

14 notamment au plan de leurs caractéristiques énonciatives, comme nous le verrons plus loin s’agissant de l’hétérogénéité entre style narratif et discours générique.

15 « […] ça se passait très bien, mais c’est moi qui le vivais mal. Mais bon, ça c’est un truc personnel. Voilà hein, justement tu parlais de psychologie, c’est mon vécu, c’est comme ça euh… c’est comme ça, je… c’est pas moi, je me sentais dépossédé… c’est comme si mon… moi je, voilà, mon avenir professionnel… m’échappait et c’était pas moi. Donc une quête identitaire encore. Mais j’avais conscience que je développais un CV, une référence euh… un secteur… mais aill… je savais que mon avenir était ailleurs… ».

16 un Smic mi-temps, complété par l’ASS (allocation de solidarité spécifique)

17 soulignée dans le texte

18 Ce qu’il qualifie lui-même, dans une interaction ultérieure avec le sociologue, de "névrose" professionnelle.

19 marqué par des nominalisations renvoyant à des entités abstraites, des verbes processuels, des reformulations métadiscursives, un relatif décrochage d’avec la situation d’énonciation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Glady, « Les marqueurs de dégagement dans les entretiens de recherche à caractère autobiographique », Semen [En ligne], 37 | 2014, mis en ligne le 22 avril 2015, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://semen.revues.org/10176

Haut de page

Auteur

Marc Glady

Institut de Recherche Interdisciplinaire en Sciences SocialesIrisso, umr CNRS 7170, Université Paris Dauphine

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page